\"Une attitude du Directeur de l'AFD, Hervé Conan.\"
Une attitude du Directeur de l\’AFD, Hervé Conan.

C’était au cours d’un atelier organisé le 18 mars 2015 par la Plateforme d’Information et d’Action sur la Dette du Cameroun. La réaction du Directeur de l’Agence Française de Développement(AFD) Hervé Conan.

L’objectif général de cet atelier était de présenter à l’opinion publique les résultats du Suivi Indépendant des projets et programmes C2D(Contrats de Désendettement et de Développement) au cours de l’année 2014.

Mais, selon Jean-Marc Bikoko, coordonnateur général du Suivi Indépendant, il était aussi question de partager les résultats du Suivi Indépendant Année 6 axé sur l’efficacité des projets et programmes, recueillir les observations et propositions des parties prenantes pour une contribution plus efficiente du ce suivi dans la réussite du C2D. Il était aussi question au cours de cette rencontre, de consolider le dialogue entre les parties prenantes institutionnelles du C2D afin d’accroitre son niveau d’efficacité et de contribuer à une plus grande visibilité du C2D. Cette rencontre à laquelle ont pris part les acteurs des structures de mise en œuvre du C2D, la coopération française, les Organisations de la Société Civile(OSC), Stade2/C2D et les médias publics et privés, nationaux et internationaux, a été marquée par des exposés débats.

Les résultats de ce Suivi Indépendants sur le niveau d’évolution des différents projets et programmes montrent à suffisance des manquements et irrégularités dans le processus. Des cas précis ont ainsi été relevés et dénoncés dans des exposés. Le Directeur de l’Agence Française de Développement(AFD) Hervé Conan présent à cette rencontre a reconnu que « Le suivi indépendant du C2D fait un travail important qui est d’aller voir sur le terrain comment les projets sont mis en place concrètement ». Il reconnait qu’à travers ces résultats « ll est pointé un certain nombre de retards dans la réalisation de certains projets. Nous en sommes conscients et nous avons des difficultés effectivement pour en particulier la mise en œuvre du programme Education, le programme de construction des salles de classe pour lequel nous avons beaucoup d’appels d’offres infructueux, beaucoup d’entreprises qui n’arrivent pas à réaliser les travaux et les marchés qu’elles ont obtenu ».

Mais le Directeur de l’AFD voudrait que le Suivi Indépendant aille au-delà de la dénonciation : « je souhaiterai que le Suivi Indépendant ne soit pas que dans la dénonciation ou dans la mise en évidence d’un certain nombre de dysfonctionnements de projets qui n‘avancent pas aussi vite que prévu dans certaines zones mais qu’on soit dans une approche de dialogue avec des cellules du projets, les acteurs du projet, et ces problèmes qu’ils ont remontés, qu’on les discute et qu’on voit comment on peut les régler » dit-il avant de conclure que « Si on veut, comme le souhaite le Suivi Indépendant, que 100% des Objectifs du Millénaire pour le Développement soient atteints et que l’ensemble des projets soient mis en œuvre le plus rapidement possible, c’est dans leur force de proposition que nous réussirons ». En clair, le Suivi Indépendant doit donc aller au-delà de la dénonciation pour être une véritable force de propositions concrètes.

Une vue des participants: Au centre Jean-Marc Bikoko Coordonnateur Général du Suivi Indépendant.

\"Ecrit et réalisé par Ericien Pascal Nguiamba.\"

Ecrit et réalisé par Ericien Pascal Nguiamba.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.