Le Ministre de la santé publique Manaouda MALACHIE(Photo) était face à la presse nationale et internationale vendredi 21 août 2020 à Yaoundé. Selon lui, le contrôle de l’épidémie se traduit par une stabilisation des données relatives au nombre de patients sous traitement et aux taux de contamination. Globalement, il s’agit des résultats particulièrement encourageants, faisant état d’un taux de guérison de plus de 91% et d’un taux de létalité de 2,1%. Tout semble donc bien parti pour un retour à la vie normale. Toutefois, qu’il soit clair pour toutes et pour tous que la maladie, bien que maîtrisée n’est ni vaincue, ni terminée a déclaré le Ministre de la santé Publique Manaouda MALACHIE. Détails.

« Mesdames, Messieurs; Suivant les très hautes prescriptions du Chef de l’Etat mises en œuvre par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, l’évaluation permanente de la stratégie nationale de riposte permet d’adapter nos équipes ainsi que les modalités d’intervention sur le terrain. A la suite de l’expérimentation du testing massif suivant l’approche 3T (Traquer, Tester, Traiter) dans les principaux foyers épidémiques et la création dans toutes les régions des centres de dépistages et de prise en charge dédiés, nous implémentons actuellement le dépistage de proximité, adossée sur la décentralisation de la riposte, à travers des opérations mobiles y afférentes. L’objectif recherché est de traquer le virus là où il peut se trouver, c’est-à-dire dans les lieux de fortes concentrations que constituent : les marchés, les universités, les entreprises, les gares routières et les lieux de culte dans les districts de santé. Dans le même ordre d’idée, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, lors de la réunion hebdomadaire du Comité interministériel du 13 août 2020 chargé d’évaluer et de suivre la mise en œuvre de la stratégie de riposte gouvernementale contre la pandémie a de nouveau invité les magistrats municipaux, déjà à pieds d’œuvre pour la sensibilisation des populations, à veiller au respect du port systématique du masque de protection dans les espaces publics relevant de leur compétence. En outre, le Premier Ministre Chef du Gouvernement a insisté sur le renforcement des actions de police administrative concernant le port du masque de protection individuelle dans tous les espaces ouverts au public. Les présentes recommandations viennent s’ajouter à celles prescrites le 18 juin dernier en perspective de la reprise des vols internationaux afin de garantir la sécurité des personnes exerçant dans les aéroports en particulier et l’ensemble de la population en général.Ce vaste dispositif complété par le renforcement de la surveillance épidémiologique vise à maintenir le contrôle de la maladie. Plus encore, anticiper pour empêcher une éventuelle résurgence de l’épidémie, au regard de l’actualité d’autres pays dont la situation épidémiologique présente une flambée de nouveaux cas positifs. » Ces déclarations du Ministre de la santé montrent à suffisance la volonté manifeste du Cameroun à mettre KO cette pandémie. Les chiffres actuels font état de 18662 cas positifs, 17065 guéris, 408 décès au 20 août 2020, avec un taux de guérison de plus de 91% et moins de 1200 cas actifs à ce jour ; 5 à 6,% d’occupation de lit.

Le Ministre de la santé a invité tous les citoyens au « respect quasi-religieux des règles d’hygiènes et de distanciation sociale ». A défaut, ajoute Manaouda MALACHIE « nous nous exposons à une nouvelle vague qui pourrait être particulièrement difficile à contenir. Ceux qui hésitent, ceux qui s’obstinent, ceux qui abandonnent l’observance de gestes barrières nous font tous courir un risque énorme. Le Président de la République lors de son adresse à la nation le 19 mai 2020 l’a si bien mentionné: «la négligence d’un seul peut nuire gravement à l’ensemble de la communauté». De même, ceux qui ne respectent pas les consignes accompagnant par exemple le port approprié du masque de protection individuelle s’exposent à une éventuelle contamination et par ricochet sont plus enclins à diffuser le virus au sein de nos communautés ». Le combat contre la Covid-19 doit donc être une affaire de tous. «C’est pourquoi nous invitons les leaders associatifs, les leaders religieux, les autorités traditionnelles à se joindre aux maires pour poursuivre la sensibilisation au sein de leurs communautés respectives. Nous ne devons pas fléchir, nous devons faire de cette lutte un combat quotidien, nous devons construire la résilience face à cette maladie. » a déclaré le Ministre de la santé publique au cours de cette rencontre avec la presse nationale et internationale dans la salle de conférences de son département ministériel.

Ericien Pascal Nguiamba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *