DES REVELATIONS SUR LES MOTIVATIONS DES DEUX PARTIES,LES OBJECTIFS DU PARTENARIAT ET LES AMBITIONS DU MINISTRE DES ARTS ET DE LA CULTURE.

Ils ont signé ce Mémorandum d’Entente le 14 novembre 2012 à Yaoundé. Dans l’optique d’accompagner Electricity Development Corporation (EDC) dans la mise en œuvre des activités du projet Lom Pangar relatives à la sauvegarde des ressources culturelles physiques.Pour Madame Ama Tutu, Ministre des Arts et de la Culture et le Directeur Général d’EDC Dr. Nsangou Théodore, l’objectif  principal du partenariat est entre autres d’entreprendre les actions  nécessaires pour sauvegarder systématiquement les sites archéologiques ou sacrés de la zone d’influence du projet avant qu’ils ne soient ennoyés  par les eaux de la retenue ou détruits pendant les travaux dans la zone de construction des diverses infrastructures.

\"Lom

Le site du barrage de Lom Pangar à l\’Est Cameroun.


Ce partenariat porte essentiellement sur la prospection , l’inventaire des sites et les fouilles archéologiques sur le site du chantier du barrage, de la retenue et des voies d’accès ainsi que la documentation normalisée y relative ; la gestion et la mise en place d’un espace de stockage des vestiges archéologiques ; la diffusion des résultats des études archéologiques ;la publication de l’histoire des populations du Lom ;l’organisation des journées portes ouvertes portant sur les découvertes archéologiques de Lom Pangar.

Il faut dire que le projet de construction du barrage de Lom Pangar a fait l’objet de plusieurs études environnementales et sociales notamment l’étude de faisabilité du Plan de Gestion des Ressources Archéologiques, qui a contribué à la finalisation du Plan de Gestion Environnemental et Social(PGES) dudit projet. Ces études ont permis d’identifier quarante neuf sites archéologiques d’intérêt majeur dont quarante cinq sont probablement datés d’une période comprise entre l’âge du fer et la période historique, quatre étant des sites récents notamment des villages abandonnés. Vingt-deux de ces sites ont livré des indices de présence de la poterie, parfois associés aux meules ;sept d’entre eux ont consisté en des restes d’habitation et autres vestiges récents tandis que 13 sites ont apporté des indices intéressants sur le travail du fer  dans la vallée du lom.41% de ces sites archéologiques entièrement considérés comme prioritaires seront impactés soit par le chantier du barrage soit par la montée des eaux dans la retenue  du barrage de Lom Pangar.

Selon le Directeur général d’EDC « La mise en œuvre mutuelle des engagements de ce Protocole d’Entente permettra entre autres de valoriser toutes les trouvailles culturelles dans le sens de connaître et de faire connaître les modes de vie ainsi que les comportements des groupes du passé qui vivaient dans la vallée du Lom ».

La Ministre des Arts et de la Culture Ama Tutu Muna à qui ce projet tient à  cœur, indique que «  actuellement plus de dix milles artefacts ont été collectés et sont stockés sur le site. Avec la signature  de ce Mémorandum, des études scientifiques pourront être menées en vue de déterminer avec précision leur  datation qui pourrait  être comprise entre l’âge du fer et la période historique, c’est-à dire  à partir  de 2000 ans avant notre ère ».Elle estime que « les vestiges archéologiques définis comme structures, objets et traces laissés par le passage de l’homme dans un environnement donné, permettent une meilleure connaissance des origines des peuples. Ces objets d’une importance primordiale,en tant que témoins de la présence humaine sur le site, nous renseignent  sur la richesse  culturelle des peuples qui vivaient dans la vallée du Lom il y a des milliers d’années ».

\"Ama

Madame Ama Tutu Muna Ministre des

Arts et de la Culture.


Cette « heureuse initiative » contribue, selon la Ministre des Arts et de la Culture, à « mettre en œuvre l’une des missions essentielles de mon département ministériel à savoir la protection, la conservation et l’enrichissement du patrimoine  culturel conformément  au décret  n°2012/381 du 14 septembre 2012, portant organisation du Ministère des Arts et de la Culture ».Madame Ama Tutu Muna voudrait que la dimension culturelle soit également prise en compte dans les autres projets du secteur de l’énergie dont EDC est le maître d’ouvrage et qu’une archéologie préventive véritable soit effective en collaboration avec toutes les parties prenantes. Elle pense même que ce Mémorandum d’Entente « peut être le début d’une action globale invitant les autres acteurs impliqués dans les grands projets structurants…à prendre en compte la dimension  culturelle dans leur mise en œuvre ».

Ericien Pascal Nguiamba.


                                             VOS ANNONCES A PETIT PRIX ICI

                                                        Contactez notre Rédaction

                                                            Tel: 00237 99843976.

                                                    email: yaoundeinfos@yahoo.fr

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.