En tant qu’ONG principale de la société civile dans le cadre de la mise en œuvre du projet financé par le fonds mondial de lutte le sida le paludisme et la tuberculose, la Camnafaw mène des activités de sensibilisation dans les lycées et collèges sur toute l’étendue du territoire national. Une initiative aux objectifs et retombées  salutaires pour la jeunesse camerounaise.

Madame le Proviseur s’adressant aux élèves. A ses côtés les responsables de camnafaw et du Comité national de lutte contre la drogue du Ministère de la santé publique.

«La drogue rode en milieu scolaire, ça impacte à la vie scolaire, à la vie des jeunes et à leur avenir. La chose la plus importante c’est qu’un mouvement d’éducation de masse doit être mené pour amener ces jeunes à dire non à la drogue.  Une mobilisation sociale doit être faite, la communauté de l’éducation doit être mobilisée pour accompagner ces jeunes-là à dire Non à la drogue» explique Paul Martin Kana, du Comité National de lutte contre la Drogue(CNLD) au Ministère de la santé Publique. C’était au terme d’une campagne de sensibilisation organisée par la CAMNAFAW au Lycée Technique Charles Aangana à Yaoundé le 29 octobre 2020. Pour lui, la  conséquence visible de ce fléau c’est « l’abandon scolaire et ça s’observe clairement avec les jeunes dans la rue, avec la performance scolaire et avec des problèmes dans des familles. N’oublions surtout pas que lorsqu’un jeune consomme la drogue, la famille tout entière est impactée, ce que nous appelons la Co dépendance et ce problème doit franchement être pris en mains par la société, la communauté… »

Pourtant le gouvernement a pris un arrêté en janvier 2015 portant création des centres de soins, dont le Ministère de la santé a la mission de faire la promotion. « Il est important d’amener les jeunes à aller dans ces centres-là lorsqu’ils ont des problèmes pour être écoutés pour être suivis et surtout pour être accompagné, parce qu’effectivement dans l’esprit de masse, l’esprit général, on pense qu’on ne peut pas soigner les personnes qui ont des problèmes d’addiction , or la science montre qu’on peut les soigner , les accompagner. On pense aussi que le jeune qui a commencé est perdu, mais je tiens ici à annoncer qu’un jeune qui a commencé, on peut l’amener à arrêter à reprendre son cursus scolaire, à reprendre sa vie normale et même réussir dans sa vie. Nous avons beaucoup d’exemples dans ce sens-là » explique Paul Martin Kana du CNLD.

Selon les statistiques, un jeune sur quatre a déjà gouté à la drogue, un jeune sur deux à l’âge de 20 ans a déjà consommé de la bière et consomme de la bière de la manière régulière. Ces jeunes sont très exposés au Vih-sida. Presque 21% sont séropositif. « Il y a même des cas de viol à cause de la consommation de la drogue. Mais il y a aussi la covid-19 car quand vous avez consommé la drogue vous ne pouvez plus respecter les mesures barrières, les règles de distanciation » explique l’expert du Comité National de lutte contre la drogue au Ministère de la santé publique.

Selon Madame Bernadette Ebela, Proviseur du Lycée technique Charles Atangana de Yaoundé où s’est déroulée la campagne de sensibilisation le 29 octobre 2020, « Dans les années antérieurs, on mettait la main sur quelques  enfants  qui étaient détenteurs de drogue mais depuis  l’année dernière avec la sensibilisation des élèves , comme ce jour avec camnafaw ça nous a permis de sensibiliser les élèves, de parler aux élèves. Depuis que nous avons commencé cette année scolaire, nous n’avons pas mis la main sur un élève qui détenait la drogue ». Madame le Proviseur ajoute que « Nous continuons la sensibilisation en leur disant de ne plus toucher à la cigarette, à la drogue ». Elle a ainsi remercié la Camnafaw venu sensibiliser les élèves de son établissement et a invité les experts de cette ONG à revenir régulièrement mener le même exercice pour le bien des élèves. Il faut dire que  Camnafaw en tant que  ONG principale de la société civile, dans le cadre de la mise en œuvre du projet financé par le fonds mondial de lutte contre le sida le paludisme et la tuberculose, mène des activités de sensibilisation dans les lycées et collèges sur toute l’étendue du territoire national. Donc c’est à ce titre que cette ONG est allée au Lycée Technique Charles Atangana, « pour sensibiliser, pour capaciter les jeunes, leur donner des outils moraux pour pouvoir faire face à ce fléau qui mine notre société et notre milieu scolaire » a déclaré Cédric Nzenang, le point focal Camnafaw Centre Sud et Est.

Ericien Pascal Nguiamba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *