Voici les statistiques inquiétantes  du phénomène au Cameroun. Et les objectifs de ce séminaire organisé le 7 mais 2013 par la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés(CNDHL).

 

Tout est parti d’un constat édifiant. En Afrique centrale, le Cameroun est un pays d’origine, de transit et de destination de plusieurs migrants internationaux à travers le monde, de par sa position géographique au coeur du continent africain et sa stabilité politique. Et selon la Division de Population du Département des Affaires Economiques et Sociales des Nations Unies, le stock d’immigrants internationaux résidant au Cameroun est estimé à 196000 personnes soit environ 1% de la population totale du pays pour l’année 2010.

\"SG

M.Barthélémy Obongono,Secrétaire Général de

la CNDHL.Face à la presse.


Les Camerounais eux-mêmes sont concernés par ce phénomène :En effet pour ce qui concerne l’émigration la précarité socioéconomique,et l’amélioration du bien-être personnel ou collectif peuvent être considérées comme les principaux facteurs guidant le départ des Camerounais vers l’étranger. D’après les données statistiques du Centre sur la migration, la globalisation et la pauvreté datant de 2007 au début des années 2000, 48% d’émigrants camerounais résidaient en Afrique, 38% en Europe, 8,9% en Amérique du Nord, 3,2% en Asie et 0,2% en Amérique Latine et dans les caraïbes. L’organisation de l’atelier de Yaoundé  se justifie donc par la montée vertigineuse du phénomène. Les participants, à savoir les membres et le personnel de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés, et les acteurs de la société civile ont à travers ce séminaire, renforcé leurs capacités sur la problématique des migrations internationales au Cameroun, sous l’angle des droits de l’homme.

Selon le Secrétaire Général de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés (CNDHL), Barthélémy Obongono Eye’e,qui a présidé les travaux, ce séminaire avait aussi pour objectifs de « donner un aperçu général de la problématique des migrations aux participants, de renforcer les capacités des participants sur les normes internationales, régionales et nationales des droits de l’homme applicables aux migrant/es  et les mécanismes de protection existants ».Il était aussi question, a indiqué à la presse le Secrétaire général de la CNDHL, de « sensibiliser les participants sur l’importance d’appliquer une approche basée sur les droits de l’homme au processus migratoire ;sensibiliser les participants sur le rôle de la Société Civile en matière de protection des droits des migrants au Cameroun ;adopter un Plan d’action de la CNDHL en matière de migrations ; jeter les bases de l’élaboration d’une stratégie nationale sur les migrations ;encourager la création d’une plateforme représentative(Gouvernement,CNDHL,OSC)et multisectorielle d’échanges sur les migrations au Cameroun ».

\"CNDHL

Photo de famille des participants.


Ce séminaire a bénéficié de la présence des personnes ressources venues de la CNDHL, du Ministère camerounais de la justice, du Centre des Nations Unies pour les Droits de l’Homme et la Démocratie en Afrique Centrale (CNUDHD-AC) représenté par M. Abdoulaye Traoré, l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) représentée par madame Hélène Léocadie Dimale et des Organisations de la Société Civile (OSC).

Ericien Pascal Nguiamba.

 

                                     POUR VOS ANNONCES PUBLICITAIRES

                                                      Contactez-Nous

                                                   Tel: 00237 99843976.

                                         email: yaoundeinfoscontact@yahoo.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.