Voici la mise au point du Ministre de la communication Issa Tchiroma Bakary.


« Notre attention a été attirée ces derniers temps par une campagne hostile lancée contre le Cameroun par certains médias de pays voisins qui prétendent que notre pays ferait  preuve de complaisance ou de laxisme à l’égard de groupes terroristes ou de groupes rebelles cherchant à déstabiliser ces pays », a déclaré le Ministre de la Communication Issa Tchiroma Bakary qui était face à la presse le 3 mars 2014 à Yaoundé.

\"Issa

Issa Tchiroma Bakary,Ministre de la Communication.


Même si le porte parole du gouvernement camerounais n’a pas cité ces médias ou les pays concernés, il a tout simplement affirmé que « ces allégations sont irresponsables et dénuées de tout fondement ».

Pour le Ministre de la Communication, le Cameroun qui est « un pays épris de paix » ne saurait encourager le développement de la violence dans d’autres pays et en particulier chez ses voisins. C’est une exigence de solidarité. Mais C’est aussi et surtout une exigence de sécurité nationale. « Je le dis haut et fort, le Cameroun n’a jamais accepté et n’acceptera jamais que son territoire serve de base arrière à des entreprises de déstabilisation dirigées contre d’autres Etats » a martelé Issa Tchiroma Bakary avant d’ajouter que « le Cameroun refuse donc de servir de bouc émissaire à certains pour justifier les difficultés intérieures auxquelles ils sont confrontés dans leurs pays ». Le Ministre de la Communication exige donc que prenne fin cette « campagne de presse diffamatoire ».

Il faut dire que les conflits, les crises et les tensions qui agitent la région ont toujours eu des répercussions sur le Cameroun dont le gouvernement s’emploie à limiter la portée. Aussi, les difficultés éprouvées par les pays frères notamment le Nigeria et la République Centrafricaine ont provoqué au Cameroun, un afflux de refugiés que le pays de Paul Biya a accueilli dans la plus pure tradition d’hospitalité qui est la sienne et auxquels il essaie d’apporter en fonction de ses moyens aide et assistance, avec l’appui des institutions internationales. Les défis auxquels doit faire face le Cameroun sont d’ailleurs énormes au plan humanitaire, sanitaire et sécuritaire.

Cette campagne de presse diffamatoire  est donc tout simplement une tentative de sabotage  et de déstabilisation de la paix qui règne au Cameroun.

Ericien P.Nguiamba.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.