\"\"

Lire la tribune libre du journaliste Jean Robert Fouda qui déballe les premiers couacs de la relation entre la Fecafoot et les deux nouveaux sélectionneurs des Lions indomptables du Cameroun.

LA FECAFOOT impose une liste à Seedorf et Kluivert
Le peuple camerounais attendait avec une certaine frénésie la publication de la liste des 23 joueurs appelés à affronter les Comores en septembre, dans le cadre de la deuxième journée des éliminatoires de la CAN 2019.
Lundi en fin d\’après-midi, tel qu\’il avait été annoncé par l\’instance fédérale, Clarence Seedorf et Patrick Kluivert ont effectivement rendu publique une liste de 23 Lions au cours d\’une conférence de presse à Yaoundé.
Nicolas Nkoulou et Joël Matip n\’y sont pas, alors que certaines sources avaient annoncé leur retour pour cette rencontre. Pire, en parcourant le document dont le site camfoot a pu obtenir une copie, on se rend compte, avec stupéfaction, que la liste rendue publique est non seulement vieille de plusieurs mois, mais aussi et surtout que les deux coaches néerlandais n\’ont jamais été associés, ni de près, ni de loin à sa confection.
Sinon, comment comprendre que le gardien de but Fabrice Ondoa soit encore dans ladite liste considéré comme un joueur du FC Séville en Espagne alors qu\’il évolue désormais à KV Ostende (L1 belge). Comment comprendre que Zambo Anguissa de Fulham soit encore nommé comme joueur de Marseille en France. Karl Toko Ekambi a quant à lui signé à Villaréal en Espagne depuis juin. Or, la liste qu\’on attribue aux nouveaux coaches des Lions indique que l\’attaquant camerounais est sociétaire d\’Angers en France.
Autant de preuves qui démontrent que ni Seedorf, ni Kluivert n\’ont participé à la confection de cette liste vieille de plusieurs semaines et qui a été subitement sortie des tiroirs poussiéreux de la FECAFOOT.
Les choses commencent bien mal pour ce duo qui pourtant a fait comprendre aux supporters des Lions indomptables il y a quelque jours, lors de la signature de son contrat, qu\’il ne se laisserait pas marcher dessus. C\’était mal connaître le Cameroun et ses dirigeants.

*Jean Robert Fouda une tribune libre sur Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *