Une rencontre entre la journaliste Emilie Dominique Peghouo Ngou  et d’autres hommes et femmes des médias a eu lieu le 6 décembre 2013 à Yaoundé.


Emilie Dominique Peghouo épouse Pekassa  est Chef de la Cellule de Communication à la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés(CNDHL).Elle a participé les 21 et 22 Novembre 2013, à Arusha en Tanzanie à la conférence continentale organisée par la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, à l’intention des journalistes.

\"PEKASSA1\"


Emilie Dominique Peghouo,pendant la conférence

à Arusha.


La journaliste a donc jugé nécessaire de partager  les enseignements appris là-bas, avec ses confères du pays. C’est ainsi qu’elle a organisé dans l’une des salles de l’Ecole Supérieure des Sciences et Techniques de l’Information et la Communication (ESSTIC) à Yaoundé le 6 décembre 2013, un briefing  avec les journalistes venus des médias publics et privés. Cette rencontre leur a ainsi permis d’avoir une bonne maitrise de l’objectif général de la Conférence d’Arusha à savoir amener les médias à comprendre comment fonctionne le Système africain des droits de l’homme ainsi que les institutions parties. Selon Dominique Peghouo, il était question en fait d’informer les hommes des medias sur les missions, les juridictions et les activités de la Cour Africaine afin d’en faire des relais privilégiés.

Elle a informé ses confrères au cours de ce briefing que les communications avaient porté entre autres sur la présentation générale de la Cour, sur la place de la Cour dans le système de l’Union Africaine sur Why the journalist have switched off their lenses lenses from the african court on human and peoples right, et sur la stratégie de communication de la Cour. Les journalistes ayant pris part à cette conférence internationale ont ainsi été invités à servir de relais dans leur pays respectifs. Les hommes des médias ont été appelés à attirer l’attention des individus et des ONGs sur le fait qu’ils peuvent directement saisir la Cour, en cas d’épuisement de recours internes.

La rencontre entre la représentante du Cameroun à cette conférence d’Arusha et ses confrères et consœurs a abouti à l’idée de la création d’un réseau local des journalistes sur les questions des droits de l’homme en relation avec la Cour. Un réseau dont le premier objectif sera sans doute d’apporter plus de visibilité à la Cour au niveau du Cameroun.

EPN.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.