\"Issa Tchiroma "C'est une campagne de destabilisation"\"
Issa Tchiroma \ »C\’est une campagne de destabilisation\ »

Le Ministre camerounais de la communication, porte parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary face à la presse le 22 décembre 2014 à Yaoundé, a qualifié la dernière parution de Jeune Afrique, de véritable campagne de « déstabilisation » et d’« instrumentalisation » orchestrée par cet hebdomadaire basé en France contre le Cameroun. Voici l’origine de la désormais « affaire Cameroun-Jeune Afrique ».

« Cameroun : Le péril jeune » c’est ce titre du journal Jeune Afrique édition du 14 au 20 décembre 2014 actuellement en kiosque qui est à l’origine de la sortie médiatique musclée du Ministre de la Communication et porte parole du gouvernement. Issa Tchiroma Bakary a réuni la presse nationale et internationale le 22 décembre 2014 pour apporter un démenti aux « allégations » du journal Jeune Afrique qui parle de la confiscation du pouvoir par les plus âgés et la mise à l’écart des jeunes qui constitueraient une bombe à retardement et que le Cameroun serait dans une situation jugée d’« explosive ».Jeune Afrique estime aussi que le pays serait dirigé d’une main de fer par le Président Paul Biya.

Ce journal basé à Paris indique que le Cameroun serait assis sur « un volcan actif » dont l’explosion est « imminente ». L’hebdomadaire Jeune Afrique parle de « gérontocratie des vieillards » et d’une « jeunesse marginalisée et aux abois » souligne le Ministre de la communication qui a donc tenu à préciser que la jeunesse camerounaise n’est pas en marge du processus décisionnel et que cet article pondu par Jeune Afrique vise tout simplement à pousser la jeunesse camerounaise à se soulever contre les institutions de la République. Issa Tchiroma Bakary affirme que ce journal veut pousser les jeunes à la violence, à la sédition. Le Ministre de la communication parle d’une « véritable conspiration », et d’une campagne de « déstabilisation » et d’ « instrumentalisation » orchestré par les « ennemis » du Cameroun à travers cet article de Jeune Afrique, qui ne contient « aucun indicateur pertinent » et où on ne trouve « pas de statistique crédible » déplore Issa Tchiroma Bakary qui estime que l’article de Jeune Afrique est un « appel à l’insurrection de la jeunesse » camerounaise. Le Ministre de la Communication qui parle d’ « attaques » et d’ « agressions » dont est victime le Cameroun fait observer que « Le gouvernement fait l’objet d’un acharnement » puisque « l’hostilité éditoriale de ce journal se fait récurrente depuis quelques années » .Le Ministre de la Communication rappelle que Jeune Afrique, le 24 avril 2011, avait titré « Comment va le Cameroun », le 10 octobre 2011, le même journal titrait « Cameroun : Paul Biya jusqu’à quand » ? en 2012 « Chantal Biya femme invisible », le 12 novembre 2012, « Cameroun : 1982-2012 : Biya à Biya », 16 juillet 2013 : « Cameroun : Biya face au Nord », et deux mois après jeune Afrique va publier « Cameroun : Une armée inquiète » et « Frank Emmanuel Biya : fils d’influence » et récemment « Cameroun : Gerandi Mbara : Le fantôme d’Etoudi ». Le gouvernement camerounais parle donc d’une véritable cabale bien orchestrée qui vise la déstabilisation des institutions de la République. « Je demande au peuple camerounais de demeurer vigilant » face aux propos « diffamatoires » de ces « procureurs de l’instant » qui ont choisi de « travestir les faits de la manière insipide » et « la plus impudique qui soit » a déclaré le Porte parole du gouvernement. On se souvient qu’il ya quelques années, Jeune Afrique était en « phase » avec les autorités du Cameroun. Pourquoi cet «acharnement » actuel contre le Cameroun dont parle le Ministre de la Communication ? La question reste posée.

Ericien Pascal Nguiamba

One Reply to “CAMEROUN:DESTABILISATION: LE GOUVRNEMENT REAGIT AUX "ATTAQUES" DU JOURNAL "JEUNE AFRIQUE".”

  • ngo Julie
    ngo Julie
    Reply

    Ils veulent les $ pour mieux faire le portait de votre équipe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.