Au cours d’une rencontre avec la presse, les représentants des partis politiques et de la société Civile, le 21 mars 2013, les Responsables de cette Institution ont donné leur sentiment sur l’action d’ELECAM.

 

« Les Responsables d’Elecam  nous ont fait l’état des lieux. Et il résulte globalement qu’il y a eu une avancée énorme au niveau de l’engouement  à s’inscrire sur les listes électorales ».Ces propos de Me Eugène Balemaken, Président de la Sous Commission  des Droits économiques sociaux et culturels (DESC) de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés (CNDHL) montrent que cette Institution est en phase avec le travail abattu jusqu’ici par Elections Cameroon(Elecam). Puisqu’« Elecam se fait plus visible » a-t-il ajouté.

\"CNDHL

Me Eugène Balemaken, répondant aux questions des journa-

listes.


Selon ce haut Responsable de la CNDHL, on peut se satisfaire du bilan brossé par Elecam qui garantit que  contrairement aux échéances électorales antérieures, « le droit au vote sera plus exprimé » cette année. A Elecam, l’on  estime qu’avec  la biométrie « les citoyens peuvent aspirer à l’alternance » d’où cette mobilisation et cet engouement observés ces derniers temps. Elecam pense, selon la CNDHL, « la biométrie est un gage de transparence ».Cette rencontre  entre les médias et les représentants des partis politiques et ceux de la Société civile s’inscrit dans le cadre de la Campagne de sensibilisation lancée par la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés sur l’ensemble du territoire national. Le but étant de trouver, ensemble, des mécanismes pouvant contribuer pour « améliorer le processus électoral ».Dans la Région du Centre la campagne est dirigée par Me Balemaken et Madame Eva Etongue Mayer épouse Elangue, Chef de Division à la CNDHL.

\"CNDHL

Ici aux côtés de Madame Eva Etongue Mayer épouse Elangue.


                                          Les accusations du SDF

Présent à cette rencontre, le Président Régional du Social Democratic Front (SDF), Ibrahim Aladji a critiqué le travail d’Elecam qui jusqu’ici n’a pas fait fonctionner la Commission de contrôle,d’établissement et de distribution des cartes. Le représentant du parti du Chairman Ni John Fru Ndi dans la Région du Centre estime qu’il s’agit tout simplement d’une « violation de la loi » par Elecam. D’autres goulots d’étranglement ont également été observés sur le travail d’Elecam. C’est le cas par exemple de cette « implication des autorités administratives à certains endroits ».

Ericien.P.Nguiamba.

 

                                VOTRE PUBLICITE A PETIT PRIX ICI

                                                    Contactez-nous

                                               Tel : 00237 99843976

                               Email : yaoundeinfoscontact@yahoo.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.