Un atelier national sur la mise en place d’un Registre Social Unifié(RSU) au Cameroun, organisé par le Ministère des Affaires Sociales(Minas), avec l’appui de la Banque Mondiale et du Projet Filets Sociaux(PFS), s’est tenu les 27 et 28 octobre 2020 à Yaoundé. Comprendre cette initiative.

Ce Registre Social Unifié(RSU) est « une base de données nationales des populations vulnérables identifiées et enregistrées suivant une démarche scientifique et donc fiable. L’objectif étant d’établir une seule porte d’entrée, une porte d’entrée unique pour les programmes de protection sociale en enregistrant les indigents de manière unique dans une base de données unifiées » a expliqué le Ministre des Affaires Sociales, Pauline Irène NGUENE  à l’ouverture des travaux, mardi 27 octobre 2020 à l’hôtel Hilton de Yaoundé. La Banque Mondiale accompagne le Cameroun dans ce projet qui sera « un outil indispensable à la planification à la programmation à la budgétisation et au suivi évaluation des actions d’assistance sociale. » a rappelé le Ministre des Affaires Sociales.

La tenue de cet atelier, avec l’appui des partenaires nationaux et internationaux du Cameroun, se profile donc à juste titre comme le point de départ de ce projet d’envergure, puisqu’il couvrira toute l’étendue du territoire. « Il s’agit in fine, de doter notre pays d’une carte nationale de la vulnérabilité sociale, qui est un outil d’aide à la décision pour la mise en exécution de la politique sociale du Chef de l’Etat » a expliqué le Minas.

Photo de famille. Les participants autour du Ministre des Affaires Sociales.

Il faut noter que le Cameroun dispose depuis 2017, d’une Politique Nationale de Protection Sociale(PNPS)  dont la vision est de faire du Cameroun, un pays doté d’un système de protection sociale solidaire et participatif qui garantit à tous y compris les plus vulnérables, la satisfaction des besoins fondamentaux. Et pour sa mise en œuvre efficiente, une base de données des personnes socialement vulnérables(PSV) est donc nécessaire afin de déterminer de manière objective les individus et ménages éligibles à l’assistance publique. D’où le projet de mise en place d’un Registre Social Unifié(RSU) dont les champs d’application touchent à tous les aspects sectoriels de la protection sociale (Santé Education, Emploi, Protection sociale, assistance aux réfugiés, et personnes déplacées internes, transferts monétaires etc.).

Le RSU permettra donc à terme, de disposer d’une banque de données sur les personnes pauvres, vulnérables et indigentes, et les personnes en situation de pauvreté chronique, qui servira de réservoir pour tous autres acteurs nationaux et internationaux qui œuvrent à l’amélioration des conditions de vie des populations camerounaises les plus vulnérables à l’instar du Projet Filets Sociaux, principal programme de transferts monétaires mis en œuvre au Cameroun.

Pour Madame Fatou FALL, de la Banque Mondiale, « l’importance stratégique du Registre Social est incontestable » car « Avec un système d’information et de gestion sociale dynamique, transparent et inclusif,  le Cameroun pourra mieux appréhender les besoins de sa population et partant, agir de manière plus efficiente et efficace ».

Ericien Pascal Nguiamba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *