Une campagne lancée à Yaoundé par le Réseau more women in politics et ONUfemmes interpelle toutes les femmes et les autorités du pays.

 

« Femme :Elis et Fais toi élire ».Cette interpellation du Pr. Justine Diffo Tchunkam indique à suffisance qu’il est grand temps que les femmes s’investissent considérablement dans les processus électoraux au Cameroun .Surtout aux élections sénatoriales prévues le 14 avril 2013.

\"Justine

Pr.Justine Diffo Tchunkam,lors du lancement de son plaidoyer

le 09 mars 2013 à Yaoundé.


La Coordonnatrice nationale du Réseau de soutien à la participation politique des femmes, more women in politics ,justifie son plaidoyer, lancé le 9 mars dernier à Yaoundé, par la « très faible participation et représentativité des femmes camerounaises dans l’administration de l’espace public ».Pourtant, dit-elle «  La démocratie se construit avec les femmes ». Ces femmes qui constituent 70% des militants dans les partis politiques, plus de 51% de la population et environ 60% de l’électorat.

 Leur engagement, ainsi que leur poids politique et leur crédit social devraient donc être transformés en « dividendes politiques ».Une question de « justice sociale » affirme la coordonnatrice de more women in politics.

Mais au Cameroun, les statistiques indiquent  que la promotion des femmes ayant exercé des mandats électoraux et des fonctions électives reste inférieure à 15%.Ce qui est très largement inférieur aux exigences internationales de démocratie paritaire contenues dans les instruments internationaux et régionaux consacrant l’égalité des droits et des devoirs civiques et politiques et ratifiés pour la plupart  sans réserve par le Cameroun. Au cours  de la conférence de presse donnée le 9 mars 2013 à Yaoundé par More women in politics et  ONUFEMMES(représentée par madame Arlette Mvondo),les femmes ont fait entendre leur voix à travers un plaidoyer dont le but est de contribuer à la création des conditions favorables à l’égale participation des hommes et des femmes aux scrutins de listes en cours et en perspective par la mise en œuvre intégrale du code électoral,notamment,dans ses dispositions consacrant la prise en compte du genre et susceptibles d’accroître substantiellement le nombre des femmes aux mandats électoraux et aux fonctions électives .

\"Justine

Pr.Justine Diffo,face à notre Reporter.\ »Il faut des femmes au

Sénat…\ »


Le plaidoyer d’Onu femmes et More women in politics a donc pour objectifs d’appeler les femmes et les filles en âge de voter à ne pas céder au découragement , et à s’inscrire massivement pour consolider leur poids électoral qui représente une force de négociation du pouvoir politique pour une meilleure représentativité dans les pôles , sites et instances de pouvoir ; D’attirer l’attention des partis et formations politiques sur les enjeux de la participation politique des femmes en rapport avec la démocratie et la contribution au développement durable, et susciter la prise en compte effective du genre aussi bien dans les élections sénatoriales du 14 avril 2013 que dans la nomination des membres du sénat.

\"JUstine

Le Pr. Justine Diffo Tchunkam prie à cet effet les médias de « faire passer ce message de toutes les manières possibles afin qu’à l’issue du scrutin du 14 avril et au soir du 10 mai 2013, plus de femmes Sénatrices (soient) associées au développement local dans le contexte de la décentralisation au Cameroun ».

Ericien Pascal Nguiamba.

 

                                                               ANNONCES

                                   VOTRE PUBLICITE A PETIT PRIX ICI? OUI

                                                        Contactez-nous

                                                  Tel: 00237 99843976

                                   email: yaoundeinfoscontact@yahoo.fr

 

 

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.