FACE A LA PRESSE LE 10 NOVEMBRE 2012 A YAOUNDE, BOSCO TCHOUBET A DEVOILE LES ATTENTES DES PATRONS DE L\’AUDIOVISUEL PRIVE.A LA VEILLE DES ETATS GENERAUX DE LA COMMUNICATION.

 

C’était une conférence de presse exceptionnelle. Puisqu’elle était retransmise en direct sur  les ondes des radios membres de l’Association des Radios et télévisions privées du Cameroun. Bosco Tchoubet, le Président de cette association, par ailleurs Président Directeur Général du groupe TBC Radio et Télévision, est monté au créneau pour « porter sur la place publique nos attentes par rapport aux Etats Généraux de la Communication » qu’organise le gouvernement  du 5 au 7 décembre 2012 à Yaoundé.

\"Bosco

M.Bosco Tchoubet,Président de l\’Association des Promoteurs

des Radios et télévisions Privées du Cameroun.


Au Cameroun, les décisions concernant la presse ont généralement été prises sans les principaux acteurs. Les journalistes. « Désormais rien ne pourra plus se décider  dans le secteur de la communication  sans que nous soyons impliqués » lance M. Tchoubet qui  pense que  « s’il faut construire une société de confiance, il faut  aller sur une base saine. Il faut  prendre des décisions consensuelles. Il faut que  le journaliste et l’Etat se reconnaissent dans ce qui a été dit ».M. Bosco Tchoubet pense aussi que «  nous ne devrons pas nous engager dans un partenariat de dupe où l’Etat ayant les moyens d’Etat nous écrase systématiquement ».Et, ajoute t-il, « les gens ne doivent pas décider à notre place ».

Face à la presse en présence de quelques membres de l’Association, M. Bosco Tchoubet a énuméré les principaux problèmes de la presse camerounaise : « Nous avons des problèmes réels. Le problème d’accès aux sources d’informations qui est la croix et la bannière pour nous journalistes du secteur privé ».Avec en prime, la question du financement des médias. « Si les petits pays d’Afrique qui n’ont même pas trois millions d’habitants subventionnent leur presse à 2 milliards, ce n’est pas le grand Cameroun avec plus de 20 millions d’habitants qui manque d’argent. Il faut que l’Etat tienne compte de sa démographie et du nombre des médias qui existent au Cameroun. » fait observer le Président de l’association des Radios et télévisions privées du Cameroun.

A la veille donc des Etats Généraux de la Communication, il exige que soient prises comme résolutions lors de ces Etats Généraux, la Nomination des Responsables des cellules de communication ministérielles par le Ministre de la Communication. « Ils doivent en principe tous les jours donner des informations au Ministre dans une centrale, la maison de la communication (qui n’a d’ailleurs jamais été inaugurée ndlr) pour nous permettre de pouvoir facilement avoir des informations du ministère de l’agriculture par exemple. Dans ce cas les journalistes vont travailler en toute indépendance d’esprit ».En outre, dit M. Tchoubet « si l’Etat refuse de partager avec nous la redevance audiovisuelle(qui revient jusqu’ici à la seule radio télévision nationale Crtv ndlr) , que l‘Etat nous donne une subvention codifiée par une loi votée à l’Assemblée Nationale et promulguée par le chef de l’Etat. Nous demandons au Minimum 5 milliards de FCFA par an pour toute la presse ».Au Cameroun bon nombre d’observateurs pensent que les dérives constatées dans la presse en matière d’éthique et de déontologie tirent leur origine de la précarité dans laquelle baigne les journalistes camerounais. C’est sans doute à ce niveau que les résolutions de ces Etats généraux auront un vrai sens aux yeux des hommes et femmes des médias au Cameroun pense M.Tchoubet.

Ericien Pascal Nguiamba.

 

                                                                     MESSAGE

                                                      Insérez votre Publicité ICI

                                                    Contactez notre Rédaction

                                                              Tel: 00237 99843976.

                                                     email: yaoundeinfos@yahoo.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.