\"Docta

Le Dr Armand NGHEMKAP a fait de la lutte contre la  mort subite des sportifs, son cheval de bataille. Homme aux multiples casquettes dont une spécialisation en Médecine et Biologie du Sport, il nous livre aujourd\’hui son analyse sur les drames qui ont récemment  frappé la famille du football camerounais et mondial.

Bonjour Docteur, alors nous venons de célébrer le 13 ème anniversaire en hommage au regretté Marc-Vivien FOE, décédé le 26 juin 2003 au cours de la demi-finale de la coupe des confédérations à Lyon ( France ) dans un match qui opposait les Lions Indomptables du Cameroun à l\’équipe de Colombie,  nous avons appris hier 2 juillet 2016, le décès de l\’international Camerounais SIBETCHEU de suite d\’une crise cardiaque. Pouvez-vous nous rappeler les circonstances du premier décès ?

Le décès de Marco demeurera toujours pour moi un drame épouvantable. C\’est une mort qui m\’a marqué à vie et qui a déterminé mon total engagement dans les différents combats que je mène au quotidien pour sauver des vies. Je n\’étais pas au stade mais devant mon poste de télévision et j\’ai assisté ce jour de façon impuissante à ce malaise survenu en plein match de football, sans aucun signe d\’alerte au préalable de mon frère et ami Marc-Vivien FOE, qui perdait connaissance en mondovision avec ses yeux révulsés et une respiration agonisante.

Dans certains articles, on peut lire que Marc-Vivien FOE gaspait. A votre avis Docteur, qu\’est-ce que cela veut réellement dire ?

Suite à son malaise, Marc-Vivien FOE avait cessé de respirer normalement. Il présentait une respiration agonisante. Sur les images diffusées, on observe des mouvements buccaux sans aucune efficacité respiratoire comme s\’il cherchait sa respiration. C\’est la même respiration que l\’on peut observer chez un poisson sorti de son aquarium. C\’est cela une respiration de type « GASP ».

Pourquoi qualifie-t-on ce décès de mort subite ?

Un décès aussi brusque qu\’inattendu, naturel et non accidentel, sur un terrain de football chez un sportif qui initialement paraissait en bonne santé est toujours qualifié sur le plan médical de MORT SUBITE du SPORTIF.

 Vous avez longtemps attiré l\’attention des autorités camerounaises sur ce phénomène de la mort subite des sportifs. Pensez-vous que votre cri d\’alerte est écouté?

Non malheureusement ! Mon cri d\’alerte demeure inaudible depuis 13 ans et nous continuons à enregistrer des morts subites des sportifs, qui pour moi demeurent des morts évitables. J\’aurai le sentiment que mes alertes sont reçues lorsque je verrai toutes les fédérations sportives camerounaises et toutes les enceintes sportives au Cameroun, dotées de défibrillateurs cardiaques. J\’aurai également enfin le sentiment d\’être compris lorsque je verrai des campagnes de sensibilisation menées à large échelle sous l\’égide du Ministère des Sports et de l’Education Physique(MINSEP) ou du Ministère de la Santé Publique(MINSANTE). Toutefois, je me réjouis du fait que mon combat n\’est pas vain car un certain nombre de sportifs de haut niveau ont compris le sens de ce combat contre la mort subite des sportifs. Je peux citer Emmanuel KESSACK MABOANG, Rigobert SONG BAHANAG, Raymond NKALLA NKONGO et Idriss Carlos KAMENI qui mènent des actions de sensibilisation contre la mort subite des sportifs.

Quelles actions menez-vous aujourd\’hui pour une réelle prise de conscience de la part des sportifs eux-mêmes et de la part des autorités camerounaises ?

Voici plus de 13 ans que j\’ai fait de la lutte contre la mort subite des sportifs mon cheval de bataille. J\’ai de ce fait rédigé et publié «  LES 10 COMMANDEMENTS DU SPORTIF » que vos lecteurs peuvent retrouver avec un minimum de recherche via internet. Ces Dix Commandements, lorsqu\’ils sont connus et appliqués par le sportif, le protègent d\’une mort subite sportive. J\’ai également publié et diffusé suite au décès du jeune Lion Indomptable du Cameroun Patrick EKENG, une stratégie de prévention en 5 axes pour lutter contre la mort subite des sportifs. Cette stratégie de prévention est une véritable politique de santé publique qui doit être mise en œuvre au Cameroun afin de lutter efficacement sur le plan institutionnel contre les morts subites des sportifs qui, je ne cesserai de le rappeler, sont pour moi des morts évitables. J\’ai également des actions de parrainage de bonnes initiatives comme le tournoi de football KAMER MOUNA FOOT qui prône la sensibilisation des jeunes sportifs et génies du ballon rond à la problématique de la mort subite des sportifs et l\’apprentissage des gestes qui sauvent sur un terrain de football en cas de malaise du sportif. Je profite d\’ailleurs de cette interview pour rappeler à vos lecteurs que la 3ème édition aura lieu du 15 au 18  décembre 2016 à DOUALA au Cameroun avec le co-parrainage des anciens Lions indomptables du Cameroun Emmanuel MABOANG KESSAK et JOEL EPALLE ainsi que du footballeur Patrick ETOGA et bien d\’autres.  Enfin, j\’ apporte tout mon soutien, ma légitimité de médecin et ma visibilité au milieu associatif car je crois que la société civile ainsi que les associations caritatives doivent jouer leur partition en multipliant des ateliers d\’information et de sensibilisation sur les morts subites sportives,  la reconnaissance de l\’arrêt cardiaque ainsi que l\’apprentissage des gestes qui sauvent comme je le fais avec l\’association Marcq- Cameroun de madame Jeanine KEUMO qui organise le 29 octobre prochain à Lille ( France ) une journée de sensibilisation et de prévention sur les morts subites.

Docteur, pouvez-vous nous donner les détails de votre stratégie de prévention ?
Bien évidemment. Ma stratégie de prévention contre la mort subite des sportifs comporte 5 axes:

1- Imposer un dépistage précoce par une visite médicale de validation de la pratique sportive. Cette visite médicale permettra d\’apprécier au cours d\’un interrogatoire médical les facteurs de risque personnels et familiaux du sportif. La visite devra obligatoirement comprendre la réalisation d\’un ECG de repos.

2- Initier les sportifs à la connaissance des signes d\’alerte de mort subite

3- Former le milieu sportif à la reconnaissance de l\’arrêt cardiaque du sportif

4- Sensibiliser les sportifs et leur entourage à l\’apprentissage des gestes qui sauvent (MASSAGE  et DEFIBRILLATION CARDIAQUE)

5- Imposer un défibrillateur cardiaque dans toute trousse d\’urgence d\’un  médecin sportif

Vous revendiquez que la date du 26 juin  soit célébrée comme une Journée Nationale de Lutte contre la Mort Subite des Sportifs. Expliquez-nous un peu…

 Une Journée Nationale de lutte contre la Mort subite des Sportifs est désormais indispensable au Cameroun eu égard aux récents drames qui ont une nouvelle fois endeuillé notre famille sportive. C\’est une journée qui sera consacrée dans l\’année à la sensibilisation des sportifs, du milieu sportif et de l\’entourage professionnel, technique et familial des sportifs ainsi que de tous les amoureux du sport, amateurs ou professionnels, écoliers, collégiens,  lycéens ou étudiants, à la connaissance des signes d\’alerte de mort subite, à la reconnaissance de l\’arrêt cardiaque du sportif et à l\’apprentissage des gestes qui sauvent comme le massage cardiaque et l\’utilisation d\’un défibrillateur cardiaque. Des visites médicales de validation de la pratique sportive avec réalisation d\’ECG de repos pourront également être organisées à grande échelle avec la participation de médecins bénévoles qui sont plus nombreux qu\’on ne l\’imagine. Nous pourrons ainsi sauver énormément des vies.

Docteur, peut-on éviter le phénomène de la mort subite des sportifs?
Je crois qu\’on peut évidemment éviter le phénomène de la mort subite des sportifs par  la connaissance et la mise en pratique quotidienne à titre individuel des Dix Commandements du Sportif mais également par une volonté politique stratégique. Je viens de proposer pour se faire une stratégie de prévention en 5 axes.

Quel message pouvez-vous envoyer aux sportifs et aux autorités au Cameroun ?

Avec tous les drames que la famille du football camerounais a récemment connus, j\’aimerais plutôt réitéré mes conseils aux sportifs à savoir qu\’ils s\’approprient les Dix Commandements du sportif car leur connaissance protège de la mort subite du sportif. Quant aux autorités, je rappellerai tout simplement que les morts subites sportives sont des morts évitables et qu\’une bonne politique de santé publique basée sur une prévention en 5 axes permettrait de lutter efficacement contre ce fléau qui est un réel problème de santé publique eu égard à tous les drames survenus récemment. Une journée Nationale de Lutte contre la Mort Subite des Sportifs est également indispensable. Le Cameroun a malheureusement perdu beaucoup de ses valeureux et talentueux fils ces dernières années. Beaucoup de familles camerounaises ont perdu leurs enfants, des torrents de larmes ont déjà été versés du fait de ce phénomène de la mort subite du sportif et il faut que cela cesse. Je rappelle que les Camerounais ont pleuré Marc-Vivien FOE en 2003, Valery MEZAGUE et EBOSSE en 2014, NGON OBEN Léopold du Dynamo de Douala et David NJOCK NJOCK en 2015, Patrick EKENG et Christelle NDJOMNANG tout récemment pour ne citer que ceux là et (l’international Camerounais de basketball SIBETCHEU, ndlr)  car on observe environ une centaine de morts subites tous les ans au Cameroun. Nous devons désormais savoir apprendre de nos erreurs. Le cri d\’alerte que je lance sans faille depuis 13 ans devrait enfin être entendu. Je garde tout espoir et mon combat continue sans faille et sans faiblesse.

Entretien avec Ericien Pascal Nguiamba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *