Ils ont été dévoilés au cours du Conseil d’Administration tenu le 26 novembre 2013 à Yaoundé. Lire.


La Société Civile Camerounaise de l’Art Musical(SOCAM) a tenu le 26 novembre 2013 à son siège sis au quartier Omnisport à Yaoundé, la première session du Conseil d’Administration élu le 2 novembre 2013.

\"NDEDI

Ndedi Eyango,PCA de la SOCAM.

\ »Que les artistes se mettent au travail\ »


Le nouveau Président du Conseil d’Administration(PCA) Ndedi Eyango  a déclaré qu’il mettra un accent sur « une gestion axée sur les résultats Rapides ».Il compte établir une « synergie entre un Conseil d’Administration compétent et une Direction Générale efficace » ,afin  « définitivement de sortir le droit d’auteur de l’inertie et surtout de la gabegie qui semblent avoir élues domicile ici » a-t-il avancé. Ndedi Eyango propose un plan d’action qui devra « donner une orientation cartésienne, logique, rationnelle et cohérente à l’exercice budgétaire 2014 ».

Le nouveau PCA de la SOCAM annonce la mise sur pied d’un « cabinet Technique du Conseil d’Administration » qui sera une sorte de Comité ad-hoc constitué des experts et autres consultants dans les domaines purement stratégiques conformément aux statuts de la Société.

Le « Prince des Montagnes » prévoit également mettre sur pied un « cadre idéal pour une insertion plus accrue des femmes dans les métiers de musique : Arrangeuses, éditrices, productrices, instrumentalistes, ingénieures de son » dit-il.

Mais la priorité dans l’action du nouveau PCA reste l’audit de la SOCAM, le recrutement d’un nouveau Directeur général, le redéploiement des employés, le nettoyage des fichiers, du répertoire des artistes. « On doit savoir qui est artiste et  qui ne l’est pas. Aujourd’hui on ne connait pas combien de chansons on peut retrouver  dans le répertoire camerounais » déplore Ndedi Eyango qui s’engage à « réorganiser le métier de la musique qui est dysfonctionnel au Cameroun ».Un autre chantier du nouveau PCA, amener les usagers à payer les droits d’auteurs.

Malgré les « malentendus » survenus la veille(le 25 novembre) avec des artistes « qui sont généralement manipulés », Ndedi Eyango  réaffirme sa volonté de « travailler avec tous les artistes camerounais» et les invite  à se mettre au travail, les encourage tous à rester sereins et unis, et leur demande de ne pas se laisser distraire par  « des débats sans importance » comme c’est le cas actuellement avec le problème de sa double nationalité camerounaise et américaine.

Ericien Pascal Nguiamba.

 

PUBLICITE

Vos petites annonces à petits prix ICI

Contactez-Nous

Tel:00237 99 84 39 76

email: yaoundeinfoscontact@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.