VOICI LA DECLARATION DU PRESIDENT NATIONAL DU MOUVEMENT REPUBLICAIN(MOREP) FABIEN ASSIGANA, PARVENUE A NOTRE REDACTION.A LIRE A TOUT PRIX.


                             \ »CE GOUVERNEMENT DOIT DÉMISSIONNER\ » 

Messieurs Éphraïm Inoni et Marafa Hamidou Yaya étaient l’un Premier Ministre Chef du Gouvernement, et l’autre d’abord Ministre d’État Secrétaire Général de la présidence de la république et ensuite Ministre d’État en charge de l’Administration territoriale et de la décentralisation dans le gouvernement de Paul Biya.

\"Assigana

M. Fabien Assigana Président National du MOREP, à sa

Résidence à Yaoundé.


Aujourd’hui ces hauts commis de l’État sont devenus des pensionnaires d’abord de la prison centrale de Kondengui, ensuite dans les locaux du SED sans très bien savoir le pourquoi du déménagement. En fait si nous faisons le tour de la maison c’est un gouvernement au complet du régime Biya qui se retrouve en prison pour grosses indélicatesses financières.

Mais au-delà de l’effet médiatique que ces arrestations ont produit, nous ne serons pas aussi naïfs pour croire que ce régime à réellement commencé la lutte contre la corruption. Le « timing », la publicité qui y a été entouré et la qualité des personnalités interpellées nous montre le cynisme de ce régime qui, au lieu de nous présenter un projet économique en marche, comme première grande réalisation, il nous balance l’arrestation somme toute banale de quelques fonctionnaires véreux et de plus issus de ses propres rangs. Ce gouvernement veut nous jeter la poudre aux yeux pour nous faire oublier :

le passage en force d’un soi-disant code électoral scélérat ;

le non décollage des fameuses grandes réalisations à mi-chemin de la première année ;

la continuation de l’inertie dans la conduite dans toutes les sphères de la république ;

la course en avant dans l’incompétence ;

Le gouvernement des grandes réalisations cherche à se faire oublier en créant la grosse distraction, qui n’amuse d’ailleurs plus personne, avec l’arrestation de quelques uns de ses pontes véreux. Bref ce gouvernement a présenté aux yeux de la nation toute entière un spectacle désolant. C’est la panique générale dans la maison RDPC. C’est le Président de  l’Assemblée nationale qui, lors de l’ouverture de l’actuelle session parlementaire des élus  du peuple, se permet avec son titre de Président de l’Auguste Chambre, de parler devant tous les élus mais au nom du RDPC pour fustiger un de ses camarades en délicatesse, en lui demandant de se taire.  C’est le plus grand philosophe de tous les temps, « création personnelle de Paul Biya », qui vient déverser sa « gromologie » pour demander gentiment à son camarade de se taire. C’est aussi le porte parole du gouvernement qui vient, au cours d’un point de presse, dit que toute vérité n’est pas bonne à dire, et demande à son « frère (nordiste)» par opposition à son « camarade » (il n’est pas membre du RDPC)de se taire.

Pour finir, le Mouvement Républicain (MOREP) encourage Marafa Hamidou Yaya de continuer. Le Mouvement Républicain (MOREP) appui la démarche de l’honorable Jean Michel Nincheu pour rendre Paul Biya justifiable devant la loi comme tout autre camerounais. Le Mouvement Républicain (MOREP) appui la demande de certains élus pour l’ouverture d’une commission d’enquête, mais pas seulement en ce qui concerne l’indemnisation des victimes du crash de l’avion CAMAIR à Douala ou leurs ayants droits, mais aussi pour toutes ces affaires qui font l’actualité.

Enfin le Mouvement Républicain (MOREP) exige purement et simplement la démission immédiate du gouvernement tout entier, et la formation d’un gouvernement de transition qui sera chargé de l’implémentation et de l’application d’un nouveau mécanisme et d’une nouvelle vision du Cameroun pour sa refondation sociétale.

Pendant des décennies, les camerounais se sont laissés mener en bateau acceptant de composer avec le pouvoir, en participant et légitimant des simulacres de consultations, pensant benoîtement que les gens d’en face avaient la volonté d’organiser des élections transparentes et attendaient leur contribution pour améliorer et changer le cours de l’histoire démocratique de leur pays. Nous constatons avec beaucoup d’amertume que nous nous sommes lourdement trompés. Nous disons aussi au peuple camerounais que personne ne viendra ici changer le cours de notre destin si nous ne nous en préoccupons pas nous-mêmes. Le Mouvement Républicain (MOREP) demande au peuple camerounais de se lever comme un pour dire, une fois pour toute, non à l’usurpation éternelle du pouvoir. Nous demandons au peuple camerounais de faire pression à tous ces leaders politiques qui mettent à l’avant leur égoïsme de se regrouper sous une plateforme commune pour apporter l’alternance au Cameroun pour une refondation sociétale et dont les principes généraux seront:

la mobilisation de la nation pour refonder la République ;

la refondation de l’architecture institutionnelle et structurelle ;

la préparation concertée et l’adoption d’une Constitution et des Codes électoraux uniques pour chaque type d’élection ;

l’organisation des élections générales ;

la légitimation de l’Etat par le Droit ;

la création des conditions pour la relance réelle de l’économie nationale en assurant le bien-être social et l’égalité de chance à tous ;

La création d’une nouvelle pensée pour la gestion de la chose publique;

La réorganisation de l’administration.

Nous disons à ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui que nous ne pouvons pas nous permettre de nous retrouver dans une situation de syndrome à la « Mohamed Bouazizi », ou à la « Amadou Toumani Touré ». Si le Président de la république réagit volontairement et favorablement à cette demande, il sortira par la grande porte avec tous les honneurs. S’il continue dans sa torpeur et reste dans sa hauteur, Dieu seul connait sa porte de sortie.

Yaoundé le  09 juin 2012

Pour le Mouvement Républicain (MOREP)

Le Président National

Fabien ASSIGANA

Email : mouvement_republicain@yahoo.fr, ou morep2010@yahoo.fr

Téléphone : 76 53 09 51(portable), 22 19 44 29(fixe)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.