\"japon1\"

Les trois jeunes boursiers camerounais vont non seulement représenter leur pays mais aussi étudier pendant deux ans et demie dans des universités japonaises pour faire profiter au Cameroun et aux camerounais les nombreuses connaissances et compétences qu’ils auront acquises au Japon.

C’est dans le cadre de la deuxième phase de l’Initiative ABE « African Business Education » que ces trois jeunes camerounais ont été sélectionnés. Bessong John Ebot né en 1986 vient de l’université de Buea et va poursuivre sa formation à l’université national de Yokohama ; Nta Nestor Asoh né en 1987 étudiant à l’université de Buea a été sélectionné pour l’université de Kwansei Gakuin et Ekote Nelson Nnoko, né en 1984 et étudiant à l’université de Douala ira lui aussi à l’Université de Kwansei Gakuin. Un dîner à leur honneur a été offert à la résidence de l’ambassadeur du Japon au Cameroun, S.E.M Okamura Kunio(photo,au milieu des jeunes étudiants) le 17 août 2015 à Yaoundé en présence de M. Umemoto, Représentant de l’Agence Japonaise de Coopération Internationale(JICA)(photo, extrême gauche).

Selon l’ambassadeur du Japon, « l’objectif du Diplôme de Master et du programme de stage de l’Initiative African Business Education est de soutenir le jeune personnel ayant le potentiel de contribuer au développement des industries en Afrique ». S.E Okamura Kunio ajoute que « Ce programme offre aux jeunes hommes et femmes africains la possibilité de faire des études de Master dans des universités japonaises en tant qu’étudiants internationaux (ci-après dénommés « participants ») et d’acquérir l’expérience des stages dans les entreprises japonaises ».Le but étant pour eux de « développer et de maitriser efficacement les connaissances acquises afin qu’ils puisent intervenir favorablement dans différents domaines » dit-il. Mais il fait noter qu’au-delà de l’acquisition des compétences, ce programme vise également à former un excellent personnel capable de reconnaitre et de comprendre les contextes de la société japonaise ainsi que le système des entreprises japonaises.

Ericien Pascal Nguiamba.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *