\"\"

Cette journée a été célébrée le 9 août 2017 à Yaoundé sous le thème « promotion du dialogue intercommunautaire et de l’éducation à la citoyenneté : Gage de l’accès des populations autochtones à leurs droits fondamentaux ».

Au Cameroun, les populations autochtones se regroupent en deux principaux groupes : Les communautés Mbororos réparties sur l’ensemble du territoire national, avec de fortes concentrations dans les parties septentrionales et méridionales du pays. Et les Communautés « 4B », réparties en trois groupes distincts, notamment les Bakas, que l’on retrouve au Sud et à l’Est du pays, les Bakolas/Bagyelis que l’on retrouve dans la partie méridionale de la région côtière, les Bedzan localisés au centre du Cameroun.

La célébration de la 23è journée internationale des populations autochtones, (la 10è édition au Cameroun), leur a permis d’exposer à nouveau aux autorités, les maux qui minent leur réel épanouissement : Maltraitance des bantous, exploitation de leurs forets, faible accès à la terre, marginalisation, etc. La Ministre des affaires sociales, Pauline Irène Nguene, qui présidait la cérémonie d’ouverture de cet évènement, a rappelé ce que le gouvernement met en œuvre comme actions pour le bien-être et le développement de ces populations, segments les plus marginalisés et vulnérables de la population.

\"\"

Ainsi dans le processus de relance de la croissance et de l’emploi, et en vue de garantir une véritable prise en compte de la problématique « autochtone vulnérable », des mesures particulières ont été prises par le gouvernement, notamment un Plan de développement des Peuples Pygmées(PDPP) du Programme Sectoriel Forêt et Environnement(PSFE) dont l’objectif global est d’améliorer les conditions de vie des peuples pygmées dans le cadre de la gestion communautaire des ressources forestières et fauniques ; le Plan de Développement des peuples pygmées du Programme National de Développement Participatif(PDPP/PNDP), le projet d’Amélioration de la compétitivité Agricole(PACA) ; le Plan pour les Peuples Autochtones et Vulnérables(PPAV) du projet de Conservation et d’Utilisation Durable de la Forêt de Ngoyla-Mintom dont l’objectif est l’amélioration des moyens d’existence des communautés locales et autochtones par le financement des activités génératrices de revenus(AGR) et des infrastructures  socio-économiques de base(ISEB). Mais à les entendre, les principaux bénéficiaires de tous ces projets, voudraient en être totalement les véritables bénéficiaires.

Ericien Pascal Nguiamba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.