L’Université de Douala, l’université de Yaoundé I et l’université de Ngaoundéré qui ont intégré il y a trois ans le Réseau Africain de développement de MOOC pour l’innovation pédagogique dans l’enseignement supérieur (REAMOOC), disposent désormais des outils adéquats leur permettant d’assurer l’enseignement à distance. Lancé officiellement le lundi 15 janvier 2018 à Bruxelles, le projet européen REAMOOC dont le siège de la branche Afrique est installé à Dakar au Sénégal compte à ce jour 6 universités équitablement réparties entre le Sénégal et  le Cameroun. Explications.

Le projet européen REAMOOC Ces compte actuellement six universités à savoir l’Université Virtuelle du Sénégal, l’Université Gaston Berger de Saint Louis (UGA), et l’Université Cheick Anta Diop de Dakar ; L’Université de Douala, l’université de Yaoundé I et l’université de Ngaoundéré. Cette Association Sans But Lucratif (ASBL), vise l’adoption de pratiques d’innovations pédagogiques au sein des établissements membres du projet ; Le REAMOOC est cofinancé par l’université libre de Bruxelles et l’Agence universitaire de la francophonie, et réunit 10 autres partenaires. « Depuis l’arrivée du projet Reamooc, et l’installation du Studio de production des Mooc, un certain engouement est né. 4 Mooc ont été développés et deux sont déjà disponible dont celui sur l’entreprenariat agricole » à l’université de Ngaoundéré qui, avant l’arrivée du projet Reamooc, fonctionnait exclusivement en mode présentiel à l’exception du master en géomatique Aménagement et gestion des ressources,  explique Michel Tchotsoua, leader institutionnel et Président de la Commission scientifique du colloque. Désormais, « les enseignants et les étudiants sont devenus plus réceptifs à l’exploitation des outils numériques pour les échanges sur les enseignements », dit-il. Il faut noter que dans le cadre du projet Reamooc, l’Université a bénéficié d’une dotation de 25.000 euros pour l’acquisition des équipements de production. Une dizaines d’enseignants ont été formés à l’ingénierie pédagogique numérique, et deux techniciens ont été formés en France à la production des contenus multimédias. Pour le Dr Mvogo Ngono Joseph, leader institutionnel de l’Université de Douala, trois Mooc institutionnels ont été produits dans les enseignements informatiques et technologiques. L’institution a également participé à la réalisation d’un Mooc national sur l’éducation à la citoyenneté, à la santé à l’éthique et à la déontologie, ensemble avec les Université de Ngaoundéré et de Yaoundé I. Toutes ces informations ont été rendues publiques au cours d’une conférence de presse hybride (en présentiel et en ligne) le 28 septembre 2021.

Bon à savoir, depuis sa création, le projet a réussi le pari de bâtir un véritable réseau durable et efficient d’institutions d’expert dans le développement de MOOC (Massiv Open Online Courses), c’est-à-dire rendre les cours proposés par les écoles et universités accessibles à tous et gratuitement sur internet. Ce qui a eu le mérite d’apporter une réponse, au moins partielle, aux plus importants problèmes de l’enseignement supérieur africain que sont : la massification-l’accès-la qualité.
De plus, le modèle traditionnel d’enseignement sur le continent a atteint ses limites et ne peut plus satisfaire les besoins du système éducatif. Le MOOC apparaît donc comme le palliatif qui vient compléter ces dispositifs existants afin de permettre la mise en œuvre des mécanismes de contrôle explicite de la qualité des contenus.
Rappelons qu’un MOOC (Massive Open Online Course, en français formation en ligne ouverte à tous ou FLOT, ou encore cours en ligne ouvert et massif ou CLOM) est un type ouvert de formation à distance capable d’accueillir un grand nombre de participants. Il s’agit des formations gratuites dans des domaines pointus, cependant les certifications offertes par les Universités initiatrices sont payantes.
Pour pérenniser le projet au Cameroun et faire adhérer les autres Universités en Afrique Sub-saharienne, l’Association Internationale REAMOOC a vu le jour. Le président Mamadou Sarr a pour rôle de partager avec les autres Universités d’Afrique ce nouvel outil pédagogique. L’Association Internationale REAMOOC devra ainsi mettre en place au sein des universités des équipes de recherche interdisciplinaires et multigrades sur les innovations pédagogiques et des thématiques en rapport avec les pratiques innovantes en matière de pédagogie universitaire. Et produire des MOOC intéressant le monde économique et les acteurs de la société civile.

Rédaction Yaoundeinfo.com( 00237 699843976)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *