\"\" Le Rapport 2018. Déjà disponible.

Ce Rapport a été présenté au public le 28 novembre 2019 au cours d’une cérémonie présidée par le Président de la Commission Nationale des Droits de l\’Homme et des Libertés(Cndhl) Dr. Chemuta Divine Banda. C’est un document riche à consulter et à conserver.
« La réalisation du présent Rapport a certes connu un certain nombre d\’entraves, néanmoins, le comité de rédaction a travaillé d\’arrache-pied dans des conditions pour le moins difficiles, car d’une part nous n\’avons pas été en mesure de collecter les données nécessaires auprès des parties prenantes comme nous l\’aurions souhaité. D\’autre part, il a fallu conjuguer avec la portion congrue de ressources matérielles et financières à laquelle nous étions réduits. En dépit de ces écueils, nous nous réjouissons d\’avoir pu documenter l’œuvre accomplie par la Commission et de vous la présenter ce jour ». C’est par ces paroles que le Dr Chemuta Divine Banda, le Président de la Cndhl a planté le décors lors de la cérémonie de présentation du Rapport 2018 de la Commission. C’est un volumineux document de 469 pages composées de deux parties : une partie en Français et une autre en anglais. Le titre1 du Rapport parle des activités statutaires et non statutaires de la Commission pendant l\’année 2018. Le titre 2, lui parle de nombreuses allégations de violation des droits de l’homme et divers rapports des organes et institutions en charges des droits de droits de l\’homme reçus et traités par la Commission. Ces différentes sources d\’information ont servi d’éléments d\’analyse et de présentation de la situation des droits civils et politiques dans le titre 2. Le titre 3 du Rapport parle des droits économiques, sociaux et culturels, tandis que le titre 4 parle des droits des Groupes spécifiques. Le titre 5 du Rapport aborde les questions spéciales et analyse les problématiques transversales qui influencent le niveau de réalisation des droits de l’homme au Cameroun. Le titre 6, le dernier du Rapport, présente le niveau de respect par l’État du Cameroun de ses engagements régionaux et internationaux en matière des droits de l\’homme. La mise en œuvre des recommandations formulées dans ce Rapport et la mobilisation des ressources en vue de la pleine réalisation des droits de l\’homme au Cameroun contribueront, à n\’en point douter, à l’amélioration de la situation des droits de l\’homme encore préoccupante au Cameroun en 2018 peut-on lire en conclusion. Le président de la Commission Nationale des Droits de l’homme et des Libertés a également annoncé que les travaux relatifs à l’élaboration du Rapport 2019 ont déjà été lancés.
Ericien Pascal Nguiamba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *