LA CONCERTATION ENTRE LE MINISTRE DE LA JEUNESSE ET DE L\’EDUCATION CIVIQUE SES COLLABORATEURS ET LES EXPERTS DU SECTEUR DE LA JEUNESSE DES 24 25 ET 26 AVRIL 2012 ETAIT AXEE SUR CES DEUX PROJETS.LES RECOMMANDATIONS.

 

Pour lutter contre le chômage en milieu jeune, le gouvernement a mis sur pied deux projets : Le PAJER-U (Programme d’Appui à la Jeunesse Rurale et Urbaine) et le PIFMAS (Projet d’Insertion Socio-économiques des Jeunes par la création des Micro-entreprises de Fabrication du Matériel Sportif).Les deux programmes concernent des jeunes non scolarisés et déscolarisés diplômés ou non âgés de 15 à 35 ans. Si le premier projet est visible sur toute l’étendue du territoire avec quelques griefs, tel n’est cependant pas le cas du second dont les activités se limitent jusqu’ici dans quatre régions du pays.

\"Bidoung

S.E Bidoung Mkpatt,Ministre de la Jeunesse et de l\’Education civique.

Tres dynamique.

 

La concertation qui s’est tenue au palais des congrès de Yaoundé  en présence du ministre de la Jeunesse et de l’éduction civique sur le thème « Pajer-u et Pifmas :Stratégies d’optimisation de l’insertion  socio-économique des jeunes », avait donc pour objectif général de réorienter les activités du PJER-U et du PIFMAS en vue d’optimiser leur contribution à l’insertion socio-économique des jeunes à la lumière des résultats de l’évaluation, des recommandations du dernier Forum national de la jeunesse, de la vision du DSCE(Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi) et des exigences de la politique des grandes réalisations du chef de l’Etat en ce qui concerne l’insertion socio-économique et professionnelle de la jeunesse.

Pour le Ministre Bidoung Mkpatt, il est à présent question de mettre en place des stratégies pour alléger les procédures applicables au sein du Pajer-U et du Pifmas, de raffiner davantage les critères de sélection, d’améliorer le suivi évaluation des bénéficiaires et d’améliorer la connaissance des projets par les jeunes à travers une stratégie appropriée de communication.

A l’issue de cette concertation, les participants se sont accordés sur la nécessité d’allégement des procédures en vigueur au sein de ces deux projets ; la redéfinition du rôle de chaque acteur notamment les jeunes bénéficiaires, la coordination, les partenaires la structure de tutelle ; l’amélioration du suivi des bénéficiaires et le relèvement du rythme de remboursement par les jeunes bénéficiaires. De bonnes initiatives en somme pour la jeunesse camerounaise.

Ericien Pascal Nguiamba.

 

Pour contacter Notre Rédaction :Tel: 00237 99843976.

Email: yaoundeinfos@yahoo.fr      VOS ANNONCES ICI

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.