\"docteur-ad-n\"

Dans une interview exclusive accordée à yaoundeinfo.com, le candidat malheureux à l\’élection présidentielle de 1997 analyse et commente les 34 ans de règne de l\’actuel Chef de l\’Etat,Paul Biya. Le Président national du RDPF-KUMZSE parle à cœur ouvert…entretien.

Docteur Ndemmanu, bonjour, le Président Paul Biya vient de célébrer les 34 ans de son règne. 34 ans du \”Renouveau\”. Vous avez vous aussi fêté comme citoyen ou bien vous vous êtes dit que c\’est une fête du parti au pouvoir ?

Ni l’un ni l’autre, puisque, j’ai plutôt prié pour le repos des victimes de la catastrophe d’Éseka en demandant une messe d’action de grâce étant donné que le mois de Novembre est le mois des défunts, le mois des morts et malheureusement, la fête du Renouveau n’a pas été indiquée cette fois ! Après l’hécatombe d’Éseka, le Renouveau aurait dû tenir compte de la situation et conseiller, par un sursaut de patriotisme, le déplacement de son chef au chevet des blessés. Si notre contribution avait été sollicitée, nous aurions plutôt conseillé de célébrer « la fête des morts ». Nous allons d’ailleurs vous dire que trente quatre (3+4=7) ans est un chiffre qui témoigne d’une victoire (7=Victoire). Le président et le parti au pouvoir auraient dû utiliser cette opportunité pour pleurer tous les morts du système depuis le 06 Avril 1984, les morts du lac Nyos, ceux de la catastrophe de Nsam, ceux de l’avion Mbanga Mpongo, ceux des accidents de la circulation et enfin ceux d’Éseka. Alors, nous ne pouvions pas fêter puisque la situation n’augurait et n’était pas favorable selon nous pour une fête en ce moment. N’oublions pas qu’il est souvent dit, « les morts ne sont pas morts » et le trente quatrième (34) anniversaires du Renouveau devait être placé sous le signe de la réconciliation, du pardon et de la prière pour nos défunts morts injustement, des suites d’accidents divers ou par inadvertance. Pour une fois la célébration avec le faste que nous avons vu, de la fête « trente quatrième  anniversaires» de l’accession du Président Paul BIYA n’était pas indiquée après la catastrophe ferroviaire d’Éseka, selon nous ….. Alors mauvais conseil !!!!!

 Un peu partout où il ya eu des manifestations relatives à cette célébration, le bilan du \”Renouveau\” a toujours été considéré comme Positif. Partagez-vous aussi ce point de vue?

Je suis consterné lorsque nous voyons combien petits sont ces manifestants, qui célèbrent à travers cette fête leur propre accession aux affaires, le Président Paul BIYA leur servant d’interface pour leur permettre de piller notre pays en toute impunité. Quant à partager les déclarations selon lesquelles, le bilan du Renouveau est toujours positif, nous allons vous rappeler ce que le Président Paul BIYA lui-même, nous a toujours dit : « La perfection n’est pas de ce monde ». Et ce n’est pas à un de ses collaborateurs de nous dire le contraire !!! Tenez par exemple : en fermant la société BATA « Pas un Pas sans la BATA » pour nous importer des chaussures de la Friperie n’est pas positif pour le Bilan du Renouveau ? Mais dire le contraire et bien pour entretenir le peuple…..Dire que depuis trente quatre (34) ans, le système, l’administration Biya n’a pas réussi à concevoir un plan d’occupation de l’espace géographique et environnemental de l’ensemble des localités de notre pays n’est pas pour plaider en faveur d’un  « Renouveau Positif », mais plutôt d’un « Renouveau inerte ». Avec le très beau programme politique intitulé « Pour le Libéralisme Communautaire » et ses trente (30) propositions pour l’émergence du Cameroun publié depuis vingt cinq (25) ans ; nous demander d’attendre encore  vingt cinq (25) ans (2010-2035) pour enfin émerger n’est pas pour plaider en faveur d’un « Renouveau Positif » – « Émergence 2035 ! ».

A votre avis en 34 ans du renouveau, qu\’est ce qui a marché? Qu\’est ce que le Renouveau a apporté de positif aux Camerounais? Et Qu\’est ce qui n\’a pas marché jusqu\’ici?

Merci pour cette question, car elle nous permet non seulement de porter une critique constructive au Renouveau mais aussi de reconnaître les avancées, du système, du Renouveau. Tout d’abord, il faut dire que le Renouveau a été une chance pour le Cameroun avec le slogan « Rigueur & Moralisation ». À ce slogan, nous ajouterons ce qui a manqué au Renouveau pour le positiver « La Discipline ». Ce qui aurait pu donner au Renouveau une vraie dimension pour la concrétisation d’un vrai Renouveau Positif. Les projets initiés par le Renouveau ont eu peine à se réaliser. Les manquements et l’inertie ont pris le dessus par rapport au pragmatisme et à la « Realpolitik », qui devait concrétiser la vision de « l’homme du Renouveau ». Comme positif, nous pouvons reconnaître la liberté de la presse, les projets d’envergures et structurants pour certains secteurs tels que la téléphonie avec la fibre Optique, l’informatique et les infrastructures d’accompagnement, (infrastructures sportives), etc.

Et comme négatif, les infrastructures aéronautiques (les aéroports), ferroviaires (la mise à niveau et l’extension du réseau ferroviaire), industrielles (les industries lourdes), maritimes (la construction navale) et routières (la construction des routes et des autoroutes) et, enfin,  une réforme du système éducatif, fondement pour un Renouveau positif. Comment apprendre aux plus jeunes à se prendre en charge surtout à dompter leur environnement pour s’assurer d’une vraie autonomie économique, financière et sociale….

En 34 ans de règne, pensez-vous  que les camerounais devraient continuer de faire confiance au renouveau et à son \”Guide\”?

En trente quatre (34) ans de Renouveau, que l’On qualifie de règne, les Camerounais ont essuyé beaucoup d’échecs, de pertes, de malversations financières et autres détournements de fonds publics, qui ont été le lot de la part des acteurs du Renouveau, qui sont aujourd’hui appelés à se justifier devant nos tribunaux (comme quoi, les arrestations des hommes et femmes du Renouveau ne sont pas aussi positives comme l’on veut nous le faire croire). C’est pourquoi, les Camerounais sont en droit de demander après le trente quatre anniversaire de l’accession du Chef de l’Etat à la magistrature suprême de notre pays, que la gestion de la cité puisse être une affaire de tous nos compatriotes soucieux de justice sociale, d’équité et « d’impunité zéro ». Les Camerounais sont plus que jamais conscients, qu’ils ont aussi des droits et pas seulement des devoirs. Les Camerounais ne sont plus prêts à donner un chèque en blanc à leur guide mais à l’accompagner avec des propositions de nature à booster notre développement durable et inclusif. Les Camerounais réclament plus de transparence dans la gestion des richesses de notre pays et surtout plus de solidarité dans la répartition des fruits de la croissance, plus de sécurité des hommes et des biens avec la construction d’une barrière le long de nos frontières d’avec le Nigéria, le Tchad, la République Centrafricaine, etc., la solidarité nationale pour une prise en charge des femmes et des hommes du deuxième, troisième et quatrième âges, qui ne peuvent plus bénéficier du décret de la loi d’application pour l’assurance volontaire – 2014/2377/PM du 13 Août 2014 soit trente (30) ans après la promulgation de la loi 84/007 du 04 Juillet 1984 instituant un régime de Pension Vieillesse, Invalidité et de Décès (PVID). Comment leur assurer une retraite à partir d’une augmentation à opérer sur la consommation comme c’est le cas avec le financement pour lutter contre la nébuleuse secte « Boko Haram » avec une augmentation de la consommation de la boisson. Alors, faire confiance au Président Paul BIYA en 2018 dépendra et selon nous de la capacité de l’exécutif à tenir compte desdits paramètres surtout à faire en sorte que chacun de nos compatriotes se sente plus que jamais partie intégrante de notre système de développement durable et inclusif.

Vous, en tant que leader politique, que pensez offrir aux camerounais si vous étiez à la place du Président Paul Biya?

Cette question nous permet une fois de plus de vous référer à notre profession de foi par laquelle nous avons fait un certain nombre d’indications, à savoir :

  • Le plan d’occupation de l’espace géographique et environnemental avec tous les plans directeurs d’infrastructures aériennes, ferroviaires, maritimes, routières, etc. pour permettre la construction tous azimuts du Cameroun;
  • La construction d’une barrière entre le Cameroun et ses proches voisins pour sécuriser le territoire contre les envahisseurs étrangers éventuels ;
  • L’Extension du nombre des Régions camerounaises de dix(10) à seize (16) Régions avec Chefs-lieux des novelles Régions : Nkongsamba pour la Région du Littoral-Ouest, Dschang pour la Région du Centre-Ouest, à Foumban pour la Région de l’Extrême-Ouest, à Wum pour la Région d’Extrême Nord-Ouest, à Bafia pour la Région d’Extrême-Centre, à Batouri pour la Région Sud-Est ; ce qui permettrait une gestion plus décentralisée des administrations et des administrés ;
  • La réforme du système éducatif avec une préférence pour la promotion d’un système de la « camerounité culturelle », le souci de maîtrise et de mise en valeur de notre environnement avec pour objectif majeur de permettre aux jeunes Camerounais de dompter leur environnement ;
  • La création d’un Gouvernement constitué de seize (16) Ministères de Région en charge du passif de l’État, de Cinq (05) Ministères en charge de l’actif de l’État et d’un Premier Ministre, chef du Gouvernement ;
  • L’introduction de la langue allemande comme troisième langue officielle à côté du français et de l’anglais, la promotion de nos langues nationales garanties par la constitution à son chapitre premier, pour un vrai brassage culturel national ;
  • Une pension retraite à accorder aux personnes de deuxième, troisième et quatrième âges, financée grâce à l’augmentation du prix de la boisson, de l’impôt sur la consommation et sur les salaires ;
  • La formation de tous les jeunes, des jeunes techniciens en renforcement de capacité et de jeunes académiciens en autofinancement, par un prêt remboursable, etc. ;

Le Cameroun vient de vivre un drame avec la catastrophe ferroviaire d\’Éseka…comment l\’homme politique que vous êtes a vécu cette tragédie?

Avec beaucoup de regret et d’amertume, car il y a quelques mois, nous interpellions l’actuel Ministre des Travaux publics pour lui demander de se mettre au travail et non de faire encore des analyses et des études alors que les services de l’administration de son département ministériel, les services de la Brigade routière mettent à sa disposition tous les jours, l’état de nos routes et qu’il lui fallait tout simplement se référer à ces services pour engager les travaux sans plus attendre. Que la responsabilité partagée des Ministères des Transports, des Travaux publics et de Camrail est déplorable pour la gestion et le bilan du Renouveau dit positif…. Surtout, je n’ai pas compris pourquoi le Président de la République ne s’est pas rendu personnellement sur le lieu de la catastrophe à Éseka dès son retour au Cameroun pour démontrer son attachement aux Camerounais et surtout sa solidarité à l’endroit des victimes et surtout au chevet des blessés comme il l’aurait fait pour sa propre fille malade…. Nous devons dire, pour ce qui nous concerne, que faute de nous rendre sur place, nous avons fait des prières et continuons à demander des messes pour le repos de leurs âmes…. Notre contribution a été de nature à mieux préparer leur crucifie, le chemin pour tous ces innocents morts dans cette catastrophe. Comme homme politique, il me semble que le moment est venu de procéder à une clarification des enjeux de sécurité et des normes dans toutes les constructions infrastructurelles nationales et de s’assurer qu’une exploitation plus judicieuse de celles-ci est faite au détriment d’un laxisme permanent.

Le Cameroun abrite la CAN féminine, un honneur et un plus pour le renouveau? Quel commentaire faites-vous de l\’organisation par notre pays de cette compétition continentale?

Nous devons saluer cette performance, qui n’est pas seulement un plus pour le Renouveau, mais une victoire pour l’ensemble du monde sportif camerounais. Selon les informations reçues ou encore véhiculées, l’organisation de cette CAN féminine est mitigée, car si l’on nous annonce un service d’hébergement excellent, il n’en est pas de même pour ce qui est du transport des actrices, qui souffrent du fait que les Autobus loués ou à louer pour la circonstance n’ont rien des Autobus neufs, peut-être une mauvaise appréciation des organisateurs en la matière ? Par contre le dispositif de sécurité affiché lors des simulations de cas d’insécurité nous rassure et sont une preuve de l’accent mis sur le volet sécuritaire. Nous souhaitons à nos lionnes beaucoup de succès et surtout croire en la victoire finale.

Monsieur le Président, y a-t-il une question que vous attendiez et qui ne vous a pas été posée? C\’est laquelle? Et que répondez à cette question?

Oui Sur la politique, qui se définit comme l’ensemble des pratiques, des faits, des institutions et des déterminations du gouvernement d’un État ou d’une société, quant à l’organisation du pouvoir et de la pratique  des affaires publiques. S’il est souvent dit que tout est politique et que si vous ne faites pas de la politique, vous la subissez, la politique pour nous signifie : « l’art de se substituer à autrui et de créer des conditions et des instruments pour lui faciliter la vie ». C’est se mettre à la place des autres psychologiquement et de voir ce qu’il leur faut pour être plus à l’aise, plus heureux…..

Un mot de fin pour conclure cet entretien …

Nous voici, à vingt trois (23) mois d’une nouvelle échéance électorale, la présidentielle 2018 ! Un rendez-vous très important pour le destin de notre pays, une date historique quand on sait que l’actuel président en 2018  sera resté pendant près de trente six (36) ans à la tête de notre cher et beau pays comme Président de la République ; nous exhortons les Camerounais à continuer de faire preuve de maturité pour la transition nécessaire pour la continuité des affaires publiques dans la paix et la concorde. Le Cameroun laïc, libre et démocratiquement avancé est le combat de nos contemporains pour les générations futures. Nous vous invitons à partager avec nous la vision nouvelle que nous ambitionnons de faire réaliser pour le bonheur de tous nos compatriotes. La Sécurité est l’affaire de tous et nous devons nous assurer à chaque fois qu’autour de nous rien n’est suspect……

Le Nouveau du Renouveau ! Le Nouveau par le Renouveau !

Pour un Cameroun meilleur et qui gagne grâce à l’impôt parental……….

Nous vous remercions !

Entretien avec Ericien Pascal Nguiamba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *