\"CAMEROUN:INVENTAIRE DU PATRIMOINE CULTUREL: LE PLAN D'ACTION DU MINISTRE DES ARTS ET DE LA CULTURE.\"

Voici en intégralité les recommandations issues de l’atelier sur l’inventaire du patrimoine culturel organisé par la Ministre des Arts et de la Culture,Ama Tutu Muna du 5 au 9 mai 2014 à Yaoundé.

Parvenus au terme du Séminaire Atelier de formation des formateurs en inventaire général du patrimoine culturel matériel et immatériel, les participants(photo, autour de la Ministre des Arts et de la Culture, Ama Tutu Muna) ont formulé plusieurs recommandations notamment l’Implication des administrations publiques concernées, les Institutions publiques et privées, les ONG,

Organisations de la Société Civile et autres associations, les collectivités territoriales décentralisées, les autorités traditionnelles les communautés ;La Sollicitation de l’appui des partenaires techniques et financiers ; l’élaboration d’un Document de stratégie Nationale de l’inventaire général du patrimoine culturel matériel et immatériel ; la mise en place d’un Comité spécifique pour la gestion de l’inventaire et la mise à disposition des outils et documentations appropriés aux équipes d’enquêteurs.

Les participants ont aussi recommandé l’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication(TIC) avant pendant et après le processus ; la constitution d’équipes de collecte mixtes et pluridisciplinaires et des équipes de collecte ayant en leur sein des personnes ressources connaissant les réalités locales.

On cite aussi dans ce chapelet de recommandations, l’organisation d’une concertation permanente entre le Ministère des Arts et de la Culture et le Conseil National des Chefs traditionnels du Cameroun(CNCTC) et l’organisation d’une campagne de sensibilisation du grand public à travers la mise en place d’un plan média de communication.

Par ailleurs, la sollicitation auprès de l’UNESCO d’un appui en vue de la création d’une base de données relative au patrimoine culturel immatériel ; l’appropriation au préalable des différents textes législatifs réglementaires ainsi que des conventions internationales relatifs au patrimoine culturel matériel et immatériel par les équipes d’enquêteurs ; l’appropriation des codes déontologiques et éthiques, ainsi que des outils par les enquêteurs, tout comme la restitution aux communautés des données issues de l’inventaire, font également partie des recommandations de ce Séminaire-Atelier. Reste maintenant, la matérialisation de toutes ces bonnes intentions.

Ericien Pascal Nguiamba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.