Kleber Biboum Bi Ngwem II donne les contours de cet important évènement. Entretien exclusif.


Bonjour Monsieur Biboum, vous organisez  en mars prochain le salon international du tourisme durable à Kribi. Pouvez-vous nous présenter sommairement cet évènement ?

\"kleber\"

Kleber Biboum,l\’organisateur du Salon.


Bonjour et merci de me donner l’occasion de parler du Salon MERCATOUR à vos nombreux lecteurs. En mars 2014 prochain, précisément le week-end du 14 au 16, la ville de Kribi va accueillir la 2e édition du Salon International du Tourisme Durable que nous avons baptisé MERCATOUR. Cet événement contribue autant que d’autres au rayonnement international de notre pays et s’articule principalement autour :
D’une conférence internationale sous le thème général : « tourisme durable et réduction de la pauvreté dans les villes africaines à fort potentiel » ; D’une exhibition professionnelle ouverte aux administrations, entreprises privées, organisations non gouvernementales, organisations internationales, etc. ; D’une foire aux projets touristiques porteurs à l’initiative des communes, offices de tourisme, associations de personnes, en quête d’assistance technique et/ou de financement ; De la fête de la bière et du poisson de Kribi ; D’une excursion sur le site de Londji et une visite en entreprise.

Qu’est ce qui a motivé l’organisation de ce Salon ?

La motivation immédiate est qu’il n’existe pas encore un Salon pareil dans notre pays. Mais il y a aussi près d’une décennie de cela, j’ai pu démontrer, lors d’un rituel académique, que le « tourisme camerounais » en tant que « produit » avait vieilli, et qu’il fallait absolument le réactualiser ou alors le réinventer, en tenant compte des attentes des touristes en visite au Cameroun, ou même de ce que le camerounais moyen lui-même gagnerait à découvrir dans son propre pays. Je me souviens qu’en 2009, lorsque j’effectue un voyage d’aventure dans deux pays économiquement proches du Cameroun, fortement tournés vers la culture touristique, mais vraiment pas dotés, à mon humble avis, du potentiel touristique comparable, je réalise tout le manque à gagner de toutes ces années durant lesquelles, ce secteur avait été négligé. Même quand le secteur tourisme devient plus tard une des cinq (05) priorités pour la relance économique de notre pays, je reste sur ma faim de voir que la volonté politique viendra finalement favoriser l’essor observé ailleurs à travers un environnement des plus propices pour la sécurité, le confort et le confort des touristes en séjour au Cameroun ; la création de nouveaux produits touristiques et la mise en œuvre d’une stratégie nationale de promotion agressive dans les marchés émetteurs.

Quel est le but et quel est l’objectif global visé par ce  salon ?

Le But de ce Salon est de faire du Cameroun un marché du tourisme émergent qui rapporte des devises et créé la richesse, susceptible de permettre à de nombreux pays africains en voie de développement, de s’affirmer véritablement dans la nouvelle économie. L’objectif global est de proposer de nouveaux produits touristiques aguicheurs qui vont renforcer la diversité et la qualité de l\’offre touristique nationale face à une demande locale et internationale qui évolue.

Peut-on avoir une idée sur les conditions de participation ?

Les participants au Salon MERCATOUR ont le choix entre les différentes articulations que j’ai avancées plus haut. Depuis l’année dernière, nous avons des participants qui préfèrent prendre part à la conférence internationale ; nous avons arrêté le prix de l’inscription à cette conférence à 28 000 F CFA/personne sans prise en charge pendant trois jours. La prise en charge concerne l’hébergement, la restauration et les excursions. Pour chaque groupe de 06 personnes, la sixième personne bénéficie d’un accès gratuit ; les étudiants et les élèves sont exonérés! Le prix minimal pour un stand (constitué de deux chaises et d’une table) est de 123 000 F CFA et enfin les communications d’entreprises pour des entreprises qui souhaitent mettre en exergue leur responsabilité sociale s’élèvent à 80 000 FCFA pour 40minutes.
Naturellement, nous avons prévu des packages pour les sponsors potentiels, mais nous n’en sommes pas encore à ce stade.

Peut-être un mot de fin à l’endroit des participants et autres partenaires…

Rendu à cette 2e édition, nous avons plus de lisibilité que par le passé. Nous avons des partenaires locaux qui nous ont fait confiance, et davantage de partenaires étrangers qui trouvent en ce Salon, une opportunité de venir au Cameroun partager leurs expériences et pourquoi trouver des raisons fondées pour y revenir, ou alors pour y investir. Je reste serein comme toutes celles et tous ceux qui m’accompagnent dans cette aventure, je sais que nous sommes prêts à continuer dans l’effort, je sais aussi que nos partenaires de la première heure, les participants et les visiteurs, ne regretterons pas de nous avoir rejoint à Kribi les 14, 15 et 16 mars 2014 prochain.

La Rédaction de www.yaoundeinfos.com vous remercie pour votre disponibilité Monsieur Biboum.

C’est moi qui vous remercie!

Entretien avec Ericien P. Nguiamba.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.