\"Docteur
Docteur Armand Nghemkap,50 ans d\’âge.Tout heureux…

Médecin Urgentiste, Médecin des Hôpitaux et Praticien Hospitalier en France, le Docteur Armand NGHEMKAP fait partie de ces rares médecins teintés d\’humanisme et d\’un altruisme gratifiant qui font honneur à la diaspora camerounaise. Né le 12 mai 1965 à Yaoundé(Cameroun), il célèbre son cinquantenaire ce 12 mai 2015. Il s’est confié à la rédaction de yaoundeinfos.com à cœur ouvert dans cette interview édifiante.

Docteur, nos lecteurs aimeraient faire votre connaissance. Pouvez-vous d’abord nous parler de votre départ du Cameroun.

J\’ai quitté le Cameroun le 21 septembre 1985 pour la France afin d\’y poursuivre des Etudes de Médecine.

Pourquoi avez-vous fait le choix de la Médecine ?

Depuis ma tendre enfance, la Médecine a toujours été ma vocation. Mes parents qui sont aujourd\’hui décédés me racontaient que lorsque j\’avais 5 ans, je leur disais souvent que je voudrais être Docteur pour sauver le monde. Je vous avoue aujourd\’hui qu\’en grandissant, j\’ai très vite compris qu\’il m\’était difficile de sauver le monde et que j\’allais plutôt concentrer mon existence à « sauver des vies ». C\’est ce que je fais aujourd\’hui dans mon quotidien.

Vous ne sauvez pas que des vies…Vous êtes également très actif dans le domaine artistique, dans la communication et dans la promotion de la culture camerounaise.

La Médecine est ma vocation et la promotion culturelle et artistique ainsi que la communication sont mes passions. J\’ai de ce fait œuvré pendant plusieurs années à faire découvrir des jeunes talents camerounais comme Mpandé Star encore appelé l\’Enfant Terrible du Cameroun. J\’ai également beaucoup œuvré dans la mise sur orbite médiatique de l\’artiste camerounaise VIVIANE ETIENNE. Je soutiens actuellement des jeunes prodiges de la musique camerounaise comme BB SAKIS et ONE LOVE.

Qui est BB SAKIS ?

BB SAKIS est un jeune artiste dont j\’ai découvert la potentialité du talent artistique lors du festival KOMANE à Dschang. Il a un timbre vocal original et une identité musicale singulière. Je suis persuadé que les Camerounais vont vibrer sous ses tubes à l’unisson dans un avenir peu lointain.

Vous venez justement de participer au Festival Komane qui s’est tenu au Cameroun. Qu\’est-ce qu\’un médecin comme vous est venu faire dans une affaire de cinéma ?

J\’ai effectivement participé au Festival KOMANE qui s\’est déroulé au Cameroun dans la ville de Dschang du 12 au 14 février 2015. J\’y étais invité comme Membre du Jury de la Diaspora Camerounaise en Europe. Le Festival KOMANE est un Festival du moyen métrage des films de réalisation camerounaise. C\’est en fait un Festival qui a essentiellement pour but de faire du cinéma non pas seulement un outil de divertissement au Cameroun mais également un outil éducatif d\’où le mot “KOMANE” à savoir “ COMMENT EDUQUER PAR LE CINEMA “. Je pense pouvoir y apporter une positive contribution à travers mon expertise dans le domaine de l\’éducation sanitaire pour une « SANTE POUR TOUS »

Vous avez remporté un prix à ce festival. Comment un Docteur se retrouve primé à un festival de cinéma ?

Il m\’a été effectivement décerné le « PRIX SURPRISE du FESTIVAL KOMANE » à raison de toute ma contribution pour l\’émergence d\’une nouvelle forme de cinéma au Cameroun et notamment à travers mes propositions de partenariat pour un cinéma éducatif pour « Une SANTE POUR TOUS » à l\’horizon 2035. En fait, les Promoteurs du Festival KOMANE et l\’Association des Jeunes Acteurs du Cinéma Camerounais (AJACC) qui se sont beaucoup inspirés de mes chroniques santé dans la réalisation des films éducatifs pour la santé au Cameroun, ont tenu à m\’honorer par ce Prix.

Il se dit que les organisateurs de ce festival, vu votre implication et votre dynamisme vous auraient confié des fonctions de représentativité en Europe… Vous confirmez cette information ?

Je confirme bien l\’information. J\’ai été nommé lors de la cérémonie de clôture, « DELEGUE DU FESTIVAL KOMANE POUR LA DIASPORA ».

Quel est l’état de santé du cinéma Camerounais ?

Le Cinéma Camerounais se porte mal avec une absence de salle de cinéma sur l\’ensemble du territoire national. Toutefois, il subsiste des notes d\’espoir avec cette nouvelle orientation du cinéma camerounais et son volet éducatif pour une éducation pour la vie, une éducation pour la santé, une éducation pour le bien-être de tous. Ce bien-être de la société qui ne peut concourir qu\’à l\’émergence du Cameroun et des Camerounais. Un cinéma numérique en plein air est en train de se développer au Cameroun et ceci est un apport substantiel afin de pallier l\’absence de salles de cinéma digne de ce nom. Les films éducatifs peuvent être diffusés par ce biais et à moindre coût avec un impact certain sur la moralisation du public.

Quelle thérapie peut permettre à ce secteur de retrouver ses lettres de noblesse ?

Je viens de parler de l\’orientation du cinéma camerounais vers un cinéma éducatif et le développement du cinéma numérique en plein air. Ce sont pour moi les deux thérapies de choc, qui ont d\’ailleurs une synergie d\’action, qui permettront au Cinéma camerounais de retrouver ses lettres de noblesse.

Après avoir reçu la distinction de « CAURIS DE LA DIASPORA » lors des CAURIS DE L\’ESSENTIEL en 2013 à LIMBE, vous venez de recevoir la distinction de « MEILLEUR AMBASSADEUR DE LA DIASPORA » lors de la cérémonie des CAMER DIASPORA AWARDS qui s\’est tenue à Paris le 28 mars dernier. Que représentent pour vous toutes ces distinctions ?

Les CAURIS DE L\’ESSENTIEL avaient pour objectif de primer les 35 personnalités camerounaises qui œuvrent pour l\’émergence du Cameroun à l\’horizon 2035. CAMER DIAPORA AWARDS est une cérémonie de récompense de l\’excellence camerounaise. Ces différentes distinctions représentent pour moi la reconnaissance et la récompense eu égard aux combats que je mène depuis plus d\’une dizaine d\’années contre la mort subite des sportifs et pour la lutte contre les AVC au Cameroun. On peut y associer mon combat contre la psychose à virus Ebola au Cameroun avec la publication des Dix commandements pour la contrecarrer, les combats pour l\’information et la sensibilisation au Don de Moelle Osseuse et sur la problématique de l\’autisme via AUTIFAC (Autisme France Afrique Centrale).

En marge du festival de cinéma KOMANE, vous avez été reçu dans certains médias pour parler des AVC. Au cours des échanges avec la presse, avez-vous eu l\’impression que ce sujet est d\’une grande importance ?

Tout à fait. La couverture médiatique dont la thématique des AVC au Cameroun a bénéficiée lors de mon séjour au Cameroun prouve bien que ce sujet est d\’une grande importance médiatique. Et ceci d\’autant plus qu\’au terme de mes échanges avec les différents journalistes qui m\’ont fait l\’honneur de me recevoir dans leurs émissions, le constat était formel : C\’est l\’ignorance qui nous tue. L\’ignorance des facteurs de risque et des signes annonciateurs d\’un AVC, l\’ignorance du Tueur silencieux qui est désormais identifié au Cameroun. L\’Hypertension Artérielle (HTA) qui menace plus de 37 % des Camerounais.

Docteur, quelles sont les populations menacées par un AVC au Cameroun ?

Les AVC touchent désormais toutes les couches de la population et notamment les jeunes au Cameroun du fait de comportements hygiéno-diététiques déviants. Je viens de parler du Tueur silencieux à savoir l\’HTA qui touche désormais des personnes de plus en plus jeunes par excès de consommation de sel.

Lorsqu’on vous écoute, on a l’impression que vous voulez faire bouger les lignes. Vous avez certainement des ambitions politiques…

Je n\’ai aucune ambition politique. Mes différents combats sont d\’inspiration divine et ont essentiellement pour objectif d\’apporter ma modeste contribution pour l\’épanouissement et le bien-être du citoyen camerounais dans le domaine de la Santé. Un bien-être qui ne peut que concourir à l\’émergence du Cameroun. J\’ai tout simplement fait le constat que beaucoup de mes compatriotes meurent par ignorance. C\’est ce constat qui m\’a amené à créer le concept de la « SANTE EN SOIREE » qui est ma nouvelle vision de la prévention pour la santé afin de joindre désormais l\’utile à l\’agréable lors des soirées camerounaises de la Diaspora. C\’est cette nouvelle vision de la prévention pour la santé qui m\’a motivé à organiser le rassemblement de la diaspora camerounaise à paris le 4 avril dernier afin de lutter contre l\’ignorance, le déni, le tabou et la culpabilité qui entourent la problématique de l\’autisme en milieu africain.

Vous n\’avez aucune ambition politique mais vous êtes en définitive un poids lourd de l’humanitaire. Qu’est-ce qui vous fait courir ?

Ma crainte et ma foi en un être suprême : Dieu, le créateur du ciel et de la terre qui m\’a donné un destin hors du commun. Je ne suis ni millionnaire ni milliardaire, ni fils de.., ni héritier d\’aucune descendance historique. Mais je suis un homme épanoui et très heureux. Un homme qui a une vocation, une passion et des combats d\’inspiration divine. Je suis un homme de principe, rigoureux et méthodique, stratège et fin tacticien face à l\’adversité, humaniste et altruiste.

Docteur, vous déclarez que vous n\’êtes ni millionnaire, ni fils de.., ni héritier d\’aucune descendance historique, mais vous avez quand même acquis un château en France. Pourquoi ne pas vous contenter d\’une résidence pavillonnaire ?

La seule et grande richesse sur cette terre reste l\’homme mais l\’homme pour son épanouissement personnel doit savoir se faire plaisir dans sa vie quotidienne et acquérir de façon honnête, de façon morale les outils de son épanouissement. C\’est ce que j\’ai fait en me portant acquéreur de ma résidence principale que j\’ai baptisé « LE CHATEAU DE LA RENAISSANCE ».

Quels sont vos projets Docteur ?

J\’ai de gros chantiers actuellement dans le domaine associatif. Je soutiens l\’association AUTIFAC (Autisme France Afrique Centrale) présidée par Monsieur ENGO NSI Amos dans son projet de création d\’une maison d\’accueil et d\’information des familles d\’enfants autistes au Cameroun, ainsi que l\’association Santé Espoir qui œuvre pour la création au Cameroun d\’une complémentaire Santé basée sur la solidarité participative de notre diaspora. Les 29 et 30 mai 2015, je suis invité à Bruxelles par l\’association FOOT DE COEUR afin de participer à une conférence débat sur la problématique des maladies cardio-vasculaires et la mort subite chez les sportifs. Je vais également y donner une communication sur le thème « Mort subite des Sportifs : quelle prévention en 2015 ? ». Le 26 mai prochain, je devrais participer sur la Radio Internationale RFI à l\’émission Priorité Santé afin de parler de la problématique du Don de Moelle Osseuse dans les communautés africaines. Et dès mon retour d\’un voyage culturel en Chine du 9 au 17 juin prochain, je vais lancer dans la diaspora les préparatifs de la 2ème édition du Festival KOMANE de DSCHANG qui aura lieu du 4 au 6 février 2016.

Docteur, à 50 ans, vous avez su conserver une bonne mine et une bonne humeur avec une fraicheur physique fort enthousiasmante. Quel est votre secret ?

Je tiens à vous remercier en toute sincérité pour ces mots forts aimables vis à vis de ma modeste personne. Mon secret réside sur le simple fait que je me suis évertué pendant un demi-siècle à conserver un esprit saint dans un corps sain. C\’est pour cette raison que je place mon cinquantenaire sous le signe de la sagesse et du discernement. La sagesse et le discernement face aux tentations diaboliques qui détruisent l\’homme, l\’avilissent pour finir par l\’anéantir. Je demande au Seigneur Dieu le père de continuer à me préserver de ces tentations diaboliques et de continuer à veiller sur ma bonne santé comme il l\’a fait jusqu\’à présent.

Docteur Armand Nghemkap la Rédaction de yaoundeinfos.com vous remercie pour votre disponibilité et vous souhaite un joyeux et heureux cinquantenaire.

C\’est moi qui vous remercie et vous félicite pour votre professionnalisme et votre travail de valorisation de la culture camerounaise qui sont très appréciés dans la diaspora camerounaise.

Entretien avec Ericien Pascal Nguiamba

\"Bruno
Bruno Olierhoek s\’adressant à la jeunesse et aux parents.

L’Administrateur Général de Nestlé Cameroun, Bruno Olierhoek, qui prenait part à cet évènement, a expliqué les raisons de ce soutien.

La finale internationale de l’émission Carton Rouge (diffusée sur la télévision nationale du Cameroun(CRTV) et dans d’autres télévisions africaines), a eu lieu le 9 mai 2015 au Palais des Sports de Yaoundé. Les jeunes élèves qui ont participé à cette finale venaient du Gabon, de la Guinée Equatoriale, du Tchad, de la République Centrafricaine et du Cameroun. Un véritable rendez-vous éducatif, social et culturel de la jeunesse d’Afrique centrale. Avec un peu plus de 7 milles personnes présentes au Palais des sports.

Normal donc que Nestlé à travers sa marque Nestlé Nido soit présent à ce Rendez-vous et soutienne cette initiative de brassage des enfants. « Nous soutenons ce type d’initiatives, qui montrent comment l’alimentation et l’exercice physique peuvent améliorer la santé et le bien-être des populations…C’est pour les mêmes raisons, que nous avons développé en partenariat avec le Ministère de l’Education de base et le Ministère de la santé publique, le Programme Nestlé Healthy Kids actuellement en cours dans une dizaine d’écoles primaires de la République, et qui contribue à poser les bases d’une alimentation équilibrée et un mode de vie sain pour les générations futures » a déclaré l’Administrateur Général de Nestlé Cameroun Bruno Olierhoek.

En sa qualité de leader mondial dans le domaine de la nutrition, de la santé et du bien-être, Nestlé est entièrement dédié à l’amélioration continue de la qualité de vie et à la bonne alimentation de ses consommateurs. « Carton Rouge à la sous-alimentation » est à cet effet le thème retenu pour cette année 2015 et revêt une importance particulière dans notre environnement aujourd’hui. « Chez Nestlé, nous sommes résolument engagés à être une partie de la solution dans les domaines de la nutrition, de l’eau et du développement rural, qui ont un impact sur la qualité de l’alimentation des populations » a déclaré Bruno Olierhoek, visiblement préoccupé « au plus haut point » par la santé et le bien-être des enfants.

Ericien Pascal Nguiamba.

\"Photo
Photo de famille à l\’issue du Conseil de Communauté

Le Délégué du gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Yaoundé, Gilbert Tsimi Evouna a fait ces importantes annonces à la clôture des travaux du Conseil de communauté le 8 mai 2015 à Yaoundé.

D’importantes résolutions ont été prises lors du Conseil de Communauté tenu le 8 mai 2015 à la communauté urbaine de Yaoundé. Gilbert Tsimi Evouna, Délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé et président dudit Conseil qui présidait personnellement les travaux, a déclaré à la presse que la capitale politique du Cameroun bénéficiera « dans les prochains mois » d’une nouvelle Compagnie de transport urbain, BUS-CO SA. Qui viendra ainsi remplacer la société Le BUS, tombée en faillite. Le Délégué du gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Yaoundé a même précisé que 600(six cent) millions de FCFA ont été mobilisés pour l’acquisition de quatre bus de transport des clients. La matérialisation de cette importante initiative est donc imminente. En attendant des « hautes directives » a indiqué Gilbert Tsimi Evouna.

Autre annonce forte du Délégué du gouvernement, c’est le lancement de la Radio de la Communauté urbaine. Elle aura pour objectif de « sensibiliser et d’éduquer les populations » affirme Gilbert Tsimi Evouna qui annonce aussi l’ouverture officielle du village des jeunes, du complexe commercial etc. A Yaoundé, le complexe affiche fière allure et contribue à l’embellissement de cette partie de la capitale. Les populations de Yaoundé attendent donc avec impatience cette nouvelle société de transport qui va à coup sûr pallier le problème de transport urbain à Yaoundé surtout si le tarif est compétitif. La Radio de la communauté urbaine, dont le nom et la ligne éditoriale n’ont pas été dévoilés, devrait aussi se présenter comme une offre nouvelle du paysage audiovisuel à Yaoundé. On attend.

Ericien Pascal

\"Le
Le Dr.Roungou donnant des comprimés aux élèves.

Cette campagne nationale a été lancée le 8 mai 2015 au Lycée Bilingue de Yaoundé(LBY) par le Ministre de la santé publique, André Mama Fouda en présence du nouveau Représentant de l’OMS au Cameroun le Dr. Jean-Baptiste Roungou.

Elles sont nombreuses, les Maladies Tropicales Négligées(MTN) observées au Cameroun : l’onchocercose, la schistosomiase, les Geo helminthiases ; la filariose Lymphatique, la lèpre, le Pian, le Trachome, la trypanosomiase humaine africaine, l’Ulcère de Buruli, la Leishmaniose. Pour lutter contre ces Maladies Tropicales Négligées, deux principales stratégies sont mises en œuvre à savoir la chimiothérapie préventive intégrée à travers la distribution de masse des médicaments sur toute l’étendue du territoire en fonction de l’endémicité des MTN dans les districts de santé pour chacune des maladies : Onchocercose, filariose lymphatique ; Trachome, helminthiases, schistosomiase, et la prise en charge intensifiée des cas : Ulcère de Buruli, Lèpre, Pian, Leishmaniose, Trypanosomiase humaine Africaine. Et des programmes nationaux de lutte contre les MTN ont été créés pour mener ces activités.

Pour le Ministre de la santé publique, André Mama, l’objectif de la journée de lancement officiel des activités intégrées de lutte contre les MTN, qui met en communion les acteurs et les bénéficiaires, est de sensibiliser la communauté nationale à l’adhérence de la population aux différentes stratégies de lutte intégrée contre les Maladies Tropicales Négligées(MTN) . La lutte contre les MTN a donc pour but de réduire la charge morbide de la population. D’où l’urgence de la sensibilisation des communautés pour atteindre les objectifs d’élimination et de contrôle des maladies. Surtout que le traitement et la prise en charge des cas sont gratuits. Le Ministre de la santé publique a révélé qu’un nouveau Plan directeur (2016-2020) devra « conduire le Cameroun à l’élimination de certaines maladies à l’échéance 2020 ».Mais rappelle –t-il « L’hygiène corporelle est le premier médicament ».

Le Dr. Jean-Baptiste Roungou, nouveau Représentant de l’OMS au Cameroun, a, pour sa part, affirmé que « Les Maladies Tropicales Négligées ont été négligées pendant longtemps ». Mais il estime que « Pour bon nombre de ces maladies, il existe des traitements simples scientifiquement efficaces, facilement applicables et à faible coût ». Le nouveau Représentant de l’Organisation Mondiale de la Santé au Cameroun explique que « La plupart de ces traitements sont offerts gratuitement par les firmes pharmaceutiques. Si ces traitements sont rendus disponibles, à ceux qui en ont besoin, la vie de millions de personnes peut être transformée ». Car « Il suffit parfois d’avaler quelques comprimés avec de l’eau propre, à un intervalle régulier recommandé et l’on est à l’abri du risque ou des souffrances » affirme t-il.

Séance tenante, le Représentant de l’OMS, le Ministre de la santé publique, le Ministre de l’Education de Base, Youssouf Hadidja Alim et le Ministre des Enseignements secondaires, Louis Bapes Bapes, ont fait une démonstration en faisant avaler à quelques élèves du Lycée Bilingue de Yaoundé, des comprimés avec de l’eau propre.

Ericien Pascal Nguiamba

\"CAMEROUN-SUISSE:ASSASSINAT

Selon le site d\’informations allainjules.com, la victime aurait reçu plusieurs coups de poignard avant de rendre l\’âme.

ENQUÊTE — Selon les médias suisses, le corps de la victime, a été retrouvé sans vie dans un appartement du centre de Bâle. Il présentait plusieurs coups de couteau. Selon nos informations, il s’agit de dame Chantal Beyala, une Camerounaise mariée à un Suisse.

La police a découvert vendredi 8 mai le corps sans vie et lacéré de coups de couteaux de Chantal Beyala, dont le visage a été défiguré, dans un appartement à Bâle. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances du drame. Les médias n’ont pas donné le nom de la victime. Mais, les soupçons sont dorénavant dirigés vers l’homme qui a donné l’alerte, un autre Camerounais, de nationalité portugaise.

Vers 11h30, vendredi dernier, cet homme a dit constater des traces de sang dans un immeuble, menant à un appartement. En y entrant, il a trouvé le cadavre, puis donné l’alerte. Le corps de la victime présentait plusieurs coups de couteau et de coupures, indique le Ministère public de Bâle-Ville. Il est pour l’instant interrogé par la police…

Selon une rumeur persistante, il serait l’exécutant d’un complot ourdi par une dame, Camerounaise de son état, qui a commandité ce meurtre.

Affaire à suivre…

source allainjules.com

\"Le
Le Pasteur Docteur Eboumbou Priso.

Des révélations inédites dans cette interview du Responsable de la Mission Evangélique Chrétienne Internationale(MECI), une église située face collège Victor Hugo à Yaoundé.

Docteur Alain Moïse Eboumbou Priso, le Cameroun est en guerre contre Boko Haram, une secte qui finalement est en désaccord avec Dieu…

Effectivement je vois très mal un homme qui craint Dieu prendre le couteau ou la machette pour fendre le ventre ou tuer son prochain, celui en qui l’esprit de Dieu agit, ne manifeste pas de la sorte, alors soit boko haram est influencé par sa doctrine, une sorte de lavage de cerveau, où on vous dénude de ce que vous avez comme essence, et vous êtes influencé par ce qu’on a investi en vous et qui vous pousse à agir. Vous savez à la tête de chaque religion il ya des dogmes, les us et les coutumes qui n’ont rien avoir avec l’esprit de Dieu. Vous-même, vous pouvez entrer dans la bible prendre une doctrine choisir quelques versets de la bible et en faire votre mode de fonctionnement. Immédiatement vous allez tirer avec vous des disciples qui vont perpétrer et influencer les autres de par cette même doctrine. Donc cela n’a rien avoir avec Dieu.

Notre pays étant donc en guerre contre cette secte, vous en tant que homme de DIEU que faites vous pour accompagner les autorités dans cette lutte ?

Avant d’arriver au combat, permettez-moi d’abord de parler de la spiritualité. Le phénomène boko haram est spirituel. Ces gens ont besoin d’une transformation. De même qu’il ya boko haram qui tue, il y en a qui détournent les fonds publics, qui font des crimes rituels, qui font des pratiques de sorcellerie, qui boivent le sang, il y en a qui entretiennent des rapports sexuels avec des serpents et des animaux. L’esprit qui anime boko haram c’est l’esprit du mal. L’esprit qui les anime et qui les habite c’est un esprit méchant, car vous savez que les démons n’ont pas de corps, ils utilisent les corps des hommes pour pouvoir se manifester. Alors, premièrement il faut donc que l’église ait une relation avec Dieu, deuxième elle doit être remplie de l’esprit de Dieu pour repousser cet esprit du mal, mais avec le raisonnement de l’homme et l’intelligence de l’homme. Donc on peut tuer ces gens avec des chars et des fusils mais on ne tue pas l’esprit qui les anime.

Docteur Eboumbou Priso comment donc faire pour tuer cet esprit de mal qui les anime ?

Je dis donc que le combat est spirituel. Cette guerre n’est pas essentiellement physique mais elle est spirituelle. Les gens de boko haram, ce sont des possédés remplis de l’esprit démoniaque. Lorsque vous les tuez, l’esprit qui les anime s’en va et ira se reposer ailleurs et c’est pour dire que c’est une guerre qui n’est pas encore finie.

Docteur Eboumbou, je repose ma question, comment donc faire pour tuer cet esprit démoniaque, cet esprit de mal dont vous parlez ?

Il faut que le Cameroun soit un pays de prière, prières de combat. Il faut que les hommes apprennent à avoir une relation avec Dieu pour prier, invoquer Dieu, craindre Dieu. Lorsque vous êtes éloigné de Dieu, vous ne pouvez que favoriser la pénétration du diable. Il faut que les gens se tournent vers Dieu, que nos gouvernants investissent pour la cause de l’évangile par ce qu’il n’ya que l’évangile pour détruire boko haram. Il n’ya que la parole de Dieu pour détruire boko haram, car un cœur transformé par l’évangile ne peut pas prendre un fusil et tuer son prochain. On a vu l’évangile changer les bandits de grand chemin, changer les prostituées, changer les homosexuels, ressusciter même les morts, et si ces gens ont leur bible et sont convertis dans leurs cœurs, la guerre va finir.

A votre avis comment peuvent donc se faire ces prières de combat ?

Le gros problème est que nos gouvernants doivent savoir qu’ils ont leur pouvoir à eux, mais qu’il ya aussi un pouvoir spirituel qui est régis par des hommes oints de Dieu. Une sorte de collaboration fera que les hommes de Dieu soient réunis. Nous sommes dans un pays où les hommes de Dieu n’ont pas de parole. Lisez toute la bible. A l’époque, quand il y avait des guerres, les rois allaient consulter les sacrificateurs et les prophètes pour leur demander quelle est la volonté de Dieu sur un problème, un sujet. Mais ici c’est chacun qui fait sa marche, qui organise sa prière. Le gouvernement ne consulte personne pour demander l’avis de Dieu sur ce qui est entrain d’arriver.

Docteur vous voulez qu’il y ait une sorte de culte inter religieux par exemple ?

Pas d’abord le culte, le culte est la finalité. Cela ne doit pas être seulement pour boko haram, mais pour tous les autres aspects qui concernent la République. L’homme n’est pas que matériel, il est essentiellement spirituel, il faut qu’à la Présidence par exemple qu’il y ait un conseiller spirituel, il faut que derrière chaque ministre, il y ait un conseiller spirituel.

Vous voulez qu’on crée le poste de conseiller spirituel au Cameroun?

Effectivement, il faut qu’il y ait des postes de conseiller spirituel. A l’époque de la bible, à côté des rois il y avait des sacrificateurs et des prophètes pour dire la volonté de Dieu sur chaque chose qui arrive. Il faut même qu’il y ait tout un ministère de culte ou de religion dans ce pays qui sera en charge des questions religieuses, ou alors un conseil de régulation des églises. Ce qui permettra que lorsqu’il ya un problème, comme celui là tous ceux qui sont concernés s’asseyent et donnent l’avis de Dieu puisque nous sommes oints pour cela. Nous allons donner l’avis de Dieu à ces gouvernants et ils verront donc comment il faut agir. Car comme je l’ai dit la guerre n’est pas que matérielle mais elle est aussi spirituelle.

Par ailleurs le phénomène de religions qui se développe ici dans ce pays, est à craindre. Il va arriver le moment où on ne pourra plus le maitriser, ça va devenir une autre guerre très forte encore. Il faut donc qu’on sache vers qui aller lorsqu’on veut parler de religion ou d’église. Le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation ne connait pas ce que c’est que la doctrine dans une église, il peut donner l’autorisation mais il ne pourra pas maitriser la doctrine qui est à l’intérieur.

On pourra retrouver à la tête de ce Conseil dont vous parlez, un Imam, un Pasteur un Evêque ?

C’est possible par ce qu’ils disent qu’ils sont des hommes de Dieu, mais il faut tout simplement que la volonté de l’église soit prônée. Soit on fait un conseil islamique à côté et à côté un Conseil chrétien, ça dépendra, mais il faut tout simplement que les hommes de Dieu, tous ceux qui sont appelés à être les hommes de Dieu puissent s’asseoir pour lire un peu la coloration spirituelle de leur pays.

Contact du Pasteur Docteur Eboumbou Priso : 00237 699 96 19 76.

Propos recueillis par EPN.

\"Lady
Lady Ponce avec le Ministre de la Communication.

La soirée riche en sons, couleurs et lumière a été marquée par la présence du Ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, des artistes, hommes de médias et de nombreux fans de l’artiste.

« Bain de sons », c’est le nom de baptême du nouvel album de la chanteuse camerounaise Lady Ponce qui a été présenté hier 6 mai 2015 à l’hôtel Hilton de Yaoundé au cour d’une soirée festive et féerique. C’est un album de 18 titres « 100% live » présenté par certains chroniqueurs culturels comme l’album de la maturité de cette chanteuse. Ce 5è opus de Lady Ponce a été produit dans les studios Black feeling Records en partenariat avec la XM Music productions et réalisé en featuring avec le groupe X Maleya et l’artiste Aimé Lebeau. Dans cet opus Lady Ponce a décidé que des titres soient chantés en Français, en Bassa et Ewondo(deux langues locales du centre- Cameroun).L’album « Bain de sons » qui navigue sur des airs du sahel, d’acoustique de folk de bikutsi hard-club-swing, est à la fois dansant et pédagogique puisque l’artiste y aborde une thématique musicale qui interpelle tout le monde :Elle parle de vanité, de l’amour, la reconnaissance, la vie familiale, la célébration de la beauté de la femme, les dénonciations de la médisance de la jalousie et du tribalisme. Lady Ponce parle aussi de DIEU lui qui est le Chemin la Vie et la Vérité. Bref un album qui mérite d’être écouté de manière intégrale. La soirée de présentation de cette oeuvre a été marquée par la présence des peoples, des artistes, hommes de médias, amis de l’artiste, famille, autorités administratives, et gouvernementales avec en tête le Ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary qui n’a pas résisté à l’envie d’aller danser avec Lady Ponce sur le podium.

Après le visionnage de trois vidéogrammes du nouvel album, la prestation de quelques artistes et le défilé de mode, Lady Ponce est montée sur le Podium avec son bataillon de danseurs pour un show exceptionnel salué sans cesse par des applaudissements. A la fin, elle a accordé des interviews aux journalistes. Maintenant que \”Bain de sons » est disponible sur le marché discographique, il faudra que l’artiste et son équipe managériale mettent sur pied une bonne stratégie de communication pour sa promotion.

Ericien Pascal

\"Une participation massive des partenaires du SAGO 2015\"
Une participation massive des partenaires du SAGO 2015

La première réunion préparatoire du SAGO s’est tenue hier mardi 5 mai 2015 à Yaoundé. En présence du Dr. Mabou Conseiller Technique N°2 du Ministre de la Communication. Voici les innovations de cette 4è édition qui se tiendra du 18 au 21 août 2015 au Palais des sports de Yaoundé.

En prélude à l’organisation du 4è Salon de l’Action Gouvernementale(SAGO), une réunion préparatoire s’est tenue à l’hôtel la Falaise de Yaoundé en présence du Dr. Mabou, Conseiller Technique N°2 du Ministre de la Communication. Cette rencontre préparatoire a réuni plus de 112 participants représentant des Ministères, entreprises publiques et parapubliques, des partenaires au développement et des collectivités territoriales décentralisées venues des dix régions du pays.

Cette réunion préparatoire était axée sur quatre points principaux à savoir le bilan du SAGO 2014, la présentation des innovations pour l’édition 2015,la mise en place d’une stratégie de mobilisation pour le SAGO 2015, et des propositions d’actions à mener faites par les organisations publiques et para publiques présentes à la rencontre.

Face à la presse au sortir de cette réunion, le Chef du Projet SAGO, Patrice Assiga Eyene a dévoilé les innovations de cette 4è édition : « Premièrement les banques qui ont financé le plan d’urgence sont invitées d’honneur de cette 4è édition du Salon de l’Action gouvernementale ; Deuxièmement , nous avons invité les 14 collectivités territoriales décentralisées à participer au SAGO car elles sont des chevilles ouvrières du travail gouvernemental au niveau des régions, et nous organiserons désormais le SAGO sous forme de village c'est-à-dire que chaque département ministériel aura autour de lui ses institutions sous tutelle… » affirme Patrice Assiga Eyene qui indique qu’en outre « les visiteurs auront la possibilité d’apprécier la qualité des conférences par ce que les meilleures conférences seront primées cette année, les stands les plus visités seront également primés et bien évidemment nous réservons une touche surprise à la fin que nous allons dévoiler le jour de l’ouverture du Salon ». De 5 stands en 2012 à son lancement, le SAGO est passé successivement à 25 stands en 2013 et 125 en 2014. En cette année 2015, le Comité d’organisation a frappé un grand coup avec 375 stands. Une manière de faire du SAGO une véritable vitrine incontournable pour la promotion de l’image et de l’action du gouvernement camerounais. Le SAGO est un Concept mis sur pied par le cabinet Mon Communicateur et parrainé par le Premier Ministre, Chef du gouvernement. Il permet aux citoyens entre autres d’être mieux éclairés sur la politique que conduit le gouvernement et à ce dernier de mettre en place une stratégie nouvelle en matière de « communication gouvernementale ».Cette 4è édition placée sous le thème « Mise en œuvre du plan d’urgence et efficacité du travail gouvernemental » sera marquée par des conférences thématiques, ateliers, exposés et expositions.

Ericien Pascal Nguiamba.

\"Le Ministre Patrice Amba Salla face à la presse.\"
Le Ministre Patrice Amba Salla face à la presse.

Face à la presse mardi 5 mai 2015 à Yaoundé, le Ministre des Travaux Publics a éclairé l’opinion nationale et internationale sur « l’organisation de la maitrise d’œuvre technique dans la réalisation des projets d’infrastructures au Cameroun ».

Pour le Ministre des Travaux Publics(MINTP), rien ne se fera plus comme avant dans la réalisation des projets d’infrastructures au Cameroun. Désormais le département ministériel dont il a la charge devra jouer pleinement son rôle « d’ingénieur de l’Etat »L’objectif général de sa sortie médiatique du 5 mai 2015 à Yaoundé, en présence du Ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, était de « rendre public le statut d’ingénieur de l’Etat attribué au Ministère des Travaux Publics à travers la présentation de la nouvelle organisation de la maîtrise d’œuvre technique dans la mise en œuvre des projets d’infrastructures au Cameroun ». Patrice Amba Salla a donc décidé de porter au plus haut niveau l’information contenue dans le décret N°2014/3863/PM du 21 novembre 2014 ; de présenter et faire comprendre le but et le contenu de ce décret du Premier Ministre, Chef du gouvernement ; mais aussi de présenter la portée de ce décret dans la mise en œuvre des projets d’infrastructures en cours ou à venir et spécifier le rôle du maître d’œuvre dans l’assistance à la réalisation des bâtiments et édifices publics, des infrastructures routières, portuaires, aéroportuaires, ferroviaires, fluviales, énergétiques et environnementales et surtout de mettre en exergue le rôle du Ministère des Travaux Publics en tant qu’ingénieur de l’Etat.

Il faut noter que la conférence de presse du Ministre Amba Salla est le couronnement du processus de sensibilisation et d’appropriation de la reforme sur la maîtrise d’œuvre technique dans la réalisation des travaux d’infrastructures. Cinq ateliers ont ainsi été organisés à cet effet. A Yaoundé le 16 avril, suivi de trois autres ateliers régionaux à Garoua, pour les régions de l’Adamaoua, du Nord et de l’Extrême-Nord ; à Kribi pour les régions du Sud, du Centre et de l’Est, à Limbé pour les régions du Littoral, de l’Ouest, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Et un atelier de synthèse qui a permis de ressortir les préoccupations et les recommandations issues des ateliers précédents.

La rencontre avec la presse du 5 mai 2015,a donc permis au Ministre Patrice Amba Salla de porter au plus haut niveau ce statut légal et légitime d’ingénieur de l’Etat attribué au Ministère dont il a la charge ainsi que le décret du Premier Ministre du 21 novembre 2014 portant organisation de la maîtrise d’œuvre technique dans la réalisation des travaux d’infrastructures.

Ericien Pascal Nguiamba.

\"Le
Le groupe qui fera le show aux Ulis le 14 mai 2015

Zoom sur ce groupe de danse et la célèbre photographe qui prendront part à la Journée Mondiale de l’Afrique le 14 mai 2015 aux Ulis en France, pour soutenir l’Association Kama World Musik et célébrer le continent africain.

Ils viennent de s’ajouter à la liste de nombreux invités de la Journée Mondiale de l’Afrique qui aura lieu le 14 mai 2015 aux Ulis en France pour célébrer l\’anniversaire de la signature des accords de l\’OUA (Organisation de l\’Unité Africaine), le 25 mai 1963. Le groupe de danse « Les Esprits du Ben Skin de Paris » et la photographe Louise Ngo Boumso ont accepté volontiers de prendre une part active à cet évènement organisé par l’Association Kama World Musik de la chanteuse camerounaise Grace Kama qui invite les fils et filles du continent à bâtir une « Afrique qui doit rester toujours debout\”.

Louise NGO BOUMSO qui sera aux Ulis le 14 mai 2015, devient photographe professionnelle en 1980 après avoir suivi deux ans d\’études à l\’ACE3P (École professionnelle de photographie) à Ivry/Seine. Rapidement, elle collabore avec la presse écrite: Jeune Afrique, Bingo, Amina. En 1987, elle a accompagné Manu Dibango en tournée dans l\’Ain. Puis les grammacks, Francis Bebey et Peter Tosh. Elle a aussi couvert plusieurs défilés de mode de Gisèle Gomez. Louise NGO BOUMSO organisera sa première exposition photographique à Yaoundé en octobre 1988 présidée par le ministre de la culture Henri BANDOLO, une autre en 1990 à l\’hôtel Hilton de Yaoundé présidée par Mme COOK ambassadeur des Etats Unis d’Amérique au Cameroun. Entre temps, elle illustrera les livres du peintre Francis Mbella, aussi les poches de disques, elle édite les cartes postales. Après une pause de sept ans, elle se remet à la photographie en organisant des expositions photos individuelles et collectives: 2003 regards croisés sur l\’Afrique à Ollainville ; 2003 Exposition à la Courneuve manifestation culturelle ; 2004 Courneuve manifestation culturelle ; 2004 galerie art et reflet Paris 19 ; 2005 Masaï Mara Paris 19 ; 2006 journée de la femme Bruxelles ; 2007 Supermarché Auchan Bagnolet ; 2007 galerie Renoir Paris 4.

Autre invité à cette Journée Mondiale de l’Afrique, le groupe de danse « LES ESPRITS DU BEN SKIN DE PARIS ». Le côté religieux qu\’il met en valeur dans son répertoire séduit d’avantage les mélomanes et autres ambianceurs. Ce groupe basé à Paris, est composé de 8 membres. Bien que n’ayant pas encore d’album sur le marché, le groupe excelle dans des animations pour les manifestations camerounaises en particulier, et africaines en général. Fondé par Stéphane Alias Petit piment et dirigé actuellement par Bosco, le groupe a eu à prester au salon de l\’agriculture ; à la soirée en suisse de Mpon Ndé ; la nuit des étoile, soirée camerounaise au moulin Basset etc. Le groupe « LES ESPRITS DU BEN SKIN DE PARIS » est attendu au musée de l’abolition de l\’esclavage le 8 mai, puis aux Ulis le 14 mai, où un show spécial est prévu avec toute la communauté camerounaise originaire de l’ouest du pays. Enfin les 20 et 21 juin au Barbecue de Coulommiers en région parisienne (Seine et Marne).

Louise Ngo Boumso(célèbre photographe)

\"Ecrit

Ecrit par Rédaction yaoundeinfos.com