\"CAMEROUN: LA CNDHL DEBARQUE A LA PRISON CENTRALE DE YAOUNDE.\"

Cette visite de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés(CNDHL) s’étend aussi au Secrétariat d’Etat à la Défense(SED) et aux différentes chambres de sûreté des parquets civils et militaires.

Cette visite prévue du 26 au 30 mai 2014 a pour objectif principal de promouvoir le respect du droit à un procès équitable des détenus et d’agir pour la libération de certains détenus illégaux, pour une diminution de la population carcérale.

Il est question au cours de cette visite, plus spécifiquement, d’évaluer les conditions de détention et le respect de la dignité des personnes détenues de Consulter les registres pour s’assurer qu’ils sont bien renseignés et qu’ils existent, d’interroger les détenus sur les raisons de leur détention et en apprécier la régularité (contrainte, torture, titre de détention, délai, accès à la justice…) de Porter les cas préoccupants à l’attention des autorités susceptibles d’y remédier et faire libérer, dans la mesure du possible, les personnes arbitrairement détenues et d’évaluer la mise en œuvre dans la prison centrale de Yaoundé du décret présidentiel du 18 février 2014 portant commutation et remise de peines etc..

La CNDHL est accompagnée par certains de ses partenaires à savoir : le Centre des Nations Unies pour les Droits de l’Homme et la Démocratie en Afrique Centrale et le Comité Internationale de la Croix rouge (CICR).Et des procureurs de la République auprès des juridictions concernées ou de leurs substituts.

Cette descente sur le terrain se fait en deux équipes : La première, conduite par le Dr. Chemuta Banda Divine, Président de la CNDHL, a pour mission d’apprécier les conditions de détention dans les Chambres de Sûreté du TPI Centre-administratif et du TGI du Mfoundi de visiter l’annexe à la prison centrale de Yaoundé-Kondengui logée au SED, d’inspecter et contrôler la tenue des registres au greffe de la Prison Centrale de Yaoundé-Kondengui de requérir les informations des détenus relativement à leur dossier judiciaire, d’apprécier le niveau de mise en œuvre du décret du 18/02/2014 portant grâce présidentielle et les problèmes sous-jacents à son application. Elle devra aussi apprécier les cas enregistrés et suggérer des solutions qui peuvent aboutir à la libération des détenus en concertation avec le Ministère Public.

La deuxième équipe conduite par d’autres cadres de la CNDHL, a pour tâches : Apprécier les conditions de détention dans les Chambres de Sûreté du TPI d’Ekounou et du Tribunal Militaire de Yaoundé ;Visiter les installations ou structures (cellules, quartiers des femmes, mineurs, personnes du 3e âge et autres, pharmacie et infirmerie notamment) de la prison centrale de Yaoundé-Kondengui ;S’entretenir avec les détenus ayant des problèmes de procédure judiciaire à faire valoir ou bénéficiaires de la grâce présidentielle, mais non libérés ;Identifier les cas préoccupants de violation du droit à un procès équitable ;suggérer des pistes de solution avec les autorités de la prison et du Ministère Public ;S’assurer de la libération des personnes abusivement détenues avant la fin de la visite et après, le cas échéant.

Une séance de restitution et de concertation se tiendra le 30 mai 2014 avec les parties prenantes au Siège de la CNDHL à Yaoundé et sera présidée par le Président de cette Institution qui par la suite sera face à la presse pour faire le bilan de cette visite à la Prison centrale de Yaoundé.

Ericien Pascal Nguiamba.

Yaoundeinfos.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.