Il a été Conduit à sa dernière demeure le samedi 6 juin 2020 dans son village natal Nkong-Ndougou2 par Bikok où il voit le jour le  19 mai 1949. Ses obsèques ont bénéficié du soutien du Ministère des Arts et de la Culture, avec notamment la présence d’une délégation conduite par le Secrétaire Général Christophe Mbida. L’artiste Aloa Javis, auteur du tube à succès « Subugu Mu », était à la fois auteur compositeur, chanteur, arrangeur et producteur. Il laisse à la postérité des œuvres immenses.

De son véritable nom Etoundi Aloa Mengue Josephat, l’artiste Aloa Javis est décédé le 12 mai 2020 des suites d’une longue maladie à Yaoundé. Artiste musicien arrangeur, auteur compositeur et producteur, Aloa Javis a été honoré par le Ministère des Arts et de la Culture(Minac). Le Ministre Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt s’est fait représenter à ses obsèques par le Secrétaire Général du Minac Christophe Mbida porteur d’un message de réconfort et de condoléances les plus attristées de la grande famille artistique et culturelle nationale auxquelles le Ministre a associé les siennes propres. Le Ministre Bidoung Mkpatt a également apporté un soutien symbolique à la famille de l’artiste, notamment des mesures d’accompagnement et de suivi des obsèques. Son épouse  Ngono Marie Josephat avait saisi le Ministre des Arts et de la Culture le 14 mai 2020  pour lui annoncer le décès de son mari.

Aloa Javis fait partie des artistes qui ont débarqué dans la musique par amour et par passion. Dans les années 1971-1990, il est l’auteur de plusieurs compositions notamment l’album à succès incomparable « Subugu mu ». Déjà en 1970, il est avec les idoles de Nanga Eboko. C’est donc depuis son enfance qu’il a choisi la musique. Aloa Javis a également été producteur. Il a ainsi produit les artistes tels que Dieu Ngolfe, Petit Prince, Zanzal, Micson Afane etc…

C’est à l’école principale d’Obala que ce militant du RDPC (Parti au pouvoir au Cameroun) obtient le CEPE. Après la mort de sa première épouse, l’artiste va se remarier et c’est cette veuve qui pleure actuellement son époux qui laisse deux enfants, des petits fils et arrières petits fils. Le Ministère des arts et de la Culture l’a reconnu à ses obsèques comme l’un des siens. Les populations, elles, lui ont dit aurevoir dans de bonnes conditions malgré le contexte actuel marqué par la pandémie du coronavirus. Adieu l’artiste.

Ericien Pascal Nguiamba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *