Où EST PASSE L\’ARGENT DU PIAASI? VOICI POURQUOI LA CONAC ET LE CONTRÔLE SUPERIEUR DE DE L\’ETAT DOIVENT MENER DES ENQUÊTES AU PIAASI.


Les infirmations livrées à la presse par les responsables du Programme Intégré  d’Appui aux Acteurs du Secteur Informel(PIAASI) sont bizarrement contradictoires. Et amènent les observateurs avertis à s’interroger sur l’utilisation ou la véritable destination des fonds du PIAASI. Même si une certaine presse, vante sans cesse ce qu’elle qualifie comme mérite du PIAAsI, il est important de s’interroger sur la gestion de ce programme créé par le Chef de l’Etat son Excellence M. Paul Biya dans sa lutte permanente  contre la pauvreté et le chômage des jeunes.

\"Zacharie

Le Ministre Zacharie PEREVET,Président du Comité de pilotage

du PIAASI.Le Patron du coordonateur Melone Loe Claude.


Lors du séminaire  dit de « capitalisation des actions du programme Intégré d’appui aux acteurs du secteur informel » tenu au palais des congrès de Yaoundé le 07 août 2012,les observateurs avertis ont été surpris par l’enthousiasme du coordonnateur du PIAASI, le nommé Melone Loe Claude, toujours disponible à parler à « ses médias ».

Dans les documents remis à certains médias ce jour, on note que le PIAASI que le PIAASI a été créé en 2002 par le Président de la République. Le ministre  De l’emploi et de la formation professionnelle Zacharie PEREVET, président du Comité de pilotage du PIAASI , lui, a affirme dans son discours(nous avons une copie) de la mise en place du PIAASI en 2003.Des lacunes de communication qui désorientent. En outre à l’analyse des mêmes documents remis à la presse, on note des incohérences  sur la gestion des fonds du PIAASI :En effet les hauts responsables du PIAASI indiquent dans leurs documents que de 2005 à juin 2011, 40.000 dossiers de demande d’appui financiers ont été collectés dans 282 arrondissements. Mais curieusement plus de  30.000 dossiers  de financement sont toujours en attente dans les tiroirs du PIAASI. Et puis les documents du PIAASI ne précisent pas les régions, les départements et arrondissements  en question. Informations vagues. Par ailleurs dans ces documents , on parle de l’octroi  d’appuis financiers à 9911 projets pour un montant global de 5 milliards 522 millions de FCFA. Malheureusement Claude Melone Loe ne donne pas la liste des bénéficiaires afin qu’on puisse vérifier si tous ces bénéficiaires existent effectivement. Autre flou. Les mêmes sources documentaires parlent de la création de 39644 emplois, mais Claude Melone Loe, le coordonnateur national de ce programme, chef  de l’Etat, ne dit pas exactement dans quelle région ces emplois ont été créés.

\"Melone

Claude Melone Loe.Le Coordonnateur

national du PIAASI.


L’autre (faute de gestion ?) qu’on pourrait reprocher aujourd’hui au dirigeants du PIAASI n’est autre que l’incompétence du recouvrement des millions de FCFA d’appuis  attribués aux jeunes. On parle de plusieurs Millions de FCFA encore dans la nature. Depuis, certains observateurs, ne comprenaient pas jusque là pourquoi le PIAASI a du mal à recouvrer ces  crédits. Mais la réponse est venue du Coordonnateur lui-même. Invité à grand renfort de publicité sur la radio nationale(CRTV poste nationale, tranche «  le 7h15 »)par la journaliste Chetah Bilé, dont le mari est un opposant au régime du président Paul Biya, le Coordonnateur du PIAASI n’a pas hésité à déclarer que certains des bénéficiaires n’avaient pas de boite poste ou de numéro de téléphone. Des déclarations choquantes qui  devraient plus que jamais amener la Commission Nationale Anti Corruption (CONAC), le Contrôle supérieur de l’Etat d’y voir plus clair. Car Comment peut-on attribuer des fonds publics à des personnes qui n’ont aucun contact ? A moins que ce ne soit un…Par ailleurs, selon le Ministre PEREVET, la fameuse opération « coup de point » lancée il ya 6 mois n’a que permis  de réaliser « un taux de recouvrement avoisinant les 37% ».Encore vague et insignifiant. Au 31 décembre 2011,Ce taux n’était qu’à l’ordre de 30%.Et au lieu de mettre tout en œuvre pour récupérer tout cet argent qui se trouve dans des poches jusqu’ici inconnues, les responsables du PIAASI, ont plutôt trouvé utile de rehausser la cagnotte de financement qui passe de 2 millions de FCFA à 4 millions de FCFA. Pour quels intérêts ? Alors qu’aujourd’hui au PIAASI, plus de 30.000 dossiers sont en attente de financement. Au siège du PIAASI à Yaoundé, il est difficile de rencontrer les responsables. Les vigiles prenant soin de vous demander « si on vous a appelé ».Curieuse manière de prôner la transparence quand on gère les fonds publics. Lire la suite de l’enquête. Très bientôt.

Ericien Pascal Nguiamba.

 

Contact Rédaction:

Tel:00237 99843976 email: yaoundeinfos@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.