Tout savoir sur cette audience accordée à  Monsieur LOISE TAMALGO Vice-Président en charge des Relations Publiques pour l’Afrique Sub-Saharienne HUAWEI Afrique du Nord(photo) par le Ministre de l’agriculture et du développement rural du Cameroun(Minader).

C’est le lundi 22 mars 2021 que Le MINADER a accordé une audience au Vice-Président en charge des Relations Publiques pour l’Afrique Sub-Saharienne HUAWEI Afrique du Nord pour une visite en ligne des expositions dans le domaine des solutions industrielles de l’agriculture.

Depuis 2018, suite à « L’ACCORD DE PARTENARIAT STRATEGIQUE DANS LE DOMAINE DES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION » signé entre le Gouvernement du Cameroun et HUAWEI Cameroun sous la consigne spéciale de S.E.M. PAUL BIYA, Président de la République le 03 septembre 2018 à Beijing, HUAWEI continue de s’appuyer sur ses expériences internationales pour proposer au gouvernement camerounais des solutions end-to-end dans le processus de transformation et de développement numérique. En tant que partenaire stratégique et prioritaire du gouvernement dans les domaines tels que la construction des infrastructures de télécommunications avec CAMTEL, les centrales solaires photovoltaïque dans les zones rurales, ainsi que la ville intelligente avec DGSN. HUAWEI mène également des investissements dans la formation des jeunes étudiants camerounais dans le domaine des TIC à travers ses programmes «HUAWEI ICT Académie», « HUAWEI ICT Competition » et «SEEDS FOR THE FUTURE».

Afin de renforcer ce partenariat stratégique, HUAWEI souhaite collaborer avec le MINADER afin pour l’accompagner dans sa politique de développement de l’industrie agricole. En effet, lors de cette audience, la MINADER a su apprécier les démonstrations de la technologie 5G appliquée à différents domaines de la vie (santé, éducation, industrie, sécurité, …). Le Ministre de l’Agriculture et du Développement, Monsieur Gabriel MBAIROBE après avoir énumérer les différents projets de transformation numérique au sein du MINADER : connexion des écoles de formation agricole ; e-learning ; les Systèmes d’Informations des marchés climatiques qui permettent non seulement de collecter toutes les données météorologiques et de les centraliser dans un serveur pour permettre d’anticiper un nombre de choses et de vulgariser l’assurance industrielle basée sur la météo et de créer un portail permettant aussi de mettre en relation des producteurs et des acheteurs et à terme parvenir à la création d’une brousse agricole au Cameroun ; a apprécié la collaboration avec Huawei en ces termes : « ce sont des relations que nous estimons fructueuses, stratégiques c’est pour cela que nous sommes très heureux de vous accueillir aujourd’hui avec votre projet AGRI-TECH ou Challenge technologie qui permet l’implication de la Start-up dans le développement du numérique dans le domaine de l’agriculture, car nous avons déjà eu à utiliser les Start-up dans la surveillance phytosanitaire et dans l’estimation des surfaces et des productions à travers les drônes. C’est autant de choses que nous mettons en œuvre au MINADER et nous croyons plus que jamais que la digitalisation de l’agriculture est une voie pour le développement de notre agriculture et la rénovation de notre système de formation, nous sommes donc très heureux au nom du Gouvernement camerounais, au nom de toute la famille du MINADER ici représentée de vous accueillir, de vous remercier pour l’amitié et l’honneur que vous nous faites de nous rendre visite. Nous sommes ouverts à toutes les possibilités et nous croyons que notre collaboration sera fructueuse ».

Dans son allocution, le Vice-Président en charge des Relations Publiques pour l’Afrique Sub-Saharienne Huawei Afrique du Nord, Monsieur LOISE TAMALGO a remercié son excellence Monsieur le Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural et a exprimé sa satisfaction suite à l’audience que lui accordée ce dernier : « Premièrement Huawei s’inscrit dans l’accompagnement en terme d’innovation et de mobilisation de financement pour les différents gouvernements afin de contribuer à dynamiser leur écosystème pour créer d’abondantes infrastructures de manière à réduire les coûts de connectivité et que les populations aient accès. Deuxième challenge, étant donné que 85% de la population africaine vit en zone rural, l’on peut déployer les infrastructures dans les villes, mais que fera-t-on de cette marge de la population qui constitue la vraie Afrique ; je suis heureux de voir que votre département met l’accent sur l’agriculture qui touche cette franche de la population. Huawei s’est également concentré en Afrique pour créer les innovations qui sont adaptées au continent africain notamment aux zones rurales. Alors nous nous sommes dit que c’était bien de se tourner vers une solution qui demande moins d’investissements mais qui peut être flexiblement déployée dans ces zones».

Yaoundeinfo.com

 

Huawei a publié son rapport annuel pour l’année 2020, à Shenzhen en Chine le 31 mars 2021. Malgré le ralentissement de la croissance, les performances commerciales de l’entreprise ont été largement conformes aux prévisions. Le chiffre d’affaires de Huawei en 2020 s’est élevé à 891,4 milliards de yuans (136,7 milliards de dollars), soit une hausse de 3,8 % par rapport à l’année précédente, et son bénéfice net a atteint 64,6 milliards de yuans (9,9 milliards de dollars), soit une hausse de 3,2 % par rapport à l’année précédente. Huawei réaffirme par ailleurs son engagement à créer une plus grande valeur pour  les clients et la société malgré l’adversité.

En 2020, le secteur des télécommunications de Huawei a continué à assurer le fonctionnement stable de plus de 1.500 réseaux dans plus de 170 pays et régions, ce qui a contribué à favoriser le télétravail, l’apprentissage en ligne et le e-commerce pendant les confinements décrétés à la suite de la Covid-19. En collaboration avec les opérateurs du monde entier, l’entreprise a contribué à offrir une expérience connectée supérieure et a fait avancer plus de 3.000 projets d’innovation 5G dans plus de 20 secteurs tels que les mines de charbon, la production d’acier, les ports et les usines.

Au cours de l’année écoulée, le secteur des services aux entreprises de Huawei a intensifié ses efforts pour développer des solutions innovantes pour différentes industries basées sur des scénarios et créer un écosystème numérique qui s’appuie sur un processus créatif mutuellement bénéfique. Durant la pandémie, Huawei a fourni une expertise technique et des solutions qui se sont avérées vitales pour lutter contre le virus. Grâce à une solution de diagnostic assisté par l’IA basée sur le Huawei Cloud, les hôpitaux du monde entier ont pu réduire la charge sur leurs infrastructures médicales. Huawei a également collaboré avec des partenaires pour lancer des plateformes d’apprentissage en ligne basées sur le cloud pour plus de 50 millions d’élèves du primaire et du secondaire.

Avec le déploiement de HarmonyOS et de l’écosystème Huawei Mobile Services (HMS), le secteur grand public de Huawei a progressé grâce à sa stratégie Seamless AI Life (« 1 + 8 + N ») pour offrir aux consommateurs une expérience intelligente sur tous les appareils et dans tous les scénarios, en privilégiant le bureau intelligent, la forme et la santé, la maison connectée, le transport facilité et le divertissement. « Au cours de l’année écoulée, nous avons tenu bon face à l’adversité », a déclaré Ken Hu, président en exercice de Huawei. « Nous avons continué à innover pour créer de la valeur pour nos clients, pour aider à lutter contre la pandémie, et pour soutenir à la fois la reprise économique et le progrès social dans le monde entier. Nous avons également profité de cette occasion pour améliorer davantage nos opérations, ce qui a conduit à des performances largement conformes aux prévisions. Nous continuerons à travailler en étroite collaboration avec nos clients et nos partenaires pour soutenir le progrès social, la croissance économique et le développement durable. » a-t-il ajouté.

Bon à savoir, malgré les difficultés opérationnelles engendrées par les sanctions américaines en 2019 et 2020, Huawei a sollicité le cabinet KPMG pour auditer de manière indépendante et objective ses états financiers. Le rapport délivré par KPMG est indépendant et n’a pas été modifié par Huawei. Quelles que soient les circonstances, Huawei poursuivra sa politique de transparence en communiquant des données opérationnelles aux gouvernements, aux clients, aux fournisseurs, aux employés et aux partenaires.

Yaoundeinfo.com

Ce renouvellement du Mémorandum d’Entente sur la formation stratégique des talents en TIC avec l’Ecole Nationale Supérieure des Postes, des Télécommunications et des Technologies de l’Information et de la Communication (SUP’PTIC) s’est concrétisé au cours d’une cérémonie organisée le 25 mars 2021 à Yaoundé. L’entreprise Huawei s’engage ainsi à pérenniser la formation des talents camerounais dans le domaine des TICs, à travers ses programmes «Huawei Ict Academy», «Seeds For The Future» et « Huawei ITC Competition ».

Ce programme de formation dédié aux universités et ouvert à l’international est un projet salutaire. Car il permet aux universités participantes d’avoir accès à des cours de TIC dispensés par des instructeurs de Huawei agréés. Dans son discours de circonsytance, le Vice-Président en charge des Relations Publiques pour l’Afrique Sub-Saharienne Huawei Northern Africa Region, Monsieur LOISE TAMALGO a remercié, le Directeur de SUP’PTIC. Un « prix » a d’ailleurs été décerné à Félix Watching. Pour lui, « Ce prix est la reconnaissance de nos efforts. La motivation à travailler plus pour maintenir le flambeau. Ce prix vient couronner deux années de travail acharné, marquées par le succès. Nous comptons poursuivre nos formations et pourquoi ne pas doubler la mise en formant plus de 200 étudiants pour que les diplômés soient intégrés dans le marché du travail. Nous pensons beaucoup plus à l’employabilité des jeunes. Nous attendons que Huawei nous accompagne dans la mise en place des laboratoires et voire migrer vers le big data et faire de la recherche ensemble. L’appui de Huawei, sous la tutelle de nos deux ministères de tutelle (MINESUP et MINPOSTEL) sera toujours bienvenu ».

Depuis 2018, l’École Nationale Supérieure des Postes, des Télécommunications et des Technologies de l’Information et de la Communication (SUP’PTIC), l’École Nationale Supérieure Polytechnique (ENSP) de Yaoundé 1, l’Institut Universitaire de la Côte (I.U.C), et l’Université de Douala, sont impliquées dans le programme « Huawei ICT Academy ».Fondée en 1987, Huawei dont le siège social se trouve à Shenzhen en Chine, fournit des solutions dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC). Ses produits et solutions sont déployés dans plus de 170 pays dans le monde.

En 2020, Huawei en partenariat avec les 4 institutions académiques camerounaises, a formé près de 1000 étudiants en TIC. Pour cette année en cours l’objectif est d’honorer la promesse faite au Premier Ministre, Chef du Gouvernement par Mr Cio Jibin, Président de la Région Afrique du Nord HUAWEI, à savoir, former 2000 étudiants camerounais en 2021.

Yaoundeinfo.com   

 

Un protocole d’entente entre  la Société Huawei Cameroon : « Huawei Technologies Compagny Cameroon Limited » et Ministère de l’Enseignement Supérieur, relative à l’institutionnalisation des cours de la « Huawei ICT Academy » dans les programmes académiques des établissements et des universités partenaires du Cameroun, a été signé le 25 mars 2021 à Yaoundé. C’est le Pr Jacques Fame Ndongo Ministre d’Etat chargé de l’Enseignement Supérieur et le Vice-Président en charge des Relations Publiques pour l’Afrique Sub-Saharienne Huawei Northern Africa Region, Loise Tamalgo qui ont paraphé les documents de ce partenariat.

Selon le Ministre d’Etat, Ministre de l’enseignement Supérieur(Minesup) le Pr Jacques Fame Ndongo, Huawei, à travers cette convention « s’engage à apporter son appui à l’Etat du Cameroun dans le cadre du transfert des compétences et la formation de la jeunesse dans le domaine des TIC. Le ministère de l’Enseignement supérieur va faciliter la signature des accords spécifiques et accompagner Huawei dans la formation et la certification des étudiants méritant de la HUAWEI ICT ACADEMY ».  Le Ministre d’Etat a également présenté les investissements et contributions de Huawei dans la formation du savoir- faire en TIC des étudiants Camerounais à travers les programmes « Seeds for future » ; « Huawei ICT Academy » et « Huawei ICT Competition ». « Huawei City Academy a déjà formé 65 enseignants et près de 1000 étudiants… Le Président de ce Groupe a également accordé un don de 2000 formations en TIC, pour l’année 2021… » a précisé le Ministre d’Etat.

Pour sa part, le Vice-président en charge des Relations Publiques-Northern Africa, Loîse TAMALGO, a remercié le Ministre d’Etat, Ministre de l’Enseignement Supérieur et les écoles partenaires pour leur contribution à la formation des talents et au transfert de compétences en TIC au Cameroun pour lequel Huawei s’est engagé officiellement au Cameroun depuis 2018. Selon Loîse TAMALGO « En tant qu’entreprise étrangère, la philosophie de Huawei Cameroun est de participer et accompagner la stratégie du gouvernement du Cameroun dans le transfert de know-how en TIC aux jeunes étudiants pour qu’ils soient plus compétents sur le marché de l’emploi à l’internationale, ainsi qu’à la demande des employeurs des grandes sociétés et aussi une possibilité de self-emplois comme les start-ups ».

En rappel, « Huawei ICT Academy » est un plan stratégique pour développer les talents locaux en TIC. L’initiative  s’inscrit en droite ligne du plan d’économie numérique prévu pour 2035 par  le Président Paul BIYA et conformément à la stratégie de développement à long terme de l’entreprise. Fondée en 1987, Huawei fournit des solutions dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC). Son siège social se trouve à Shenzhen en Chine.

Yaoundeinfo.com

 

 

 

Le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique(photo) a organisé une réunion d’évaluation des séances de réappropriation des plans d’affaires et des sessions complémentaires du (REAMORCE) des jeunes bénéficiaires des cuvées 2020-2021 en cours de financement dans le cadre du PTS-JEUNES, le 26 mars 2021. Ce qui a été dit.

« Je vous ai convié à cette réunion en visioconférence, afin de revenir sur ces instructions, évaluer leur niveau d’exécution et s’assurer que des solutions idoines ont été apportées aux préoccupations sus-relevées. Au cours de cette réunion, vos interventions seront sollicitées pour faire chacun sa présentation sur le point des activités dans sa région relativement auxdites instructions. Il s’agira, suivant le canevas qui vous a été donné, notamment de : faire une évaluation générale de l’activité en précisant  les statistiques des données et informations reçues des cuvées 2020 et 2021, ainsi que le récapitulatif de la session de REAMORCE ; faire une évaluation des erreurs et manquements avec statistiques des données et informations manquantes ou erronées ; faire part des difficultés rencontrées sur le terrain » a déclaré le Ministre Mounouna Foutsou. Il faut noter que cette rencontre fait suite à la circulaire N 008-2021 /LC/MINJEC/CAB du 11 mars 2021 relative à l’organisation des rencontres de réappropriation des plans d’affaires des projets des jeunes suite à leur réajustement sus-évoqué, et des sessions complémentaires du Réarmement Moral, Civique et Entrepreneurial (REAMORCE) desdits jeunes, des cuvées 2020 et 2021 en cours de financement dans le cadre du Plan Triennal Spécial-Jeunes (PTS-Jeunes). Cette circulaire s’adressait encore aux responsables des services déconcentrés agissant sur le terrain. Son application stricte devrait permettre de résoudre les problèmes qui freinent la mise en œuvre de cet important plan présidentiel. « Dans le cadre de l’accélération de la mise en œuvre du Plan Triennal Spécial Jeunes, après son lancement en 2017, nous avons connu plusieurs phases dans la réalisation des activités en l’occurrence, le financement des cuvées 2017 et 2018, la caravane nationale de remise des appuis aux jeunes bénéficiaires ainsi que des kits de REAMORCE aux services déconcentrés du MINJEC que j’ai personnellement conduite du 30 octobre au 18 novembre 2020. A l’issue de cette tournée, nous avons relevé quelques insuffisances dont notamment la méconnaissance des procédures liées au financement des projets des jeunes par certains élus locaux, autorités traditionnelles, jeunes leaders et responsables des structures déconcentrées entrainant de nombreuses plaintes et autres préoccupations » a reconnu  le Ministre Mounouna Foutsou. Voilà pourquoi en réponse auxdites préoccupations des acteurs de terrain, il a été mis à la disposition des jeunes, un document de travail, la lettre-circulaire du 20 novembre 2020 relative aux rappels des procédures de financements des projets des jeunes et au renforcement de la collaboration avec les acteurs locaux du processus de mise en œuvre du PTS-Jeunes. Au cours de cette réunion, ABDOUL-KARIM NASSOUROU, Directeur de la Promotion Économique des Jeunes a fait l’économie de la mise en œuvre du Plan Triennal Spécial Jeunes, avec une emphase sur la nouvelle orientation qui préconise l’installation des bénéficiaires en Villages pionniers de seconde génération et Clusters économiques.

Les délégués régionaux ont également fait le point dans leurs régions respectives. Le Délégué Régional de l’Adamaoua, a fait un déroulé statistique des bénéficiaires de 2019 à 2021 dans ce contexte sanitaire lié au Covid-19. La difficulté particulière a été celle du nom d’un jeune bénéficiaire sur les listes de Meiganga, pourtant installé à Ngaoundéré 3ème. L’instruction a été donnée pour que les données de ce jeune soient délocalisées à  Ngaoundéré  Le Délégué Régional de l’Est, lui, a transmis les données statistiques de sa localité de compétence. Il souligne des observations notaires : le nom de certains jeunes de sa localité qui se retrouvent ailleurs. Le Délégué Régional du Littoral, énonce un taux de mise en œuvre de 96,13% dans la région, malgré les difficultés sur le plan de la structure et des infrastructures; les numéros de téléphones de certains bénéficiaires à réajuster. Il faut signifier qu’il n’y pas d’abandon, ni de délocalisation. Le Délégué Régional du Sud a aussi détaillé  le bilan statistique de mise en œuvre des activités de réappropriation des business plan et des activités d’intérêts général. Il en ressort, le désistement de quelques jeunes, et un souhait de remplacement. En outre, il a évoqué l’indisponibilité des business plan non transmis. Rappelons que le PTS-Jeunes a pour objectif de faciliter et d’accélérer l’insertion économique des jeunes à travers leur mobilisation, leur formation civique et entrepreneuriale, leur emploi ou leur installation en unités de production et de services. Il vise l’insertion professionnelle d’au moins un million cinq cent mille (1.500.000) jeunes dont cinq cent mille (500 000) projets financés.

Yaoundeinfo.com

Contact Rédaction 00237 699843976

Les étudiants intéressés par les différentes filières qu’offre ICT university, l’Université des Technologies de l’Information et de la Communication sont informés que les inscriptions se poursuivent jusqu’au 31 mars 2021 au campus de Messassi Yaoundé. Les étudiants peuvent également s’inscrire en ligne @ https://ictuniversity.edu.cm/application-form/

Après la journée d’orientation scolaire et professionnelle du 15 mars 2021, les étudiants sont informés que les inscriptions se poursuivent en ligne à ICT university, la belle Université des Technologies de l’information et de la communication à Yaoundé Messassi. Voire les contacts utiles.

Le vice-recteur de la ICT University informe les nouveaux et anciens étudiants qu’il y aura une journée de l’orientation scolaire le lundi 15 mars 2021 à 11 heures.Vous pouvez continuer l’inscription en ligne @ https://ictuniversity.edu.cm/application-form/

Africa Agri forum Live & Huawei Cameroun : quelles stratégies de digitalisation pour booster le secteur agricole ? c’est le fil conducteur  des travaux du forum sur la problématique des défis de la sécurité alimentaire en Afrique tenu le 5 mars 2021 par vidéoconférence et qui a connu la participation du Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural Gabriel Baïrobé, Son Excellence Josefa Leonel Sacko commissaire chargée de l’agriculture et du développement rural et de l’économie bleu, ainsi que de l’environnement durable auprès de l’Union Africaine. Loïse Tamalgo le Vice-Président chargé des relations publiques pour l’Afrique subsaharien chez Huawei et Son Excellence Moulay Lahcen Ennahli Senior Vice-Président West Africa d’ OCP Africa. 

Au cours de ce forum modéré par Charlotte Libog d’Afrique Grenier, un constat édifiant a été fait :  L’Afrique à elle seule représente 60% des terres arables mondiales, et jouit de surcroît d’une croissance démographique sans précédent, témoignant de la présence d’un marché considérable. Elle bénéficie aussi de la disponibilité d’une main d’œuvre bon marché, mais également d’un potentiel hydraulique. En dépit de ce potentiel important, l’Afrique reste le seul continent dans le monde qui importe massivement ce qui est consommé par sa population. Toute chose qui ne la permet pas à prétendre à une sécurité alimentaire en l’état actuel des choses. D’où le bien-fondé de ce forum sur les défis de la sécurité alimentaire en Afrique.

« La question de l’agriculture pour nous est très importante et vous nous demanderez certainement pour un équipementier comme Huawei qu’est ce qu’il y a faire, entre les boîtes que nous vendons et l’alimentation. Un trait d’union se trouve entre les deux, il s’agit de l’Afrique qui est le terrain où nous opérons, qui est le terrain où nous pensons que l’avenir va se faire, et l’Afrique où il y a l’opportunité de pouvoir déployer de grandes stratégies. Que ce soit en matière digitale, en matière d’agriculture, tout simplement en Afrique il y a beaucoup à faire pour travailler dans le sens des objectifs de développement durable définis par l’ONU et bien sûr mentionnés dans le programme de l’objectif 2063 de l’UA auxquels nous adhérons sans ambages. Pour nous la technologie, est au service du développement, c’est la 1ère finalité de la technologie… » a déclaré Loïse Tamalgo. Son Excellence Josefa Leonel Sacko a édifié les participants  sur la politique agricole préconisée par l’Union Africaine. « Les Chefs d’Etat et Gouvernement de l’Union Africaine lors de la 33ème Assemblée des Chefs d’Etats et de Gouvernement de l’UA ont adopté la stratégie de transformation numérique en Afrique dans laquelle l’agriculture numérique a une place de choix. Et c’est sur cela que nous sommes en train de travailler, d’essayer de transformer la décision des Chefs d’Etat en action… La technologie et les innovations numériques ouvrent un vaste potentiel inexploité aux agriculteurs, aux investisseurs et aux entrepreneurs pour améliorer l’efficacité de la production et la consommation alimentaire en Afrique…  De l’agriculture de précision à une chaîne d’approvisionnement alimentaire efficace, cette technologie pourrait apporter un avantage économique, social et environnemental majeur… » a déclaré le commissaire chargé de l’agriculture, du développement rural, de l’économie bleue et de l’environnement durable à l’Union Africaine avant d’ajouter que « la technologie et les innovations numériques ouvrent un vaste potentiel inexploité aux agriculteurs, aux investisseurs et aux entrepreneurs pour améliorer l’efficacité de la production et la transformation alimentaire en Afrique ».  Elle a apprécié HUAWEI et suggéré à la multinationale de trouver le moyen de créer une Application « SMART SEEDS » qui pourrait permettre d’identifier et de mieux gérer les plantes pour faciliter et moderniser l’Agriculture en Afrique.

Le Ministre de l’Agriculture et du Développement Rurale du Cameroun Gabriel Baïrobé, lui, a fait le tour d’horizon sur la stratégie camerounaise impulsé par le Président Paul Biya qui appelle de tous ses vœux à une agriculture de 2nde génération pour résoudre les problèmes de la pauvreté et éradiquer la faim au Cameroun selon les engagements de Malabo et les engagements 2063 de l’Union Africaine. Gabriel Baïrobé a encouragé les efforts de Huawei dans la digitalisation de ce secteur  et à précisé que le gouvernement du Cameroun voit d’un bon œil un partenariat plus poussé avec l’équipementier High-tech chinois Huawei, déjà présent au Cameroun dans d’autres secteurs.

Berthe Alimame

L’évènement majeur de cette semaine à ICT University, l’Université des Technologies de l’Information et de la Communication à Yaoundé c’est le début des inscriptions ce 8 mars 2021. Quant à la Journée d’orientation, elle aura lieu le lundi 15 mars. Bon à savoir, des bus ICT University seront mis à la disposition de tous les étudiants au dispensaire Messassi pour la navette afin de permettre aux étudiants de se rendre sur le campus pour les inscriptions. Même ceux qui n’ont pas pu s’inscrire en ligne peuvent se rendre au campus grâce à ce moyen de locomotion.

ICT University est devenue une institution qui fait la différence avec les autres institutions. Elle a  une très bonne présence physique  et en ligne. Mais l’évènement majeur de cette semaine, c’est les inscriptions. Elles débutent ce 8 mars à ICT university. Et vont se tenir durant une semaine puis dès Lundi 15 mars c’est la semaine de l’orientation.

Il faut dire aussi qu’il y aura des bus disponibles au dispensaire Messassi pour la navette afin de permettre aux étudiants de se rendre sur le campus pour les inscriptions. Même ceux qui n’ont pas pu s’inscrire en ligne peuvent se rendre au campus.

Au cours des échanges par  visioconférence le 27 février 2021 entre la presse et la nouvelle Secrétaire Générale de la Conférence des Ministres de la Jeunesse et des Sports de la Francophonie, et le Ministre de la Jeunesse et de l’éducation  Civique(Minjec) depuis Ouagadougou au Burkina Faso, Louisette-Renée THOBI épouse ETAME NDEDI a été chaleureusement félicitée par le Ministre Mounouna Foutsou pour sa brillante élection.

La cérémonie a été lancée par le Chef de la Cellule de Communication David KETEM rappelant le but de la rencontre, notamment à l’effet de recueillir les impressions de la nouvelle Secrétaire Général de la CONFEJES et avoir la stratégie du Gouvernement pour arriver à cette élection. Il s’est agi d’échanges par  Visioconférence entre la presse et la nouvelle Secrétaire Générale de la Conférence des Ministres de la Jeunesse et des Sports de la Francophonie et le Minjec depuis Ouagadougou au Burkina Faso. Rappelons que ces échanges font suite à la très récente élection de Mme Louisette-Renée THOBI épouse ETAME NDEDI au poste de Secrétaire Général de la CONFEJES. Dans son propos liminaire, le Ministre de la Jeunesse et l’Education Civique Mounouna Foutsou a félicité la nouvelle Secrétaire Générale pour avoir bravé tous les obstacles et a remercié les partenaires ministériels qui ont participé à cette victoire du Cameroun, ainsi que celle de son Chef de l’État, Paul BIYA, qui a soutenu particulièrement les initiatives menant à cette réussite.

Louisette-Renée THOBI épouse ETAME NDEDI, la nouvelle Secrétaire Général de la CONFEJES prenant la parole a remercié tous ceux qui ont activement participé à son élection à ce poste, notamment le Président de la République Paul BIYA, Chef de l’État ainsi que MOUNOUNA FOUTSOU, Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique, Président en exercice de la Cellule Nationale de la CONFEJES. Elle a précisé toutefois que les échanges à proprement parler se tiendront à une date ultérieure.

Le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique MOUNOUNA FOUTSOU a réitéré le caractère ultérieur des échanges, et précisé que le Chef de la DCOOS devra transmettre les éléments relatifs au procédé ayant mené à l’élection de la nouvelle Secrétaire Générale ainsi que sur l’heureuse candidate et l’institution concernée afin de pouvoir rapidement médiatiser ces informations auprès du public. En effet, a-t-il souligné, c’est une responsabilité importante pour tous, la nouvelle Secrétaire Générale de la CONFEJES et le Cameroun.

Yaoundeinfo.com contact 00237 699843976