\"Pr.Jacques Fame Ndongo, Ministre de l'enseignement supérieur.\"
Pr.Jacques Fame Ndongo, Ministre de l\’enseignement supérieur.

Voici les raisons évoquées par Elimbi Lobe, Conseiller municipal à Douala 5è du Social Democratic Front(SDF) principale formation de l’opposition camerounaise. Et la position de la presse publique et privée.

Le scandale causé par la publication des résultats controversés d’admission à l’Institut des Relations Internationales du Cameroun(IRIC) fait partie des sujets majeurs de débats dans les salons feutrés de la capitale et dans certains médias. Hier mardi 10 mars 2015, dans l’émission « cartes sur table » diffusée sur la chaine de télévision privée STV, ce sujet a permis au représentant du Social Democratif Front(SDF) de donner avec emphase la position de cette formation politique que dirige le chairman Ni John Fru Ndi.

Pour Elimbi Lobe Conseiller municipal du SDF à Douala 5è, la sortie médiatique du Ministre de l’enseignement supérieur,le Pr Jacques Fame Ndongo qui tentait d’expliquer à l’opinion les raisons de ce scandale, n’avait pas lieu d’être. « Il ne devait pas s’expliquer, il devait démissionner. Il est incapable de diriger son équipe » a déclaré ce collaborateur de John Fru Ndi. Cet homme qui n’a pas sa langue dans la poche indique que « Nous avons affaire à un ministre récidiviste dans ses actes de mauvaise gouvernance » puisque dit-il « Le Ministre a fait une faute politique majeure ».

En rappel le Ministre de l’enseignement supérieur avait signé et publié une première liste d’admis à ce concours. Puis une deuxième liste a été signée par lui, liste dans laquelle certains noms de la première liste avaient « mystérieusement » disparus. Il a fallu l’intervention personnelle du Chef de l’Etat,Paul Biya, pour réhabiliter les candidats injustement écartés. Au total 22 candidats ont fini par être admis. Une publication du quotidien gouvernemental cameroon tribune, a parlé de « la sanction du Chef de l’Etat ». En effet écrit le journal « …Le Chef de l’Etat dans un souci d’équité a prescrit l’admission définitive des candidats déclarés admis dans les deux listes querellées ainsi que ceux de la liste d’attente. Soit au total 22 admis ». Le quotidien Mutations a écrit que le Ministre de l’enseignement supérieur et le directeur de l’IRIC ont été « désavoués » par le Président de la république. Le quotidien Le Messager est allé dans le même sens en titrant : « Fame Ndongo : l’équilibriste de la médiocratie académique » et la Nouvelle expression pour sa part a tout simplement dévoilé au grands jour « Les misères du Pr. Jacques Fame Ndongo ». Ce journal écrit que « Le Ministre de l’enseignement supérieur a multiplié des couacs dignes d’un responsable dépassé par ses fonctions ». La nouvelle expression parle entre autres des problèmes de frais de scolarité à l’université des montagnes, du concours d’entrée dans les facultés de médecine, des primes d’excellence académique et maintenant le scandale de l’IRIC. Le Conseiller Municipal du SDF à Douala 5è conclut donc que « Par la faute de ce ministre des inquiétudes graves peuvent se lever dans ce pays ». Affaire à suivre.

E.P Nguiamba.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.