\"Minac

Organisée par le Ministère des Arts et de la Culture du 19 au 22 janvier 2016, la Rentrée culturelle et artistique s’est imposée comme un véritable Rendez-vous exclusif de la communauté artistique et culturelle nationale. L’évènement a été rehaussé par la présence d’imminentes personnalités du domaine des arts et des membres du gouvernement. Différentes articulations et un vaste programme pour un public pluriel.

La Rentrée culturelle et artistique a été marquée par une conférence débat le 19 janvier au Centre Culturel Camerounais sur le thème « Fondements et Enjeux Culturels de l’Emergence ». Un véritable choc des idées entre le professeur Mbonji Edjenguele, Anthropologue, Chef de Département d’ Anthropologie à l’Université de Yaoundé1 et le Pr. Ebenezer Njoh Mouelle, Philosophe, Ecrivain et Membre Représentant le Cameroun au Conseil Exécutif de l’UNESCO. Cette conférence a permis au public d’avoir une bonne lecture du concept de l’émergence dans le contexte culturel camerounais. Pour le Pr. Njoh Mouelle, l’émergence ou l’endoémergence se résume à l’«industrialisation ». En outre, il pense que l’esprit d’entrepreneuriat qui mène à l’émergence, implique la rigueur scientifique dans le travail. Mais, a constaté le philosophe « la mentalité magique, le manque de soucis du temps et l’amour pour la fête » caractérisent encore les peuples noirs en général et les camerounais en particulier.
Le Pr Edjenguele, lui, a fait une mise en garde contre le piège de l’Unesco qui présente la culture comme la clé du développement. Et face au concept de l’« émergence », l’africain doit s’approprier sa propre culture, penser son modèle de développement impulsé de l’intérieur. Pour lui il n’ya pas de développement sans culture, l’homme étant un animal culturel. Selon cet anthropologue, la culture camerounaise ne devrait pas être instrumentalisée par le concept d’émergence. Et, ajoute-t-il, c’est à la culture de mouler le développement. Le même jour, se déroulaient les journées portes ouvertes aux Archives Nationales. Une occasion idoine pour le public de découvrir le visage de Yaoundé et du Cameroun des années avant et après les indépendances. Cette intense activité n’empêchera pas le Ministre des Arts et de la Culture de recevoir les vœux de nouvel an des personnels de son département ministériel et des organismes sous tutelle. Le 20 janvier, c’est le Monument de la Réunification symbole de l’indépendance, de l’unité et de la diversité du Cameroun qui servira de cadre à un vernissage de l’exposition Collective d’Arts Plastiques .Une dizaine d’artistes peintres camerounais y ont ainsi présenté leurs œuvres au public. Présence remarquable des personnalités telles que le Pr. Jacques Fame Ndongo(Ministre de l’Enseignement Supérieur), Marie Thérèse Abena Ondoua(Ministre de la promotion de la femme et de la famille), Grégoire Owona(Ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Alim Ayatou(Secrétaire d’Etat au Ministère de la Santé publique), le Pr. Narcisse Mouelle Kombi, le Ministre des Arts et de la Culture( qui a insisté sur une émergence s’appuyant sur l\’identité culturelle du Cameroun), et les membres du corps diplomatique qui ont tous signé le livre d’or de l\’évènement.

Pendant ce temps, les cinéphiles et autres amateurs du 7è art avaient droit à des projections de courts et longs métrages au Centre Culturel Camerounais(CCC), avec en prime des échanges avec les réalisateurs. Le 21 janvier 2016, une soirée patrimoniale organisée au Centre Culturel Camerounais a mis en valeur les danses, contes, défilés de coiffures et Costumes traditionnels. Au programme également, des sketchs sur la parenté à plaisanterie et la dégustation culinaire des 4 aires culturelles du pays. Et l’apothéose c’était le vendredi 22 janvier avec la Grande Soirée Pluri-artistique et Culturelle au Hilton hôtel de Yaoundé. Un Gala culturel auquel ont participé de nombreux artistes, et des personnalités politiques diplomatiques et membres du gouvernement. C’est également au cours de cette soirée, supervisée personnellement par le Ministre des Arts et de la Culture, que les lauréats du Festival universitaire des Arts et de la Culture(UNIFAC) tenu à l’université de Yaoundé 2 Soa du 24 au 27 novembre 2015, ont reçu des prix et des enveloppes d’argent, signe d’encouragement et la volonté de la Communauté artistique de promouvoir le renouvellement de ses talents. Au regard du bon déroulement des différentes articulations de cette Rentrée culturelle et artistique, on peut dire que pour un coup d’essai, le Pr. Narcisse Mouelle Kombi a fait un coup. C’est d\’ailleurs le sentiment des artistes, des invités et du public.

Ericien Pascal Nguiamba.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *