\"sciences\"Organisée simultanément à Buea, Douala et Yaoundé, la Semaine Africaine des Sciences au Cameroun, est la première du genre coordonnée à travers l’Afrique. M. Arreytambe Tabot Ambassadeur du NEF au Cameroun, en collaboration avec les champions locaux de la science et de la technologie, et avec le soutien des universités locales et des secteurs public et privé, a conduit les quatre jours de l’évènement.

Cette « Semaine Africaine des Sciences du NEF » dont le lancement a eu lieu simultanément à Buea, Douala et Yaoundé, avait pour objectif principal de développer les scientifiques et les technologues de demain en engageant les écoliers et les jeunes dans des activités scientifiques tels que les caravanes scientifiques et les hackathons. Les activités ont également démontré l\’impact critique de la science dans la vie quotidienne. « À long terme, nous espérons catalyser les investissements dans la recherche et le développement, et vulgariser les sciences », a déclaré Thierry Zomahoun, Président et Directeur Général d’AIMS, et Président du NEF.

La Semaine Africaine des Sciences au Cameroun était donc « l\’occasion de mettre en exergue les avancées scientifiques et technologiques au Cameroun et également d\’inciter les jeunes à poursuivre des études scientifiques. Notre but est de stimuler et de développer la culture scientifique dans notre pays. » a commenté M. Arreytambe Tabot, Ambassadeur du NEF au Cameroun.

Au programme, un atelier de formation au codage, mais aussi des panels de discussions sur le rôle de la femme dans la science et la technologie, entre autres. Cette semaine a ainsi mis en évidence les meilleures pratiques pour attirer et retenir les jeunes, en particulier les filles et les femmes, dans les sciences et sur le côté académique, la semaine renforcé les réseaux de recherche et les communautés de scientifiques en Afrique. « Nous nous attendons que les prochaines éditions utilisent la technologie pour faciliter des activités régionales coordonnées. Nous tenons à remercier nos partenaires du secteur public, universitaire et privé pour le soutien apporté à cette initiative. L\’Afrique ne fera concurrence sur le plan mondial que s\’il existe des investissements durables et coordonnés dans la construction du pipeline de chercheurs et d\’innovateurs », a déclaré M. Zomahoun.

Bon à savoir, La Semaine Africaine des Sciences s’est tenu dans 13 pays d’Afrique, en juin 2017. A l\’avenir, le NEF élargira la portée de sa Semaine Africaine des Sciences à 30 pays en 2018 et à tous les 54 pays d\’ici 2020. Au-delà des chiffres, le NEF espère que la Semaine Africaine des Sciences grandisse pour englober des activités majeures dans les écoles et les universités et aboutir à la collaboration concrète entre le milieu de la recherche et le secteur privé.

Conformément à la Déclaration de Dakar du NEF, publiée lors de la première Rencontre biennale Internationale du NEF, tenue à Dakar, au Sénégal au mois de mars 2016, la Semaine Africaine des Sciences mettra l\’engagement public au cœur des efforts pour avancer l’agenda scientifique africain. La prochaine édition de la Rencontre Internationale du NEF se tiendra à Kigali en mars 2018 sous le patronage de S.E. Paul Kagame, Président du Rwanda.

Lancé en 2013, le Next Einstein Forum (NEF), une initiative de l’African Institute for Mathematical Sciences (AIMS) en partenariat avec la Robert Bosch Stiftung, est une plate-forme qui relie la science, la société et la politique en Afrique et dans le reste du monde.

Ericien Pascal Nguiamba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *