\"René Emmanuel Sadi, MINATD.\"
René Emmanuel Sadi, MINATD.

Une Assemblée Générale élective est prévue le 15 Janvier 2015 à Yaoundé pour la mise sur pied d'un nouveau bureau.Mais le constat actuel est clair: L’Association des Maires du Cameroun baptisée Communes et Villes Unies du Cameroun(CVUC) présente aux yeux du monde le visage hideux des collectivités territoriales décentralisées.D'où l'urgence de sortir l'Association de la torpeur et du sommeil.Lire…

Créée au départ dans le but de mieux défendre les intérêts des élus locaux, cette association aujourd’hui n’est plus que l’ombre d’elle-même. Son président,Emile Andze Andze le fils de l’ancien ministre de l’Administration Territoriale Andze Tsoungui sera-t-il réélu à ce poste?C'est la question que l'on se pose au regard de ce qui se dit dans les coulisses.

Il n’aurait guerre eu le temps de travailler en faveur du poste de président de l’association pour lequel il a été élu. Un exemple qui frappe est son absence récente lorsque les maires des trois régions du centre, du Sud et de l’Est se sont réunis à Yaoundé. Une réunion par lui boudée au motif que lui le maire de Yaoundé 1er avait opté pour la discrétion au moment où le remaniement ministériel est annoncé. Comme de tradition, il ne dira pas…. Pas de position à exprimer d’où son absentéisme médiatique. CVUC brille par son mutisme alors que l’association est sensée être l’interlocuteur du gouvernement dans le grand concert de la décentralisation annoncée au Cameroun.Certaines "mauvaises" langues disent même sous cape que maire viserait un poste ministériel…

Les problèmes des maires restent intacts.

Le quotidien Cameroun Tribune vient de publier le journal des projets pour le compte de l’exercice 2015. Et comme toujours, les chefs des exécutifs communaux les découvrent au même titre que le citoyen lamda. C’est que c’est le ministère de l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire qui discrimine et envoie les projets là où et comme il veut, au détriment des élus locaux qui ont la maitrise des besoins spécifiques des populations. Il est ainsi arrivé qu’une même communauté se voit attribuée un forage là où il en existait déjà alors que le besoin est ailleurs.

Et encore que le paiement de prestation desdits projets se fait dans les chefs lieux de région, alors qu’avant la loi portant décentralisation, cela se faisait au niveau départemental. Un recul…

Conséquence donc la sous consommation du budget d’investissement public est de mise. Le gâchis en la matière c’est que des commissions formées et instituées au sein des mairies ont été supprimées.

Les maires sont les nains salariés

Il y’a au Cameroun quatre types d’élus. Le président de la république, le député, le sénateur et le conseiller municipal. Parmi eux, seul ce dernier (maire) est sans salaire. Pour montrer le vice, la république est allée loin en attribuant des salaires aux chefs traditionnels, laissant les maires dans leur misère. Il y en a en effet qui perçoivent quinze mille Fcfa d’indemnité par mois, ce qui favorise tout type de gestion et de gouvernance. Cela peut se vérifier dans les 21 communes de la région du Nord ou dans les 72 de la région du centre, pour ainsi dire plus pourvue en communes.

Et encore que la dotation de la décentralisation souvent inscrite dans la loi de finance n’arrive pas toujours à bon port.

Communes condamnées ?

Le 15 Janvier est la date d’élection au sein de « Communes et Villes Unies du Cameroun » une association qui, si elle ne fait pas entendre va, accompagner les prétendues prérogatives des maires agonisés. On savait que son président est Emile Andze Andze mais on ne peut coller aucun nom sur aucun de ses vice-présidents. Autant le dire, pour des calculs personnels, l’association n’a pas pu se faire entendre, comme si le président s’était fait museler.

A l’occasion, un nouveau bureau devrait être élu pour sortir le groupe de la torpeur et du sommeil. Et là le premier défi pour les candidats repose sur la formation des listes.Une élection qui sera sans doute suivie avec beaucoup d’intérêt par le Ministre de l'Administration Territoriale et de la Décentralisation(MINATD) René Emmanuel Sadi.

Rédaction yaoudeinfos.com

(avec Le Soir)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.