\"Les barmen doivent se conformer à cette note.\"
Les barmen doivent se conformer à cette note.

La Ligue Camerounaise des Consommateurs(LCC) invite les consommateurs en particulier et les populations en général à plus de vigilance et à refuser ce vol orchestré par des barmen véreux.Voici en intégralité la note d'information de son Président national, Delor Magellan Kamseu Kamgaing.

Yaoundé le, 03 Janvier 2015

NOTE D'INFORMATION N'001/DB/LCC/PDT/2015

HAUSSE ILLICITE DES PRIX DES BOISSONS

Les consommateurs doivent refuser que des barmen véreux volent leur victoire

Il est revenu au Département Boissons de la LCC, des plaintes de consommateurs de produits brassicoles, sur les prix irréguliers pratiqués dans certains débits de boissons. Alors que grâce à un plaidoyer fructueux de la LCC, le gouvernement a mis en sursis l'application de la réforme des droits d'accise, qui avait amené les entreprises brassicoles à annoncer la hausse de leurs produits, à compter du 1er Janvier 2015. La LCC demande aux consommateurs de dénoncer la cupidité de certains grossistes et tenanciers de débits de boissons, qui excellent dans cette vaste escroquerie, en envoyant un message au 699 93 66 05 et en refusant d'acheter au tarif irrégulier. Dès lors, la Ligue contactera son partenaire de toujours, le ministère du commerce, pour fermer ces bars, publiera aussi une liste rouge de ces hors la loi et entreprendra d'autres actions dissuasives, pour faire respecter les vrais prix inchangés.

En effet, c'est après une vaste de campagne de récolte de signatures, près de dix mille, en moins de deux semaines, dans une pétition dénommée "Touch pas à ma bière", et une participation assidue aux concertations gouvernementales, avec les parties prenantes, au cours desquelles elle annonçait un sit-in de ses membres le 1er janvier 2015, devant le ministère des finances et la Direction Générale des Impôts à Yaoundé, si la hausse des prix était maintenue, la Ligue Camerounaise des Consommateurs a finalement obtenu le report de l'application des Droits d'accise, contenus dans la Loi des Finances 2015, dont la révision à la hausse avait incitée les entreprises brassicoles à annoncer le relèvement de leur barème tarifaire, à compter du 1er Janvier 2015.
Cette résolution de suspendre la dite exécution, a été prise par le Premier ministre, chef du gouvernement et partagée le 31 Décembre 2014, au cours d'une autre concertation, à l'immeuble étoile (Primature) à Yaoundé, regroupant les acteurs concernés: entreprises brassicoles, syndicat des distributeurs (barmen), associations de défense des droits des consommateurs, représentants des ministères des Finances, de l'Economie, des PME, du Commerce et les représentants des Services du Premier ministre, dont l'un était président de séance.
En effet, suite à la hausse annoncée des prix des boissons, alcoolisées et gazeuses, notamment, due à la révision des droits d'accise, par le Ministère des finances, sans avoir au préalable associer les parties prenantes, conformément à la réglementation en vigueur, la Ligue Camerounaise des Consommateurs, est monté au créneau pour marquer sa désapprobation. Du vendredi 26 au Mercredi 31 Décembre 2014, plus de 10 000 signatures avaient déjà été récoltées, contre cette initiative inique et cynique, nuisible à la stabilité sociale et au porte feuille du consommateur.
Au cours des différentes concertations, tenues à la Primature et au ministère du commerce, dans le cadre d'un Groupe de travail, mis en place par le Gouvernement sur la question, la LCC a martelé la position de la majorité de ses membres, tout en s'insurgeant de n'avoir pas été associée à la prise de cette mauvaise décision, conformément à la Loi cadre N 2011/012 du 06 Mai 2011, portant protection du consommateur au Cameroun.
La LCC a, au cours des échanges, conseillé au gouvernement de taxer davantage les spiritueux champagnes, notamment et les véhicules de luxe, pour alimenter cette projection budgétaire, dont l'application impactera négativement la paix, qui est la chose la plus précieuse au Cameroun. C'est la bière qui maintient la paix au Cameroun.
On ne peut pas clamer et déclamer dans les discours officiels, lutter contre la vie chère et multiplier des initiatives visant à renchérir le coût de la vie. En dehors de la hausse du prix des carburants, le gouvernement camerounais a essayé d'augmenter les prix d'électricité et de l'eau, mais a finalement reculé face au plaidoyer engagé par la Ligue Camerounaise des Consommateurs. Tandis qu'aucune vraie mesure pour enrayer la vie chère n'a été prise au cours de cette année finissante.
La LCC invite le gouvernement à faire respecter les textes en vigueur, régulant l'activité de création et d'exploitation des débits de boissons, afin de contribuer à lutter contre l'alcoolisme sauvage. Et à utiliser la démarche régulière et classique, dictée par les principes universels de Bonne gouvernance, visant toute éventualité de révision de prix: concertation, sensibilisation et augmentation.
La LCC va bientôt saisir le parlement, pour obtenir la révision du statut du Droit d'accise, qui ne doit plus être interprété, comme c'est le cas en ce moment, comme un impôt utilisé à outrance par le gouvernement pour renchérir le coût de la vie.
En effet, l'impact de la taxation du droit d'accise sur les bières, les plus consommées, par exemple, entraînera les hausses des prix suivantes:
+ 150 F Castel(700F); +200 F 33 Export (700 F) +200 F Isenbeck(800 F); +600 F Booster (1100F), entre autres. Alors que le portefeuille du consommateur n'a subie aucune amélioration.
La LCC invite les consommateurs des boissons alcoolisées et gazeuses à se mobiliser, avec elle pour faire reculer définitivement le gouvernement qui, en voulant décourager les consommateurs, dans l'optique de préserver leur santé, va plutôt les pousser vers des produits alcoolisés hors normes et facilement à leur portée.
La Ligue précise aussi aux consommateurs que l'abus d'alcool est dangereux pour leur santé. Ils doivent la consommer avec modération. Ils doivent la saisir ou les services du Ministère du commerce, au cas ou un barman cupide décide délibérément d'augmenter le prix des boissons. Conformément aux dispositions de l'Ordonnance n 72/18 du 17 octobre 1972, portant régime général des prix, les boissons gazeuses, vins, liqueurs et spiritueux, rentrent dans la catégorie des produits soumis à la procédure dite dépôt préalable des prix, dont la liste a été fixé par arrêté N 00018/MINCOMMERCE/CAB du 27 juin 2014 du Ministère du commerce, (liste consultable sur le site web www.ligueconso.org).
D'après ce texte, l'entrée en vigueur de tout nouveau barème tarifaire est subordonnée à l'accord préalable du Ministre en charge des prix, dans un délai de quinze (15) jours suivant le dépôt dudit barème.
Le premier bilan de la LCC en 2014 mentionne que, sur quatre tentatives gouvernementales de hausse des prix des produits de grande consommation: Électricité, carburants, eau et boissons. La LCC a pu empêcher la hausse de trois sur quatre. Les faits parlent d'eux mêmes. La LCC compte sur les consommateurs pour faire mieux en 2015.

Le Président National

Delor Magellan Kamseu Kamgaing

LCC:"le consommateur doit être roi"
www.facebook.com/groups/ligueconso.org
www.ligueconso.org
Email: info@ligueconso.org
ligueconso@yahoo.fr
SMS:(237)699 93 66 05

One Reply to “CAMEROUN: HAUSSE ILLICITE DES PRIX DES BOISSONS.”

  • site
    site
    Reply

    Really good post shared here, I really like and appreciate your effort. Continue to sharing such posts here. Keep it up.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.