Le Forum « Les Jeudi de Cotonou » a organisé un atelier de concertation y relatif le 22 février 2013 à Yaoundé. Son objectif.

 

Une vingtaine des Organisations de la Société Civile (OSC), membre du Forum Les « Jeudi de Cotonou » sont montées au créneau pour faire entendre leur voix. Et dévoiler leur position sur les Accords de Partenariats Economiques dont les négociations piétinent toujours. Ces OSC disent avoir un besoin pressant d’obtenir  des informations sur la situation exacte des négociations de l’APE entre l’Union Européenne et l’Afrique centrale pour forger leur opinion et délivrer un message fort et pertinent en direction à la fois de l’Union Européenne et du gouvernement du Cameroun.

\"Forum

Une vue des participants.Pendant la rédaction des

Résolutions de l\’Atelier.


Le Forum qui connu la participation des représentants de l’Union Européenne et du gouvernement camerounais a permis aux Organisations de la Société Civile d’avoir une bonne connaissance de la situation exacte des négociations entre le Cameroun la Communauté Economique et Monétaire d’Afrique Centrale (CEMAC), la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) et l’Union Européenne (UE).D’où des échanges fructueux entre le Comité de Suivi des négociations APE et les membres des « Jeudi de Cotonou » à savoir COSADER,Dialogues,CSP,FCJ,Plateforme dette, Jeurac, Genc, Cuvipren, Gecog, Alliance nationale contre la faim, Mission Clarité, Afroleadership,le Secrétariat Permanent de Dynamique Citoyenne, et des représentants du BTE.

Tout est parti d’un constat : Paraphé en 2007 par le gouvernement du Cameroun et l’Union Européenne, c’est finalement le 15 janvier 2009 que l’accord de Partenariat Economique Intérimaire a été signé. Des informations qui  circulent font état de ce que depuis que le Cameroun a signé l’APEI, il est l’objet de l’animosité de la part des autres pays de l’Afrique centrale. Il est devient impératif de recadrer les négociations dans le champ géographique de la sous région. Puisque l’intégration régionale est considérablement mise à mal.

L’Afrique centrale ne se reconnaît pas absolument dans cet accord jugé bilatéral. Et le Cameroun, lui, refuse de casser la dynamique de l’intégration régionale. Les OSC  relèvent aussi l’absence de l’Assemblée nationale du processus. Par ailleurs des divergences entre le Cameroun et l’Union européenne persistent notamment sur la demande de placer des questions de développement au cœur des négociations et non seulement les questions de commerce ; l’évacuation des matières de Singapour de ces négociations ; le Calcul de l’incidence de la signature de l’APEi sur l’économie ; le montant du fonds d’appui à la mise en œuvre de l’APE jugé totalement insignifiant par le Cameroun. D’autres goulots d’étranglement sont également à l’origine des « perturbations » des négociations. Les OSC qui indiquent que « les négociations ne sont pas terminés » concluent que « La Société Civile exige la renégociation de l’accord ». Christine Andela du Cosader, Jean-Marc Bikoko de la CSP, Patrick Ebanda et tous les autres membres du Forum « Les Jeudi de Cotonou » ont donc formulé une position commune afin de la présenter au gouvernement du Cameroun et à la Délégation de l’Union Européenne. Même si leur déclaration finale n’a pas été communiquée à la presse, on retient néanmoins que les OSC voudraient que le gouvernement joue la carte de la prudence, \ »de ne pas se précipiter\ » et surtout de faire en sorte que  ces accords prennent en compte  \ »l’intérêt de nos états et de nos populations ».

EPN.

 

                                                       PUBLICITE

 

                         Insérez votre annonce commerciale à petit prix ici

                                                      Contactez-nous

                                               Tel: 00237 99843976.

                                 email: yaoundeinfoscontact@yahoo.fr

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.