\"Mincom2\"

Le Ministre de la communication l’a confirmé au cours d’une conférence de presse le 12 juin 2015 à Yaoundé. Voici ce qui est reproché à l’avocate franco-camerounaise.

Le 26 septembre 2014, le Tribunal Criminel Spécial(TCS) a condamné à 25 ans de prison ferme l’avocate franco-camerounaise Me Annette Lydienne Yen Eyoum et ses co-accusés, pour « détournement de deniers publics ».Une histoire de 2 milliards 155 millions de FCFA. La haute juridiction avait rejeté le pourvoi en cassation introduit par la plaignante et ses conseils le 29 septembre 2014. Et le 9 juin 2015, la cour suprême du Cameroun a confirmé la condamnation de l’avocate.

Vendredi 12 juin 2015, le Ministre de la Communication porte parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary, a rencontré la presse nationale et internationale pour apporter des clarifications du gouvernement sur cette affaire qui fait couler beaucoup d’encre et de salive depuis la confirmation de cette condamnation. Le Ministre de la condamnation, en français facile, a expliqué que « l’avocate avait été commise pour recouvrer l’argent de l’Etat dans les caisses du trésor public. Or elle a mis cet argent dans son compte et elle s’en est servie ».Le Ministre Issa Tchiroma Bakary a affirmé que l’avocate avait déposé cette somme « dans son compte personnel », puis « dans une société à Douala où elle avait droit de signature » puis « une partie au trésor public ». Pourtant, affirme le Ministre de la Communication, « l’intégralité de cette somme devait être versée au trésor public ».

En rappel : Le 11 janvier 2010, Annette Lydienne Yen Eyoum, Polycarpe Abah Abah et Henri Engoulou sont inculpés de détournement de deniers publics en coaction de la somme 1 077 955 964 F et Célestin Baleng Maah de complicité de détournement de cette somme. Ils avaient été placés sous mandat de détention provisoire. Le 28 avril 2010, Me Annette Lydienne Yen Eyoum  saisit le président du Tribunal de grande instance du Mfoundi d’une requête en libération immédiate fondée sur l’ « illégalité » de son arrestation. Requête rejetée le 27 mai 2010. Elle est condamnée à payer solidairement avec Honoré Ngwen, ancien chef de la division des Affaires juridiques du ministère des Finances à l’époque des faits, la somme de 1 milliard 153 millions de FCFA. La décision du Tribunal Criminel Spécial, confirmée par la Cour Suprême du Cameroun le 9 juin 2015 est donc sans appel. Mais, apparemment, du côté des conseils de Me Lydienne Eyoum, cette affaire est loin d’être terminée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *