Le Site d’accueil provisoire des migrants logé au Centre d’Ecoute et de Transit dans la capitale Yaoundé, a été mis en service mardi 18 janvier 2022 au cours d’une cérémonie présidée par Madame le Ministre des Affaires Sociales, Pauline Irène NGUENE.  La ligne verte pour la prévention et la lutte contre la traite et le trafic des personnes a également été mise en service au cours de la même cérémonie qui a par ailleurs servi de prétexte au lancement des activités de la 5e édition de la Semaine de la Solidarité Nationale et de l’Entrepreneuriat(SESES). Détails.

« Les victimes de la traite ou de trafic, l’on en recrute parmi les migrants clandestins qui, répondant aux sirènes de l’aventure et de l’illusion du bonheur qui est toujours ailleurs que chez soi, se retrouvent la plupart du temps dans une voie sans issue, fragilisée émotionnellement et physiquement, sans assistance, dénués de toutes ressources et dans l’incapacité de refaire le chemin retour… C’est à ces camerounais, pour la plupart des jeunes, en situation de vulnérabilité sociale particulière, qu’est destiné le Site d’accueil provisoire que nous nous allons réceptionner cet après-midi » a déclaré Madame le Ministre des Affaires Sociales, Pauline Irène NGUENE(photo ci-dessous). C’est au Centre d’écoute et de Transit de Yaoundé qu’est logé  ce Site d’accueil provisoire des migrants dans la capitale Yaoundé, notamment dans la commune de Yaoundé au quartier Elig-Essono, rue Ceper. Il est constitué de  de deux dortoirs, un pour hommes d’une capacité de 24 places et le second pour femmes et enfants d’une capacité de 21 places. La durée du séjour des migrants est de 72 heures. Toutefois, pour les cas de vulnérabilité particulière ainsi que pour les migrants dont les localités de résidence n’offrent pas  les garanties de sécurité et de protection, des mesures particulières peuvent être prises en vue de prolonger exceptionnellement leur séjour au sein du Site pour une durée ne pouvant excéder un mois. Ce projet porté par le Ministère des affaires sociales(Minas) a pour partenaire, l’Organisation Internationale pour les Migrations(OIM).

Et il faut dire que dans le cadre de l’initiative EUTF-OIM pour la protection et la réintégration des Migrants, financé par l’Union Européenne et pilotée par le Ministère des Relations Extérieures , le Minas a mis à disposition un bâtiment  du Centre d’écoute et de Transit qui a été réhabilité et équipé en vue de renforcer le dispositif d’accompagnement des migrants de retour volontaire, en rendant pérenne l’assistance  dès leur arrivée, en sécurisant temporairement ceux des migrants ne pouvant  dans des courts délais retourner dans leurs zones d’origines pour des raisons liées à leur protection et surtout en rendant disponible un cadre approprié pour la mise en place des activités de soutien psychosocial.

Quant au numéro vert, il s’agit du 1503 accessible gratuitement 24 heures sur 24, afin de dénoncer et de signaler les cas de traite et de trafic des personnes. « Il s’agit d’un véritable service d’aide qui va au plus près des victimes de la traite et de leurs familles » souligne Pauline Irène NGUENE. Pour le Ministre des Affaires Sociales « Le 1503 est en effet à la disposition de ceux qui ont besoin d’être écoutés pour exprimer leurs souffrances et leurs peurs sans être intimidés. Le 1503 est au plus proche des communautés pour donner la bonne information sur ces situations d’esclavage des temps modernes que vivent certains enfants dans le voisinage ou dans les familles ». Madame Pauline Irène NGUENE ajoute aussi que « Le 1503 répond aux besoins d’orientation des victimes  vers les autorités et tous les services  d’assistance dont elles ont besoin au plan juridique, social, psychologique, sanitaire etc… »

En rappel, cette cérémonie a aussi servi de prétexte au lancement des activités de la 5e édition de la Semaine de la Solidarité Nationale et de l’Entrepreneuriat(SESES) dont le but est de susciter une participation collective de tous les maillons de la société camerounaise, à l’effort de solidarité en faveur de l’inclusion socio-économique des personnes socialement vulnérables.

Ericien Pascal Nguiamba Bibiang

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.