DES JOURNALISTES EN COLERE A YAOUNDE.MAFIA SUR LES INVITATIONS.LE MINISTRE ISSA TCHIROMA, SON SECRETAIRE PARTICULIER ET SON CONSEILLER TECHNIQUE EPINGLES.LE SNJC DENONCE.REVELATIONS TROUBLANTES.

Une vive tension et une grosse frustration règnent actuellement chez les professionnels de la Communication au Cameroun. Au sujet de l’organisation des Etats Généraux de la Communication prévus les 5,6 et 7 décembre 2012 au Palais des congrès de Yaoundé. Avant même la tenue effective de ces assises, les premiers couacs se font ressentir. D’abord les invitations : Depuis quelques jours certains journalistes défilent au service courrier du Ministère de la Communication pour retirer leurs invitations signées du Ministre de la Communication Issa Tchiroma Bakary.

\"Mincom1-copie-1\"

Le Ministre de la Communication Issa Tchiroma Bakary


Bon nombre de professionnels de la communication s’interrogent sur les critères de sélection des journalistes qui sont « appelés au téléphone par le service courrier » pour le retrait de ces invitations. Les Etats Généraux  sont-ils entrain d’être transformés ou réduits en un simple séminaire auquel prendront part une partie des journalistes  de la presse camerounaise ? Pourtant lors de ses différentes sorties médiatiques le Ministre de la Communication n’a cessé lui-même de rappeler qu’aucun journaliste ne sera exclu de ses assises. Mais ce qui se fait actuellement au Ministère de la Communication est surprenant. Pourquoi inviter exclusivement certains journalistes et ignorer les autres ? Le Ministre de la Communication est-il entrain de montrer à la face du monde que la presse camerounaise se résume à ces quelques journalistes « privilégiés » dont certains n’hésitent pas de narguer leurs confrères par des phrases telles que « Le Ministre m’a invité aux Etats Généraux », « le Ministre m’a honoré » etc.
Au service courrier du Ministre de la communication l’on indique qu’« on appelle ceux (les journalistes ndlr) qui ont leurs invitations ici. Si on ne vous a pas appelé c’est que vous n’avez pas d’invitation. Nous suivront juste les instructions ».Voilà donc qui est claire. Un journaliste rencontré au hall du bâtiment principal du Ministère révèle que M. Félix Zogo, Conseiller Technique (CT) dudit ministère lui a demandé d’aller écrire sa demande d’invitation. Un autre journaliste d’un média anglophone qui s’est rendu au Ministère pour comprendre pourquoi il n’a reçu le fameux coup de fil du service courrier, a été conseillé d’aller rédiger sa demande d’invitation. Voilà les faits.
Avait-on besoin d’inviter certains journalistes dans une affaire qui concerne toute la presse publique et privée ? Ne fallait-il pas tout simplement laisser tous les journalistes participer à ces Etats Généraux, chacun dans des ateliers de son choix ? Les salles pouvant contenir des centaines de journalistes existent pourtant au Cameroun : Le palais des Congrès ou encore le Palais des Sports de Yaoundé par exemple. Félix Zogo, indique t-on au Mincom, est le principal animateur de l’organisation. C’est lui l’homme à tout faire précise une source. Travaille –t-il en synergie avec les autres services de ce ministère ? Difficile de répondre à cette interrogation. On sait au moins que la commission des finances a été confiée au Secrétaire particulier (SP) du Ministre de la Communication. Il serait d’ailleurs le seul membre de cette commission. Pourquoi ? Seuls M. Félix Zogo et son patron peuvent répondre à cette question. Un journaliste du ministère de la Communication indique également que c’est également le Secrétaire particulier du Ministre Issa Tchiroma Bakary, qui joue parfois le rôle de chargé de la communication, en prenant soin d’inviter des journalistes de son choix dans des évènements ou conférences de presse du Ministre de la communication. Frustrant de ce fait les jeunes journalistes de la cellule des relations publiques. Qui a toujours joué ce rôle. Mais le « SP » a d’abord « ses journalistes ».Conséquences, le Ministère de la Communication est l’un des départements ministériels les moins visibles du gouvernement. Le site web peine à être actualisé, alors qu’on devrait y retrouver tous les actes du Mincom, ses discours prononcés lors des conférences de presse. Et même tous les actes pris par le Chef de l’Etat. Puisque c’est la vitrine du gouvernement. Un ancien rédacteur de ce site d’information indique que Mincomonline est, normalement, le troisième média officiel du Cameroun. On pourrait alors se demander à quoi servent même les journalistes en service au Ministère de la Communication ? Eux qui se contentent d’un journal mural placé au hall du Ministère. On dirait le journal mural d’un club journal d’un Lycée.
Au regard de « l’exclusion » des journalistes, premiers acteurs de la communication à ces états généraux, peut-on en attendre grand-chose ? Le 22 octobre 2012, Issa Tchiroma Bakary parlait  d’« Exorciser les démons de la presse camerounaise ».Il avait également émis le vœu de barrer la voie à la « presse  d’égout  qui n’inspire que du dégoût ».Le Ministre de la Communication avait aussi dit que « Dans le cadre de ces Etats Généraux de la Communication, nous allons remettre en cause pour mettre de l’ordre ».Mais ce qui  se fait actuellement au ministère de la communication est-ce de l’ordre ou du désordre au point d’amener le Syndicat National des Journalistes du Cameroun(SNJC) à demander le boycott de ces Etats Généraux ?
Affaire à suivre.
Ericien Pascal Nguiamba.

                                                                                     Contactez notre Rédaction:

                                                                  Tel: 00237 99843976.

                                                               email: yaoundeinfos@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.