65 artistes et Journalistes culturels ont reçu les médailles le 27 novembre 2020 à Yaoundé au cours de la cérémonie d’ouverture des journées de Résilience Artistique et Culturelle présidée par le Premier Ministre Chef du gouvernement, Chief Dr Joseph DION NGUTE Représentant personnel du Chef de l’Etat Paul BIYA. Le Ministre des Arts et de la Culture le Dr. Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt a assuré avec brio l’organisation de cet évènement qui a donné du sourire aux artistes camerounais.

Ange Ebogo, en tête des médaillés.

Les journées de Résilience Artistique et Culturelle célébrées du 25 au 28 Novembre 2020 au Musée national à Yaoundé, est un évènement qui s’est tenu dans un contexte sanitaire précaire dominé depuis un an par la pandémie de la covid-19 dont les effets pernicieux avec leur cohorte de victimes, ont ébranlé la stabilité de l’humanité et dont les conséquences n’ont épargné aucun domaine de la vie nationale dont le sous-secteur Arts et Culture qui a été affecté à un double titre. La Covid-19 a cruellement soustrait au Cameroun un nombre important de ses valeureux talents, et sevré la communauté des mélomanes de certaines de ses icônes, dont le professionnalisme, l’œuvre prolifique et éloquente ainsi que le dévouement ont révélé au monde entier la diversité, la vitalité et le rayonnement de la culture camerounaise. Par ailleurs, le sous-secteur des Arts et de la Culture, domaine de prédilection des activité de masse est sévèrement impacté par les répercussions néfastes de la pandémie COVID-19 avec la fermeture des salles et lieux de spectacles ;Alors que certaines personnes prédisaient un effondrement total du sous-secteur Arts et Culture, les pouvoirs publics par leurs mesures incitatives et les artistes eux-mêmes par leur capacité de créativité et d’adaptation n’ont cessé de travailler avec opiniâtreté à assurer la permanence de la culture camerounaise et l’affirmation de l’identité culturelle nationale. Raisons de l’organisation de festivals virtuels, de concerts virtuels, d’expositions en ligne, de tourisme numérique, de Musée Virtuel… De même, le domaine de la Mode et de l’Habillement a opéré une mutation profonde qui l’a orienté vers de nouvelles filières telles que la confection des masques faciaux. Cette résilience du sous-secteur Arts et Culture méritait donc d’être reconnue et encouragée. D’où la décision prise par le Chef de l’Etat Paul Biya d’accorder les décorations à 65 artistes de disciplines variées, en reconnaissance de leur apport au rayonnement culturel camerounais, et qui plus est dans un contexte sanitaire particulier et dans lequel chaque initiative novatrice, qui s’inscrit dans le registre de la résilience, mérite les encouragements de la nation tout entière. « Plus qu’avant, l’acteur culturel camerounais acquiert sa place d’avant-garde dans le relèvement des défis qui interpellent la communauté nationale. En revanche, la nation honore ses fils qui, par la diversité de leurs talents, participent à la fierté nationale et au rayonnement du pays dans le concert des nations » a souligné le Ministre des arts et de la Culture Dr. Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt., avant d’ajouter que « Dorénavant, la culture participe à la production de la richesse nationale par la promotion du tourisme culturel qui à terme doit déboucher sur un afflux annuel de 3500000 touristes internationaux. Incontestablement, la culture apportera sa contribution à la promotion de l’Emploi. ».

Les artistes médaillés au Musée national, lieu de la cérémonie.

Pour le Ministre Bidoung Mkpatt,  « La célébration de ces journées prend alors tout son sens, en temps qu’elle exalte la Très Haute Attention du Chef de l’Etat au sous-secteur de la Culture que l’imagination féconde et le courage des acteurs ont pu maintenir en alerte au mépris des vicissitudes liées à la covid-19. Des atouts qu’il faut capitaliser pour le rayonnement sans cesse croissant de ce qui fait notre identité en tant qu’ ’’Afrique en miniature’’ ». Parmi les récipiendaires des noms bien connus. Grace Decca, Ange Ebogo Emerant, K- Tino, Henri Njoh, Jean Pierre Bekoko etc. Par la voie de leur porte-parole, les récipiendaires ont dit Merci au Président Paul Biya à qui ils ont adressé une Motion de soutien « sans faille » pour son œuvre de construction d’un pays émergent démocratique et uni dans sa diversité à l’horizon 2035  et pour sa politique culturelle. Le Premier Ministre Chef du gouvernement Joseph Dion Ngute représentant personnel du Chef de l’Etat à cette cérémonie, a souligné que « l’art et la culture participent à la consolidation de la conscience nationale qui refuse le repli identitaire l’exclusion la marginalisation la discrimination ». En effet, a ajouté le Premier Ministre,  « De la diversité culturelle de notre patrie doit jaillir l’unité qui s’exprime par la fraternité universelle l’inclusion, la construction du destin collectif de notre nation et surtout la volonté toujours affirmée de vivre ensemble harmonieusement ».

Ericien Pascal Nguiamba

Le Groupe de Reference de la Société Civile pour la Transparence des Finances Publiques a organisé les 24 et 25 novembre 2020 à la Chambre de Commerce à Yaoundé, le Forum national sur la participation de la Société Civile à la mise en œuvre de la réforme des finances publiques dans le contexte du Covid-19. C’était en présence de Madame Boumsong Sophie, Chef de Division de la Réforme Budgétaire, à la Direction Générale du Budget. Les détails.

Après la campagne de diffusion du budget citoyen dans les dix régions, le Groupe de Référence de la Société Civile s’est proposé de rassembler les Organisations de la société Civile(OSC) membres, en vue de préparer une vision commune partagée pour un dialogue efficace avec le Ministère des finances (Minfi). C’est donc dans ce contexte que se situe le projet d’un forum de la société civile  sur le thème  « Place et rôle de la société civile dans la construction du dialogue pour l’amélioration de la gestion et la transparence des finances publiques dans le contexte de covid-19». L’objectif principal de ce forum était d’apporter un appui à l’amélioration de la gestion des finances publiques mais aussi de contribuer à la construction du dialogue Minfi/Société Civile ; de positionner dans l’espace public le regard sur la gestion des finances publiques dans le contexte de la Covid-19 au Cameroun. Ce forum, ouvert aux autres acteurs tels que le Minfi et les partenaires au développement bilatéraux et multilatéraux du Cameroun, se positionne dans la protection de l’espace civique pour l’efficacité de l’engagement de la société civile en faveur du développement durable.

Le forum a aussi servi de cadre de lancement de Citizen Lenses Report (CLR) qui a donné l’occasion à tous les partenaires d’échanger autour des évidences contenues dans les différents rapports sectoriels du CLR afin de dessiner ensemble le chemin à venir.

Madame Christine Andela

Il y a eu également des échanges multi acteurs sur les engagements de tous les acteurs de développement à œuvrer pour empêcher le rétrécissement de l’espace civique. Selon Madame Christine Andela, ce forum  a produit des résultats satisfaisants : « Le premier résultat est que nous voulions donner vie et corps à la plateforme de dialogue entre le ministère des finances et la société civile travaillant sur les finances publiques, c’était un impératif et je pense que nous avons vraiment obtenu ce résultat. Nous attendons simplement la finalisation du document juridique qui va donner une existence légale juridique à cette plateforme mais déjà les travaux sont lancés, le dialogue a eu lieu, c’était d’abord cela l’objectif que nous visions. Le deuxième objectif est qu’en publiant notre Citizen Lenses Report, le Rapport citoyen sur le financement du développement nous voulions entamer un dialogue sur la base des évidences avec les pouvoirs publics à partir des trouvailles que nous avons faites. C’est le cas de la santé où nous avons des évidences que 70% des dépenses de santé incombent véritablement aux communautés elles-mêmes. Quand quelqu’un est malade au village, il se soigne il n’est pas remboursé,  alors qu’il y’a des financements colossaux qui vont au niveau de la santé. Donc tout se passe comme s’il y avait déconnexion entre le financement d’un secteur et le résultat sur le bien-être ou la santé ou la vie des populations ; et ça vraiment il faut qu’on trouve les voies et moyens pour continuer à faire un plaidoyer là-dessus » a déclaré Madame Christine Andela, au sortir des travaux de ce forum.

Ericien Pascal Nguiamba

Les contours de cet évènement ont été abordés au cours d’une audience accordée à Yaoundé à la Présidente de l’Interprofession cosmétique, coiffure bien-être et  esthétique(Icobes) Madame Ngo Yebga Gisèle Raphaëlle par le Ministre des Arts et de la Culture Dr. Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt.

«Dans le cadre de l’interprofession,  nous sollicitons votre parrainage dans l’organisation du salon International de la cosmétique de la coiffure, du bien-être et de l’esthétique. Il s’agit d’u évènement culturel, du 18 au 21 août 2021 qui représentera toutes nos chaines de valeur, dans les métiers de la cosmétique de la coiffure du bien-être et de l’esthétique. Dans cette optique nous sollicitons l’obtention de l’esplanade du musée national, la salle de conférences, la régie son et lumière, il s’agit de l’exhibition, des ateliers, des conférences, et du parrainage du Ministère des Arts et de la Culture. » a déclaré la Présidente de l’interprofession Madame Ngo Yebga Gisèle Raphaëlle au cours de l’audience que lui a accordée (avec ses membres), le Ministre des Arts et de la Culture Dr. Pierre Ismaël Bidoung MKpatt le 18 novembre 2020 à Yaoundé.

Au cours de ce salon, il y aura donc des exhibitions des savoirs faire du terroir, exhibition en matière de coiffure, en matière de cosmétique, d’esthétique et toute sorte d’invention mise  sur pied par les membres de l’interprofession. Il s’agira donc de les valoriser au cours de ca salon.

« Nous utilisons les produits à base de nos essences du terroir, le champoing de nkui, le champoing de bambou, les savons à base de la bave d’escargot, des carottes, des papayes, tout ce que nous faisons, nous voulons mettre de la valeur ajoutée à nos produits du terroir, pour les rendre compétitifs sur le marché national et international » a ajouté Madame Ngo Yebga Gisèle Raphaëlle.

Photo de famille avec le Ministre des Arts et de la Culture.

Il faut noter que le secteur était jadis abandonné à lui-même. Et cette audience avec le Ministre des Arts et de la Culture a été l’occasion pour les responsables de l’interprofession de remercier le Minac. « Nous sommes très contents parce que le Ministre des arts et de la culture nous accompagne dans ce travail de structuration, ce travail de valorisation de nos métiers, et ce travail d’agrandir notre économie pour que nous ajoutons la valeur ajoutée à nos matières premières à travers nos domaines d’activités » a dit avec satisfaction la Présidente de l’Icobes. Bon à savoir,  le Minac a aussi été remercié pour avoir permis pour la toute première fois en Afrique centrale que les acteurs des métiers du Bien-être soient intégrés à part entière comme artistes. C’est une première dans la sous-région. Désormais les services font partie du Ministère des Arts et de la Culture ce qui donne aux différents acteurs, des approches économiques et qui leur permet de valoriser le patrimoine culturel, et artistique du Cameroun comme source d‘inspiration et d’intrants.

« Nous sommes satisfaits de cette audience parce que le ministre nous a d’abord félicité pour le travail que nous avons d’abord abattu. Il nous a encouragés et puis maintenant il nous a donné certaines recommandations et orientations. C’est pourquoi nous sommes vraiment satisfaits de cette audience » a déclaré, heureuse, Madame Ngo Yebga Gisèle Raphaëlle qui a profité de cette belle occasion pour remettre les statuts, règlements intérieurs et le code déontologique de l’interprofession au Ministre Bidoung Mkpatt qui à son tour a exprimé ses encouragements pour les efforts faits par l’interprofession.

Ericien Pascal Nguiamba

 

« Tous les handicaps ne sont pas visibles » c’est  le thème choisi pour la célébration de la 29è édition de la Journée Internationale des Personnes handicapées le 3 décembre 2020. Les activités de cette édition ont été lancées mardi 24 novembre au  Centre National de Réhabilitation des Personnes Handicapées-Cardinal Paul Emile LEGER à Yaoundé par le Secrétaire Général du Ministère des Affaires Sociales(Minas) ITOE Beryl IKOMBE épse PANJE.

Le thème choisi pour cette édition est « une invite ou alors une interpellation des Etats à accorder d’avantage une attention particulière aux personnes présentant un handicap non apparent… » a déclaré le Secrétaire Général du Minas  ITOE Beryl IKOMBE épse PANJE. Avant de lancer un appel aux acteurs étatiques aux organisations de la société civile, et même à la communauté internationale « pour leur contribution à la réussite des différentes activités marquant la 29è édition de la Journée Internationale des Personnes Handicapées » et au-delà de la célébration, à être de « véritables défenseurs et militants de la prise en compte de l’approche handicap dans tous les secteurs de développement ».

le SG du Minas, ITOE Beryl IKOMBE épse PANJE.

Selon le Rapport Mondial sur le Handicap publié en 2010, conjointement par l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS) et la Banque Mondiale, on estime à plus d’un milliard  le nombre de personnes vivant avec le handicap, soit environ 15% de la population mondiale. On constate que les pays à faible revenus ont une prévalence de handicap plus grande que les pays à revenus supérieurs. Au Cameroun, en appliquant le ratio du Rapport Mondial sur le Handicap au résultat officiel du 3è recensement Général de la Population et de l’Habitat publié en 2010, les personnes handicapées sont estimées à près de 2 millions neuf cent dix mille(2.910.000). Mais il faut noter que dans la population, il y a des handicaps invisibles. Ce qui pourrait amplifier les chiffres.

Au cours du lancement officiel des activités relatives à cette célébration, il a été question pour les participants, venus des administrations publiques, des partenaires Techniques et Financiers, des Organisations en charge des Personnes Handicapées, du personnel du Minas, de faire une rétrospective sectorielle des dix dernières années(2010-2020) sur des actions ayant été menées en faveur de la protection et de la promotion des personnes handicapées tout en se focalisant sur le thème de cette année 2020, à savoir « Tous les handicaps ne sont pas visibles ». Il était aussi question au cours de ce lancement  officiel, de faire savoir au grand public les actions menées en faveur des personnes handicapées dans les secteurs de l’éducation, de l’emploi et la formation professionnelle , du sport, de l’accessibilité aux infrastructures et édifices publics ou ceux ouverts au public, de la protection sociale et de la réadaptation. Outre les communications présentées ce jour, il a été convenu que d’autres espaces de communication seront réquisitionnés dans les médias, afin de poursuivre la sensibilisation auprès des groupes et communautés sur les actions menées en faveur des personnes handicapées au Cameroun.

Ericien Pascal Nguiamba

La 1ère édition du CAMEROON DIGITAL BOOST-2020 (CDB-2020) est un évènement organisé par SEM-SERVICES et CROSTON HOLDINGS avec le soutien de LA CHAMBRE DE COMMERCE CANADA-CAMEROUN (CDC-CC) sous le thème « Les stratégies pour promouvoir l’industrie numérique en contexte post covid19 ». Cet évènement, est un séminaire  qui aura lieu le 1er décembre 2020 à l’hôtel la Falaise de Yaoundé. Il a  pour cibles, les entrepreneurs, les opérateurs Économiques, les institutions financières, les établissements professionnels, les étudiants, les professionnels des NTIC, Le gouvernement et autres. Participation annoncée, entre autres,  du Dr. Ernest Simo et de l’ancien vice-capitaine des Lions indomptables Enoh Eyong.

L’objectif principal de cet évènement est de promouvoir la synergie entre les acteurs de l’écosystème du Numérique Camerounais et les experts de sa Diaspora pour une industrie numérique forte et compétitive. Il est aussi question de Susciter un réseau d’opérateurs économiques pour soutenir l’industrie numérique ; Accompagner les entrepreneurs numériques dans leurs développements de marché avec le Canada et d’autres marchés ; Participer et contribuer avec le MINPOSTEL au développement de la politique du numérique au Cameroun.

Le Comité d’organisation que préside Samuel Ervé Mandeng(photo)  vise plusieurs résultats notamment Atteindre une moyenne de 50 participants à Yaoundé ; Construire un réseau d’hommes et femmes d’affaires du Numérique Camerounais ; Faciliter le maillage numérique entre les différentes expertises Canadiennes et du Cameroun ; Faciliter l’implication des experts du numérique de la diaspora Camerounaise dans le développement du Numérique.

L’évènement sera marqué par la participation du Dr. Ernest Simo, Pionnier en Télécommunication VSAT-USA et SKYBITS-IGOGO et de l’ancien footballeur Enoh Eyong. Il est à noter que Constant Wette Expert à Erickson-Canada, recevra un prix spécial lors de ce séminaire. Ce séminaire est une initiative de SAMUEL ERVÉ MANDENG PDG de SEM-SERVICES et Chargé du développement numérique à la Chambre de Commerce Canada-Cameroun. Samuel Ervé Mandeng qui cumule plusieurs années d’expériences dans les relations interculturelles, et dans la coordination des projets en développement social et économique au Québec, il est passionné par la capitalisation du potentiel humain et les projets qui favorisent la participation Citoyenne des immigrants dans la société. Militant engagé dans la défense des droits des noirs, son expérience académique et professionnelle lui ont permis de Développer au fil des années des aptitudes comme Formateur, Accompagnateur, Conférencier et Coordonnateur des projets en Intégration d’emploi, en participation citoyenne, en Leadership et en Entrepreneuriat

Ericien Pascal Nguiamba

 

 

C’est à la place des fêtes d’Awaé, dans le Département de la Mefou et Afamba, Région du Centre Cameroun, qu’a eu lieu le 18 novembre 2020, la cérémonie de remise solennelle des appuis aux jeunes bénéficiaires du Plan Triennal Spécial-Jeunes (PTS-Jeunes), des Kits de Réarmement Moral, Civique et Entrepreneurial (REAMORCE) et du matériel roulant aux Services Déconcentrés du Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique(MINJEC).  C’était également la dernière étape de la tournée du Ministre Mounouna Foutsou dans les 10 régions du Cameroun. Tournée nationale entamée le 30 octobre 2020 dans les régions du Littoral et du Sud-ouest. 

Le Ministre Mounouna Foutsou (au centre) avec des personnalités invitées .

La cérémonie d’Awaé, s’inscrivait dans la concrétisation de la promesse du Chef de l’État, PAUL BIYA, en faveur de la Jeunesse. Les appuis accordés dans le cadre de ce Plan, visent à améliorer les conditions de vie des jeunes en favorisant leur insertion dans le monde socioprofessionnel, à travers la création de micros entreprises et l’accès aux emplois décents. Le Ministre de la jeunesse et de l’éducation Civique a passé un important message aux jeunes : « Chers jeunes, j’ai suivi avec une attention particulière, votre parcours du début, jusqu’à ce beau jour où vous avez le plaisir et le privilège de voir votre rêve devenir réalité. Ce ne fut pas un long fleuve tranquille. Vous avez fait preuve d’endurance. Vous voilà désormais prêts à mettre en œuvre vos projets respectifs, qui je le sais, vous tiennent tant à cœur. Terminée la phase des doutes, du scepticisme et du découragement. Place désormais à la confiance en soi car vous serez désormais des entrepreneurs et gestionnaires de ressources humaines pour la plupart. Ce qui requiert des habiletés et des qualités de managers que sont entre autres le sens de l’organisation du travail, le travail en équipe, l’assiduité et la ponctualité, la capacité d’écoute et j’en passe. Je vous invite par conséquent à avoir la foi en vos projets respectifs, que vous devrez conduire avec toute la rigueur et l’engagement nécessaires. La balle est désormais dans votre camp. Sachez que les autres jeunes auront le regard fixé sur vous. Pendant la phase d’opérationnalisation de votre projet, faites usage de vos séances de réarmement moral, civique et entrepreneurial, pour surmonter toutes les difficultés qui s’opposeraient à vous. Mettez-vous au travail, car très bientôt, vous serez appelés malheureusement ou heureusement, à rembourser une partie des crédits qui vous sont accordés aujourd’hui par l’État. Faites preuves de patriotisme économique pour que d’autres jeunes puissent aussi bénéficier du même accompagnement à partir du «Revolving Fund» que vont générer vos remboursements ». Il faut  rappeler que seuls les financements de 0 à 1500000 FCFA sont non remboursables. De 1500001 FCFA à 10000000 FCFA, ce sont des crédits remboursables à taux zéro et de 10000001 FCFA à 25000000 FCFA, ce sont des crédits remboursables au taux bonifié de 8% et correspondent à l’accompagnement des EMF et les assurances.

Mounouna Foutsou.

L’on a noté  la présence à cette cérémonie de Luc Magloire ATANGANA, Ministre du Commerce, Clémentine ANANGA MESSINA, Ministre Déléguée auprès du Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, le Gouverneur de la Région du Centre, NASERI Paul BEA et  SAMBGOGA SITECK guillaume, Chargé de Mission au Secrétariat Général de la Présidence de la République qui traite au quotidien les dossiers du plan Triennal Spécial-Jeunes. Dans son mot de remerciement, le représentant des bénéficiaires, Abba Alexandre a dit qu’au lancement du PTS-JEUNES, beaucoup ont cru à une utopie. Aujourd’hui, tout le monde peut se rendre compte que c’est une réalité. Ces appuis produiront à coup sûr des entrepreneurs, qui les utiliseront à bon escient et les fruits de ces entreprises profiteront à toute la société. Le Maire de la Commune d’Awae,  Akono Alinga André Rémy.dans son discours, a en insisté sur le fait qu’elle est composée à 51,95% des jeunes. Ces derniers rythment la vie économique de la localité à travers l’élevage, l’agriculture et le commerce informel. Pour lui, l’appui du PTS-JEUNES apporte une motivation supplémentaire aux jeunes. Pour cet effort, le Maire a demandé au Ministre  Mounouna Foutsou de transmettre les remerciements des populations d’Awae au Chef de l’Etat et a souhaité que ce Plan puisse être reconduit autant que nécessaire.  Pour le Président régional du Conseil National de la Jeunesse du Cameroun, Sop Gaël Brice, la présence des jeunes bénéficiaires est la preuve de la volonté du gouvernement de transformer le tissu économique du Cameroun et de faire des jeunes des Ambassadeurs de bonne moralité et de dynamisme. Il a indiqué que de toutes les initiatives gouvernementales en faveur des jeunes, le PTS-JEUNES est le projet par excellence pour l’insertion Socio-économique des jeunes. Il a invité ses pairs jeunes à faire bon usage de ces appuis afin de se montrer digne de la confiance placée en eux par l’État.

Les chefs traditionnels à travers un rite initiatique ont fait du Ministre un Grand notable de la communauté Mvele et citoyen d’honneur de la Commune d’Awae.  M. Kouam Ambassadeur du Youth Connekt Cameroon pour la région du Centre a indiqué qu’il lui a fallu beaucoup de courage pour se lancer dans l’entrepreneuriat. Il a encouragé les jeunes à faire de même et leur a donné l’assurance à travers son parcours, que la voie de l’entrepreneuriat conduit au succès lorsqu’on y met tout son sérieux. Il est actuellement président d’une coopérative qui fait dans la production de plusieurs produits tels que l’ananas ou encore le riz. Pour lui, les appuis PTS-JEUNES sont un rayon de soleil pour les jeunes et ceux-ci doivent en faire bon usage. M. Meye Stéphane, Directeur Général de Meye Tech-innovation a donné son témoignage en matière d’entrepreneuriat. Son entreprise qui a développé le 1er antivirus africain doté d’une intelligence artificielle s’est lancée dans ce projet après avoir constaté que le Cameroun perdait 60 millions de dollars dans le piratage de données et les attaques cybernétiques. C’est fort de ce constat que son entreprise s’est lancée dans cette recherche il y a 3 ans et grâce à l’accompagnement du Minjec, à travers le FONIJ, l’entreprise a grandi et emploie actuellement 15 personnes à Yaoundé et à Douala. Le succès a été si concluant que l’entreprise a obtenu la certification de Microsoft. M. Meye Stéphane projette d’étendre les activités de son entreprise avec l’appui du Minjec et du PNUD. Il a insisté sur le fait que les débuts n’ont pas été faciles mais à force de volonté et de travail il y est arrivé.

De la présentation technique du PTS-JEUNES et des équipements d’installation ainsi que les kits de REAMORCE par l’Inspecteur Général des Programmes et Méthodes d’Enseignement et de Formation, Marc Armand Sandjok, on retiendra que c’est une initiative du Président de la République dont l’ambition est de contribuer à juguler le chômage des jeunes et de dynamiser la croissance économique par l’appui à la création d’entreprises et d’emplois. Le processus de préparation de ce programme a permis d’identifier les activités centrales et charnières qui constituent le socle de la réussite dudit plan. S’agissant des appuis, il y avait entre autres : des machines à coudre, des machines à laver, des extincteurs, un salon pour salle d’attente, des climatiseurs LG, des pistolets de peinture sans fil. S’agissant des kits pour le REAMORCE, il y avait des motos, des groupes électrogènes et une unité de sonorisation. L’honorable Roger Melingui, élite de la région du Centre a dit merci pour les appuis PTS-JEUNES remis aux jeunes bénéficiaires et a souhaité bonne chance et beaucoup de courage aux nouveaux entrepreneurs. Les bénéficiaires se sont s’engagent à exercer avec professionnalisme l’entrepreneuriat pour lequel ils ont reçu des appuis. Ils s’engagent également à être des modèles, des exemples et des Ambassadeurs du PTS-JEUNES auprès de leurs pairs. Le Minjec a exprimé sa satisfaction face au travail de ces jeunes. Mounouna Foutsou a expliqué que c’est exactement ce qu’il faut faire en terme d’entreprises. Se constituer en chaîne de production pour pouvoir alimenter le marché et trouver son compte.

Ericien Pascal Nguiamba

Déclaration forte du Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique à l’occasion de la cérémonie de remise des appuis aux jeunes bénéficiaires du Plan Triennal Spécial-Jeunes(PTS-Jeunes), du Kit de réarmement moral, civique et entrepreneurial(Reamorce) et du materiel roulant aux services déconcentrés du Minjec à Dschang dans la région de l’ouest le 13 novembre 2020 .

Il faut noter que cette cérémonie de Dschang, était la 8ème étape, après Douala dans le Littoral, Buea dans le Sud-Ouest, Meyomessala dans le Sud, Gaschiga dans le Nord, Mémé dans l’Extrême-Nord, Nyambaka dans la Région de l’Adamaoua et Abong-Mbang dans la région de l’Est. Il s’agit du déroulement normal de l’Agenda du Gouvernement qui s’inscrit dans la logique de l’accélération et de la concrétisation de la promesse du Chef de l’Etat, Paul BIYA, à sa jeunesse, à laquelle il attache le plus grand prix.  Mais au niveau des jeunes, il ya régulièrement des voix discordantes. En effet, les jeunes, qui estiment que jusque-là, le financement de leurs projets ne se fait pas à un rythme souhaité, font entendre leurs voix par les canaux de communication à leur disposition et singulièrement sur les réseaux sociaux. Pourtant, « Plusieurs jeunes ont déjà bénéficié de l’accompagnement du PTS-Jeunes, pour la mise en œuvre de leurs projets et sont aujourd’hui de plus en plus autonomes financièrement, pour ne pas dire qu’ils emploient d’autres jeunes Camerounais. C’est l’exemple du «success story» de Monsieur MBE DONFACK, Député Jeune, qui aujourd’hui est même polygame » a fait observer le Ministre Mounouna Foutsou.

« Aussi, je tiens à préciser que le PTS-Jeunes est un plan présidentiel qui se veut inclusif et intégrateur, en tenant compte bien évidement des spécificités locales et régionales » a-t-il expliqué avant d’ajouter que « chaque jeune peut s’inscrire à l’Observation National de la Jeunesse partout où il se trouve sur le territoire national en ligne ou en présentiel dans les CMPJ, y compris ceux de la diaspora » et que « pour ce qui est du processus de réarmement moral, civique et entrepreneurial (REAMORCE) qui se valide par des travaux d’intérêt général (le Volontariat), les jeunes doivent les réaliser dans le lieu d’implantation de leurs projets, notamment dans leurs CMPJ d’arrondissements d’attache, pour un brassage avec les jeunes de la localité et les communautés d’accueil locales qui ont besoin de bénéficier des retombés d’un tel projet ».

 

Pour le Ministre Mounouna Foutsou « De manière Générale, les résultats à travers le pays sont encourageants, mais les pouvoirs publics sont conscients aussi que beaucoup de projets sont encore en attente de financement ». Il faut relever que  le contexte d’insécurité dû aux crises sociopolitiques, exacerbé aujourd’hui par la pandémie du COVID-19 qui a sévèrement impacté l’économie mondiale, n’épargne guère le Cameroun. Eu égard à toutes ces situations, le Gouvernement du Cameroun s’est retrouvé dans l’obligation de procéder à la réduction du budget annuel de l’État de 11 % dans le cadre du Collectif budgétaire 2020.

Cette cérémonie a été marquée par la présence du Sénateur Pr. FOMETHE Anaclet, le Gouverneur de la Région de l’Ouest, AWAFONKA Augustine,  le Chargé de Mission au Secrétariat Général de la Présidence de la République SAMBGOGA SITECK guillaume, de l’Honorable FONGANG Bernard, le «Pitchiti» des jeunes de l’Ouest, le Maire de la Commune de Dschang, le Président du Bureau Régional du Conseil National de la Jeunesse du Cameroun Monsieur MBE DONFACK, Député Jeune, succes story (fait dans la cordonnerie, la mode et des services comptables) de la Région de l’Ouest. Sans oublier Sa Majesté le Chef du village Doumbouo qui a conventionné plus de 8hectares pour la production d’un cluster économique de pommes de terre. Les autres chefs de villages qui ont également mis à la disposition des jeunes, les espaces pour la réalisation de leurs projets ont été remerciés par le Minjec. Des actes patriotiques à saluer.

Ericien Pascal Nguiamba

Le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique qui poursuivait sa tournée de remise des appuis aux bénéficiaires du Pts-Jeunes dans la région de l’Ouest le 16 novembre 2020, a apprécié le génie créateur de la jeunesse de cette partie du Cameroun. Il a tenu à féliciter et à encourager cette jeunesse entreprenante. Les détails.

A Balefout, où est  situé l’un des Clusters de la Région de l’Ouest, le Minjec en compagnie du Gouverneur, sont venus voir ce que font les jeunes bénéficiaires du Pts-Jeunes sur les hauteurs de ces collines. Le cluster qui reçoit la visite du minjec, a pour spécialité, la production des semences, la commercialisation et la transformation des pommes de terre. C’est sur une  superficie de 20ha que les jeunes promoteurs de ce projet se déploient. Ils sont 14 jeunes au total, engagés dans cette initiative qu’accompagne le Plan Triennal Spécial-Jeunes. «La particularité de ce groupe, est qu’il est constitué à majorité, des ingénieurs agronomes et des élèves ingénieurs agronomes de la Fasa de l’université de Dschang » indique une source à la délégation départementale de la Jeunesse de la Menoua. MOUNOUNA FOUTSOU, après quelques questions de compréhension, a encouragé les jeunes. « J’ai tenu à prêcher par l’exemple pour vous faire savoir que nous sommes passés par là. Ça veut dire que ce que vous faites ici n’est en rien dégradant. Il est question ici de pratiquer l’agriculture de seconde génération et faire de vous, des véritables entrepreneurs agricoles et partant, les premiers acteurs de développement » a dit le ministre.

A Dschang, le ministre fait un premier arrêt au lieu-dit carrefour Ankh. Ici, est établi, Ta Ankh : terre de vie. C’est un Cluster.  C’est l’œuvre de quatre jeunes diplômés de la Fasa. La structure est spécialisée dans la production des semences agricoles durables, la prestation de services à l’agriculture durable, la fabrication des machines et outillages agricoles et agroalimentaires, les prestations de services de développement rural et les actions sociales. Ta Ankh s’est donné pour mission, de développer les chaînes de valeur de l’agriculture durable. Au sujet des activités observées ici, MOUNOUNA FOUTSOU, avant de quitter le carrefour Ankh a instruit : « il faut exploiter la circulaire qui appelle les responsables locaux du Minjec et du Minader à co-accompagner ces jeunes. D’une part sur le volet réarmement moral civique et entrepreneurial et la formation technique d’autre part. Donc il ne suffit pas de s’arrêter à la théorie, mais de transformer toutes ces opportunités en business » a déclaré le Ministre de la Jeunesse et de l’Education, Civique.

Able, est  la dernière entreprise visitée par le Minjec dans la ville de Dschang. Constituée de 10 jeunes camerounais, cette structure offre multiples produits et services. Ventes de matériel informatique, maintenance, location, formation entre autres. Mounouna Foutsou a été séduit et impressionné par cette jeunesse dynamique qui n’a pas croisé les bras. Mais qui œuvre activement pour s’assurer un meilleur épanouissement et contribuant ainsi à l’essor de l’économie nationale.

Ericien Pascal Nguiamba

 

Une Convention de crédit entre Société Générale Cameroun et la Banque Européenne d’Investissement (BEI) a été signée le 17 novembre 2020 à Douala. En présence du Ministre des Petites et Moyennes Entreprises de l’Economie Sociale et de l’artisanat. Société Générale Cameroun et la BEI s’associent ainsi pour financer le développement des PME au Cameroun et débloquent une ligne de crédit dédiée de près de 10 Milliards de Francs CFA. Les détails.

Echange de parapheurs entre Madame Mareme Mbaye Ndiaye , Directeur Général de Société Générale Cameroun et Monsieur Nikolaos Milianitis , Chef de la Réprésentation Régionale Afrique Centrale de la BEI.

« L’opération que nous signons ce jour, s’inscrit également dans le cadre de l’initiative «Team Europe» de l’Union européenne, qui vise à soutenir les pays partenaires dans la lutte contre la pandémie de COVID-19, et atténuer les conséquences socio-économiques immédiates de la crise sanitaire, notamment en appuyant le secteur privé, en particulier les PME. L’Union européenne, et sa banque, la Banque européenne d’investissement, réaffirment ainsi leur engagement à soutenir durablement le développement économique du Cameroun. Sensibles aux difficultés auxquelles font face les PME camerounaises dans le contexte actuel, nous sommes confiants que ce financement va répondre efficacement aux besoins immédiats des entreprises locales. Aujourd’hui plus que jamais, nous souhaitons contribuer à la résilience du secteur privé. Dans cette même perspective, une opération conjointe avec la Commission européenne, y compris la Délégation européenne au Cameroun, est en cours de discussion. Celle-ci visera également à accompagner les PME dans cette période difficile où le Cameroun continue à subir les conséquences socio-économiques de la pandémie de COVID-19 » a déclaré Nikolaos Milianitis  Chef de la Représentation de la BEI en  Afrique Centrale au cours de cette cérémonie qui a été marquée par la présence du Ministre camerounais des Petites et Moyennes Entreprises de l’Economie sociale et de l’Artisanat Achille Bassilekin III qui a  tenu à « saluer cette réaction proactive de la Banque Européenne d’Investissement dans le soutien qu’elle apporte aux efforts de développement du Cameroun en général et du secteur privé en particulier, pour mettre notre pays en capacité de renforcer ses défenses immunitaires face à la récession économique globale qui s’installe dans le sillage de la crise sanitaire mondiale ».

 

Cette convention, il faut le rappeler,  intervient dans le cadre du programme d’appui de la BEI au secteur financier du Cameroun pour le financement des PME camerounaises à hauteur de 15 millions d’euros, soit 10 milliards de nos francs. Et «A travers la signature de cette convention de financement, la BEI marque un pas de plus dans son soutien aux promoteurs de PME qui font face aux risques de faillite du fait de la dégradation de leurs bilans, posant ainsi les jalons d’une crise financière si des mesures hardies n’étaient pas prises. D’où la nécessité de soutenir les PME pour les mettre en capacité de traverser ce cap et jeter les bases de la reprise économique après la parenthèse de la Covid-19 » a déclaré le Ministre Achille Bassilekin III.  Cette Convention vise à mettre le Cameroun en capacité de renforcer ses défenses immunitaires face à la récession économique globale qui s’installe dans le sillage de la crise sanitaire mondiale. La BEI marque ainsi un pas de plus dans son soutien aux promoteurs de PME exposés aux risques de faillite du fait de la dégradation de leurs bilans. Elle leur permet également, à travers cette ligne de crédits, d’honorer leurs engagements financiers dans les banques auprès desquelles ils sont débiteurs, mais aussi de répondre à des conditions bonifiées de taux et de durée à leurs besoins de financement. En rappel, La Société Générale Cameroun associée aux partenaires locaux a ouvert en juillet 2019, la «Maison de la PME» à Douala, fournissant ainsi des efforts inlassables en direction des PME pour renforcer leurs capacités techniques, améliorer leurs capacités d’absorption, mais également réduire les risques de défaut de ses clients. Elle répond ainsi de manière concrète aux problématiques de suivi et de financement des PME et des Très Petites Entreprises au Cameroun et marque sa volonté de s’attaquer de façon structurelle et méthodique aux contraintes qui entravent le plein essor des PME camerounaises. L’écosystème entrepreneurial se trouve ainsi renforcé et les bases du processus de reprise post-covid s’établissent avec l’apport de tous les acteurs que sont les Pouvoirs Publics, Partenaires Financiers bilatéraux et multilatéraux, Secteur Privé.

« Les efforts de lutte contre le Covid-19 ne peuvent durablement porter des fruits que dans le cadre d’une approche globale. L’Afrique et l’Europe ont fait le choix de se donner la main pour, ensemble, faire face aux répercussions de cette pandémie, notamment avec un soutien accru au secteur privé qui est l’un des secteurs les plus sinistrés par cette crise sanitaire. L’accord conclu aujourd’hui entre la Société Générale Cameroun et la Banque européenne d’investissement, entre donc dans ce cadre. La Team Europe (l’UE et ses États membres) espère que l’enveloppe de près de 10 milliards de FCFA (15 millions d’euros), affectée au projet aidera les entreprises camerounaises à relancer leurs activités », a déclaré Sébastien Bergeon, Chargé d’Affaires a.i., Délégation de l’Union européenne au Cameroun. «Cette nouvelle ligne de crédit permettra de mobiliser des investissements et de soutenir l’emploi dans le secteur privé sur tout le territoire du Cameroun. Le Cameroun se félicite du soutien solide apporté par Société Générale Cameroun et la Banque européenne d’investissement aux efforts de développement du Cameroun et du secteur privé. Cet appui permet aux PME camerounaises de renforcer leurs défenses immunitaires face à la récession économique globale qui s’installe dans le sillage de la crise mondiale», a souligné le Ministre Achille Bassilekin III. Le nouveau dispositif est donc disponible immédiatement et sera géré par Société Générale Cameroun.  « Le Groupe Société Générale s’est engagé à travers sa stratégie «Grow with Africa», à renforcer son engagement pour le développement durable du continent Africain sur quatre axes de financements et services: les PME, les infrastructures, l’agriculture et les énergies renouvelables. En ce qui concerne le financement des PME, Société Générale Cameroun a inauguré en 2019, LA MAISON DE LA PME qui se voulait, un lieu d’accompagnement pluridimensionnel des petites et moyennes entreprises. Après un bilan positif, nous allons plus loin et mettons au point ce programme de prêts au secteur privé en partenariat avec la BEI, parce qu’il devient primordial de continuer à assurer l’accès au financement pendant cette période de pandémie, afin de protéger les emplois, débloquer les investissements des entreprises et favoriser la croissance économique» a déclaré Mareme MBAYE NDIAYE, Directeur Général de Société Générale Cameroun. «Cette nouvelle aide ciblée à l’appui des investissements du secteur privé réunit l’expertise technique et la connaissance approfondie des besoins des entreprises locales de deux partenaires internationaux déterminés à promouvoir des investissements porteurs de transformations dans toute l’Afrique. Le nouveau dispositif permettra aux entreprises locales de faire face aux conséquences du COVID-19 et de continuer à investir et à créer des emplois. Une fois de plus, l’équipe d’Europe permet d’apporter une réponse rapide et efficace aux défis posés par le COVID-19 en coopération avec un partenaire d’envergure mondiale», a déclaré pour sa part Ambroise Fayolle, vice-président de la Banque européenne d’investissement. Les entreprises camerounaises des secteurs de l’industrie manufacturière, du commerce, de l’agriculture, du tourisme et des transports pourront donc bénéficier de cette nouvelle collaboration entre Société Générale Cameroun et la BEI.  Ce projet permettra à des centaines de PME de bénéficier de cette facilité pour financer leur développement. La ligne de crédit permettra de financer des investissements ou des besoins en fonds de roulement dans des conditions de décaissement plus souples. C’est donc un véritable partenariat en faveur du développement de l’économie camerounaise. Enfin, ce financement destiné à aider le secteur privé s’inscrit dans le cadre de l’appui de plus grande ampleur apporté par la BEI en vue de favoriser le développement des PME et de renforcer leur résilience en Afrique et dans le monde entier face aux difficultés économiques, sociales et sanitaires, notamment la pandémie COVID 19.

Ericien Pascal Nguiamba

Ils ont reçu leurs appuis  et équipements d’installation dans le cadre du Plan Triennal Spécial-Jeunes, le 15 novembre 2020 à Bamenda au cours d’une cérémonie émouvante présidée par le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique(Minjec) Mounouna Foutsou. Le Minjec s’est également rendu à Santa, toujours dans la même région pour soutenir d’autres jeunes.

Le Minjec Mounouna Foutsou à Bamenda.

A Bamenda c’est un accueil chaleureux qui a été  réservé au Ministre Mounouna Foutsou par les autorités administratives et traditionnelles, une belle façon pour le Minjec de  commencer sa visite avec sérénité dans cette région en crise par une escale au Centre de Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) des ex-combattants de la Région. Les ex combattants, à travers leur porte-parole,  ont exprimé leurs regrets à propos des dommages et torts causés aux populations. Ils ont manifesté leur détermination à bâtir une nation exemplaire, en priant Dieu tout puissant de restaurer la paix au Cameroun. Le coordonnateur régional du centre DDR, après avoir présenté les pensionnaires du Centre, a présenté les différents modules de formation qu’on y retrouve.

Mounounua Foutsou, au lieu de lire un discours, a préféré parler avec son cœur  aux jeunes ex combattants. « J’ai espoir que vous serez des citoyens responsables et accomplis » leur a a-t-il lancé avant de leur rappelé le message du Chef de l’Etat qui les invite à être des patriotes. « Le Président de la République,  est très content de la décision que vous avez  prise en déposant des armes » a ajouté le Minjec.

Quant aux jeunes bénéficiaires de la région du nord-ouest, ils ont reçu comme leurs jeunes frères d’autres régions du pays, du matériel et des appuis multiformes. Le Maire de la ville de Bamenda Paul Achumbong qui a souhaité la bienvenue au ministre Mounouna Foutsou  et à sa délégation, lui a exprimé la gratitude des populations pour cette visite et ces appuis à la jeunesse du Nord-Ouest. Il leur a également souhaité un heureux séjour à Bamenda et a fait la promesse de soutenir le gouvernement dans sa politique d’emplois de la jeunesse. Le Ministre Mounouna Foutsou, lui,  a rappelé les attentes, et objectifs visés par le Plan Triennal Spécial-jeunes, un cadeau offert aux jeunes camerounais par le Chef de l’Etat, Paul Biya en 2016.

Après son discours, le Minjec a procédé à la remise solennelle des équipements d’installation, aux jeunes bénéficiaires. Le séjour de Mounouna Foutsou l’a également conduit à Santa où il a présidé la cérémonie de remise des chèques à des jeunes. Le Maire de Santa l’a remercié pour cette visite à santa une cité où l’on prône le vivre-ensemble et l’intégration de toutes les communautés. En somme c’était une visite riche et fructueuse pour Mounouna Foutsou dans la Région du Nord-Ouest. Après Bamenda, le membre du gouvernement et sa délégation ont mis le cap sur Bafoussam, à l’Ouest du pays.

Ericien Pascal Nguiamba