Des régisseurs de prisons, à l\’instar de Bafang et Bangangté, tentent d’améliorer le sort des détenus : une école ici, un quartier spécial pour tuberculeux là, de meilleures conditions d’hygiène… Des initiatives louables mais insuffisantes, faute de moyens. Le gouvernement est pointé du doigt.

 

\ »Le bâtiment que vous voyez là, accueillera une école pour mineurs\ ». Djile Kamga Michel, régisseur de la prison centrale de Bafang est fier de présenter ce projet en cours de réalisation. \ »Avec le concours de l’association Grain de Sable nous avons l’ambition de permettre aux jeunes délinquants de poursuivre leur scolarité en prison. Nous aurons des élèves, ici, en début d’année prochaine\ », précise le régisseur qui se flatte aussi d’avoir améliorer les conditions de vie des 240 prisonniers de ce pénitencier créé en 1924, agrandi en 1986, et qui vient de bénéficier d’une réfection générale. Ce qui a permis, entre autres, d’assainir l’évacuation des eaux usées et des matières fécales.

\ »Désormais, on ne sent plus les mauvaises odeurs qui gênaient aussi bien l’entourage immédiat de la prison que l’entourage plus lointain\ », se réjouit Djile Kamga Michel. \ »Il y a un grand changement à l’intérieur de la prison. Auparavant il y avait des ordures un peu partout\ », confirme le détenu Kuayeu Gabriel, condamné à mort pour vol aggravé et assassinat. \ »Vous-même, vous voyez les gens toujours costauds. Cela veut dire que tout va bien depuis qu’on a fait des réparations à l’intérieur de la prison\ ». Selon lui, ses cinq compagnons, condamnés à mort comme lui, sont du même avis. Comme d’autres prisonniers jugés \ »délicats\ », ils sont pourtant enfermés dans les vieux bâtiments datant de 1924. Le régisseur de la prison ayant décidé de les séparer des détenus provisoires.

\"Droits

                                        Un quartier pour les tuberculeux

A Bangangté, le chef intérieur de la prison, Aléa Hyppolite, se réjouit, lui, de la création d’un quartier spécial réservé aux détenus tuberculeux. \ »Dès qu’un prisonnier est atteint, on l’amène à l’hôpital, et on l’isole jusqu’à sa guérison.\ », affirme-t-il. Le régisseur, Medjo Freddy Armand renchérit : \ »Vous avez vu la dimension des cellules ! Les prisonniers y sont nombreux et il n’y a pas assez d’air… Les malades contaminent les autres. C’est pourquoi nous avons trouvé un endroit mieux aménagé où l’on s’assure aussi que les tuberculeux sont mieux nourris.\ »

A propos d’alimentation justement, une nouvelle cuisine a été construite. Ce qui arrange bien le chef cuisinier, Wandji Roméo, détenu ici depuis 2007. \ »Je travaille à la cuisine depuis six mois, avec deux aides. Chaque vendredi on nous donne une ration pour la semaine.\ »

Les menus sont un peu plus variés : davantage de condiments et de poisson dans les portions. \ »Ce n’est plus du riz tous les jours\ », constate le chef intérieur de la prison.

Les prisonniers peuvent encore améliorer leur ordinaire grâce à une plus grande libéralisation des corvées permise par le régisseur. \ »On observe chaque détenu lorsqu’il arrive. Si on pense qu’il ne s’évadera pas, on le laisse aller en corvée à l’extérieur\ », affirme Medjo Freddy qui s’appuie sur les textes en vigueur pour organiser ces sorties.

Ndjitap Bertrand est un corvéable satisfait. \ »On m’appelle Général De Gaulle. Je suis ici depuis longtemps. Quand nous sortons, nous ramenons des vivres et nous nous les partageons. Cela crée une bonne ambiance\ ».

Le régisseur de Bangangté aborde enfin un sujet qui préoccupe particulièrement les défenseurs des droits humains : le suivi des dossiers des détenus en prison sans jugement. Il a mis sur pied une équipe qui \ »a déjà permis de réduire la peine d’un détenu. Et deux autres dossiers sont en bonne voie\ ».

 

                                                   Manque de moyens

Les exemples de Bafang et de Bangangté plaideraient donc en faveur d’une certaine humanisation des prisons au Cameroun. N’allons pas trop vite ! Les quelques belles initiatives de quelques régisseurs ne corrigent pas le fait général que \ »les prisons du Cameroun sont des mouroirs et non des endroits de resocialisation\ », s’écrie Maître Agbor. \ »C’est au gouvernement de mettre en place une politique de modernisation de ces établissements\ », insiste-t-il.

Maxime Bissay, coordonnateur de l’association Action camerounaise pour l\’abolition de la torture, (ACAT) antenne du Littoral est moins virulent : \ »Il faut reconnaître que les choses changent depuis l’avènement des programmes d’amélioration de la condition des détenus (Pacdet) et du respect des droits de l’Homme dans les prisons. Vous avez cité le cas de Bafang et de Bangangté, je peux vous citer aussi Edéa, Mbanga, Yabassi, où les régisseurs font un travail exceptionnel.\ » Le militant est aussi lucide : \ »Ces régisseurs feraient sans doute davantage, si le gouvernement leur en donnait les moyens.\ »

Hugo Tatchuam (JADE)

Les articles sont produits avec l\’aide financière de l\’Union Européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de JADE Cameroun et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l\’union Européenne


                                  IMPORTANTE ANNONCE: OFFRE D\’EMPLOI:


 

BUREAU FAIRMED DE LA REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

B.P. 3365 BANGUI RCA

Tél. +236 75 04 35 12

E-mail : info.rcapp@fairmed.cm

 

OFFRE D’EMPLOI

*******

Poste : Coordonnateur RBF (H/F)

Lieu d’affectation : Bangui, République Centrafricaine

Contrat : CDD

Date de clôture :Quatre semaines après la date de publication

Description du poste

La Fondation FAIRMED a lancé depuis juin 2010, le projet dénommé « Santé Primaire Lobaye » dont le but est d’améliorer l’état de santé des populations les plus démunies avec leur pleine participation (population cible : 50’000).

En plus de la Fondation FAIRMED, d‘autres partenaires interviennent dans la même région et dans autres régions de la RCA, notamment CORDAID, avec un financement de l’Union Européenne. CORDAID soutient le développement de l’offre des soins à travers un système basé sur la performance « PBF ». Le PBF consiste a en l’achat de certains indicateurs, c’est à dire leur réalisation complète contre paiement de subsides. Ce système a amélioré de façon significative la motivation du personnel de santé ainsi que le plateau technique des formations sanitaires. Mais faut t-il le signaler, l’accès aux soins des populations démunies et notamment les Aka s’est aussi amélioré comparativement aux années antérieures à travers le remboursement des frais médicaux opéré en leur faveur.

Dans ce contexte la Fondation FAIRMED s’est proposée de renforcer la mobilisation de la demande dans la zone du projet à travers une approche de financement basé sur les résultats « en anglais : result based financing – RBF) » qui va largement améliorer la demande pour ce qui concerne la santé maternelle d’une part et renforcer financièrement les besoins des prestataires au niveau des FOSA d’autre part.

La RBF est une approche qui se veut plus globale que le PBF. Cette approche a montrée de grands succès dans plusieurs pays anglo-saxons notamment le Kenya, l’Ouganda et la Zambie pour ne citer que ceux la.

Dans le cadre du projet de la Lobaye, le RBF va s’appuyer sur un système de bons (Voucher) qui seront distribués gratuitement aux femmes Aka et vendus à un prix très abordable aux femmes bantous de la zone du projet et qui sont présentés dans les formations sanitaires contre le service sollicité. Les bons sont présentés aux bailleurs de fonds pour paiement des services reçus. Il sera aussi question d’améliorer le transport des patients vers les formations sanitaires.

L’objectif visé sera de contribuer à la réduction du taux de mortalité maternelle en se focalisant surtout sur la santé materno-infantile des populations notamment les Pygmées Aka, dans la zone du projet.

En vue de mettre en œuvre l’approche RBF (Financement Basé sur le Résultat), comme volet additionnel au sein du projet « Santé Primaire Lobaye », la Fondation FAIRMED recherche un(e) coordonnateur/ une coordonatrice de ce volet du projet.

Cahier de charge du coordonnateur/ de la coordonnatrice :

Il/elle sera le/la responsable de la gestion et de la mise en œuvre du volet RBF.

Il/elle devra designer des stratégies de la mise en œuvre du volet RBF y compris du système de bons.

Il/elle devra représenter le volet RBF au comité du projet ainsi qu’auprès des partenaires du projet.

Il/ elle devra coopérer étroitement avec l’équipe cadre de Fairmed du projet, en particulier avec le coordonnateur du projet.

Il/elle devra superviser la mise en œuvre du système de distribution.

Il/elle devra sélectionner les formations sanitaires bénéficiaires du volet RBF en fonction de leur qualification et de leur certification (FOSA reconnue par l’Etat).

Il/ elle devra superviser le flux des moyens financiers (la circulation des bons et le remboursement des frais).

Il/ elle devra coordonner le contrôle de la qualité des prestations de services.

Il/ elle devra coordonner la promotion du système RBF et des bons ainsi que la sensibilisation des communautés et des prestataires de services.

Il/ elle devra assurer la gestion administrative et financière du volet RBF.

Tâches

Le (la) coordonnateur (coordonnatrice) aura pour tâches :

développer des stratégies pour l’identification des cibles au niveau des communautés, des fournisseurs qui vont distribuer les bons et des associations locales (qui vont jouer le rôle de vérificateurs communautaires) ;

élaborer des protocoles et régimes thérapeutiques de prise en charge pour la sécurité des femmes enceintes et nourrissons avec l’appui des spécialistes médicaux de l’équipe du projet en se basant sur les directives nationales et de l’OMS et s’assurer que les cibles comprennent et appliquent les régimes ;

s’assurer que la supervision et le monitorage  sont qualitativement et quantitativement réalisés par les entités concernées ;

valider les niveaux de remboursement ;

contracter des fournisseurs qui vont appliquer le schéma de RBF et s’assurer qu’ils sont formés sur les procédures et qu’ils auront reçu autres formations spécifiques par les institutions compétentes dans les domaines ;

tester d’abord l’utilisation des bons avant de les appliquer sur le terrain. A cet, effet, elle s’assurera que les caractéristiques des bons se suivent, les numéros de série, la validité, de belles images pour que les cibles les acceptent ; il faut éditer de véritables cartes que des cartes en papier ;

rendre les bons disponibles et développer une stratégie de distribution pour que toutes les clientes connaissent les lieux de distribution ;

mettre en place un système de contrôle pour éviter les fraudes à chaque niveau du processus basé sur les réclamations par les autres parties ;

s’assurer que les fournisseurs agréés examinent et traitent la situation des clientes qui présentent les bons gratuits.

animer la communication interne et externe.

 

Qualifications requises

Maîtrise en sciences économiques ou diplôme équivalent (BTS en comptabilité, gestion) ;

Maîtrise obligatoire du français (écrit et parlé), et de l’anglais (écrit et parlé) ;

Maîtrise MS Office (WORD, EXCEL, POWERPOINT) et de l’INTERNET ;

Capacité de soutenir et de développer de bonnes relations professionnelles avec les partenaires et le personnel du projet ;

Aptitudes à travailler dans un environnement multiculturel et d’établir des relations harmonieuses et efficaces de travail ;

Aptitudes à communiquer ;

Expériences en administration, gestion financière et économique, planification, suivi et évaluation dans le contexte d’un projet;

Une expérience de cinq ans au même poste constitue un atout.

 

Candidatures

Chaque dossier doit contenir les éléments suivants :

Une lettre de motivation manuscrite ;

Un curriculum vitae détaillé et précis ;

Un extrait de casier judiciaire datant d’au moins de trois (03) mois ;

Les copies certifiées conformes des diplômes obtenus ;

Les copies de lettres de référence, attestation de travail ou tout autre document attestant de bonnes prestations de service dans les emplois précédents.

 

‘Les candidatures féminines sont particulièrement encouragées’

 

Les dossiers constitués doivent être adressés à:

thomas.vonstamm@fairmed.ch/thomas.vonstamm@yahoo.fr

umboock@fairmed.cm/umboock@yahoo.fr

etiennedolido@fairmed.cm/etiennedolido@yahoo.fr

 

 



 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.