L\’EX ANIMATEUR DE LA CRTV PARLE DE LA NAISSANCE DE RADIO BALAFON A DOUALA,SA GRILLE DES PROGRAMMES, LES CRITERES DE RECRUTEMENT,LES PROJETS ET SA DEMISSION DE LA CRTV.REVELATIONS.

 Cyrille Bojiko bonsoir et merci de nous recevoir dans vos locaux ce 16 mars 2012. Vous êtes le Directeur Général de Radio Balafon (90.2 FM). Comment est née cette Radio dont on parle partout ici à Douala ?
Bonsoir Ericien Pascal et bonsoir à tous les lecteurs de yaoundeinfos.com .Radio Balafon a été lancée le 27 mai 2011.Mais c’est une idée qui trotte dans ma tête depuis fin 2000 début 2001 pendant que j’étais étudiant en communication à Yaoundé et que j’exerçais par la même occasion dans les radios universitaires(Radio Siantou et Radio Lumière ndlr) je me suis rendu compte que je pouvais plustard, si je gérais bien ma carrière finir par être propriétaire d’une chaine de radio parce que je trouvais que j’avais des choses à proposer aux auditeurs par ce que j’ai trouvé qu’à un moment donné de mon histoire j’aurai acquis une certaine expérience j’aurai accumulé beaucoup de connaissances et je pourrais être propriétaire d’une radio. Comment pourquoi, je ne savais pas encore mais au fur et à mesure que j’ai évolué j’ai muri l’idée et puis est venu le moment où je me suis senti prêt pour me lancer et voilà Balafon est née.

\"Radio

Cyrille Bojiko anime \ »Sacré Matin\ » de lundi à vendredi 6h-9h.

\ »Je suis le Directeur Général mais je suis d\’abord Animateur\ »

Bel exemple.

Qu’est ce qui différencie Balafon des autres radios FM de douala voire du Cameroun ?
La différence vient d’abord du nom Balafon. Balafon est née pour répondre à un réel problème de divertissement. C’est tout le monde qui était porté sur les débats, qui dit être généraliste. Pourtant on peut développer d’autres divertissements en radio on peut informer en divertissant. Nous à Balafon avons choisi de nous mettre sur le créneau infotainment c\’est-à-dire information et divertissement.il nous arrive aussi de faire de la sensibilisation lorsque l’occasion s’y prête. Nous avons d’ailleurs été très actifs dans la lutte contre le paludisme lors de la campagne de distribution des moustiquaires imprégnées. Pendant la période où le cholera faisait des ravages à douala nous avons réalisé des spots pour sensibiliser les populations. Nous accompagnons les pouvoirs publics dans leurs différentes campagnes de sensibilisation à l’endroit des populations. Mais je crois que la grande différence ce sont les auditeurs qui peuvent mieux vous dire ; mais je pense qu’en même qu’après avoir fait le tour de 3,4,5 chaines de radios, Balafon est  différente des radios que j’ai connues, car Balafon a un programme  beaucoup plus léger en terme de ton, beaucoup plus divertissant et très informatif. Vous savez qu’il ya aujourd’hui une nouvelle façon d’informer le public, ce n’est plus avec des termes lourds, propos durs, il faut utiliser le langage de l’auditeur, lui parler le langage qu’il connaît, le séduire, le toucher dans sa sensibilité. Nous sommes une radio qui a choisi comme cible les 20-50 ans les élèves de première terminale, les étudiants de l’enseignement supérieur et jeunes cadres. Nous avons fait une étude de marché, nous avons étudié ce que font les autres, et savoir  qui sont leurs auditeurs, et on s’est demandé quel public n’était pas encore défini, c’est bien évidemment les 20-50 ans ; c’est une tranche d’âge qui consomme les mêmes bières, les mêmes jus, qui écoutent les mêmes musiques, regardent les mêmes programmes à la télé ;or d’autres chaines sont perdus entre les ados et les vieillots. il fallait donc définir cette tranche d’âge là, et lui créer  son univers en terme de radio et de télévision. J’ai commencé par la radio pour créer leur univers et je pense qu’aujourd’hui au niveau de douala c’est plutôt une réussite.

Parlez- nous de votre grille des programmes…
Balafon émet 24h/24, et 7jours sur 7.On a un programme matinal baptisé « Sacré matin » qui va de 6h à 9h, c’est un vrai magazine avec une heure d’informations sur l’actualité du jour l’information de proximité, l’information nationale et l’information telle que vue par le public. Par exemple le Chef de l’Etat vient de nommer une personnalité, qu’est ce que ça va changer dans vos quartiers dans vos vies et comment l’appréciez vous, comment jugez vous la décision de tel ministre etc. A Balafon on n’impose plus l’information au public on la lui propose. On la commente avec des spécialistes en faisant participer les auditeurs qui peuvent poser des questions pour mieux comprendre une décision du chef de l’Etat. C’est ce que nous appelons l’information participative. Et cela a un gros succès sur radio Balafon. Toujours dans « Sacré Matin » on a aussi beaucoup de musiques et des invités, avec en prime les questions liées au droit à la santé, le vocabulaire, le bon langage etc. Entre 10h et 12h nous avons une émission de jeu baptisée « Carrefour », un véritable carrefour des rencontres des businessmen et du showbissnesmen, le programme reçoit également beaucoup d’invités, des peoples etc. A 12h c’est le journal Balafon infos midi, une autre édition passe le soir à 18h. Mais à 13h et à 17h nous prenons en relais le journal du poste national de la crtv (Cameroon Radio Télévision ndlr).Pour nous la crtv c’est la référence en matière d’informations institutionnelles. Bien qu’étant une chaine de radio privée nous n’avons pas le droit de priver le camerounais de l’information institutionnelle. Nous sommes une radio de développement, et devons permettre aux camerounais de savoir comment fonctionne le pays. Quelles sont les dernières décisions  prises, les nominations, les mouvements, il faut que les populations soient au parfum de l’action du gouvernement, par exemple le Chef de l’Etat a voyagé, où est-il allé pour faire quoi, quand rentre t-il ? Qu’est ce qu’il nous a ramenés etc. Nous prenons la crtv en relais pour  que nos auditeurs ne soient pas distraits. Nous devons divertir sans distraire. De 15h à 15h20,il ya Balafoot c’est un programme 100% football, mais nous avons d’autres programmes de sport qui font la part belle aux sport local. En début de soirée nous avons « jamboula »de 18h30 à 20h qui est une animation 100 % musique avec des dédicaces des auditeurs. À 21h on rediffuse « sacrée matin » pour tous ceux qui sont sortis très tôt le matin qui peuvent ainsi se rattraper. Le soir, de 24h à 6h c’est de la musique.

\"Cyrille

Cyrille Bojiko: A Radio Balafon, l\’animateur est 

également Journaliste et…technicien.

Quelle est la zone de couverture de Radio Balafon ?
Nous couvrons principalement la ville de douala et ses environs. C’est ce que nous avons déclaré au ministère de la communication. On s’en tient d’abord à cela. Peut-être nous allons étendre la couverture lorsque le cadre légal ou juridique nous le permettra. Quand nous aurons rempli les conditions nécessaires pour cela on pourra étendre la capacité de couverture. Pour l’instant nous observons d’abord l’évolution de la radio sur le plan local et après on verra s’il faudra chercher d’autres territoires pour proposer nos  programmes aux auditeurs de ces parties du pays.

Balafon c’est une équipe de combien de personnes ?
Nous sommes une équipe de 13 personnes. Journalistes animateurs techniciens, et staff administratif compris. Ici tous les animateurs sont des journalistes et les journalistes, des animateurs. C’est l’un des critères de recrutement. Cela améliore la qualité de leur performance. Je suis le propriétaire de la radio mais je suis animateur et je fais également des chroniques, des analyses sur les discours du Chef de l’Etat, je traite des grandes questions politiques de Balafon. Avoir des animateurs incultes qui sont  limités à faire les dédicaces c’est pas bon pour une radio. L’animateur doit être capable d’informer, d’éduquer d’être au courant de l’actualité. J’ai écouté dans une radio un animateur qui disait que le chef de l’état s’est adressé à la nation, alors que ce jour là le président de la république s’adressait au corps diplomatique. cela veut dire que cet animateur ne connaît rien et c’est scandaleux, un autre animateur d’une radio avait carrément donné un mauvais nom à un membre du gouvernement alors que ce ministre n’était plus dans le gouvernement, et puis récemment j’ai écouté dans une radio sœur ici à douala un animateur dire « le nouveau ministre de la jeunesse et des sports» (il fallait dire le nouveau ministre de la jeunesse et de l’éduction civique, ndlr). Cet animateur est à quelle époque? Donc tous ceux qui ont des émissions interviennent au journal et contribuent au journal, ainsi non seulement ils améliorent leur culture, ils améliorent également leur écriture. Cela nous évite d’avoir des animateurs qui font des bruits à l’antenne, avec beaucoup de parlotte sur les musiques pour ne rien dire de sérieux. Ceux là n’ont pas leur place à  Radio Balafon. Nous sommes 13 personnes car en réalité nous fonctionnons chacun en double, journaliste-animateur ou animateur journaliste. Ainsi dans un avenir proche, quand nous aurons d’avantage la confiance des annonceurs et les recettes conséquentes, nous allons mieux payer nos employés. Au lieu d’avoir un journaliste qui est payé à 100.000 FCFA ou un animateur qui est payé à 150.000 FCFA on aura un animateur qui est payé à 250.000 FCFA.

Selon certaines indiscrétions,  à peine lancée Balafon aurait déjà de grands partenaires…
Balafon a bénéficié de la confiance de certains annonceurs. Les grands partenaires…ils nous observent encore et nous également les observons. Nous sommes déjà heureux que certaines structures nous aient fait confiance. Même la présidence de la république.car nous avons été  sollicités par un membre du gouvernement pour diffuser les spots publicitaires de la campagne du président Paul Biya. Nous avons été très honorés. Nous avons même voulu le faire gratuitement puisque ça concernait le Chef de l’Etat, ce membre du gouvernement nous a dit qu’il fallait qu’on soit payés car il y avait un budget pour cela.et c’est avec beaucoup d’émotion que nous avons envoyé notre facture. Nous avons également été très heureux de voire  le ministre de la santé publique André Mama Fouda citer Radio Balafon lors d’une cérémonie au Hilton à Yaoundé parmi les partenaires médias de la lutte contre le paludisme, alors que Balafon venait juste de célébrer ses 3 mois d’existence. Certains annonceurs nous ont sollicités pour des spectacles, et nous avons fait le plain des salles. D’autres annonceurs commencent à arriver, ce qui nous permet de supporter un peu nos charges, de commencer à mettre notre personnel un peu à l’aise, de penser à  la prévoyance sociale de nous acquitter de tout ce qu’il faut verser au ministère de la communication à notre  dossier  pour qu’il soit complet d’ici peu de temps.

Ici à douala il se dit que Radio Balafon fait déjà des jaloux. Quels sont vos rapports avec vos concurrents ?
J’ai dit à tous mes camarades (c’est ainsi qu’il appelle ses collaborateurs),qui sont pour la plupart mes amis avant que je ne lance la radio, que le concurrent de Balafon c’est celui qui veut détruire Balafon. Nous préférons parler des radios consœurs et nous fonctionnons dans un système de complémentarité, car voyez-vous, aucune radio ne peut totalement satisfaire les besoins de tout un public. Les concurrents, on en n’a pas, nous citons même d’autres radios à l’antenne. Dans une radio un animateur s’est indigné à l’antenne du fait qu’après seulement deux mois d’existence, que Balafon soit classée deuxième Radio la plus écoutée à douala par comnews. Nous sommes dans une confrérie, ce n’est pas de l’animosité ou la concurrence. Même quand je débauche un animateur d’une autre radio j’informe d’abord son patron pour savoir s’il est en fin de contrat ou pas. J’ai même un jour appelé  monsieur Fofé le patron de radio nostalgie pour lui demander si on pouvait partager un animateur lui et moi. Vous savez je suis contre les patrons qui donnent des contrats fermés et d’exclusivité aux animateurs et leur empêchent de prester ailleurs.il est difficile de payer un animateur aujourd’hui car un animateur  d’un quotidien au Cameroun au bas mot vaut 300.000 FCFA de salaire par mois pour qu’il soit à l’abri du besoin et pour qu’il ne fasse pas les « gombos » qui souillent la radio et qui peuvent ternir l’image du métier. Mais en dehors de la crtv qui peut payer  ce salaire? Alors moi je propose aux promoteurs des radios d’ouvrir les contrats de leurs animateurs. Si un animateur travaille sur sky radio de 6h à 9h, je peux avoir besoin de lui sur ma chaine de 11h à 13h mais à condition qu’il ne fasse pas la même émission et qu’il soit chez moi 30 minutes avant le début de l’émission pour que je sois rassuré qu’il sera bel et bien à l’antenne. Par exemple, tu présentes un programme de sport chez moi et tu fais l’animation musicale  chez un autre. Ainsi si cet animateur a trois programmes dans trois chaines différentes où il peut avoir 150.000 ici 125.000 là-bas 200.000 à la télévision, à la fin du mois il se retrouvera avec un salaire raisonnable. Il aura même encore un public large, plus d’aura et de popularité. Voilà, cet animateur va vivre décemment rouler dans une belle voiture, habiter dans une belle maison, acheter un petit terrain aider sa vieille mère qui est malade au village, envoyer sa petite sœur à l’école et dire que je suis une vedette, et pouvoir aussi offrir à boire aux gens au lieu d’en demander tout le temps à ceux même qui n’en n’ont pas. J’ai proposé cela aux promoteurs des radios, mais ils m’ont envoyé balader. En attendant que l’état régule le marché de la publicité et qu’il fixe le minima publicitaire dans les radios, il faut que les patrons ouvrent les contrats. Ça ne sert à rien d’embrigader un animateur chez vous toute la journée pour lui donner un salaire insignifiant qui va plutôt le clochardiser. Ce n’est pas sérieux. En travaillant dans plusieurs médias on peut contourner les problèmes d’aérés de salaire car si l’un des patrons accuse un retard de paiement, le salaire de l’autre lui permettra de tenir en attendant que l’autre paye. On évitera les grèves qu’on observe dans les médias. C’est comme l’enseignant qui fait les vacations dans plusieurs collèges. Ainsi on va relever le niveau de notre métier. Quand un animateur a un salaire minable à la fin du mois il ne peut même se marier il se tue dans l’alcool, il ne prépare pas les émissions par ce qu’il n’est pas motivé. Certains brillants animateurs abandonnent même le métier et voilà comment on perd les talents.

Cyrille Bojiko parlons de vous-même. Vous avez travaillé à la crtv où vous avez même occupé d’importantes fonctions, puis à canal2-Sweet Fm. Qu’est ce qui vous a poussé à démissionner de la crtv ?
Je n’étais pas destiné pour la crtv en toute vérité. C’était un rêve d’enfant et vous savez, Ericien Pascal, vous et moi avons été formés à la crtv. C’est une maison qui nous a accueillis tout petit, on était au lycée, on y a passé 7 à 8 ans. Après on a eu le baccalauréat, on est parti à l’enseignement supérieur où  nous avons obtenu nos diplômes en communication avant de travailler  dans les radios privées à Yaoundé. Donc c’était le rêve d’entrer à la crtv. Ce rêve s’est réalisé pour moi  grâce à Dieu. Alors quand j’entre (cette fois officiellement ndlr) à la crtv, j’ai été nommé. J’ai été double chef de service, notamment chef de service de l’animation et de la programmation musicale  à la FM105 à Douala et chef de service adjoint de la régie d’antenne à la crtv littoral. Dans ma tête je n’avais pas l’intention de faire carrière à la crtv, j’avais mes ambitions personnelles.je suis quelqu’un qui bouge beaucoup et j’aime souvent prendre certains risques. J’aime aussi oser .Etant à la crtv, j’étais comme à l’école. Je profite d’ailleurs de votre tribune pour remercier la crtv qui m’a beaucoup appris par ce que le fait qu’on m’ait nommé a plutôt accéléré ma formation en termes de management. Je venais apprendre ce que c’est qu’une grande structure, comment elle fonctionne et la crtv c’est une grosse structure, où l’on retrouve des professionnels. Et quand est venu le moment où je me suis estimé déjà apte à me battre je suis parti. Mais il fallait que j’aille essayer, tester mes connaissances acquises à la crtv ailleurs. Savoir si je suis capable de faire décoller une structure, de mettre en valeur ce que j’ai appris à la crtv et de réussir. je suis donc allé à canal2(chaîne de télévision privée basée à douala ndlr).C’est à Stv que je partais d’abord mais ils m’ont fermé leurs portes pour des combines et puis canal2 m’a ouvert les bras et j’y suis allé.je rappelle d’ailleurs que je n’ai jamais eu de contrat à canal2, je travaillais dans cette chaîne en free lance, moi je venais comme un mercenaire donner un coup de main mais en fait je venais m’évaluer à canal2 tout en leur apportant mes connaissances acquises à la crtv.je venais à canal2 au moins pour 5 ans pour peaufiner ma formation dans l’univers privé à douala, ma ville de résidence. J’ai passé 2 ans et demie à canal2 et je me suis rendu compte que canal2 avait commencé à renouveler ses effectifs et il y avait une nouvelle génération de jeunes qui montait. Il fallait leur donner la chance. Un jour j’ai discuté avec Conty Eka, on s’est dit qu’en y restant ces jeunes n’auront pas de place, il était donc mieux que nous puissions chacun poursuivre sa vie professionnelle ailleurs. Alors j’informe Consty sur mon projet de création d’une radio. Voilà comment je lance balafon FM et donner en même temps la chance aux autres jeunes.

Cyrille Bojiko vous êtes le Directeur Général de Radio Balafon, mais si on vous demandait qui est réellement caché derrière cette affaire ?
Personne. C’est le Seigneur Dieu tout puissant et le Chef de l’Etat Paul Biya.je cite le nom du Président Paul Biya parce que c’est lui qui a facilité la création des entreprises au Cameroun. le Président Paul Biya nous  donné envie de créer. Dans ses discours il ne cesse de parler de l’auto emploi, de la promotion de l’emploi jeune. Le discours du Chef de l’Etat m’a nourrit de beaucoup d’espoir et m’a donné l’envie et la force d’essayer. Je me suis dit puisque le président le dis donc si j’ouvre une structure l’Etat me soutiendra et  quand je suis arrivé avec mon dossier au centre de création des entreprises de Douala, en trois jours, j’ai obtenu tous les papiers, sans débourser le moindre pot de vin au contraire j’ai bénéficié des conseils sur la création d’entreprises et tout le mécanisme qui accompagne la création d’une entreprise au Cameroun.
Les gens ont dit qu’il ya tel ou tel derrière. Non. je vous demande de faire  tous les contrôles possibles, je vous ai montré les documents de création de  Radio Balafon. Il n’ya personne derrière Radio Balafon à part son promoteur. Radio  Balafon c’est ma deuxième entreprise. Je suis d’abord propriétaire d’une agence de communication événementielle qui existe depuis trois ans et qui m’a permis de mettre un peu d’argent de côté. Et puis n’oubliez pas qu’il y aussi le concours  des  banques. Si votre projet est véritablement bancable alors la banque vous donne un peu de crédit. Mais il faut aussi d’abord avoir un capital de départ. Si votre projet est de 10 millions de FCFA, ayez d’abord au moins 6 millions et la banque vous donnera les 4 autres millions. J’ai eu un appui de deux banques qui m’ont permis de mettre rapidement le projet sur pied par ce que le projet était bancable. Donc Radio Balafon appartient à Monsieur Cyrille Bojiko promoteur propriétaire et Directeur Général.

\"CYRILLE

Cyrille Bojiko dans son bureau: \ »Je suis le Directeur

Général, promoteur et propriétaire de Radio Balafon\ ».


Radio Balafon est l’une des rares chaines de Douala et du Cameroun où l’on retrouve plusieurs stars du micro dont -même vous qui animez le réveil matinal. On pourrait avoir de petits soucis d’humeurs et des conflits de leadership. Comment gérez-vous tout ça ?
Merci beaucoup pour cette question qui m’avait d’ailleurs déjà été posée par un aîné. Mon rôle est d’abord de leur faire comprendre que  nous sommes une famille. Et leur faire comprendre que ni le sable ni le gravier ni le ciment ni l’eau séparés ne peuvent construire un bâtiment. C’est ensemble qu’ils forment le béton armé et avec lequel on construit les ponts les routes et les bâtiments. Même les plus grosses stars de balafon FM ont besoin des petites stars de balafon, chacun joue son rôle. On ne doit pas créer un climat de concurrence entre les gens, ne pas privilégier certains par rapport à d’autres. Ce n’est pas parce que tel animateur a plus de succès dans son émission qu’il doit être  celui qui bénéficie des privilèges du patron. C’est même celui qui n’a pas assez de succès qui doit voir plus de privilèges de la hiérarchie pour le remonter. Ici on partage des informations, des nouveautés des scoops etc. On vit en partage. même quand il faut sanctionner un agent qui a enfreins le règlement intérieur, ce n’est pas le patron qui prends la décision de punir, cela se fait au cours d’une réunion au cours de laquelle chacun donne son avis sur la nature de la sanction à infliger à un agent. Ici on décide ensemble ainsi chacun se sent agent et  responsable en même temps. J’ai mis ce système sur pied et il marche plutôt bien. Ici tout le monde est star mais en réalité la vrai star c’est l’auditeur et celui qui est derrière le micro est le serviteur. Donc les journalistes et animateurs sont au service de l’auditeur, d’où notre slogan «  la radio qui vous écoute ».vous savez j’ai vu des Radios où lorsqu’on fait venir un nouvel animateur, on fait tellement de publicité sur lui, ça peut frustrer les uns et les autres. Ici à Balafon c’est cool, on parle de manière amicale, c’est convivial on fait de petites excursions ensemble, un weekend on est chez tel collègue, tel autre on est chez tel autre et pour celui qui n’ pas encore de logement, il peut recevoir les collègues dans un restaurant. On fait de petites tontines entre nous, si l’un d’entre nous est souffrant il ya une grande solidarité. A Balafon l’amitié est  obligatoire, c’est l’une des règles d’or ici vous l’avez lu au babillard. Si vous détestez quelqu’un on vous demande de déposer votre démission. Si quelqu’un vous énerve et vous refusez de faire la paix avec lui, on vous demande également de déposer votre démission. Par ce que c’est de là que partent les conflits, après on va chez les marabouts. Donc le patron se doit d’être vigilent sur l’état d’esprit de ses collaborateurs, parler avec eux, même de leurs problèmes familiaux, car nous formons déjà une famille. Ne pas toujours utiliser le langage de patron mais celui  d’amis, de collaborateurs. Cultiver l’humilité et éviter la jalousie surtout  l’hypocrisie car elle nourrit la haine et des sentiments négatifs qui peuvent un jour exploser et détruire la maison.

Pour terminer Monsieur le Directeur Général quels sont les projets de Radio Balafon ?
Je veux être au service des camerounais. Être une radio qui n’insulte pas, qui ne dénonce pas dans le vide. Une Radio qui attire l’attention et qui sensibilise. Une radio qui relève les manquements dans la vie sociale sans condamner, une radio qui ne juge pas, mais qui propose un jugement. J’ai dit à mes collaborateurs que je ne veux pas la radio des spécialistes mais une radio qui donne la parole aux spécialistes, par ce qu’il y des radios où des confrères s’érigent en spécialistes. Nous voulons être une radio qui permet au peuple d’être moins ignorant. Donc en terme de projet, nous voulons rester dans ce créneau là et être utile et agréable à la société. On dit  « Radio Balafon c’est la radio où l’utile et l’agréable font chemin ensemble ».Nous voulons que l’Etat nous ayant observé, nous  permette de nous déployer dans d’autres villes pour essayer de proposer les programmes de notre Radio à d’autres camerounais. Je souhaite que certaines radios de Yaoundé puissent émettre sur Douala, par ce que nous voulons à partir  de douala comprendre un peu mieux comment fonctionne Yaoundé à travers les émissions de radios de Yaoundé tout comme nous voulons également que Yaoundé ait la température de Douala à partit des radios de proximité de Douala comme c’est le cas dans d’autres pays. Nous souhaitons  quand les moyens nous le permettront, peut être également  avec le concours des banques, dans l’avenir, étendre notre réseau à travers le pays.

Entretien avec Ericien Pascal,
à Douala


PUBLICITE: FAITES PUBLIER VOS ANNONCES ICI.

Pour nous contacter Tel: 00237 99843976.

Email: yaoundeinfos@yahoo.fr

5 Replies to “CAMEROUN:MEDIAS: INTERVIEW: CYRILLE BOJIKO DIRECTEUR GENERAL DE RADIO BALAFON FM90.2 PRESENTE SA CHAÎNE.

  • nathalie bami
    nathalie bami
    Reply

    tu as su utiliser les talents q le bon DIEU ta donné bravoz

  • silas EKINDE
    silas EKINDE
    Reply

    tu es le meilleur dans l’animation un diot entre BEYA LENA et toi sa donne

  • ynika.ebembi
    ynika.ebembi
    Reply

    tu es vrmt un hero et merite des félicitations

  • JEROME MBA
    JEROME MBA
    Reply

    IL EST LE VRAI DIEU

  • Christophe Tsackova
    Christophe Tsackova
    Reply

    Et un ptit coup de popol par ci, un ptit coup de popol par là… pitoyable! Tu n’es pas different des des autres, tu es un fake! et le karma aura raison de toi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *