\"500.000fcfa remis à une journaliste d'un média partenaire\"
500.000fcfa remis à une journaliste d\’un média partenaire

La cérémonie de récompense des journalistes et des médias organisée ce 20 mars 2015 à l’hôtel Hilton de Yaoundé par l’association FODER a été ternie par des manquements scandaleux qui ne donnent aucune crédibilité à cette initiative. Voici les faits qui le démontrent à suffisance.

L’idée était pourtant bonne : Récompenser les journalistes et les médias pour leurs efforts de sensibilisation et de communication déployés dans le domaine de la gouvernance forestière. Hélas l’association Foder (Forêts et Développement Rural) organisatrice de ce concours vient de montrer que ce concours n’a pas été organisé avec transparence équité et professionnalisme. Dans les trois catégories à savoir Radio, presse écrite et presse cybernétique.

Dans la catégorie presse écrite, on ne comprend pas comment deux vieilles plumes de la presse écrite Nadège Christelle Bowa du quotidien Le Messager et Adrienne Engono du quotidien Mutations, qui traitent pourtant régulièrement les sujets liés à l’environnement, ont été « battues » par une journaliste de « le Quotidien de l’économie » qui a reçu un chèque de 500.000 FCFA.On finira par découvrir en parcourant la liste des partenaires du Foder que ce journal en fait partie. Combine? complaisance? corruption? favoritisme? les questions restent posées.Par ailleurs, le Foder n’a même pas pris la peine de présenter au public l’article primé ou alors les articles en compétition pour que le public puisse mieux juger la pertinence du texte ou du thème choisi. Pareil dans les autres catégories où seuls les noms des lauréats ont été dévoilés sans qu’on ne présente leurs œuvres au public. On comprend la gêne du Pr. Laurent Charles Boyomo Assala qui a préféré ne pas donner ces résultats confiant cette tache aux organisateurs eux-mêmes.

Pire encore, dans la catégorie presse cybernétique, un journaliste a même été primé et reçu son chèque alors que ni son nom ni son organe de presse ne figuraient dans la liste des nominés présentée au public. Ce qui a créé des cris de contestation dans la salle. Le présentateur de la cérémonie, Paul Mahel, journaliste à Vox Africa, et les membres du Comité d’organisation de ce concours scandaleux, ont tenté d’expliquer l’inexplicable en avançant que la bande annonce a été enregistrée bien avant la réception de tous les nominés. Une déclaration grave qui montre à suffisance des irrégularités et lacunes élémentaires d’organisation : Car comment peut-on monter une bande annonce des nominés d’un concours alors qu’on n’a pas encore reçu tous les dossiers de candidature. Le journaliste qui a reçu ce « Prix » a même été incapable de dire des phrases par rapport à ce prix. Surtout que dans la salle la tension était montée d’un cran au niveau du public et surtout des journalistes dont certains criaient à la « mascarade » et parlaient de « combines » orchestrées par le Foder.

Certains médias pratiquement inconnus du grand public ont curieusement reçu des prix. Autre remarquable, Radio environnement a reçu un Prix spécial du jury. Un journaliste de la même radio a également reçu un prix. Et après nos investigations, on découvre que Radio Environnement appartient à l’UICN qui est membre du Foder. Plusieurs journalistes approchés ont dit leur déception et manifesté leur inquiétude sur les réels motifs du lancement de ce concours qui au lieu de rassembler les journalistes, vient de créer la division au sein de la corporation. Le ministre de la Communication et le Ministre des forêts et de la faune n’ont pas assisté à cette cérémonie, tout comme Madame l’Ambassadeur Chef de la Délégation de l’Union Européenne. Ils se sont tous fait représenter. C’est la première fois au Cameroun que des journalistes crient à haute voix au scandale dans un concours qui les concerne. Un acte qui selon eux, est susceptible de discréditer ce concours qui vient de créer une grave polémique et une controverse dans le monde de la presse à Yaoundé.

Ericien Pascal Nguiamba.

5 Replies to “CAMEROUN:SCANDALE:FOREST MEDIA AWARDS: LE FODER VALIDE LE FAUX ET LA MAFIA A CIEL OUVERT A YAOUNDE.

  • Jos
    Jos
    Reply

    Monsieur Ericien à vous lire entre les lignes on comprend facilement que vous avez un parti pris. On peut comprendre qu’il y a eu des manquements. Mais dire que c’est tel ou tel qui méritait de gagner n’est pas logique. Pourquoi à chaque fois vous ne donnez pas les noms des vainqueurs? on comprend que le but de cet article n’était pas d’information mais c’était d’étaler votre manque de professionnalisme. Pour le gars de la presse cybernétique vous êtes rapproché de lui pour savoir pourquoi il n’a pas pu dire un mot par rapport à son trophée? j’imagine non. Ne vous est-t-il déjà arrivée de manqué des mots à cause de l’émotion? Monsieur contentez vous de donner l’info équitable et de critiquer en avançant des bon argument que de pondre n’importe quoi. Ah, je comprend c’est peut être parce que tu n’a pas eu le « gombo » à cette cérémonie que tu fais cet acte. la presse camerounaise, presse à gage…

  • elsa
    elsa
    Reply

    Vraiment ça me rend triste. Adrienne Engono qui écrit sur l’environnent depuis des années. Dommage!

  • Robs
    Robs
    Reply

    J’aurai compris votre colère si vous nous avez dit que vous vous êtes aussi rapproché de FODER pour comprendre ce qui s’est passé. Mais à vous lire entre les lignes, on se dirait les cris d’un non adepte du fairplay. Déjà à ma connaissance, l’IUCN n’est pas membre de FODER. Je serait ravi d’être encore informé de ForMa par les soins de votre plume, mais seulement tâchez s’il vous plait de parler des faits pour la prochaine édition et non partager avec nous ce qu’on appelle en Épistémologie « la connaissance sensible ». Tout en reconnaissant l’effort que vous abattez au quotidien pour produire un article, je vous souhaite bon courage dans la quête de la bonne information.

  • Kimbi
    Kimbi
    Reply

    Je peux comprendre qu’il y ait eu des manquements dans l’organisation de ce concours. mais de là à contester le prix spécial du jury attribué à Radio Environnement ou le prix que son journaliste a reçu et que vous n’avez pas citer, me rend un tout petit peu dubitatif. Radio Environnement est à ma connaissance le seul média au Cameroun spécialisé dans le traitement des questions environnementales. Les autres média accordent très peu d’espace à cette rubrique qui, comme la culture, est un parent pauvre dans la presse camerounaise.
    Nadège Bowa de Le Messager et sa consoeur de Mutations que vous citez sont des journalistes spécialisé dans la Santé. Le jour où une organisation oeuvrant dans ce secteur refusera à la faveur d’un concours de les primer, c’est à ce moment là qu’il faudra crier au scandale.
    Pour le reste, vous ne nous avez pas donné les noms des lauréats et leur média respectif.

  • Gigi
    Gigi
    Reply

    Excellente déduction Kimbi. Car à mon humble avis je peux aussi comprendre que ce rédacteur a de l’estime pour ses consœurs de le Messager et de Mutations au point d’ en être aveuglé. Je l’invite à présent à lire les articles de Christelle Kouétcha et d’écouter Radio Environnement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.