Issa Tchiroma Bakary ,Porte parole du gouvernement était face à la presse à Yaoundé hier 05 mars 2013.Morceaux choisis de sa Communication.

 

Depuis la signature le 27 février 2013 par le Président de la République, Paul Biya,du décret portant convocation du collège électoral en vue de l’élection des Sénateurs,une grosse polémique a pratiquement envahi tous les milieux politiques. Surtout  de l’opposition. Au sujet de la légitimité des Conseillers municipaux, électeurs sénatoriaux, élus lors des élections municipales de juillet 2007. Mais dont le mandat avait été prorogé le 30 mai 2012 jusqu’au 31 juillet 2013.Plusieurs leaders de l’opposition trouvent donc que ces Conseillers municipaux n’ont plus de légitimité. D’où les menaces proférées par certains sur  un éventuel boycott de ces élections sénatoriales.

\"Issa

Issa Tchiroma Bakary, Ministre de la Communication, Porte

parole du gouvernement.


C’est ce qui explique la sortie médiatique musclée du Ministre de la Communication (Mincom), Issa Tchiroma Bakary. Dans un rôle qu’il sait bien jouer, le porte parole du gouvernement estime que c’est juste un débat que « certains ont cru à tord bien sûr, pouvoir imposer à l’opinion ».Car « Ce sont des Conseillers municipaux à part entière. Ils ont par conséquent pleine compétence en toute affaire les concernant à titre statutaire, y compris pour élire les Sénateurs, tel que le prévoit la Constitution ». Par ailleurs, ajoute Issa Tchiroma dans la défense des intérêts du régime qu’il sert, « Au demeurant et à aucun moment, la Constitution n’exclut, ni ne relativise les pouvoirs conférés aux Conseillers municipaux, au motif que ceux-ci ne bénéficieraient que d’une prorogation de mandat ».

Pour le Mincom, « la légitimité des Conseillers municipaux dont parlent tant les pourfendeurs de notre jeune démocratie-comme si tout d’un coup ils découvraient que c’est à ces élus qu’il reviendrait à leur tour d’élire les Sénateurs-cette légitimité disais-je tantôt, ne peut être comprise que par rapport à la Constitution et à la loi électorale ».

Le Ministre de la communication  dans son argumentaire  a indiqué  que « Chacun se rendra donc à l’évidence que,ni l’argument de l’illégalité,ni même celui de l’illégitimité, ne peuvent résister à l’analyse,pour quiconque entreprendrait d’éprouver la justesse ou la pertinence de l’option prise par le Président de la République pour la mise en place du Sénat ».Le  Sénat qui constitue l’une des chambres du parlement, sera chargé de la représentation des collectivités territoriales décentralisées,c’est-à-dire  des communes et des Régions. « Aux différentes forces politiques, à qui incombent l’animation de la scène démocratique et l’encadrement politique de leurs militants ;,de jouer à présent leur partition,pour que triomphe une démocratie responsable et participative dans notre pays » a conclut le ministre de la Communication qui se rendra dans les prochains jours à Douala pour une autre conférence de presse avec les journalistes de la capitale économique du Cameroun.

Ericien Pascal Nguiamba.

 

                                                                       ANNONCEURS,

                                          DESORMAIS VOTRE PUBLICITE A BAS PRIX ICI

                                                                      Contactez-nous

                                                                   Tel: 00237 99843976.

                                                       email: yaoundeinfoscontact@yahoo.fr

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.