ILS ONT PARTICIPE A UN SEMINAIRE DE FORMATION LES 15 ET 16 NOVEMBRE 2012 A YAOUNDE.VOICI LES OBJECTIFS  ET LA FINALITE DE CE SEMINAIRE DE FORMATION.


 Ils sont venus des 10 Régions du Cameroun. Pour participer à un séminaire de formation sur les droits de l’homme organisé par la Commission Nationale des Droits de l’homme et des Libertés(CNDHL).A la Maison du combattant à Yaoundé.

\"CNDHL1\"

Comme à l\’école.Et c\’est bien.


Ce séminaire visait de manière générale à doter ces agents des forces de maintient de l’ordre de la  Police et de la Gendarmerie, des outils  nécessaires pour une meilleure protection des droits cde l’homme. « Certaines condamnations injustes peuvent être la conséquence d’un acte d’un OPJ (Officier de Police Judiciaire ndlr). La sécurité, la stabilité, la tranquillité, la paix, et la sérénité sociale sont aussi tributaires  des actes de l’OPJ dont le rôle n’est plus à démontrer » a indiqué Cheikh Hamadou  Banoufé, Président de la Sous-commission des droits civils et politiques et Représentant du Président de la Commission Nationale des Droits de L’homme et des Libertés. Il a ainsi demandé aux Officiers de Police Judiciaire de capitaliser leurs connaissances « pour un meilleur respect des droits de l’homme » dans leurs chaînes d’intervention. Surtout que les OPJ sont en amont ceux par qui passent  toutes les initiatives de poursuite et enquêtes. En effet c’est l’Officier de Police Judiciaire qui est chargé d’auditionner, perquisitionner, renseigner et éclairer la justice par des procès-verbaux et des rapports. En aval c’est encore avec leurs contributions que certaines décisions de justice sont exécutées. Les OPJ sont  en contact avec les êtres humains dont ils manipulent les  dossiers voire les vies au travers de leurs implications dans les procédures qui les concernent.

Ce séminaire de Yaoundé visait donc de manière spécifique  le renforcement des connaissances des OPJ sur les instruments nationaux et internationaux relatifs aux droits de l’homme ;le renforcement  des connaissances des OPJ sur les mécanismes en la matière ; la maîtrise par les OPJ des règles des droits de l’homme applicables pendant  l’arrestation, l’enquête et la privation des libertés et surtout une meilleure  protection des droits de la personne privée de liberté.

\"Banoufe\"

Cheikh Banoufé Hamadou: il  faut \ »un meilleur respect des

droits de l\’homme\ ».


Ce séminaire s’inscrit dans le cadre du Suivi de la mise en œuvre des recommandations de l’Examen Périodique Universel(EPU) auquel s’est soumis le Cameroun au même titre que les autres membres de l’ONU le 05 février 2009.

Il faut dire que le fonctionnement de la police et de la gendarmerie, bras séculiers du système judiciaire, fait l’objet de fortes préoccupations au regard des violations des droits de l’homme dont ils sont souvent auteurs. D’où l’importance de ce séminaire de formation et de renforcement des capacités des forces de maintien de l’ordre en matière de droits de l’homme, notamment sur le droit à un procès équitable. Une initiative salutaire du gouvernement du Cameroun avec ses partenaires financiers techniques, dont la Commission Nationale Des Droits de l’Homme et des Libertés. A qui la responsabilité première de piloter cette activité a été confiée au regard de ses missions et de son expertise en la matière.

Ericien Pascal Nguiamba.

 

                                                                MESSAGE

                                INSEREZ VOTRE PUBLICITE A PETIT PRIX ICI

                                         Contactez notre Rédaction

                                                  Tel: 00237 99843976.

                                          email: yaoundeinfos@yahoo.fr


 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.