\"Les
Les participants.En formation.

Voici le Communiqué de presse relatif à cette formation qui s\’est déroulée à Abidjan en Côte d\’Ivoire.

Abidjan, le 12 Mai – L’Institut Nestlé Nutrition pour l’Afrique (NNIA) a organisé son cinquième Cours Africain de Nutrition Pédiatrique (CANUP) pour les professionnels de la santé francophones d’Afrique Centrale et de l’Ouest.

Ce cours, s\’est déroulé en Côte d’Ivoire pour la seconde fois, du 11 au 15 Mai 2015 avec pour thème la « Nutrition Maternelle et infantile pendant les 1000 premiers jours­ : Bâtir le futur ».

Engagée dans la promotion de la nutrition, de la santé et du bien-être des populations, Nestlé est convaincue que les enjeux d’une bonne nutrition reposent non seulement sur la qualité des aliments que nous consommons, mais aussi sur l’identification et la résolution des problèmes allant à l’encontre d’une nutrition optimale.

Le CANUP fait partie des programmes de formation du NNIA qui ciblent les professionnels de la santé et qui cherchent à partager les ressources, la recherche et les formations sur la nutrition maternelle et infantile basées sur les dernières données scientifiques.

Soixante professionnels de la santé en provenance de 15 pays africains assistent à cette 5ème édition du CANUP sous les co-parrainages scientifiques de l’Association des Pédiatres d’Afrique Noire Francophone (APANF) et de la Société Ivoirienne de Pédiatrie (SIP).

M. Amadou THIOYE, Directeur Financier, représentant le Directeur General de Nestlé Côte d’Ivoire, a affirmé : « Nestlé accorde une place importante à la promotion d’une meilleure santé pendant les 1000 premiers jours de la vie. Nous sommes convaincus qu’une bonne nutrition maternelle pendant la grossesse et l’allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois sont le meilleur départ dans la vie. Nestlé va continuer à partager son expertise en nutrition au profit de la société en proposant des programmes de formation pour de bonnes pratiques alimentaires. Cette année, Nestlé s’est engagée à atteindre plus d’un million de professionnels de la santé dans le monde via les services éducatifs en ligne de l’Institut Nestlé Nutrition.»

« Seuls, nous pouvons peu. Ensemble, nous pouvons beaucoup », a renchéri la Directrice Coordonnatrice du Programme National de Nutrition, Dr N’Goran Patricia, en procédant à l’ouverture officielle du CANUP 2015 au nom de la Ministre de la Santé et de la Lutte contre le Sida. L’émissaire de la Ministre s’est réjouie de la tenue de cet important Cours, en ce sens que « la malnutrition frappe les pays avec acuité et demeure la cause principale de morbidité, de mortalité prématurée, de réduction de la capacité mentale », entre autres. Elle a appelé tous les acteurs, qu’ils soient des milieux académique, de la recherche ou autres, à conjuguer leurs efforts pour relever les défis nutritionnels dans la période critique des 1 000 premiers jours, allant de la conception au 2ème anniversaire.

Le NNIA fait partie de l’Institut Nestlé Nutrition (NNI), une organisation à but non lucratif active dans presque 200 pays. Il s’agit du plus grand éditeur privé d’informations nutritionnelles au monde avec plus de 240,000 professionnels de la santé sont inscrits sur son site de formation.

Pour plus d’information, visitez:

Nestlé Nutrition Institute in Africa

Rapport Nestlé et la Société : Création de valeur partagée et respect de nos engagements 2014

\"CAMEROUN-CÔTE
\"musee_national_ouverture_008911_kcm_ns_600\"

Le Ministère des Arts et de la Culture a organisé une journée portes ouvertes du Musée National le 18 mai 2015 à l’occasion de la fête de l’Unité et de la journée Internationale des Musées.

Ils étaient nombreux. Jeunes moins jeunes enfants et adultes qui ont visité le Musée National le 18 mai 2015. La plupart de ces visiteurs n’étaient jamais entrés dans ce haut lieu de l’histoire et de la culture du Cameroun. D’où la satisfaction qui se lisait sur leur visage. Cette journée portes ouvertes organisée par le Ministère des Arts et de la Culture(MINAC) s’est déroulée sans anicroches. Tout a commencé à 9h(heure locale) avec l’enregistrement des visiteurs et la distributions des fiches contenant des modalités pratiques notamment éviter de boire ou manger à l’intérieur du Musée, Eviter de toucher les murs et les œuvres explosées. Les visiteurs ont aussi été priés de laisser leurs appareils photos ou cameras, des effets personnels à la consigne contre un ticket. Car tout effet personnel oublié au Musée National est automatiquement détruit. Bon à savoir le Musée National est un espace non-fumeur et placé sous surveillance.

Les visiteurs, beaucoup plus des jeunes, apprécié cette initiative de la Ministre des Arts et de la Culture, Ama Tutu Muna, qui leur a ainsi permis de découvrir entre autres, la salle des emblèmes du pays, l’exposition des instruments de musique traditionnelle, ou encore l’exposition photo des vestiges. Les visiteurs, en groupe de 10, étaient accompagnés à chaque fois par des guides, personnels du Ministère.

Il faut dire que cette journée portes ouvertes du Musée National organisée sous le thème « Musées pour une société durable » et sous le haut patronage du Ministre des Arts et de la Culture, intervient en prélude à la célébration de la 43è édition de la fête de l’unité et de la Journée Internationale des Musées.

yaoundeinfos.com.

\"SE.S.E
SE.S.E Wei Wenhua et le vainqueur du Chinese bridge.

La cérémonie solennelle de la compétition finale nationale sur la langue et la culture chinoise a eu lieu le 15 mai 2015 à l’amphithéâtre de l’Institut des Relations Internationales du Cameroun(IRIC) à Yaoundé.

C’est le nouvel Ambassadeur de Chine au Cameroun S.E Wei Wenhua qui a présidé la cérémonie solennelle du « Chinese Bridge », une compétition finale nationale sur la langue et la culture chinoise valorisant le talent des apprenants et à l’issue de laquelle les deux lauréats représenteront le Cameroun à la finale mondiale prévue en juillet 2015 en Chine. Cette compétition rendue à sa 12è édition au plan national et à la 14è au plan mondial, se présente comme une plateforme qui valorise le talent des apprenants de la langue et la culture chinoises avec en toile de fond la récompense des meilleurs apprenants. Cette année 2015, ils étaient 100 à prendre part aux épreuves éliminatoires organisées depuis le mois d’avril. Et ce sont les 11 sélectionnés qui ont participé à cette finale nationale. Comme les années précédentes, cette édition a regroupé les compétiteurs venus de l’Institut Confucius et ses annexes de Douala, Maroua et des Institutions universitaires publiques, privées et autres établissements primaires secondaires, partenaires de l’Institut Confucius. Le vainqueur de l’édition 2015, n’est autre que le jeune Samuel Fru-Asanji. Il a reçu le Prix Huawei. C’est lui qui représentera le Cameroun à la finale mondiale du « Chinese Bridge » en juillet prochain en Chine. Le second, Mendo’o Joseph Olivier, quant à lui, prendra part à un camp d’été en Chine où il aura droit aux cours intensifs de langue chinoise ainsi qu’à des visites et autres excursions touristiques en Chine.

La cérémonie a été rehaussée outre par la présence du nouvel ambassadeur de Chine au Cameroun, mais aussi par celle du Directeur de l’IRIC, Pierre Emmanuel Tabi, par ailleurs Directeur camerounais de l’Institut Confucius, du Recteur de l’Université de Yaoundé2, le Pr. Oumarou Bouba, et le Directeur chinois de l’Institut Confucius, YU Guoyang. Il faut dire que l’objectif majeur du « Chinese Bridge » est de créer une dynamique d’échange en contribuant au renforcement des liens de solidarité et de coopération entre les peuples chinois et camerounais. Bon à savoir, depuis sa création le 9 novembre 2007, l’Institut Confucius de l’Université de Yaoundé2 compte à ce jour plus de huit milles(8000) apprenants de la langue et la culture chinoise au Cameroun et environ 40 enseignants de chinois répartis sur le territoire national.

Photo de famille des participants.Historique.

\"Ecrit

Ecrit par Ericien Pascal Nguiamba.

\"ob_e87a71_minas-henri\"

L’atelier de renforcement des capacités des acteurs et d’évaluation de la mise en œuvre de l’assistance publique dans le cadre de la décentralisation, organisé le 13 mai 2015 à Yaoundé, a révélé d’importantes avancées en matière de décentralisation au Ministère des affaires sociales.

En application des dispositions législatives et réglementaires en matière de décentralisation, le Ministère des Affaires Sociales(MINAS) était appelé à transférer aux Communes, l’exercice de trois compétences à savoir l’attribution des aides et des secours aux nécessiteux et aux indigents ; la participation à l’entretien et à la gestion des centres de promotion et de réinsertion sociales ; et l’assistance aux établissements sociaux.

La première compétence est transférée depuis 2010 indique-t-on au Ministère des Affaires Sociales(MINAS), quant aux deux autres compétences, conformément au calendrier préalablement établi par le Conseil National de la Décentralisation, le processus de transfert engagé par le MINAS en 2014, a connu son aboutissement avec la signature par le Premier Ministre le 9 janvier 2015 d’un décret fixant les modalités d’exercice de certaines compétences transférées par l’Etat aux communes en matière de réinsertion sociale.

« A ce sujet, je peux dire que nous avons mis à la disposition des communes depuis 2010 que nous transférons les compétences, une masse cumulée de 1 milliard 253 millions 540 milles FCFA » affirme Henri Nyambi III Dikosso, Directeur de la Solidarité Nationale au Ministère des Affaires Sociales. Le processus de décentralisation est donc en marche au MINAS. On comprend pourquoi la patronne des lieux, la Ministre des Affaires Sociales, Catherine Bakang Mbock a organisé cet atelier dont l’objectif principal était de renforcer les capacités des acteurs et évaluer la mise en œuvre de l’assistance publique dans le cadre de la décentralisation. Et de renforcer les capacités des acteurs impliqués dans l’assistance publique aux Personnes Socialement Vulnérables dans le cadre de la décentralisation en matière de procédures administratives et financières. Mais aussi d’évaluer la gestion des fonds alloués aux Communes par les exécutifs communaux et enfin évaluer l’impact de l’assistance publique dans le cadre de la décentralisation. Même si l’on note une avancée significative dans le transfert des compétences, le processus de décentralisation est encore malheureusement confronté à plusieurs difficultés liées au fait que « la décentralisation est un processus qui se met progressivement en marche. Les différents acteurs ne se sont pas toujours appropriés les textes d’encadrement de la décentralisation » explique Henri Nyambi III Dikosso qui ajoute que « sur le terrain il ya parfois une mauvaise interprétation ou alors une ignorance de ces textes par exemple l’attribution des aides et secours » Pourtant « Il ya un Comité Communal d’attribution des aides et secours qui est prévu par les textes mais il ya dans certaines communes l’inexistence de ce comité… » dit-il.

Une autre difficulté selon le Directeur de la Solidarité Nationale du MINAS, c’est « la taille des enveloppes mises à la disposition des communes et qui ne permettent pas toujours de répondre aux besoins d’assistance de leur populations vulnérables ».

A cela s’ajoutent des problèmes liés à la budgétisation notamment au niveau de la sortie des cartons. « Il ya parfois eu des erreurs dans le libellé. Par exemple en 2014 certaines communes ont payé des motocycles à la place des tricycles… ». Une bonne appropriation par tous les acteurs du rôle qui leur incombe est sans doute un préalable pour une véritable matérialisation du processus de décentralisation au Ministère des Affaires Sociales.

Ericien Pascal Nguiamba.

Voici les objectifs de cet atelier qui s’est tenu du 12 au 13 mai 2015 à Mbalmayo et dont les travaux été présidés par le Délégué départemental des Affaires Sociales du Nyong et So’o, Madame Menye Ombolo Catherine épouse Bothe

La ville de Mbalmayo a abrité du 12 au 13 mai 2015 l’atelier de planification de la deuxième phase du Projet de Prévention des Incapacités et Réadaptation Intégrées(PIER) dans la commune de Mbalmayo. L’objectif global de cet atelier était d’élaborer le cadre de l’intervention soutenue par la Fondation FAIRMED en collaboration avec le Ministère des Affaires Sociales, le Ministère de la Santé et la Mairie principalement, dans la commune de Mbalmayo dans la période allant de 2015 à 2018.Il était aussi question de définir le cadre logique(objectif général, objectifs spécifiques, résultats attendus et indicateurs) de la deuxième phase du Projet PIER ; de planifier les activités de cette phase du projet, de définir le pilotage stratégique du projet ;,de connaitre les risques et défis de ce projet et de finaliser un budget pour cette phase du Projet.

Les travaux, présidés par le Délégué Départemental du Nyong et So’o Madame Menye Ombolo Catherine épouse Bothe, en présence des autorités administratives de la ville et du Directeur Pays de FAIRMED, Dr Alphonse Um Boock, ont permis aux participants de relever deux problèmes majeurs à savoir la difficulté d’inclusion sociale de la personne handicapée de la commune de Mbalmayo dans la société et la difficulté pour les personnes handicapées de la commune de Mbalmayo de satisfaire leur besoins. L’inclusion des personnes handicapées dans cette Commune, et l’amélioration de l’accès aux services des personnes handicapées pour l’amélioration de leurs besoins selon la RBC ont donc préoccupé au plus haut niveau les participants à cette rencontre.

Après de longues heures de discussions et d’échanges, menés par le facilitateur FAIRMED, Xavier Zingui Messomo, les participants ont affiché leurs attentes notamment l’amélioration de l’accès à l’information pour les personnes handicapées, la facilitation de l’accès à l’emploi des personnes handicapées, la promotion des associations locales des personnes handicapées ; l’accès aux soins de santé, le suivi médical des personnes handicapées. Ils ont aussi souhaité l’amélioration de l’accès à l’éducation et à la formation des personnes handicapées et celle des personnes nées de parents handicapés ; l’amélioration de l’encadrement des personnes handicapées par leur familles ; la disponibilité en qualité et en quantité des capacités, compétences, infrastructures structures. Tous les participants ont convenu que la personne handicapée quitte du statut de l’assistanat, en lui donnant les moyens pour qu’elle soit autonome. Mieux, aider les personnes handicapées à avoir accès aux financements, les amener à ne plus être complexées, ou encore leur assurer un meilleur accompagnement, en les aidant par exemple à monter des projets. Le Directeur pays de FAIRMED lui, a assisté sur le développement de « l’esprit d’entreprenariat chez les personnes handicapées » et « le renforcement des capacités » de celles-ci.

Pour Dieter IMHOF, Chargé de programme des Communautés marginalisées à la Fondation FAIRMED, « les personnes handicapées doivent être considérées comme des personnes à part entière de la société, des personnes comme tout le monde ».Monsieur Pouagam Joseph, Président d’une association de personnes handicapées aimerait lui, voir à l’issue du projet, une « commune d’avantage inclusive », une commune qui puisse comprendre les contours de l’handicap. Il voudrait que la personne handicapée soit « un citoyen décomplexé qui contribue à la mesure de ses possibilités au développement de sa commune » et qu’il y ait, « une société qui donne les mêmes opportunités de chances à tous les citoyens de cette localité ». C’est en 2011 que la Fondation FAIRMED, en collaboration avec le Ministère des Affaires Sociales, lance le Projet de Prévention des Incapacités et Réadaptation(PIER) dans la Commune de Mbalmayo. Avec pour objectif global, l’amélioration de l’accès de la population aux interventions de prévention des incapacités et de réadaptation au Cameroun, en commençant de manière pilote par la Région du Centre.

La Rédaction

\"Hamadou
Hamadou Amadou,va-t-il rester dans le MRC?

Face à la presse le 11 mai 2015 à Yaoundé, l’ex Secrétaire général du Front pour le Salut National du Cameroun(FSNC),Hamadou Amadou BEN BAPPA, a expliqué les raisons de son adhésion au Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC). En intégralité, sa déclaration.

Monsieur le Vice-Président,

Distingués membres du Directoire National du MRC,

Mesdames, messieurs les journalistes,

Chers invités à cette conférence de presse

D’emblée, je tiens à adresser au MRC, à son Président National monsieur le Pr. Maurice KAMTO, mes sincères remerciements, pour avoir associé ma modeste personne aux activités de ce grand Mouvement de l’Espoir, dans le cadre de la Fête de l’Unité du Cameroun. J’y perçois justement la marque particulière du MRC, en tant que force de rassemblement. Oui, le rassemblement de tous les Camerounais tel qu’évoqué par le Vice-Président Me SIMH dans son propos.

Permettez-moi également de dire ma grande émotion, en raison de la présence des journalistes d’organes de presse de grande notoriété, ici dans cette salle du siège du MRC à Yaoundé. Vous, chers professionnels de l’information, et surtout témoins oculaires de la dynamique de l’histoire en marche. Vos reportages, commentaires et analyses que je présume objectifs, devraient être des indices sérieux de l’évolution de la scène politique camerounaise et des organisations politiques.

En effet, l’histoire du Cameroun est en marche, et précisément la dynamique de la transformation de notre société politique où, ni les acteurs politiques, ni les citoyens et bien entendu la presse politique, n’ont droit à l’inaction, à l’immobilisme. Depuis 2012, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, le MRC, est la traduction concrète et constante de la dynamique nouvelle, voire de l’espérance de la société camerounaise. En vérité, l’’avènement de cette impressionnante force de progrès que constitue le MRC depuis 2012, n’a laissé aucun Camerounais averti, de quelque bord politique ou idéologique que ce soit, quant à son positionnement sur l’espace publique de notre cher et beau pays : LE CHANGEMENT D’AVENIR DANS LA PAIX.

Ma modeste personne, néanmoins riche de ma propre expérience politique, longue de 57 ans, s’embarque dans ce train en marche, dont le puissant générateur est à la fois constitué par le leadership proactif et les actions politiques clairvoyantes et particulièrement marquantes. C’est en 1958 que le jeune Hamadou Amadou BEN BAPPA démarre sa carrière politique à proprement parler, il avait à peine 15 ans ; j’avais alors été porté à une sérieuse responsabilité cette année-là, celle de Secrétaire de bureaux de votes, lors des premières législatives au Cameroun. En fait, tout jeune déjà, j’ai toujours été habité par le sens du progrès. Ce qui, nous semble-t-il est le tempérament de Camerounais en général, y compris les déçus de la politique et de politiciens sans convictions véritables. Un acteur du progrès, un chantre du changement, un citoyen aimant son pays ou un progressiste en politique ne se laissent pas jamais embrigader dans l’immobilisme, l’inaction ou une remise en question sans fondement légitime. Quand on est un homme politique, on est avant tout un citoyen comme tous les autres, qui s’interroge constamment sur le bien-fondé de toute démarche politique en relation avec les convictions et les engagements de départ. Les déceptions des citoyens, pour les causes que l’on sait, en ont fait des abonnés absents aux élections cependant que ceux qui nous gouvernent ont continué à détruire l’image du Cameroun par la malgouvernance. Heureusement, au bon moment, le MRC est arrivé.

Depuis le 2 avril 2015, j’ai adhéré au Mouvement pour la Renaissance du Cameroun. Ce parti politique incarne actuellement, LE SOUFLE DE L’ESPOIR dans ce pays qui tombe en ruine : économie en perte de vitesse, tissu social délabré, morale publique scandaleuse. La presse est témoin du délabrement socioéconomique de ce beau pays, où même la servitude et la grandeur de la fonction ministérielle sont bafouées au quotidien. Le MRC, vous en êtes témoins depuis deux ans, impressionne par ses actions, ses approches et son discours. Cette organisation politique qui nous interpelle, tous, a besoin de toutes les enfants du Cameroun, du concours de tous et de chacun : en termes de compétences ou d’expérience. Ayant assumé précédemment des fonctions de Secrétaire général de deux partis politiques (ADD et FSNC), j’entends partager humblement mon expérience avec tous mes camarades du MRC, comme modeste serviteur avec pour unique ambition que dans la dignité, nous procédions au redressement du Cameroun afin d’en faire LE LION ECONOMIQUE, prospère, prôné dans la Vision du MRC.

Mon ralliement au MRC, comme bientôt celui d’autres compatriotes, est révélatrice, de l’engouement justifié des Camerounais pour ce parti politique. Le train de l’histoire est en marche :

– C’est un secret de polichinelle, les opinions favorables en faveur du MRC ne cessent de grimper sur l’ensemble du territoire national.

– Le social Libéralisme, l’idéologie du parti, est concrètement mis en œuvre, comme en témoignent les campagnes de dons de sang en faveur des soldats et populations civiles, des dons de médicaments ou de motocyclettes, des appuis à l’entreprenariat agropastoral, et j’en passe.

– Le MRC, véritable parti arc-en-ciel, se veut le reflet de la diversité socioculturelle du Cameroun, donc ouvert à tous sans discrimination.

– Ce parti politique, est l’un des rares à être constitué d’hommes et de femmes progressistes, dynamiques et habités par la construction d’un Cameroun moderne. Les compétences du personnel politique et l’état d’esprit conquérant au sein du MRC est visible à tous les niveaux : dans les Unités, comme dans le Fédérations communales, départementales, régionales, et bien sûr au Directoire National.

En cette occasion qui m’est offerte de m’exprimer à la veille de la Fête de l’Unité Nationale, je réitère ma volonté de me joindre aux courageux camarades du MRC, pour promouvoir une société camerounaise où l’initiative individuelle et la liberté d’entreprise permettent de créer des richesses. Les millions de sans-emplois au Cameroun, laissés-pour-compte, auront le droit d’espérer avec le Pacte Productif du MRC, dès lors que le parti sera en capacité de gouverner. Les structures ne valant que ce que valent les hommes en charge de les gérer, la mise en œuvre du Pacte Jeune ou pacte Educatif du MRC, devrait aboutir à une excellente formation des jeunes Camerounais, en adéquation avec des millions d’emplois, du nord au sud, de l’est à l’ouest.

Je ne saurais clore mon propos sans lancer un appel aux jeunes Camerounais, de l’intérieur et de la diaspora : ne soyez pas désespérés, vous êtes l’avenir du Cameroun. En côtoyant de nombreux jeunes, dans les équipes de football que j’ai dirigées, dans les sociétés dont je suis administrateur, où dans leurs activités politiques, il m’est revenu de mesurer leurs angoisses, leurs peines tout en appréhendant leurs rêves. Ce qu’il nous faut aujourd’hui au Cameroun, c’est une alternance politique proposant une alternative forte et crédible. Toutes générations confondues, ayons le souci constant de laisser à nos enfants un Cameroun prospère.

Bonne fête de l’Unité nationale à toutes et à tous !

Avec un grand parti d’Opposition, en l’occurrence le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, ensemble, nous changerons certainement le Cameroun, dans la paix !

Je vous remercie !

Hamadou Amadou BEN BAPPA

Adhérent du MRC

\"SE.Françoise
SE.Françoise Collet le 7 mai 2015 à Yaoundé.

Voici en intégralité l\’Allocution prononcée par SE Mme Françoise Collet, Ambassadeur, Chef de la Délégation de l\’Union européenne en République du Cameroun

A l’occasion de la Fête de l\’Europe.

Yaoundé, Résidence de l’Union européenne le 07 mai 2015

Monsieur le Président du Sénat,

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,

Monsieur le Premier Ministre/Monsieur le vice-Premier Ministre

Monsieur le Président du Conseil Economique et Social

Monsieur le Premier Président de la Cour Suprême,

Monsieur le Procureur Général près de la Cour Suprême,

Excellence Monsieur le Ministre des Relations Extérieures,

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,

Excellences, Mesdames et Messieurs les Membres du Corps diplomatique et Représentants des Organisations Internationales,

Mesdames, Messieurs les Membres du Parlement,

Distingués Invités, Chers amis,

C\’est un plaisir renouvelé et un honneur de vous accueillir ce soir dans les jardins de cette modeste résidence pour notre fête de l\’Europe.

Nous célébrons comme chaque année l’anniversaire de la déclaration Schuman prononcée le 9 mai 1950 et qui est considérée comme l\’un des actes fondateurs de l\’Union européenne. Comme vous pouvez le constater, les pouvoirs de l\’Union européenne semblent sans limites, puisque cette année, nous sommes même parvenus à déplacer le calendrier et le 9 est devenu le 7.

Si le 9 mai est donc retenu comme fête européenne, et c\’est l\’esprit de notre rencontre ce soir, j\’ai cruellement conscience que les défis qui nous unissent de manière plus forte que jamais nous imposent une certaine sobriété. Je ne peux dès lors commencer cette allocution sans rendre hommage à toutes les victimes, sur nos continents respectifs et partout dans le monde, les victimes donc du terrorisme, des guerres civiles ou transfrontalières et des situations humanitaires dramatiques qui en découlent. Je ne peux non plus oublier les migrants ou réfugiés, qui risquent leur vie et pour beaucoup trop d\’entre eux la perdent dans l\’espoir d\’échapper à une condition économique ou politique qu\’ils estiment indigne de subir.

Ces morts, civils ou militaires, nous rappellent le prix et la valeur des droits fondamentaux que la République du Cameroun et l\’Union européenne ont tant à cœur de défendre.

A l\’origine de l\’Europe, et comme vous le savez, c\’est une tragédie qui a uni des hommes de valeur, dont Jean Monnet, Konrad Adenauer ou Alcide De Gasperi afin de construire des institutions capables d\’assurer la paix et la stabilité sur le continent européen en vue de la prospérité pour ses citoyens mais aussi pour projeter cette ambition dans le monde.

Le prix Nobel de la paix que l\’Union européenne a reçu en 2012 témoigne de la réussite de cette ambition. Mais bien sûr, l\’Europe a aujourd\’hui élargi considérablement son domaine de compétence et ses activités et cette célébration me procure l\’occasion, comme il est de coutume, de revoir les réalisations écoulées et les perspectives de notre partenariat avec le Cameroun, l\’Afrique centrale et le continent africain.

S\’agissant de l\’actualité européenne, 2014 a donc vu la participation citoyenne conduire au renouvellement du Parlement européen et de l\’Exécutif européen. Mettant en pratique la devise \ »d\’unité dans la diversité\ » encadrée par les règles complexes du Traité de Lisbonne accompagnée du bon sens de nos dirigeants, les résultats de ces élections et des équilibres gouvernementaux ont conduit à la nomination ou désignation des personnalités suivantes. M. Donald Tusk est donc devenu Président du Conseil européen, de nationalité polonaise, ancien Premier Ministre de ce grand pays, \ »jeune européen\ » et porteur de croissance. M. Jean-Claude Juncker a été choisi comme Président de la Commission européenne, originaire du Luxembourg, petit pays appartenant au groupe des six membres fondateurs. M. Martin Schultz, a été élu Président du Parlement européen, citoyen allemand, de la famille socialiste, parfait francophone et incarnation de cette Europe de l\’après-guerre pacifique, prospère et unie. Afin de compléter cette troïka masculine et mature, le poste clef de Haute Représentante/Vice-Présidente de la Commission européenne, autrement dit les Relations extérieures, a été confié à Mme Federica Mogherini, Ministre qui détenait le même portefeuille dans le gouvernement de M. Renzi en Italie.

Cette nouvelle équipe, dès sa nomination et je dirais même avant sa prise de fonctions, s\’est retrouvée confrontée à une multitude de crises tant internes que mondiales. Une fois de plus et grâce à la volonté indéfectible de défendre les principes de souveraineté, d\’intégrité territoriale, de respect du droit des peuples et des citoyens, de maintien de la paix mondiale, l\’Union européenne avec ses partenaires a contribué à éviter le pire.

A l\’heure où nous célébrons la fin de la seconde guerre mondiale, notre souhait le plus cher est que ces principes et droits soient respectés à nos frontières, en Ukraine, avec ceux qui furent nos alliés à ce moment critique de notre histoire, l\’URSS devenue Fédération de Russie, et qui demeurent un interlocuteur et un acteur diplomatique de premier plan.

Dans ce contexte mondial tendu, nous pouvons apprécier l\’évolution positive de la question nucléaire iranienne, laquelle est aujourd\’hui en bonne voie de résolution grâce aux négociations conduites par Mme Ashton puis Mme Mogherini au nom du groupe E3+3, autrement dit l\’Allemagne, la France et le Royaume-Uni de concert avec nos partenaires Américains, Chinois et Russes.

En interne, si la crise grecque et le sort de l\’euro continuent de susciter des inquiétudes, les signes de reprise de la croissance se multiplient et l\’attention renouvelée aux questions de l\’emploi et de la relance amène à un optimisme mesuré.

En dépit, une fois de plus, de tous les augures, l\’Union européenne reste une construction porteuse de sens et d\’actes. La Lituanie a rejoint la zone euro ce 1er janvier et chacun d\’entre nous peut mesurer que la valeur actuelle de cette devise n\’a pas que des inconvénients y compris pour les pays, à l\’instar du Cameroun, rattachés à la zone franc CFA.

Comme acteur mondial de poids du commerce et de l\’économie, nous continuons à promouvoir le multilatéralisme et l\’ouverture des échanges. Je citerai notre soutien à l\’OMC qui a contribué à l\’accord de facilitation du commerce entériné à Genève par les membres de l\’OMC en novembre 2014, lequel accord offre des perspectives de soutien et de développement pour tous les pays.

Cette dernière mention m\’amène tout naturellement à évoquer la grande avancée de notre relation avec le Cameroun, il s\’agit bien sûr de la ratification de l\’accord de partenariat économique et de son entrée en vigueur intervenue le 04 août 2014.

Je suis personnellement confiante que les doutes et inquiétudes qui continuent à être exprimés seront progressivement levés dans le cadre du débat démocratique sain, argumenté et ouvert que cet accord suscite à juste titre.

Nous ne pouvons que saluer la clairvoyance de S.E. Monsieur Paul Biya, Président de la République, Chef de l\’Etat et de son Gouvernement, pour avoir joué un rôle de leader dans la sous-région et participé à la marche vers l\’intégration de l\’économie camerounaise dans l\’économie mondiale.

Cette année écoulée a été aussi marquée par la position courageuse et exemplaire du Cameroun dans la lutte contre Boko Haram et son accueil bienveillant de tous les réfugiés résultat des crises centrafricaine ou nigériane. La tenue à Yaoundé de plusieurs réunions dont le Sommet des Chefs d\’Etat de l\’Afrique centrale le 16 février dernier témoigne aussi de cet engagement vers une réponse régionale aux défis posés par cette situation sécuritaire inédite pour le Cameroun, réponse soutenue par la communauté internationale.

Ces crises ont montré que l\’engagement de l\’Union européenne et de ses Etats membres va bien au-delà des principes. Notre mobilisation qu\’elle soit humanitaire, diplomatique, politique et au développement a été constante et le restera.

2014 a vu notamment la signature du programme indicatif national, autrement dit la programmation des 282 millions d\’euros, soit 185 milliards de francs CFA, alloués au Cameroun dans le cadre du 11ème FED et nous signerons également le mois prochain à Bruxelles le programme indicatif régional pour un montant de 350 millions d\’euros, soit 220 milliards de francs CFA.

Notre office humanitaire, ECHO a plus que doublé son assistance pour venir en aide aux réfugiés, aux déplacés internes et aux populations locales et a ouvert un bureau national au Cameroun depuis le 15 avril, lequel bureau est appelé à devenir régional dans les semaines à venir.

En dépit des risques encourus, le programme routier concernant la réhabilitation de la route \ »Figuil-Magada\ » a été conduit à son terme et nous connaissons l\’importance de ces corridors routiers pour le Cameroun et ses voisins enclavés. L\’attention que nous portons aux grands projets d\’infrastructures est d\’ailleurs symbolisée ce soir par la présence parmi nous de Mme Laurence Doumenc, représentant la Banque européenne d\’investissement laquelle ouvrira aussi cette année un bureau régional dédié à Yaoundé.

Nos décaissements ont atteint 60 millions d\’euros (soit presque 40 milliards de FCFA) en 2014 et nous travaillons activement à l\’engagement de programmes en particulier pour le développement rural et l\’agriculture en 2015 et au-delà. Nous sommes fiers d\’avoir contribué à la construction de salles de classes (87 dans la région de l\’Est), au renforcement de la filière cacao en couvrant environ 15% des besoins nationaux en plants améliorés, d\’avoir accru la connexion des zones agricoles du Nord-Ouest aux marchés en réhabilitant 100 kilomètres de routes non classifiées. Ce ne sont que quelques exemples de nos actions, d\’autres sont moins visibles mais tout aussi importantes, telles que l\’appui à la réforme des finances publiques, à une meilleure gestion de l\’Etat et de la fonction publique.

Je souhaite à cet égard remercier le gouvernement camerounais et tous les partenaires au développement présents ici, les agences de coopération de nos Etats membres mais aussi la grande famille onusienne et tous les autres pour leur engagement, coordination et coopération qui rendent aussi ces actions plus efficaces.

Avec le gouvernement, de nombreuses missions et rencontres aussi bien au Cameroun, à Bruxelles que dans les instances internationales ont renforcé notre partenariat y compris pour une meilleure compréhension mutuelle face aux grands enjeux mondiaux comme le changement climatique, les migrations ou la sécurité transfrontalière dans le Golfe de Guinée. Nous attendons incessamment la visite du nouveau commissaire en charge de l\’aide humanitaire et de la gestion des crises, M. Christos Stylianides. Avant cela, nous aurons le plaisir d\’accueillir une forte délégation camerounaise sous la conduite de Monsieur le Ministre de l\’Economie, de la Planification et de l\’Aménagement du Territoire à Bruxelles la semaine prochaine pour la tenue du premier comité APE.

Nous continuerons bien sûr, comme peuvent le faire des amis de plus de cinquante ans, à exprimer nos attentes pour que le Cameroun puisse développer pleinement son potentiel pour le bénéfice de sa population. Une protection renforcée des droits de l\’homme, un climat des affaires amélioré, une gestion durable et transparente des ressources naturelles, une meilleure qualité de la dépense publique accompagnés d\’une lutte sans relâche et effective contre la corruption ainsi qu\’une attention accrue à l\’offre d\’emplois pour la jeunesse figurent parmi nos objectifs partagés.

Ayant évoqué la jeunesse, je terminerai cette allocution en vous invitant à ne pas oublier les talents multiples que je peux côtoyer ici au Cameroun, qu\’ils soient sportifs, et nous avons la chance d\’avoir des représentants de tous âges ce soir parmi nous, artistiques, artisanaux, intellectuels ou académiques, sans oublier ces entrepreneurs qui ne demandent qu\’à grandir, je ne peux que réitérer ma confiance dans le développement de ce pays symbole de diversité, de paix et de tolérance. Je ne peux conclure toutefois sans rappeler que les filles et les femmes camerounaises ont et auront leur rôle à jouer, qu\’elles soient les renommées \ »hommes, femmes d\’affaires du Cameroun\ », les mamans courageuses ou les jeunes étudiantes, toutes auront un effet stabilisateur et multiplicateur sur le développement du pays dès lors qu\’on leur accordera la place nécessaire et qu\’on assurera aussi leur protection contre les violences encore trop répandues.

Permettez-moi aussi et finalement de rendre hommage à l\’équipe qui m\’accompagne au quotidien au sein de la Délégation de l\’Union européenne et sans laquelle toutes les actions que nous conduisons ne pourraient se faire. De même, le succès de la fête de ce soir doit beaucoup à l\’engagement de ces mêmes collègues et à celui du personnel de la Résidence dont je peux apprécier les qualités et le professionnalisme depuis mon arrivée ici en 2013.

Sur ces mots, je vous invite à profiter de la musique et de la fête.

Vive l’Union européenne

Vive la coopération entre l’Union européenne et le Cameroun

Bonne fête à tous

\"CAMEROUN:LANCEMENT

C\’est une initiative du Cercle de Réflexion et d’Action pour le Développement (CERAD). La première conférence citoyenne aura lieu le 27 mai 2015 à la salle de Cérémonie de la Paroisse Mfoundi Assi ,sise au Carrefour Vallée Nlongkak à partir de 9h sur le Thème : La Terre, notre première Richesse : Réalités, Enjeux et Perspectives d’une nouvelle Révolution Agropastorale pour le Cameroun (et sa Jeunesse). Voici en intégralité le Communiqué de presse parvenu à notre Rédaction.

Dans le cadre des Conférences Citoyennes initiées par le Cercle de Réflexion et d’Action pour le Développement (CERAD) et appuyées techniquement par le CERASDI-Consulting ,le CERAD informe l’opinion nationale et internationale qu’il organise la première Conférence Citoyenne en partenariat avec MEAA-Consulting et Jeunesse Active pour le Développement du Cameroun (JADECAM) le 27 mai 2015 à la salle de Cérémonie de la Paroisse Mfoundi Assi ,sise au Carrefour Vallée Nlongkak à partir de 9h sur le Thème : La Terre, notre première Richesse : Réalités, Enjeux et Perspectives d’une nouvelle Révolution Agropastorale pour le Cameroun (et sa Jeunesse).

L’objectif général de cette Conférence est d’informer, de sensibiliser et de former le grand public et particulièrement la jeunesse camerounaise sur les vraies potentialités et opportunités d’emploi et de croissance durables qu’offre le secteur agropastoral et piscicole au Cameroun. Il s’agira à travers cette rencontre et ces échanges de favoriser et ressusciter l’intérêt et les vraies vocations auprès des jeunes en particulier ainsi que les divers investissements dont le secteur agropastoral a besoin pour redevenir le bras séculier du nouveau décollage socioéconomique de notre pays.

Les Conférences Citoyennes (COCI) sont un cadre et une opportunité formelle, et structurées où les participants sans distinction d’opinion, tribale et religieuse peuvent discuter et échanger sur divers sujets d’importance sociale, culturelle, politique, diplomatique et économique qui engage la vie de la Nation camerounaise. Le but final étant d’édifier une véritable pensée critique fondée sur le choc positif des idées constructives desquelles peuvent émerger de réelles initiatives et actions de développement durable en faveur du Cameroun et des Camerounais.

Les acteurs, les décideurs et les divers partenaires du secteur agropastoral et piscicole ainsi que les acteurs de la société civile et les médias désireux de participer à cette première conférence citoyenne sont priés de prendre attache avec la Coordination des conférences Citoyennes ou de s’inscrire aux adresses (00237) 679967636 – 693926753 ou ceradyes@gmail.com.

Yaoundé le 09 mai 2015

Le Président Exécutif

(é) Denis Emilien Atangana

\"CAMEROUN:

AVIS AU PUBLIC…

Lancé depuis 2012, le Salon de l’Action Gouvernementale(SAGO), vise à vulgariser le travail du Gouvernement et à le promouvoir auprès des publics-cibles, en mettant l’accent sur ses réalisations-phares, son apport pour le développement économique, social et culturel de la Nation et d’une manière générale, pour le bien-être des populations. C’est aussi un excellent cadre de convivialité entre les gouvernants, les gouvernés et les opérateurs économiques. Il se veut aussi une plate-forme de promotion des activités économiques pour le secteur privé, créateur de richesses.

Le Salon de l’Action Gouvernementale est un rendez-vous annuelpour les Ministères et leurs structures sous-tutelles ; les entreprises publiques et parapubliques, les projets et programmes gouvernementaux ; les collectivités territoriales décentralisées ; les grandes écoles et les entreprises du secteur privé.

Au cœur de cette 4ème édition placée sous le thème : « Mise en œuvre du plan d’urgence et efficacité du travail gouvernemental », vivez des conférences sectorielles, des expositions, des ateliers et une soirée de gala.

Des espaces seront également aménagés pour permettre aux entreprises d’organiser des rencontres avec les prospects.

Du 18 au 21 aout 2015, participez au 4ème SAGO, pour faire connaitre votre activité.

L’entrée étant libre et gratuite pour tous, plus de 75 000 visiteurs sont attendus au palais des sports de Yaoundé. Imaginez les opportunités !

Invités d’honneurs : Banques et les collectivités territoriales décentralisées.

Contacts réservations : Cabinet « Mon Communicateur », Yaoundé, sis face MRS école de police.

Douala : alt. Jamaïca Bali. Tél. : +237 242 60 78 49/ 237 677 88 63 22/237 655 69 88 85/237 663 040 718 e-mail : mcommunicateur@yahoo.fr

\ »SAGO…UNE VITRINE POUR LE TRAVAIL DU GOUVERNEMENT\ ».

\"LE

LE SAGO…du 18 au 21 août 2015 au Palais des Sports de Yaoundé.Soyez nombreux…

\"SAGO...du

SAGO…du 18 au 21 Août 2015 Palais des Sports de Yaoundé…A ne pas manquer.