\"Bellook\"

Après des études en Angleterre, William Bello est au Cameroun depuis 2015.Promoteur du cabinet WC1A Consulting, ce jeune camerounais était face aux jeunes étudiants le 21 janvier 2016 à Yaoundé pour leur présenter son Rapport de la Conférence sur la protection et la conservation des forêts du bassin du Congo, organisée au Palais des Congrès de Yaoundé du 17 au 19 juin 2015.

« A mon arrivée au Cameroun, j’ai eu la chance de participer à la conférence sur la protection et conservation des forêts du bassin du Congo qui a eu lieu au Palais des congrès de Yaoundé du 17 au 19 juin 2015. J’ai donc organisé cette restitution pour d’abord donner aux participants de la rencontre mes impressions personnelles sur tout ce qui s’est déroulé tout au long de cette conférence. Je leur ai fait un compte rendu général de ce qui s’est passé. Les acteurs, les participants, et donner aux dirigeants une idée de ma perception de l’évènement, en relevant les points positifs et les points négatifs, notamment ce qui n’a pas bien marché et qu’il faudra revoir à l’avenir. Car c’est ça l’essentiel » a déclaré William Bello lors de l’atelier de présentation de son Rapport à l’Institut Supérieur des Sciences environnementales(HIES) le 21 janvier 2016 à Yaoundé. C’est un établissement qui offre des cours en agro foresterie, changement climatique, santé environnementale, étude d’impact environnemental etc. Les participants de cette rencontre étaient en majorité des étudiants de cette institution d’enseignement Supérieur qui sont venus enrichir leurs connaissances sur les questions liées à la protection et la préservation de l’environnement.

William Bello a ainsi relevé que cette conférence du Palais des Congrès a eu des manquements notamment une absence remarquée des Instituts qui forment sur des questions d’environnement, une faible représentativité des femmes, et des communautés indigènes, notamment les pygmées qui sont les plus affectés par l’exploitation de leur environnement. Il a aussi déploré l’absence des jeunes du pays et de la diaspora à cette conférence. William Bello a également fait le constat selon lequel, plusieurs personnes ne connaissent pas les composantes du Bassin du Congo. Où l’on retrouve la Végétation, les populations indigènes et la biodiversité. Normal donc qu’il ait signifié aux participants à son atelier qu’il est urgent de préserver les forêts car « Nous devons vivre de ces forêts » a-t-il déclaré avant de faire observer aux jeunes étudiants, la nécessité de la préservation de l’environnement. Au-delà des questions liées à l’environnement, William Bello a donné des conseils à ses jeunes frères. En leur demandant par exemple d’être dynamique et de toujours avoir la foi en soi. Car c’est la clé de la réussite. « J’ai rappelé aux jeunes qu’ils ont un rôle principal à jouer aujourd’hui dans la prise des décisions. Qu’ils ne restent plus en arrière plan en laissant les ainés tout contrôler et tout décider à leur place sur les faits liés à l’environnement » a lancé ce jeune défenseur de l’environnement avant de poursuivre que « Les ainés partent et laissent derrière eux les jeunes. Or si nous avons une jeunesse pas informée, pas éduquée, une jeunesse qui n’est pas assez édifiée, il y aura un grand vide quand ces vieux vont partir. Il faut donc que les jeunes sollicitent dès à présent les ainés, pour leur faire participer aux dialogues, communications, aux décisions importantes. Sinon cette jeunesse est perdue. Nous devons aussi travailler en synergie avec les jeunes de la diaspora ». William Bello est très impliqué dans les questions liées à l’environnement. Ce jeune homme au pseudo de \”African Forest\” s’impose actuellement comme une véritable référence en matière des questions forestières africaines.

Bon à savoir la réalisation de son Rapport et sa présentation ont été rendues possibles grâce à son sponsor, Cameroon American Council (CAC), groupe d\’activisme social d\’origine Camerounaise basée aux USA qui fonctionne en partenariat avec le bureau du REPAR Cameroun et la University of Central Los Angeles (UCLA). Ce Rapport mérite sans doute d\’être lu par tous ceux qui s\’intéressent aux questions environnementales et forestières.

Yaoundeinfo.com

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *