CE FILM QUI SERA PROJETE A LA FONDATION MUNA DE YAOUNDE POSE ENTRE AUTRES, LE PROBLEME DE LA CESSION DES TERRES A GRANDE ECHELLE AU CAMEROUN.UN FILM A VOIR A TOUT PRIX.


 Le Centre pour l’Environnement et le Développement (CED) et le Réseau de Lutte contre la Faim (RELUFA) présentent le film de 52 minutes intitulé : « Les palmiers de la colère » qu’ils ont co-produit. Le film a été réalisé par le cinéaste Franck BIEULEU. Il sera projeté ce jeudi 06 septembre 2012 à 14 heures précises à la Fondation Muna à Yaoundé.

\"Bieleu

Franck Bieuleu, le Réalisateur du Film.


Le film présente le projet de la société SGSOC pour illustrer le phénomène de l’acquisition des terres à grande échelle au Cameroun au profit des agro-industries dont la production est généralement destinée à l’exportation. Il dépeint aussi les difficultés de cohabitation avec les communautés riveraines du projet SGSOC, ses effets sur l’environnement notamment les risques de destruction des écosystèmes et des forêts à Haute Valeur pour la Conservation. Le film raconte également les conditions de vie  difficiles des populations dues à la perte de leurs terres ancestrales et à l’insécurité alimentaire à laquelle sont exposées les populations locales.

Les conditions de la transaction ne sont pas favorables à l’Etat puisque la société américaine HERAKLES, paie un loyer annuel de 0.5 dollar américain (250 Fcfa) par hectare et par an pour les terres non mises en valeur et 1 dollar américain (500 Fcfa) par hectare et par an pour les terres mises en valeur.

Un montant dérisoire comparé à d’autres projets de nature similaire mis en œuvre au Cameroun et ailleurs.

Le film survient dans un contexte marqué par la demande sans cesse croissante de concessions foncières à grande échelle alors qu’au Cameroun, la souveraineté alimentaire reste un défi. L’objectif du film est de susciter une réflexion sur la question des plantations agro-industrielles au Cameroun, à l’heure où le chantier de la réforme foncière est ouvert. 

Samuel Nguiffo du CED a déclaré : « Le mérite du film c’est de poser en termes simples et avec des images frappantes le problème de la cession des terres à grande échelle au Cameroun. C’est un débat qui ne pourra plus être occulté dans notre pays. Il est important de définir une politique pour optimiser l’utilisation des terres, en préservant les droits des communautés

Brendan Schwartz du RELUFA a déclaré : « Le film contient de nombreux messages des communautés locales qui veulent protéger leurs terres ancestrales et leur économie future. J’espère le gouvernement camerounais, Heraklès Farms et les potentiels investisseurs dans le monde vont entendre leurs voix ».

La Rédaction.

 

PUBLICITE: FAITES VOTRE PUBLICITE ICI.

contact Rédaction: Tel: 00237 99843976.

email: yaoundeinfos@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.