\"\"

De concert avec la communauté internationale, le Cameroun a célébré la semaine internationale des Archives du 17 au 23 juin 2019 sous le thème contextualisé \”Gestion et Conservation pérenne des archives au 21e siècle : Quelles infrastructures archivistiques pour un Cameroun émergent ?\”. Une exposition et une table ronde ont meublé cette célébration qui a mis au goût du jour la question des infrastructures archivistiques au Cameroun.

\”L\’opérationnalisation  de la nouvelle génération de la gestion des Archives Nationales dans notre pays ouvre un nouvel horizon aux activités archivistiques devant sortir la gestion des Archives Nationales de l\’approximation et de la confusion, pour en faire un outil efficace au service de la mémoire collective\”. Ces propos du Ministre des arts et de la culture Dr. Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt à l\’ouverture de la table ronde organisée le 19 juin 2019 à Yaoundé, montrent à suffisance l\’intérêt du Cameroun à se doter des Archives dignes. D\’où l\’importance de cette importante rencontre à laquelle ont pris part des experts de haut niveau dans le but de trouver les meilleures stratégies d\’harmonisation des interventions des différentes parties prenantes pour une gestion optimale des Archives du Cameroun.

\"\"

\”Nous ne pouvons pas penser les archives sans infrastructures…les archives nationales ont pour mission de conserver les documents pour l\’éternité. Et pour cela, les bâtiments doivent répondre à des normes qui permettent cette conservation pérenne des documents\”a déclaré le Dr. Esther Olembe, Directeur des Archives nationales du Cameroun. Elle a tenu à montrer à quel point le pays a pris conscience de l\’ampleur de la nécessité de doter ses Archives des infrastructures adéquates. Le thème de la table ronde \”infrastructures, Conservation numérique, Sécurisation et protection des données : Quel modèle pour le Cameroun?\” l\’illustre à merveille. Cette table ronde animée par des professionnels des Archives nationales, de l\’Ordre National des Ingénieurs, l\’Ordre National des architectes,du Cenadi, Suptic, a permis de faire le diagnostic et d\’évoquer des solutions pour doter le Cameroun des Archives comme sous d\’autres cieux. En effet tous ont souligner l\’importance voir l\’urgence de bien traiter les documents, de bien les conserver, mais aussi de bien les mettre à disposition de ceux qui en ont besoin. Mais pour cela, il faudra plus de moyens pour les infrastructures liées aux archives. Le Ministre des arts et de la culture Dr. Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt qui a remercié l\’UNESCO, principal sponsor de cette table ronde, a relevé \”les enjeux économiques, politiques, stratégiques et sociaux que charrie la gestion des données et leur conservation\”. Pour lui, \”Une simple observation du paysage institutionnel montre qu\’un ensemble d\’acteurs des secteurs publics et privés interviennent à divers niveaux dans la chaîne de production, de sécurisation et de conservation des données et informations\”. Pour le Dr. Bidoung Mkpatt \”la multiplicité des acteurs est certes un atout , toutefois elle complexifie de manière évidente la responsabilité des Archives Nationales dont la mission est de collecter, de cataloguer et de conserver au nom et pour le compte de l\’État la documentation produite ou reçue par tout organisme public ou privé indifféremment de la forme et du support de l\’information,dans le cadre de ses activités\”.

Bien avant cette table ronde, il ya eu l\’ouverture le 17 juin(jusqu\’au 23 juin) d\’une exposition sur les photos des bâtiments des Archives d\’ici et d\’ailleurs. Le Cameroun compte s\’en inspirer dans le cadre  de son ambitieux projet de réhabilitation et de réfection des bâtiments abritant les Archives Nationales à Yaoundé et à Buea.

Ericien Pascal Nguiamba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *