Mounouna Foutsou, Ministre de la Jeunesse et de l’éducation Civique(Minjec) et Joseph Le Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative(Minfopra) ont signé un communiqué conjoint le 16 juin 2020 à la salle des conférences de l’Observatoire National de la Jeunesse à Yaoundé. Grâce à cette collaboration Minjec/Minfopra, les jeunes auront désormais des facilités d’inscription en ligne aux différents concours administratifs quel que soit leur lieu de résidence dans le pays à condition d’avoir une connexion internet. Plus de détails.

« La visite de travail que nous effectuons ce jour au Centre Multifonctionnel de Promotion des Jeunes de Madagascar, s’inscrit dans la continuité des mesures visant l’amélioration de la qualité du service que nous rendons au quotidien à nos usagers. Il s’agit de la simplification et de la dématérialisation des procédures administratives. En effet, depuis le 08 juin 2020, le Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative, a  rendu effective, l’inscription en ligne des candidats aux concours administratifs, en vue de faciliter leur enregistrement et limiter les attroupements, devant les services chargés de la délivrance de diverses pièces exigées dans la composition de leur dossier» a déclaré Joseph Le, le Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative. Avant d’ajouter que « Aujourd’hui, nous franchissons une nouvelle étape, dans cette volonté de déconcentration du service public, avec l’opportunité que nous offre le Ministère de la Jeunesse et de l’Éducation Civique, en mettant à contribution, les 437antennes de l’Observatoire National de la Jeunesse, les ONJ, dans la procédure d’inscription en ligne des candidats. Concrètement, nos jeunes compatriotes, désireux de faire acte de candidature aux concours administratifs, pourront se rapprocher des Centres Multifonctionnels, où sont logées les antennes de l’Observatoire National de la Jeunesse, pour s’inscrire en ligne ».

Bon à savoir,  l’ONJ est créée à la suite à la suite de la mise en place du Plan Triennal Spécial Jeunes. C’est un interface entre les jeunes et les programmes et projets gouvernementaux et non gouvernementaux d’insertion socio-économique. Ces Centres Multifonctionnels en tant que guichets d’information et d’orientation des jeunes, vont accompagner gratuitement les candidats dans les différentes phases d’inscription aux divers concours. Le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique Mounouna Foutsou s’est dit satisfait de cette plateforme de collaboration qui met également en vitrine la solidarité gouvernementale.

Ericien Pascal Nguiamba

Cette plateforme de veille informationnelle dédiée à la collecte et à la conservation des données liées à la gestion de la covid-19 au Cameroun a été présentée vendredi 12 juin 2020 par le Ministère des Arts et de la Culture au cours de la célébration(du 8 au 14 juin 2020) de la 13è édition de la Semaine Internationale des Archives (SIA 2020) sous le thème contextualisé «Renforcer les sociétés du savoir pour faire face aux enjeux de la décentralisation dans un contexte de la pandémie à Covid-19 ». Le Ministre des Arts et de la Culture(photo) a également, à cette occasion, fait une importante Déclaration. Les Détails.

« L’Etat du Cameroun, très attentif aux recommandations des institutions internationales, continue d’assurer la protection et la valorisation du patrimoine archivistique national malgré le contexte actuel marqué par la pandémie du Covid-19 » a déclaré le Ministre des Arts et de la Culture(Minac) Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt vendredi 12 juin 2020 au cours d’une Déclaration. Le Minac a illustré cette déclaration par quelques faits majeurs notamment, la restructuration et l’opérationnalisation des Archives Nationales, inscrites dans la feuille de route du Ministère des Arts et de la Culture sont une priorité du Gouvernement. ; La réhabilitation et l’extension des Archives Nationales à Yaoundé et à l’annexe de Buea, projet pilote phare est entrée dans sa phase d’exécution ; Le mouvement artistique et culturel national en cours de structuration compte parmi les 24 pôles identifiés, le pôle des professionnels de l’information documentaire et de l’organisation du savoir, au sein duquel se trouve la communauté nationale des Archivistes.  Pour le Ministre des arts et de la culture l’édition 2020 de la Semaine Internationale des Archives offre à tous les archivistes, l’opportunité de faire connaitre leur savoir-faire et de participer à leur manière à la lutte contre le Coronavirus, cette cruelle pandémie qui menace la communauté mondiale toute entière.

Cette édition a été marquée par la présentation par le Directeur des Archives Nationales, Dr Esther Olembe, d’un important projet : La plateforme de veille informationnelle dédiée à la collecte et à la conservation des données liées à la gestion de la covid-19 au Cameroun. « Nous voulons avoir une base de données nationale sur tout ce qui est fait autour et sur la pandémie de la covid-19… il est très important aujourd’hui que nous puissions conserver toutes les pratiques, tout ce que nous produisons que soit des savoirs vraiment endogènes, que ce soit de la pharmacopée, toutes les connaissances que nous pouvons avoir autour de cette pandémie, cela nous servira plutard à pouvoir faire face à d’autres difficultés de cette nature »  a déclaré à yaoundeinfo.com le Directeur des Archives Nationales.

Ericien Pascal Nguiamba

 

A l’initiative du Professeur Mariatou Koné, Ministre de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la lutte contre la Pauvreté de la Côte d’ivoire, Présidente du Comité Régional de Pilotage(CRP) du projet  « Autonomisation  des Femmes et Dividende Démographique au Sahel », s’est tenue virtuellement le 8 juin 2020 une session extraordinaire du Comité Régional de Pilotage du Projet SWEDD ayant pour objectif d’examiner les effets de la covid-19 sur l’autonomisation des filles et des femmes et les actions pertinentes susceptibles de permettre d’assurer la continuité des services et des activités dans les pays à travers et au-delà du projet SWEDD.

Cette réunion a connu la participation des ministres et représentants des pays membres dont le Cameroun représenté par le ministre de l’économie de la planification et de l’aménagement du territoire Alamine Ousmane Mey. Plusieurs recommandations ont été faites au cours de cette importante réunion.

A l’endroit des gouvernements membres, il a été recommandé une mise en œuvre efficace des plans de riposte dans le cadre de covid-19, adoptés par les pays en compléments aux PTBA 2020, pour permettre d’accompagner la reprise progressive des activités du projet ; une plus grande prise en compte des questions d’autonomisation des femmes, des inégalités de genre et des droits des femmes les plans nationaux de riposte contre la covid-19. Il a également été recommandé aux gouvernements une plus grande synergie des programmes d’autonomisation des femmes avec les plans nationaux de riposte contre la covid-19 et un appui pour une implication active de tous les pays membres dans le camp médiatique et communautaire pour renforcer les acquis des plans nationaux de riposte contre la coviud-19.

A l’endroit de la Banque Mondiale , il a été recommandé de prendre des dispositions pour accompagner les pays dans la mobilisation effective et urgente des ressources du projet pour préserver et consolider les acquis de la phase 1 du projet SWEDD et apporter un appui  aux efforts nationaux pour la mobilisation des ressources additionnelles.  Quant à l’Union Africaine, elle devra faire le plaidoyer auprès des institutions continentales pour porter la question de l’autonomisation des femmes au niveau de l’agenda de l’union africaine.

Des recommandations ont également été faites à l’endroit de L’UNFPA et l’OOAS. Notamment le renforcement et l’acquisition de l’assistance technique aux besoins prioritaires des pays dans les domaines tels que le maintien et retour des filles à l’école ; la continuité de l’offre sécurisée des services de santé maternelle, infantile , nutritionnelle y compris la SR/PF ; la protection et promotion des droits des femmes et des filles face à l’accentuation des inégalités existantes entre les sexes ; l’autonomisation économique des femmes, la continuité des activités opérationnelles de compétences de vie (Espace sûrs et Clubs des maris) et d’apprentissage pour les adolescentes et les filles. Il leur a également été recommandé une facilitation de la gestion des connaissances et le partage des bonnes pratiques développées par les pays dans le cadre de la riposte à la covid-19 et du relèvement.

Pr. Marie Thérèse Obama Ondoa( Minproff)

Il faut noter que le Cameroun entrait à la phase 2 du SWEDD, et le Ministre camerounais de l’économie de la Planification et de l’Aménagement du Territoire(Minepat) était en compagnie à cette occasion du Pr. Marie Thérèse Obama Ondoa, Ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille(Minproff). Bon à savoir, au Cameroun, le projet sera réalisé dans les trois Régions Sahéliennes que sont l’extrême-nord, le Nord et l’Adamaoua. Le SWEDD financera les projets portés par les femmes en vue de consolider leurs efforts d’autonomisation ce qui favorisa l’accélération de l’atteinte du dividende démographique.

.

Ericien Pascal Nguiamba

 

C’était au cours de la deuxième réunion 2020 de la Plateforme nationale de protection de l’enfant au Cameroun y compris celui en situation d’urgence, le 10 juin 2020. Le Ministre des Affaires Sociales a également lancé au cours de la même réunion les activités marquant la célébration de la 30è édition de la Journée de l’Enfant Africain au Cameroun placée sous le thème « l’accès à une justice adaptée aux enfants en Afrique ».

Pour cette réunion, il y avait autour de madame le Ministre des Affaires Sociales, les cadres de son département ministériel, des représentants des ministères de la justice, de l’éducation de base, de la promotion de la femme et de la famille, de la santé publique et des partenaires internationaux. Il était donc question au cours de cette deuxième réunion  de procéder à une appréciation des stratégies et activités de lutte contre la Covid-19 au profit des enfants. Concrètement, il s’agissait au cours de ces travaux de présenter les différentes actions sectorielles menées, de procéder à une évaluation des effets et de l’impact des actions conduites, d’identifier les stratégies et actions innovantes de lutte, mais également de procéder au lancement officiel des activités marquant la célébration de l’édition 2020 de la Journée de l’Enfant Africain au Cameroun. « La session de la Plateforme qui s’ouvre ce matin revêt un caractère social car au-delà de l’évaluation de ce qui se fait déjà si bien en matière de protection de l’enfant dans le contexte du Covoid-19, elle entend dégager de nouvelles pistes d’intervention, afin que plus que par le passé, nos enfants se sentent davantage protégés, encadrés et pris en main » a déclaré le Ministre des Affaires Sociales Pauline Irène Nguene dans discours d’ouverture des travaux. Elle a souligné que «  les principaux risques encourus par les enfants en cette période de Covid-19 sont nombreux, notamment les maltraitances physiques et émotionnelles, la négligence, l’augmentation des cas d’abus et des violences domestiques, la non scolarisation du fait de fermeture des écoles, l’exploitation sexuelle ». Il était donc demandé aux participants de cette session de ne pas faire l’économie de leur riche expérience, leur professionnalisme, leur perspicacité et leur sens de responsabilité, afin que tous les enfants du Cameroun puissent être préservés des méfaits du Covid-19.

Pendant les travaux…

Bon à savoir, depuis sa création le 20 octobre 2016 par le Ministre des Affaires Sociales, la Plateforme Nationale de Protection de l’Enfant au Cameroun y compris celui en situation d’urgence, se veut un cadre d’échanges et de concertation avec les différents acteurs de la protection de l’enfant au Cameroun. Elle regroupe divers acteurs issus des administrations publiques, des Organisations Non gouvernementales, des Organisations de la Société Civile et des Collectivités Territoriales Décentralisées.

Ericien Pascal Nguiamba

Il a été Conduit à sa dernière demeure le samedi 6 juin 2020 dans son village natal Nkong-Ndougou2 par Bikok où il voit le jour le  19 mai 1949. Ses obsèques ont bénéficié du soutien du Ministère des Arts et de la Culture, avec notamment la présence d’une délégation conduite par le Secrétaire Général Christophe Mbida. L’artiste Aloa Javis, auteur du tube à succès « Subugu Mu », était à la fois auteur compositeur, chanteur, arrangeur et producteur. Il laisse à la postérité des œuvres immenses.

De son véritable nom Etoundi Aloa Mengue Josephat, l’artiste Aloa Javis est décédé le 12 mai 2020 des suites d’une longue maladie à Yaoundé. Artiste musicien arrangeur, auteur compositeur et producteur, Aloa Javis a été honoré par le Ministère des Arts et de la Culture(Minac). Le Ministre Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt s’est fait représenter à ses obsèques par le Secrétaire Général du Minac Christophe Mbida porteur d’un message de réconfort et de condoléances les plus attristées de la grande famille artistique et culturelle nationale auxquelles le Ministre a associé les siennes propres. Le Ministre Bidoung Mkpatt a également apporté un soutien symbolique à la famille de l’artiste, notamment des mesures d’accompagnement et de suivi des obsèques. Son épouse  Ngono Marie Josephat avait saisi le Ministre des Arts et de la Culture le 14 mai 2020  pour lui annoncer le décès de son mari.

Aloa Javis fait partie des artistes qui ont débarqué dans la musique par amour et par passion. Dans les années 1971-1990, il est l’auteur de plusieurs compositions notamment l’album à succès incomparable « Subugu mu ». Déjà en 1970, il est avec les idoles de Nanga Eboko. C’est donc depuis son enfance qu’il a choisi la musique. Aloa Javis a également été producteur. Il a ainsi produit les artistes tels que Dieu Ngolfe, Petit Prince, Zanzal, Micson Afane etc…

C’est à l’école principale d’Obala que ce militant du RDPC (Parti au pouvoir au Cameroun) obtient le CEPE. Après la mort de sa première épouse, l’artiste va se remarier et c’est cette veuve qui pleure actuellement son époux qui laisse deux enfants, des petits fils et arrières petits fils. Le Ministère des arts et de la Culture l’a reconnu à ses obsèques comme l’un des siens. Les populations, elles, lui ont dit aurevoir dans de bonnes conditions malgré le contexte actuel marqué par la pandémie du coronavirus. Adieu l’artiste.

Ericien Pascal Nguiamba

Cette campagne nationale de sensibilisation a été lancée mardi 9 juin 2020 au Centre National de Réhabilitation des Personnes Handicapées Cardinal Paul Emile LEGER, par le Ministre des Affaires Sociales Pauline Irène Nguene(photo). Cette vaste campagne nationale organisée par le Ministère des Affaires Sociales, avec l’appui des partenaires publics et privés, s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’axe stratégique n°7 du Plan National de Protection et de promotion des personnes handicapées et de l’exécution du Plan de travail annuel 2020.

Au cours de cette campagne nationale de sensibilisation sur la prévention des incapacités, le dépistage précoce et la réhabilitation des handicaps, il s’agira de sensibiliser le grand public sur la nécessité de la prévention des handicaps ; faire une revue des actions de dépistage précoce des déficiences et faire une revue des actions de réhabilitation des handicaps ; organiser les causeries éducatives sur la prévention des maladies tropicales négligées handicapantes ;  mener et réaliser des campagnes médiatiques sur la prévention du handicap. Parmi les activités qui seront menées au cours de cette campagne nationale, on note des consultations gratuites sur les pathologies handicapantes, des causeries éducatives dans toutes les unités techniques opérationnelles du Ministère des Affaires Sociales, des Echanges socio-éducatifs et la préparation des entretiens individualisés et de groupes.

Une vue des participants

En rappel, la Loi n°2010/002 du 13 avril 2010 portant protection et promotion  des personnes handicapées en son article 2, désigne la personne handicapée comme « toute personne dans l’incapacité d’assurer par elle-même tout ou partie des nécessités d’une vie individuelle ou sociale normale, du fait d’une déficience physique ou mentale, congénitale ou non ». La Convection des Nations Unies relatives aux droits des personnes handicapées du 13 décembre 2006 dans le paragraphe 2 de son article 1er affirme que «  par personne handicapée, on entend des personnes qui présentent des incapacités physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles durables, dont l’interaction avec diverses barrières peut faire obstacle à leur pleine et effective participation à la société sur la base de l’égalité avec les autres ».  Au Cameroun, les caractéristiques du handicap sont tributaires de plusieurs facteurs à savoir les accidents de la circulation où des milliers de cas sont enregistrés chaque année. 6321 cas en 2013 d’après l’Institut National de la Statistique.

Une autre vue des participants

« Le gouvernement a pris des mesures en vue de réhabiliter nos compatriotes handicapés. Cette Réhabilitation consiste à restaurer la qualité de vie et l’indépendance dans les activités quotidiennes des personnes handicapées. Elle a pour but de donner à la personne déficiente la possibilité de trouver un minimum de son autonomie fonctionnel » a déclaré le Ministre des Affaires Sociales.  Pauline Irène Nguene a évoqué à cet effet le « Réhabilitation Institute for the blind » de Buea qui assure aux aveugles et aux déficients visuels un encadrement scolaire et professionnel en vue de leur insertion socio-politique. Pauline Irène Nguene a également parlé du Centre National de Réhabilitation des Personnes Handicapées Cardinal Paul Emile LEGER chargé également de l’encadrement des personnes handicapées moteurs et d’autres déficiences. Sans oublier de nombreuses Œuvres Sociales Privées à travers le pays. «Le gouvernement prend aussi des mesures pour promouvoir l’accessibilité des personnes handicapées aux infrastructures et édifices publics ou ouverts au public » a ajouté le Ministre des Affaires Sociales. Des initiatives qui font de la personne handicapée non pas une personne à part, mais une personne à part entière de la société.

Ericien Pascal Nguiamba

Le Ministre des Arts et de la Culture(Minac), Pierre Ismael Bidoung Mkpatt a accordé une audience à un groupe d’artistes musiciens conduits par Monsieur SAM FAN Thomas, Président du Conseil d’Administration de la SONACAM, mercredi 3 juin 2020 dans la salle des conférences de son cabinet.  Cette délégation d’artistes musiciens était composée de NKOTTI François, Adeline MBENKUM, MISSE NGOH, ISNEBO, Dynastie le Tigre et Princesse Mary-Christ. Y prenaient également part les proches collaborateurs du MINAC. Plusieurs sujets évoqués dont le partage des 350 millions de la crtv. Les détails.

Tout d’abord, le Ministre des Arts et de la Culture a souhaité une chaleureuse bienvenue aux illustres personnalités et leur a rappelé que dans une société en proie aux différents maux tels que la pandémie du Covid-19, les artistes ont un rôle primordial à jouer, celui d’aiguilleurs de consciences, d’acteurs de ressourcement et de réconfort permettant aux autres de se réajuster. Mentionnant qu’ils sont venus chez leur collègue artiste dont les appels au rassemblement ont eu un impact favorable sur eux, ces artistes musiciens ont soulevé des plusieurs points notamment leur absence aux sessions de relecture des textes au sein de la Commission de Contrôle des OGC n’était que le fait d’une malheureuse incompréhension; la période très difficile que les artistes traversent en ce moment ; le souhait de l’autorisation pour le partage intersocial des fonds disponibles dans le compte, après le paiement par la CRTV de 350 millions, – le dernier partage en date ayant permis à certains musiciens de percevoir 25.000 F (vingt cinq mille francs), avait créé des remous au sein des artistes – ; la SONACAM étant la principale pourvoyeuse de fonds avec plus de 3.000 membres, le partage égalitaire préalablement appliqué serait d’après eux source d’injustices; l’organisme de contrôle ne pouvant pas être en même temps, selon eux, organisme de gestion, ils souhaitent que la gestion soit décentralisée et confiée aux Organismes de Gestion Collective, quitte à reverser des commissions à l’organisme de contrôle et rendre compte de leur gestion.

D’après, les différents directeurs techniques du MINAC présents à la rencontre, des textes juridiques existent déjà en rapport à la réforme du droit d’auteurs au Cameroun, bien qu’il se pose parfois un problème d’interprétation. Le processus étant en cours, il faudrait que la Commission de Contrôle s’améliore dans le sens de la recherche permanente de l’épanouissement des artistes.

Le Ministre Bidoung Mkpatt a noté que chaque visite des artistes au MINAC rentre dans le cadre de leur respectabilité. Acteurs indispensables du Ministère des Arts et de la Culture, ils doivent jouer leur rôle d’encadrement et d’appui en trouvant des solutions aux problèmes des artistes. Les difficultés étant conjoncturelles, il les exhorte à faire preuve de beaucoup plus de solidarité en optant pour une formule qui puisse permettre d’aider les autres.

Yaoundeinfo.com

 

 

Deux mois après son retour d’exil, qui aura duré dix ans, Mohamed Ould Bouamatou doit déjà répondre à l’appel de ses concitoyens. Nombreux sont ceux qui souhaitent le voir créer son parti pour une implication réelle dans la vie politique de la Mauritanie. Pourtant, en juin 2019, le banquier avait clairement expliqué qu’il ne fallait pas mélanger politique et affaires. Franchira-t-il enfin le pas, lui le grand défenseur de la démocratie et des droits de l’Homme ?

Après dix années d’exil, Mohamed Ould Bouamatou est rentré au pays natal le 11 mars dernier, grâce à l’abandon des poursuites judiciaires contre lui par le nouveau pouvoir de Ghazouani. Le 11 mai 2020, le juge d’instruction du tribunal de Nouakchott-Ouest avait également prononcé un non-lieu en faveur du banquier mauritanien et plusieurs de ses compatriotes dans l’affaire de corruption présumée en 2017. Bouamatou est donc définitivement libre ! À présent, de nombreux Mauritaniens aimeraient le voir s’impliquer plus directement dans la vie politique de son pays. Ils souhaitent que le milliardaire créé son parti ou au moins qu’il se présente à la prochaine présidentielle en indépendant. Pourquoi un tel appel ?

Un philanthrope et un militant des droits de l’Homme

Le peuple mauritanien estime que Bouamatou a l’étoffe d’un président de la République car il a une vision, il est instruit et généreux. Généreux parce que le milliardaire s’est d’abord fait connaître par sa philanthropie. Dès 2000, il a fait construire l’hôpital ophtalmologique Bouamatou à Nouakchott. Cet établissement offre des soins gratuits de la cataracte à des milliers de patients venus de l’Afrique de l’ouest. En 2015, il a créé la Fondation pour l’égalité des chances en Afrique qui soutient tout projet dans le domaine de l’éducation, la justice, la santé, la culture ou encore de la transparence de la vie publique. C’est ce combat en faveur de la démocratie et des libertés individuelles qui lui a valu l’exil sous le régime de son cousin Mohamed Ould Abdel Aziz.

Dès son retour au pays en mars 2020, Bouamatou a pourtant apporté son aide à la lutte contre la pandémie du coronavirus en faisant un don d’un milliard d’ouguiyas (8 millions de dollars). Il a aussi appelé à la mobilisation générale des patrons mauritaniens à travers une tribune mémorable.

Un important investisseur en Mauritanie

Bouamatou, qui se trouve à la tête d’un empire financier (le groupe BSA), a en outre investi dans presque tous les secteurs d’activité en Mauritanie. Citons notamment la banque, la téléphonie, les assurances, la pêche, l’agroalimentaire, les mines et la construction. Il est donc totalement impliqué dans le développement économique de son pays et l’amélioration de la vie de ses concitoyens. C’est pourquoi, certaines voix s’élèvent maintenant pour lui demander de se lancer plus directement dans la politique.

« Ou on fait des affaires ou on fait la politique »

Mais l’homme d’affaires veut rester ce philanthrope et ce combattant désintéressé de la démocratie. Invité par la Fondation Mo Ibrahim en mai 2019, Bouamatou avait justement préconisé de ne pas mélanger « affaires et politique ». Une prise de position forte qui avait suscité de nombreux commentaires. « Au lieu de faire des entreprises, les gens cherchent le pouvoir pour s’enrichir (…) Ou on fait des affaires ou on fait la politique. On ne fait pas les deux et on ne fait pas l’un pour avoir les deux », avait déclaré le riche banquier.

Ces Dons de la Société AGROMIX SARL remis samedi 30 mai 2020 aux différentes écoles et chefferies traditionnelles de l’arrondissement de LOLODORF, dans le département de l’Océan, Région du Sud Cameroun, étaient composés de 1000 masques lavables, 29 seaux de 40 litres avec robinets et 360 morceaux de savons de 400 g. Cette remise des Dons contre la pandémie du Coronavirus, s’inscrit dans le cadre du démarrage des activités de la Société AGROMIX SARL qui vont porter sur la production, la transformation et la commercialisation à l’international des produits cacaoyers et autres, avec comme point d’orgue l’implantation d’une usine de séchage des fèves de cacao dans le village de Nkouampboer. Les détails.

La Mairie de Lolodorf

« La société AGROMIX que je représente dans le cadre du démarrage de ses activités, qui vont porter sur la production, la transformation et la commercialisation à l’international des produits cacaoyers et autres avec comme point d’orgue l’implantation d’une usine de séchage des fèves de cacao dans le village de Nkouampboer , a jugé opportun de mettre un accent sur la préservation de la santé des populations en générale et celle des élèves en particulier » a déclaré Jean BIND TIMBI le Cogérant, et Représentant de la Société AGROMIX, au cours de cette cérémonie qui a eu lieu le 30 mai 2020 à LOLODORF.

Jean BIND TIMBI le Cogérant de la Société AGROMIX Sarl, présentant le projet et les Dons.

A cet effet, les actionnaires de cette jeune société constitués des camerounais originaires des 10 régions du pays, ont réuni leurs efforts pour mettre à la disposition des différentes écoles et Chefferies traditionnelles, 1000 masques lavables, 29 seaux de 40 litres avec robinets, 360 morceaux de savons de 400 g. C’est leur contribution à la lutte contre le coronavirus dans l’arrondissement de LOLODORF. « Ce don qui n’est qu’un début des actions que compte mener la société AGROMIX dans l’arrondissement va se poursuivre par l’amélioration des conditions de vie des planteurs installés dans la zone rurale de LOLODORF » a déclaré Monsieur BIND TIMBI Jean qui a manifesté la gratitude de la Société AGROMIX envers les forces vives de l’arrondissement de LOLODORF qui ont apporté leur soutien à la réussite de cette cérémonie de remise des Dons pour la lutte contre la covid-19 dans cet arrondissement du département de l’océan.

Le Maire de Lolodorf pendant son discours de remerciement. A sa droite le Sous-préfet.

Il faut noter que cette belle initiative de promotion de la santé et du développement a été saluée par les populations de l’arrondissement et surtout par les autorités administratives et municipales notamment le Sous-préfet Dénis Akhtalaï et le Maire Félicien René Mballa.

Ericien Pascal Nguiamba

 

30.000 masques pour tous les enfants du Grand Mbam et les enseignants qui ont repris les classes lundi 1er juin 2020 pour une meilleure rentrée du 3è trimestre. Le matériel offert aux professionnels de santé, a pour objectif, le relèvement du plateau technique des quatre hôpitaux de district de santé que sont Bafia, Yoko, Ndikiniméki et Ntui et l’amélioration des conditions sanitaires des Centres Médicaux d’Arrondissements (CMA) des 10 autres arrondissements du Grand Mbam. Tout ce matériel a été remis à ces bénéficiaires par l’Association pour le Développement du Mbam(ADM), au cours d’une belle cérémonie qui a eu lieu à la Place des fêtes de Bafia Samedi 30 mai 2020. Les détails.

Le Président de l’ADM Bernard Beyekol, pendant son discours. Très apprécié.

Les élites du Grand Mbam (Mbam-et-Inoubou et Mbam-et-Kim) viennent à nouveau de démontrer leur esprit de solidarité.  Elles ont inscrit dans leur agenda la recherche permanente du bien-être de leurs frères et sœurs et ne cessent de compatir à leur souffrance. Et pour une « rentrée sans Covid-19 », elles ont cette fois-ci pensé à tous les enfants du Grand Mbam. D’où le mot d’ordre « Un enfant, un masque » afin de combattre avec énergie la terrifiante pandémie.  Tous ces fils et filles mbamois se sont mobilisés pour pouvoir aider les enfants des classes d’examens, qui sont rentrés à l’école lundi 1er juin 2020, à aborder le troisième trimestre avec assurance et sérénité. D’où cette belle cérémonie de remise de matériel de protection contre le coronavirus à ces élèves et enseignants ainsi qu’aux professionnels de santé organisée à la place des fêtes de Bafia samedi 30 mai 2020. Cérémonie présidée par le Préfet du Département du Mbam-et-Inoubou, Monono Absalom, en présence du préfet du Mbam-et-Kim, Galim Ngong Irenée, du Maire de Bafia Me Zintchem A Bodio Marthe Félicité, des élites intérieures et de la diaspora. Le Président de l’ADM, Bernard Beyekol, a signalé l’absence d’autres membres de l’Association empêchés à la dernière minute parmi lesquels la Vice-Présidente, Madame Nana Mekounté Delphine qui n’a pas pu faire le déplacement de Bafia à cause d’une extrême urgence a-t-on appris.

Le Préfet du Mbam-et-Kim(à gauche) remettant un don et félicité par le Président de l’ADM(à droite)

30.000 masques ont donc été mis à la disposition de tous les enfants du Grand Mbam et aux enseignants, avec en prime la désinfection des salles de classes. Deux pulvérisateurs ont ainsi été mis à la disposition de chaque arrondissement et des solutions pour cette désinfection. « Le mbam dans toute sa diversité a décidé ensemble de se mobiliser entièrement pour terrasser le covid-19 » a déclaré le Président de l’ADM Bernard Beyekol avant de souligner que cette initiative vise « la Protection de nos enfants qui reprennent les classes le lundi 1er juin…Le relèvement du plateau technique de nos quatre hôpitaux de districts de santé qui sont Bafia, Yoko, Ndikiniméki et Ntui… l’amélioration des conditions sanitaires des centres médicaux d’arrondissements (CMA) des 10 autres arrondissements ».

Photo de famille.

La promotion de la santé des populations fait également partie des priorités de l’ADM d’où la remise du matériel de protection aux professionnels de santé. Ils ont reçu entre autres outils de protection, des masques en tissus, des masques chirurgicaux , des couvres têtes , des sur chaussures, des combinaisons, des paires de gants de soin, des ballets, des raclettes , des sacs poubelles de 50 litres  , des fûts avec robinet de 100 litres, des seaux avec robinet de 20 litres  , des seaux sans robinets, des pulvérisateurs, des vaporisateurs, des paires de bottes, des lits relevant le buste dont 6 à roulettes, deux s paires de draps et un matelas pour chaque lit. Ils ont également reçu des appareils divers notamment de tension artérielle, tensiomètres…A cela s’ajoutent  des thermo flash, des flacons de gels hydrologique, des pulvérisateurs. Bon à savoir, pour obtenir tout ce matériel, les contributions individuelles allaient de 5000FCFA à 1 million de FCFA. Illustration d’un Grand Mbam fort et uni.

Ericien Pascal Nguiamba