Ils ont reçu leurs appuis  et équipements d’installation dans le cadre du Plan Triennal Spécial-Jeunes, le 15 novembre 2020 à Bamenda au cours d’une cérémonie émouvante présidée par le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique(Minjec) Mounouna Foutsou. Le Minjec s’est également rendu à Santa, toujours dans la même région pour soutenir d’autres jeunes.

Le Minjec Mounouna Foutsou à Bamenda.

A Bamenda c’est un accueil chaleureux qui a été  réservé au Ministre Mounouna Foutsou par les autorités administratives et traditionnelles, une belle façon pour le Minjec de  commencer sa visite avec sérénité dans cette région en crise par une escale au Centre de Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) des ex-combattants de la Région. Les ex combattants, à travers leur porte-parole,  ont exprimé leurs regrets à propos des dommages et torts causés aux populations. Ils ont manifesté leur détermination à bâtir une nation exemplaire, en priant Dieu tout puissant de restaurer la paix au Cameroun. Le coordonnateur régional du centre DDR, après avoir présenté les pensionnaires du Centre, a présenté les différents modules de formation qu’on y retrouve.

Mounounua Foutsou, au lieu de lire un discours, a préféré parler avec son cœur  aux jeunes ex combattants. « J’ai espoir que vous serez des citoyens responsables et accomplis » leur a a-t-il lancé avant de leur rappelé le message du Chef de l’Etat qui les invite à être des patriotes. « Le Président de la République,  est très content de la décision que vous avez  prise en déposant des armes » a ajouté le Minjec.

Quant aux jeunes bénéficiaires de la région du nord-ouest, ils ont reçu comme leurs jeunes frères d’autres régions du pays, du matériel et des appuis multiformes. Le Maire de la ville de Bamenda Paul Achumbong qui a souhaité la bienvenue au ministre Mounouna Foutsou  et à sa délégation, lui a exprimé la gratitude des populations pour cette visite et ces appuis à la jeunesse du Nord-Ouest. Il leur a également souhaité un heureux séjour à Bamenda et a fait la promesse de soutenir le gouvernement dans sa politique d’emplois de la jeunesse. Le Ministre Mounouna Foutsou, lui,  a rappelé les attentes, et objectifs visés par le Plan Triennal Spécial-jeunes, un cadeau offert aux jeunes camerounais par le Chef de l’Etat, Paul Biya en 2016.

Après son discours, le Minjec a procédé à la remise solennelle des équipements d’installation, aux jeunes bénéficiaires. Le séjour de Mounouna Foutsou l’a également conduit à Santa où il a présidé la cérémonie de remise des chèques à des jeunes. Le Maire de Santa l’a remercié pour cette visite à santa une cité où l’on prône le vivre-ensemble et l’intégration de toutes les communautés. En somme c’était une visite riche et fructueuse pour Mounouna Foutsou dans la Région du Nord-Ouest. Après Bamenda, le membre du gouvernement et sa délégation ont mis le cap sur Bafoussam, à l’Ouest du pays.

Ericien Pascal Nguiamba

Les Camerounais au regard des différents événements passés semblent avoir perdu leur capacité d’indignation.

*RDV en Kiosque ce Lundi

*Informer, Eveiller, Responsabliser* tel le saint Tryptique  qui guidera le contenu éditorial de ce Tabloïd

Le processus de démocratisation engrangé ces dernières décennies porte déjà ses premiers fruits.

Les acteurs de ce processus sont aussi divers que les trajectoires qu’ils empruntent. Tous les espaces de sociabilité se prêtent au débat sur les événements du moment. Le premier espace qui marque la preuve de cette mutation est la presse

votre nouveau journal *Politics*  entend restaurer le

prestige de la Presse…

Depuis les villes mortes, les émeutes de la faim de 2008 au Cameroun, on a assisté à l’émergence d’une nouvelle classe d’indignés, l’indignation est devenue une catégorie politique, qui a même son manifeste, sous la forme de l’opuscule bien connu de Stéphane Hessel,

*Indignez-vous*

 

L’indignation est le sentiment premier par lequel advient l’idée de justice. Le premier moteur de la conscience morale qui révèle, l’exigence de justice qui habite les hommes.

Il est pour nous #Politics plus qu’urgent de dénoncer le cours pervers d’une bureaucratie lourde et tatillonne qui dure depuis 60 ans. Et qui a conduit au désastre.

 

Il est question pour *Politics* d’énoncer une voie politique de salut public et d’annoncer une nouvelle espérance.

 

*Politics*  souhaite  contribuer à la formation d’une *masse critique* puissante dont le leitmotiv est : *Informer, Eveiller, Responsabiliser*.

Guy Hervé Fongang, le Directeur de la Publication.

 

#Indignez-vous! Doit être compris comme une “sonnerie de clairon”, un “point de départ” qui amorce une réflexion politique avec  une fonction d’éveil.  Une véritable écologie de l’action.

 

 

Le Ministre des affaires Sociales(Minas) Pauline Irène NGUENE a présidé le 13 novembre 2020 au Cercle Municipal à Yaoundé, les travaux de la première session d’évaluation du Plan d’action opérationnel de protection des personnes handicapées dans le cadre de la réponse nationale au Covid-19.  Il est question pour le gouvernement de mettre d’avantage l’accent sur la protection de cette couche à vulnérabilités spécifiques.

Il y a quelques mois, les responsables du Ministère des Affaires Sociales se sont  retrouvés au Centre National de Réhabilitation des Personnes Handicapées , Cardinal Paul Emile Leger, pour finaliser de manière coordonnée et participative , la réflexion  engagée au sein de ce département ministériel relativement  à l’élaboration d’un plan d’action opérationnel réaliste, en vue de s’assurer de la prise en compte optimale des besoins spécifiques des personnes handicapées , dans le dispositif national de réponse au coronavirus. Une préoccupation qui s’inscrit d’ailleurs dans la mise en œuvre des hautes directives du Premier Ministre chef du gouvernement pour lutter efficacement et durablement contre la Covid-19 au Cameroun. Les efforts sont donc faits par le gouvernement pour que les personnes handicapées aient d’avantage accès aux moyens inclusifs de communication et aux kits de prévention et de protection adaptés à leur handicap. La présence des élus locaux à cette session marque incontestablement la volonté commune à œuvrer pour la protection de cette cible dans leurs territoires de compétence respectifs. La présentation des supports de communication élaborés par le Minas, la remise des Kits, et matériels spéciaux de protection aux différents Maires présents à la cérémonie et aux organisations représentatives des personnes handicapées, au terme de cette session, constitue une plus-value, pour conduire de manière inclusive la bataille contre la Covid-19 au sein de ces personnes en situation de handicap.

Coco Bertin MOWA , le Président du Club des Jeunes Aveugles Réhabilités du Cameroun(CJARC), s’est dit satisfait de cette initiative qu’il a saluée. Et a encouragé le gouvernement à poursuivre de telles initiatives en faveur de personnes handicapées. Un document de sensibilisation sur les mesures de lutte contre la maladie à Coronavirus adapté et transcrit en Braille à la demande du Ministère des Affaires Sociales, par le Club des Jeunes Aveugles Réhabilités du Cameroun, avec le soutien de Sighsavers, a été présenté et remis aux participants. « Il est indéniable qu’il faut une approche intégrée, pour s’assurer que les personnes en situation de handicap ne sont laissées de côté ni dans la riposte, ni dans la relance. A cette fin, il convient de leur donner une place centrale et de les faire participer à la planification et aux interventions » a déclaré Pauline Irène NGUENE, le Ministre des Affaires Sociales.

Ericien Pascal Nguiamba

 

 

En tant qu’ONG principale de la société civile dans le cadre de la mise en œuvre du projet financé par le fonds mondial de lutte le sida le paludisme et la tuberculose, la Camnafaw mène des activités de sensibilisation dans les lycées et collèges sur toute l’étendue du territoire national. Une initiative aux objectifs et retombées  salutaires pour la jeunesse camerounaise.

Madame le Proviseur s’adressant aux élèves. A ses côtés les responsables de camnafaw et du Comité national de lutte contre la drogue du Ministère de la santé publique.

«La drogue rode en milieu scolaire, ça impacte à la vie scolaire, à la vie des jeunes et à leur avenir. La chose la plus importante c’est qu’un mouvement d’éducation de masse doit être mené pour amener ces jeunes à dire non à la drogue.  Une mobilisation sociale doit être faite, la communauté de l’éducation doit être mobilisée pour accompagner ces jeunes-là à dire Non à la drogue» explique Paul Martin Kana, du Comité National de lutte contre la Drogue(CNLD) au Ministère de la santé Publique. C’était au terme d’une campagne de sensibilisation organisée par la CAMNAFAW au Lycée Technique Charles Aangana à Yaoundé le 29 octobre 2020. Pour lui, la  conséquence visible de ce fléau c’est « l’abandon scolaire et ça s’observe clairement avec les jeunes dans la rue, avec la performance scolaire et avec des problèmes dans des familles. N’oublions surtout pas que lorsqu’un jeune consomme la drogue, la famille tout entière est impactée, ce que nous appelons la Co dépendance et ce problème doit franchement être pris en mains par la société, la communauté… »

Pourtant le gouvernement a pris un arrêté en janvier 2015 portant création des centres de soins, dont le Ministère de la santé a la mission de faire la promotion. « Il est important d’amener les jeunes à aller dans ces centres-là lorsqu’ils ont des problèmes pour être écoutés pour être suivis et surtout pour être accompagné, parce qu’effectivement dans l’esprit de masse, l’esprit général, on pense qu’on ne peut pas soigner les personnes qui ont des problèmes d’addiction , or la science montre qu’on peut les soigner , les accompagner. On pense aussi que le jeune qui a commencé est perdu, mais je tiens ici à annoncer qu’un jeune qui a commencé, on peut l’amener à arrêter à reprendre son cursus scolaire, à reprendre sa vie normale et même réussir dans sa vie. Nous avons beaucoup d’exemples dans ce sens-là » explique Paul Martin Kana du CNLD.

Selon les statistiques, un jeune sur quatre a déjà gouté à la drogue, un jeune sur deux à l’âge de 20 ans a déjà consommé de la bière et consomme de la bière de la manière régulière. Ces jeunes sont très exposés au Vih-sida. Presque 21% sont séropositif. « Il y a même des cas de viol à cause de la consommation de la drogue. Mais il y a aussi la covid-19 car quand vous avez consommé la drogue vous ne pouvez plus respecter les mesures barrières, les règles de distanciation » explique l’expert du Comité National de lutte contre la drogue au Ministère de la santé publique.

Selon Madame Bernadette Ebela, Proviseur du Lycée technique Charles Atangana de Yaoundé où s’est déroulée la campagne de sensibilisation le 29 octobre 2020, « Dans les années antérieurs, on mettait la main sur quelques  enfants  qui étaient détenteurs de drogue mais depuis  l’année dernière avec la sensibilisation des élèves , comme ce jour avec camnafaw ça nous a permis de sensibiliser les élèves, de parler aux élèves. Depuis que nous avons commencé cette année scolaire, nous n’avons pas mis la main sur un élève qui détenait la drogue ». Madame le Proviseur ajoute que « Nous continuons la sensibilisation en leur disant de ne plus toucher à la cigarette, à la drogue ». Elle a ainsi remercié la Camnafaw venu sensibiliser les élèves de son établissement et a invité les experts de cette ONG à revenir régulièrement mener le même exercice pour le bien des élèves. Il faut dire que  Camnafaw en tant que  ONG principale de la société civile, dans le cadre de la mise en œuvre du projet financé par le fonds mondial de lutte contre le sida le paludisme et la tuberculose, mène des activités de sensibilisation dans les lycées et collèges sur toute l’étendue du territoire national. Donc c’est à ce titre que cette ONG est allée au Lycée Technique Charles Atangana, « pour sensibiliser, pour capaciter les jeunes, leur donner des outils moraux pour pouvoir faire face à ce fléau qui mine notre société et notre milieu scolaire » a déclaré Cédric Nzenang, le point focal Camnafaw Centre Sud et Est.

Ericien Pascal Nguiamba

Ces jeunes de la Région de l’Est, bénéficiaires du Plan Triennal Spécial-Jeunes(PTS-Jeunes), ont reçu des attestations et  chèques d’installation le 11 novembre 2020 à Abong Mbang  au cours d’une cérémonie présidée par le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique(Minjec) Mounouna Foutsou.En présence des autorités et élites de la Région.

Remise solennelle des équipements aux jeunes bénéficiaires.

Plusieurs allocutions ont meublé cette cérémonie. Dans son Discours de bienvenue, le Maire de la commune d’Abong-Mbang, Oyal Charmant a remercié le gouvernement pour la conception et la mise en œuvre du Plan Triennal Spécial-Jeunes (Pts-Jeunes) qui va permettre à de nombreux jeunes de la région de l’Est de s’insérer professionnellement. Une action qui, pour le maire, va renforcer l’engagement de la commune dans sa politique de promotion de l’entrepreneuriat. Le président du Conseil régional de la Jeunesse de l’Est, lui, s’est  réjouit de la tenue de cette cérémonie dans la ville d’Abong-Mbang. Une initiative qui témoigne de l’intérêt que la haute hiérarchie porte à l’épanouissement des jeunes de cette région. Aussi, quelques doléances seront égrainées, au rang desquelles,  l’absence de locaux pour l’équipe régionale du Cnjc, le manque de matériels de travail, etc. Des insuffisances qui freinent le déploiement de l’équipe locale du Cnjc. Yvette Eyenga, Directrice de l’Insertion des jeunes et du Volontariat au Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique(Minjec), dans son allocution, a présenté la nouvelle orientation du Plan Triennal Spécial-Jeunes. Ensuite, faisant un état des lieux de la mise en œuvre du Pts-Jeunes dans la région de l’Est, elle a indiqué qu’en raison du fait que  deux cas de transferts des projets de jeunes d’une localité à une autre n’ont pas respecté les procédures administratives, ils ont été suspendus. Ceux des jeunes concernés attendront la régularisation de cette situation pour bénéficier du financement de leurs projets. Madame le DISJEV a indiqué que pour le compte de l’année 2020 dans la région de l’Est, 50 jeunes au total ont vu leurs projets financés pour un montant global de plus de 141 millions de FCFA. La région de l’Est compte 13 Villages Pionniers. Aussi, près de 150 jeunes y sont investis et un montant global d’environ 367 millions ont été débloqués pour l’aménagement desdits Villages Pionniers.

Par la voix du jeune Abessolo, les bénéficiaires du Pts-Jeunes de la région de l’Est, ont fait le serment de réaliser les projets pour lesquels ils ont reçu des financements et d’exercer avec rigueur et sérieux le métier d’entrepreneur, de créer des emplois durables, des payer les taxes et impôts en vigueur dans leur domaine d’activité. Ils ont adressé, au gouverneur de la région de l’Est, une motion de soutien et de déférence à transmettre au Chef de l’Etat, Paul Biya.

Le ministre de la Jeunesse et de l’Education civique(Minjec) Mounouna Foutsou,  dans son discours de circonstance, a appelé à une lutte acharnée contre l’extrémisme violent. Croissant, chacun les avant-bras au niveau de la poitrine, l’assistance à élevé la voix, à la place des fêtes d’Abong-Bang, pour crier en chœur « Plus jamais ça ».
Le ministre Mounouna Foutsou a informé l’assistance qu’un partenariat est noué depuis peu entre le Minjec et le Minfopra(Ministère de la Fonction Publique et de la Reforme Administrative) pour faciliter l’accès à la Fonction Publique des jeunes. Désormais, les jeunes peuvent s’inscrire en ligne sur la plateforme de l’Onj pour tous les différents concours administratifs dans tous les arrondissements du pays.  En soulignant que 13 Villages Pionniers sont en cours de viabilisation dans la région de l’Est, le Minjec indique que la région du soleil levant est comptée parmi les trois premières en terme de Villages Pionniers.  Mounouna Foutsou a profité de ce séjour à l’Est pour visiter le village pionnier de Mazabe, d’une superficie de 11 hectares. Ce village pionnier est réservé à la culture du manioc. Dans la première phase de son exploitation, six hectares sont mis en valeur.

Ericien Pascal Nguiamba

Le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique Mounouna Foutsou a présidé le 7 novembre 2020 à Mémé, la cérémonie de remise des appuis aux Jeunes Bénéficiaires du Plan Triennal Spécial- Jeunes (PTS-Jeunes), du Kit de réarmement moral, Civique et Entrepreneurial(Réamorce)) et du matériel roulant aux services déconcentrés du Minjec dans la Région de l’Extrême-Nord.

Mounouna Foutsou

Cette cérémonie de remise solennelle des appuis aux jeunes bénéficiaires du Plan Triennal Spécial-Jeunes (PTS-Jeunes),des Kits destiné au Réarmement Moral, Civique et Entrepreneurial(REAMORCE) et du matériel roulant, aux Services Déconcentrés du MINJEC a été précédée par la visite du site du Centre Régional du Comité National de désarmement, Démobilisation et Réinsertion (CNDDR)et du site du Village Pionnier de MEME. Cette cérémonie est la cinquième du genre après celles de Douala et Buea le 30 octobre 2020, Meyomesala le 02 novembre 2020, GASCHIGA le 05 Novembre 2020respectivement pour le compte des Régions du Littoral, du Sud-Ouest, Sud et du Nord. « Il s’agit du déroulement normal de l’Agenda du Gouvernement qui s’inscrit dans la logique de l’accélération et de la concrétisation de la promesse du Chef de l’Etat, S.E.M. Paul BIYA, à sa jeunesse, à laquelle il attache le plus grand prix, comme vous le savez. En effet, il vous souvient bien qu’en février 2016, alors que le Cameroun célébrait le cinquantenaire de la Fête de la Jeunesse, le Président de la République, en guise de cadeau d’anniversaire, lui a offert le Plan Triennal Spécial-Jeunes, avec pour ambition, de renforcer les stratégies Gouvernementales visant à juguler le chômage des jeunes et de dynamiser la croissance économique, par l’appui à la création d’entreprises et d’emplois décents au profit des jeunes » a rappelé le Ministre Mounouna Foutsou au cours de cette cérémonie qui a été marquée par la présence du directeur de cabinet du président de l’assemblée Nationale, du Gouverneur de la Région de l’Extrême-Nord MIDJIYAWABAKARI, le Secrétaire Général du Ministère de l’agriculture et du Développement Rural(MINADER),Madame BAMBOT Grace ANNIH née MBONG, le Délégué Régional du Ministère de l’Economie, de la planification et de l’Aménagement du Territoire (MINEPAT). Ce qui démontre de la solidarité gouvernementale, et de l’importance que ces différents Département Ministériel respectifs attachent à cet important plan Présidentiel. « Ce Plan s’articule autour de quatre domaines prioritaires à savoir : l’agriculture, l’économie numérique, l’innovation et l’industrie/artisanat. Il finance les jeunes en projets individuels et davantage en groupe, dans le cadre des concepts de Villages Pionniers et de Clusters, qui constituent des groupes organisés sur fond de solidarité et de communautarisme, mettant l’accent sur la logique des chaînes de valeur, expérimentés depuis 2020.Plusieurs jeunes ont déjà bénéficié de l’accompagnement du PTS-Jeunes pour la mise en œuvre de leurs projets et sont aujourd’hui de plus en plus autonomes financièrement, pour ne pas dire qu’ils emploient d’autres jeunes Camerounais » a souligné Mounouna Foutsou qui a reconnu que « les résultats à travers le pays sont encourageants, mais les pouvoirs publics sont conscients que beaucoup de projets sont encore en attente de financement ».

Le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique a profité de cette cérémonie pour passer un important message aux jeunes :  « Chers Jeunes, Je profite une fois de plus de cette tribune qui m’est offerte pour vous lancer un vibrant appel, vous invitant à saisir au maximum, toutes les opportunités que vous offre le Gouvernement de la République, à l’effet de vous aider à améliorer vos conditions de vie et vous éviter le vice, l’ennui et le besoin, qui vous exposent aux dérives telles que: la délinquance juvénile, le banditisme, la consommation de la drogue, pire vous livrent à la merci des ennemis de la République, qui vous recrutent à tort dans les entreprises du mal que sont: l’extrémisme entretenu aujourd’hui par la secte terroriste BOKO HARAM, les mouvements sécessionnistes et insurrectionnels dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest » a déclaré Mounouna Foutsou.

Ericien Pascal Nguiamba.

Cette distinction d’ambassadrice 2020 de la Nutrition pour le Cameroun lui a été décernée le 18 juin 2020 par une coalition d’acteurs composée du Fonds des Nations Unies pour l’enfance, de la Fondation Helen Keller International et du Mouvement mondial Scaling Up Nutrition en abrégé SUN CSA. La Présidente du COSADER a reçu cette distinction honorifique aux côtés de six autres personnalités camerounaises parmi lesquelles le Premier Ministre, Chef du gouvernement  Joseph Dion NGUTE. Nous sommes allés à sa rencontre. Et elle nous parle des principales missions qu’elle compte mener.

L’initiative des Ambassadeurs de la lutte contre la malnutrition, lancée en cette année 2020,  vise à porter haut le plaidoyer de cette lutte contre ce fléau qui touche toutes les régions du pays. Madame Christine Andela, présidente de l’ONG COSADER, a donc été retenue aux côtés de six autres personnalités, pour porter haut le message de la femme camerounaise en général et de la femme rurale en particulier dans cette lutte contre la malnutrition au Cameroun. Et pour accompagner toute la communauté dans cette lutte. « Très modestement je pense que ça fait plaisir à moi-même et au COSADER à tous ceux qui nous sont chers parce que cela représente la reconnaissance d’un travail de plusieurs décennies. Donc je ne vais pas faire la fine bouche sur le plaisir,  la joie et l’honneur que nous avons avec cette distinction» s’est exprimée Madame Christine Andela lors de notre entretien au siège du COSADER à Yaoundé. Pour elle ses missions en sa qualité d’Ambassadrice sont nombreuses : «  Elles sont nombreuses les missions qui nous attendent. C’est d’abord de faire que la nutrition soit placée très haut dans les politiques publiques. Nous allons, avec les autres plateformes, avec les autres acteurs, continuer à donner tous les efforts nécessaires pour que les politiques de nutrition arrivent vraiment à terme. Ensuite il y a la question de financement. L’un des fardeaux que je dois porter c’est que le financement de la nutrition soit relativement proportionnel à l’importance du fardeau de la malnutrition dans notre pays et c’est un plaidoyer qui n’est pas facile mais nous allons faire ce plaidoyer. La troisième chose c’est l’organisation. Comment on s’organise tous ensemble pour que hommes des médias, le secteur privé, la société civile, les pouvoirs publics, les parlements, les chercheurs, pour que véritablement la question de la nutrition soit au cœur de toutes nos mobilisations » explique la nouvelle Ambassadrice qui a reçu officiellement sa distinction le 15 octobre 2020 à Yaoundé des mains du Directeur de Helen Keller International.

Bon à savoir, la malnutrition au Cameroun touche à peu près le tiers des enfants sur l’ensemble du territoire. Et la lutte contre ce fléau fait partie des priorités du gouvernement du Cameroun. Le problème majeur dans cette lutte est celui de d’éducation, du financement, et des plaidoyers auprès des autorités et des décideurs.

Ericien Pascal Nguiamba

Une campagne de communication portant sur le suivi des activités du processus d’inscription de l’élément culturel NGUON sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité a été lancée samedi 7 novembre 2020 à Yaoundé au Cameroun. Une initiative du Ministère des arts et de la culture.

Le Nguon se présente aujourd’hui comme le plus grand et plus ancien évènement patrimonial et culturel au Cameroun et en Afrique centrale. Cet évènement permanent chez les Bamoun depuis la fondation de leur Royaume en 1384, a connu un passage à vide au XXè siècle dû à une interdiction des autorités coloniales françaises à partir de 1924, sous le règne du célèbre Roi Njoya, 17è Souverain du peuple Bamoun. Le Nguon a refait surface deux décennies plus tard sous le règne du Roi SEIDOU Njimoluh qui en a convoqué les assises à quatre reprises. Un an après son accession au trône le 10 aout 1992, le Roi Mbombo Njoya, présent à la cérémonie de samedi au Palais des Congrès de Yaoundé, a organisé les assises du Nguon pour la première fois du 27 au 10 août 1993. L’année suivante, en 1994, l’évènement est placé sous le signe des 600 ans d’histoire du Royaume Bamoun.

Le Sultan Roi des Bamoun Ibrahim Mbombo Njoya présent à la cérémonie du 7 novembre 2020 Palais des Congrès

A cette occasion, Sa Majesté Ibrahim Mbombo Njoya décide que la fête se célèbrera désormais tous les deux ans. La campagne de communication lancée le 7 novembre 2020 au Palais des congrès de Yaoundé a été marqué par la présence des membres du gouvernement en tête desquels le Ministre des Arts et de la Culture Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt. Et d’autres invités à l’instar du Représentant du Bureau Régional Multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique centrale au Cameroun M. Salah Khaled. Et de nombreuses associations, groupes de danse et festivals culturels.

Bon à savoir, à ce jour 549 éléments de 127 pays sont inscrits sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel. Une cinquantaine d’éléments environ sont africains. Le Nguon est la première candidature d’un élément du Patrimoine Culturel Immatériel du Cameroun.

Affaire à suivre.

EPN.

Yaoundeinfo.com Contact Rédaction +237 699843976.

Un colloque sur la protection sociale de l’enfance au Cameroun s’est tenu les 29 et 30 octobre 2020 à Yaoundé. Ce Colloque organisé par le Ministère des Affaires Sociales(Minas) sous le thème « Accès à l’éducation des enfants vulnérables » visait d’importants objectifs.

« les présentes assises constituent dès lors, l(occasion indiquée pour dresser un véritable état des lieux des vulnérabilités conjoncturelles chez l’enfant, conjugué aux facteurs sociaux et économiques à certaines pratiques culturelles néfastes au conflits armés dans certaines parties du territoire, aux catastrophes naturelles qui ont récemment frappés certaines parties du territoires national et qui appelle à mon sens des mesures de protection adaptées à l’immaturité physique et mentale des enfants » a déclaré Pauline Irène NGUENE à l’ouverture des travaux à Yaoundé. La protection sociale de l’enfance est restée une préoccupation constante de la communauté internationale au cours des dernières années. Au Cameroun cette protection sociale de l’enfance renvoie à l’accès des enfants à la citoyenneté. Et cette citoyenneté commence par l’établissement de l’acte de naissance à l’enfant.  C’est ce document qui permet à un enfant d’exister et plus tard, de jouir de ses droits civiques et politiques.

Par ailleurs, elle est mise en œuvre au travers des structures destinées à faciliter la resocialisation des enfants inadaptés sociaux. Ensuite le Colloque proprement dit. A long terme ce colloque vise à améliorer l’efficacité des politiques publiques en faveur de l’enfant et à étendre les mesures de protection sociale à toutes les catégories  d‘enfants vulnérables vivant sur le territoire camerounais. A moyen terme, le but de ce colloque est d’accroitre quantitativement les résultats des politiques, programmes et projets de protection sociale en vigueur par une meilleure coordination et complémentarité. Plusieurs participants y ont pris part : Les responsables de structures et Unités Techniques Opérationnelles du Ministère des Affaires Sociales, les administrations de la Plateforme de protection sociale, les Organisations de la Société Civile et autres acteurs dans la prise en charge des questions infantiles etc.

Ericien Pascal Nguiamba

La cérémonie de remise des appuis aux jeunes bénéficiaires du Plan Triennal Spécial-Jeunes (PTS-jeunes), du kit de Réarmement Moral Civique et entrepreneurial et du matériel roulant aux services déconcentrés du Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique(Minjec) a eu lieu lundi 2 novembre 2020 à la place des fêtes de la commune de Meyomessala.  Cérémonie présidée par le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique Mounouna FOUTSOU. En présence du gouverneur de la Région du Sud et du Maire de Meyomessala.   

Tout a commencé par la visite du Minjec et sa délégation au village pionnier de Nnemeyong 3 en présence des jeunes bénéficiaires  du PTS-Jeunes. Le Ministre Mounouna Foutsou a également profité de cette occasion pour procéder à l’inauguration  du nouveau bâtiment CMPJ Meyomessala. Puis, départ pour la place des fêtes de la commune de Meyomessala pour la cérémonie de remise des appuis aux jeunes  bénéficiaires  du PTS-Jeunes, du kit de réarmement Moral Civique et entrepreneurial et du matériel roulant aux services déconcentrés du Minjec. C’était  en présence du gouverneur de la région du sud Felix NGUELE, et  du Maire de Meyomessala Mebiame Mfou’ou Christian qui a profité de cette occasion pour remercier le Chef de l’Etat, Paul Biya et le Minjec pour la matérialisation et la concrétisation  du PTS-jeunes  dans l’arrondissement de Meyomessala. « Chers jeunes, j’ai suivi avec une attention singulière, votre parcours avant votre accompagnement effectif ce jour. Ce ne fut pas un long fleuve tranquille. Vous avez fait preuve d’endurance. Vous voilà désormais prêts à mettre en œuvre vos projets respectifs, qui je le sais, vous tiennent tant à cœur. Terminée la phase des doutes, du scepticisme et du découragement. Place désormais à la confiance en soi. Pendant la phase d’opérationnalisation de votre projet, ne reculez jamais devant rien. Faites usage de vos séances de REAMORCE (réarmement moral, civique et entrepreneurial) pour surmonter toutes les difficultés qui se poseraient à vous. Soyez des modèles pour vos pairs qui sont sur vos traces, pour votre environnement immédiat et pour le Cameroun, votre patrie. Mettez-vous au travail » s’est adressé le Ministre Mounouna FOUTSOU à ces jeunes bénéficiaires car très bientôt, ils seront appelés à rembourser ces crédits qui leur sont accordés par l’Etat. « Faites preuves de patriotisme économique pour que d’autres jeunes puissent aussi bénéficier du même accompagnement à partir du « Revolving Fund » que vont générer les remboursements attendus de vous. Bonne chance à chacun de vous » a déclaré le Minjec en guise de conseils à ses jeunes compatriotes.

Quant aux jeunes dont les projets sont en attente de financement, Mounouna Foutsou les a invités  à rester optimistes, à poursuivre le processus et à faire preuve de détermination dans la perspective de la mise en œuvre de leurs initiatives. Par la même occasion il a invité tous les jeunes en quête d’opportunités à ne pas rester figés. Car d’autres initiatives gouvernementales et non gouvernementales existent tant au MINJEC que dans les autres départements ministériels, à l’instar de l’initiative ‘’Youth Connekt Cameroon’’ qui a pour but d’interconnecter les jeunes entre eux, de les connecter à leurs modèles ainsi qu’aux opportunités existantes. Au cours de cette cérémonie une motion de soutien et de déférence au Chef de l’Etat a été lue par un jeune de l’OJRDPC.