\"\"

Les travaux présidés par Mouhtar Ousmane Mey, Secrétaire Général du Ministère des Arts et de la Culture, et Président de cette Commission, étaient axés sur l’examen de 148 dossiers répartis sur diverses rubriques.

Depuis leur installation le 29 octobre 2015, c’est la première fois que le Président et les membres de la Commission des Arts et des Lettres se sont retrouvés hier jeudi 3 mars 2016 à la Centrale de Lecture Publique à Yaoundé. Cette Instance consultative est aux côtés du Ministre des Arts et de la Culture pour lui donner ses avis sur des initiatives et entreprises relevant de diverses matières de l’action publique culturelle formulée autour de trois grands axes structurants à savoir la promotion progressive de la créativité et l’amélioration de la production littéraire et artistique ; l’exploitation, la conservation et la valorisation de la mémoire collective nationale dans les multiples registres du patrimoine matériel et du patrimoine immatériel ; le développement de l’animation culturelle par la dynamisation accrue des évènements culturels nationaux et locaux.

Pour le Président de la Commission des Arts et des Lettres, « La valorisation du statut de l’artiste et l’amélioration de sa condition de vie et de travail est une quête permanente, et les ressources du Compte d’Affectation Spéciale peuvent y contribuer de manière significative. Ceci concerne évidemment les créateurs locaux, tout comme ceux de la diaspora ». M. Mouhtar Ousmane Mey ajoute à cet effet que « nous veillerons à donner des avis pertinents susceptibles, d’encourager la créativité, de soutenir la productivité et d’apporter un label de crédibilité et de viabilité aux projets d’œuvres artistiques et littéraires, dans tous les domaines de l’expression culturelle à savoir : Les arts de la scène(théâtre, musique, danse), les arts plastiques(sculpture, peinture, céramique), les arts graphiques et cinématographiques évidemment les arts littéraires dans leurs dimensions orale et écrite sans oublier les arts spécifiques et premiers tels que la mode, le design et la coiffure ». Pour cette première session de la Commission, 148 dossiers seront examinés soit 73 pour la musique, 37 pour l’audiovisuel, 19 pour les festivals et 19 dossiers pour la littérature. L’examen de ces dossiers devra se faire dans «  la transparence » et « aboutir à des réalisations effectives et suivies d’œuvres concrètes, de manifestations tangibles » a déclaré M. Mouhtar Ousmane Mey qui a indiqué que le travail doit se faire « selon les lois, règlements et traditions républicaines ainsi qu’en fonction des directives majeures de la politique culturelle nationale définie par le Président Paul Biya ». Le Président de la Commission des Arts et des Lettres s’est aussi voulu rassurant : « Nous allons travailler en tenant compte de la pertinence et la cohérence des œuvres, en plus de la qualité, le caractère innovant et original, tout en accordant un accent particulier aux œuvres authentique et esthétique ».

Ericien Pascal Nguiamba

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Les travaux présidés par Mouhtar Ousmane Mey, Secrétaire Général du Ministère des Arts et de la Culture, et Président de cette Commission, étaient axés sur l’examen de 148 dossiers répartis sur diverses rubriques.

Depuis leur installation le 29 octobre 2015, c’est la première fois que le Président et les membres de la Commission des Arts et des Lettres se sont retrouvés hier jeudi 3 mars 2016 à la Centrale de Lecture Publique à Yaoundé. Cette Instance consultative est aux côtés du Ministre des Arts et de la Culture pour lui donner ses avis sur des initiatives et entreprises relevant de diverses matières de l’action publique culturelle formulée autour de trois grands axes structurants à savoir la promotion progressive de la créativité et l’amélioration de la production littéraire et artistique ; l’exploitation, la conservation et la valorisation de la mémoire collective nationale dans les multiples registres du patrimoine matériel et du patrimoine immatériel ; le développement de l’animation culturelle par la dynamisation accrue des évènements culturels nationaux et locaux.

Pour le Président de la Commission des Arts et des Lettres, « La valorisation du statut de l’artiste et l’amélioration de sa condition de vie et de travail est une quête permanente, et les ressources du Compte d’Affectation Spéciale peuvent y contribuer de manière significative. Ceci concerne évidemment les créateurs locaux, tout comme ceux de la diaspora ». M. Mouhtar Ousmane Mey ajoute à cet effet que « nous veillerons à donner des avis pertinents susceptibles, d’encourager la créativité, de soutenir la productivité et d’apporter un label de crédibilité et de viabilité aux projets d’œuvres artistiques et littéraires, dans tous les domaines de l’expression culturelle à savoir : Les arts de la scène(théâtre, musique, danse), les arts plastiques(sculpture, peinture, céramique), les arts graphiques et cinématographiques évidemment les arts littéraires dans leurs dimensions orale et écrite sans oublier les arts spécifiques et premiers tels que la mode, le design et la coiffure ». Pour cette première session de la Commission, 148 dossiers seront examinés soit 73 pour la musique, 37 pour l’audiovisuel, 19 pour les festivals et 19 dossiers pour la littérature. L’examen de ces dossiers devra se faire dans «  la transparence » et « aboutir à des réalisations effectives et suivies d’œuvres concrètes, de manifestations tangibles » a déclaré M. Mouhtar Ousmane Mey qui a indiqué que le travail doit se faire « selon les lois, règlements et traditions républicaines ainsi qu’en fonction des directives majeures de la politique culturelle nationale définie par le Président Paul Biya ». Le Président de la Commission des Arts et des Lettres s’est aussi voulu rassurant : « Nous allons travailler en tenant compte de la pertinence et la cohérence des œuvres, en plus de la qualité, le caractère innovant et original, tout en accordant un accent particulier aux œuvres authentique et esthétique ».

Ericien Pascal Nguiamba

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *